12 vérités sur les Piquouses

4
4561

1- Les fabricants de vaccins (ainsi que les professionnels de la santé et les pratiques qui administrent les vaccins) ont une RESPONSABILITÉ JURIDIQUE NULLE en cas de blessures ou de décès causés par les vaccins, conformément à la loi nationale de 1986 sur les vaccins de 1986 (NCVIA).

2- Le NCVIA était une réponse aux fabricants de vaccins défaillants qui étaient submergés par des procès pour blessures et décès causés par des vaccins, notamment le DTC.

3- La Cour suprême des États-Unis a déclaré que les vaccins étaient “inévitablement dangereux”. Le Programme d’indemnisation des victimes de vaccins (VICP) a accordé PLUS DE 4 000 000 000 $ à ce jour, ce qui ne représente qu’une fraction seulement des cas déposés et des blessures signalées.

4- Conflit d’intérêts : Les fabricants de vaccins, eux-mêmes, sont en charge de superviser les études de sécurité. Ils n’ont aucun intérêt à signaler tout problème de sécurité.

5- Plusieurs vaccins contiennent des cellules fœtales humaines (MRC-5 et WI-38) provenant d’avortements. On ne connaît pas toutes les conséquences sur la santé de l’utilisation de lignées de cellules fœtales dans les vaccins, elles sont à ce jour inconnues.

6- Les vaccins contiennent des ingrédients cancérigènes, mutagènes et neurotoxiques, qui n’ont pas été testés pour l’altération de la fertilité. Il n’existe pas d’études de sécurité sur la toxicité synergique.

7- Il y a eu une augmentation de plus de 1 350% des vaccins administrés aux enfants américains de 1962 à aujourd’hui. En même temps que l’augmentation des vaccinations, l’augmentation du calendrier vaccinal, il y a eu une augmentation de la mortalité infantile, une explosion de maladies chroniques et de problèmes neurologiques, et un déclin général de la santé de nos enfants. La santé de nos enfants, particulièrement évident au cours des 30 dernières années lorsque le calendrier de vaccination a connu un pic après que la responsabilité des fabricants de vaccins ait été retirée.

8- Les mandats de vaccination violent l’autonomie corporelle par la coercition. En tenant l’éducation et l’emploi en otage pour forcer à la consommation d’un produit pharmaceutique sans responsabilité, n’est pas un consentement, c’est de la coercition.

9- Les vaccins COVID ne répondent pas à la définition traditionnelle d’un vaccin. Ils utilisent la technologie ARNm, jamais utilisée auparavant chez l’homme. Certains ont rapporté être positif au COVID après l’injection.

10- Les injections de COVID sont expérimentales (en raison de l’autorisation d’utilisation d’urgence), ayant été testées sur des sujets humains seulement depuis l’automne 2020. Elles n’ont pas été approuvées par la FDA. Nous savons maintenant que des traitements sûrs et efficaces ont été censurés et dénaturés par les autorités afin qu’elles puissent maintenir le statut d’urgence pour les vaccins.

11- Il n’a pas été démontré que les injections de COVID empêchent la maladie chez le bénéficiaire ou la transmission d’une infection ni pour prévenir la transmission de l’infection, c’est pourquoi le CDC déclare que les gens doivent toujours porter un masque et garder une distance sociale.

12- Comme l’indique le système de déclaration des CDC, les vaccins COVID ont pu avoir causé la mort de certains et des blessures graves chez beaucoup. Les médias grand public n’ont pas communiqué au public ces rapports.

4 Commentaires

  1. Vous avez raison Monsieur Jandrok, comme toujours. Mais le dire aux gens fait qu’on vous (me) prend pour une folle, seul le gouvernement a raison ! “On ne prêche que des convertis”, c’est cela que je pense depuis que je préviens et qu’on va jusqu’à m’eng…devant témoin. Alors, maintenant je renonce. Arrivera ce qui doit arriver. Bien à vous.

  2. …Nous comprenons maintenant pourquoi billy le Gâteux n’a pas fait vacciner ses sales gosses oups ses propres enfants !!!

  3. En Suisse également il existe une pression très forte de la part des milieux médicaux et politiques pour se faire vacciner. Lors de campagnes publicitaires, le « vaccin » est présenté comme un geste de solidarité !
    Ma cousine, qui a subi l’ablation d’un poumon en novembre 2020, et qui depuis enchaîne les séances de chimiothérapie et d’immunothérapie a été vaccinée en avril 2021 contre le covid avec la bénédiction des médecins. Se réjouissant d’avoir été vaccinée à l’idée de revoir bientôt ses copines, les effets secondaires n’ont cependant pas tardé à se manifester puisqu’elle a fait un léger AVC au début mai. Totalement dénuée d’esprit critique, elle n’a pas établi de lien entre sa vaccination et cet incident bien que je lui aie signalé cette éventualité par un SMS. Son état s’étant dégradé, les médecins se sont aperçus que le poumon restant était aussi touché. Jusqu’à présent, elle n’avait reçu aucune visite extérieure. Il y a quelques jours, j’ai appelé ma cousine qui m’a semblé très faible. Au moment crucial où nous avons abordé la perspective de la visite que j’allais lui faire, elle m’a demandé si j’avais été vaccinée. Je lui ai rétorqué : « Non, bien entendu ». Elle m’a demandé si je pensais le faire, ce à quoi j’ai répondu que « je n’envisageais pas d’en arriver là ! » Se référant à la version officielle mensongère des autorités, elle m’a répondu préférer s’abstenir de me rencontrer. D’abord un peu choquée par son refus de me voir, j’ai pensé ensuite qu’il était préférable que ce soit ses copines vaccinées qui lui transmettent le virus ou qu’elle le développe par elle-même plutôt que de me faire accuser par les médecins de l’avoir contaminée lors d’une visite parce que non vaccinée ! Mes meilleures salutations et mes remerciements pour votre capacité à éveiller les gens.

Laisser un commentaire