ACTUALITÉS : Des chercheurs de l’Institut de Pasteur disent que le nouveau coronavirus a des capacités de multiplication rapide à la fois dans l’hôte et dans la culture en boite de Petri

0
3310

Source : Thailand Medical News 06 févr.2020

Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://www.thailandmedical.news/news/breaking-news-:-researchers-from-institut-of-pasteur-say-that-new-coronavirus-has-rapid-multiplication-capabilities-both-in-host-and-in-culture?fbclid=IwAR3uUtMvhSVYFPoLwLJ1j_fE6wpRx-8wkAJ2_hsJihj7QzshKS0dsOrOPZc

Les chercheurs de l’Institut Pasteur en France étaient très bien préparés lorsque des nouvelles sont apparues au sujet de la percée du nouveau coronavirus en Chine, car ils ont joué un rôle déterminant dans de nombreuses découvertes et protocoles lors des épidémies du SRAS et du MERS.

Le vendredi 24 janvier 2020, le jour même de la confirmation des premiers cas, les chercheurs en virologie ont entamé le processus de culture des échantillons testés positifs pour le virus sur des cellules Vero E6.

http://www.thailandmedical.news/uploads/editor/files/2019-nCoV(2).jpg
A gauche, une couche cellulaire non endommagée par les virus. 
A droite, une couche cellulaire à effet cytopathique visible (CPE); 
les cellules infectées par le virus ont été détruites. 
Crédit: Institut Pasteur / CNR pour les virus respiratoires à l’Institut Pasteur.

La Dr Sylvie Behillil, directrice adjointe du CNR à l’Institut Pasteur a déclaré à Thailand Medical News :

« En utilisant des méthodes de détection, nous avions observé une charge virale élevée dans les échantillons prélevés sur les patients de l’hôpital de Paris. Cela nous a permis d’identifier les échantillons à cultiver en premier. »

On a dit que presque tous les échantillons prélevés sur des patients présentaient ce caractère. 

Des chercheurs chinois à Shanghai ont également confirmé que la charge virale de tous les patients infectés était extrêmement élevée, ce qui indique que le coronavirus se multiplie à un rythme très rapide dans le corps des personnes infectées.

Les virus isolés ont continué à être cultivés au cours du week-end du 25-26 janvier 2020. Au matin du lundi 27 janvier, la culture avait déjà grandi ! 

  • « Nous ne pensions pas que cela augmenterait si rapidement », poursuit Sylvie Behillil. La croissance rapide de la culture peut s’expliquer par « la forte charge virale dans les échantillons »,mais aussi par« la qualité des échantillons », ajoute Vincent Enouf, directeur adjoint du CNR à l’Institut Pasteur.

En plus de cela, une autre observation, comme l’a noté le Dr Behillil :

  •  « Nous avons pu voir les cellules endommagées puis se regrouper, ce qui peut indiquer qu’elles ont été infectées. Mais nous n’avons pas observé cet effet cytopathique pour tous les échantillons inoculés ; cela nous a rassuré que nous avions réussi à isoler les souches, et cela a ensuite été confirmé par des analyses supplémentaires. »
http://www.thailandmedical.news/uploads/editor/files/Cells-Destroyed-by-Coronavirus.jpg
Une couche cellulaire avec un effet cytopathique visible (CPE) ; les cellules infectées par le virus ont été détruites. Crédit : Institut Pasteur/CNR pour les virus respiratoires à l’Institut Pasteur.

La propriété de multiplication rapide pourrait avoir de nombreuses implications et montre également que le coronavirus est en effet virulent et puissant. Les scientifiques de l’Institut Pasteur français ayantdésormaisaccès au coronavirus responsable de l’infection et de l’isolement du virus peuvent ouvrir la voie à de nouvelles approches diagnostiques, thérapeutiques et prophylactiques.

Le nouveau coronavirus 2019-nCoV, responsable des cas de pneumonie qui ont émergé en Chine, diffère de deux autres virus bien connus pour avoir provoqué des épidémies respiratoires ces dernières années :

le virus du SRAS-CoV, responsable de l’épidémie de SRAS en 2003, et MERS-CoV, responsable d’une épidémie en cours depuis 2012 au Moyen-Orient.

L’Institut Pasteur s’est activement impliqué dans la lutte contre ces épidémies précédentes qui ont permis de tirer des enseignements précieux pour la situation actuelle. 

  • « Pour le SARS-CoV et le MERS-CoV, des cellules connues sous le nom de Vero E6 ont été identifiées pour cultiver les deux coronavirus», explique la Dre Sylvie van der Werf, directrice du Centre national de référence (CNR) pour les virus respiratoires de l’Institut Pasteur. 
  • « En janvier 2020, nous les avons sortis de notre collection, qui est conservée dans des conditions strictement contrôlées, afin que nous soyons prêts dès que nous aurons détecté un échantillon positif pour le coronavirus 2019-nCoV. »

CNR ou The National Reference Center for Respiratory Les virus de l’Institut Pasteur de Paris sont l’un des laboratoires de référence de l’OMS pour le coronavirus 2019-nCoV.

Une équipe de huit personnes du CNR et deux de la plateforme de séquençage P2M ont travaillé sur le coronavirus cette semaine et continueront de suivre l’épidémie en France.

Suite à l’annonce de l’annonce des premiers cas et à la déclaration du foyer par les autorités chinoises, l’Institut Pasteur a mis en place une « task force » sur le nouveau coronavirus.

L’isolement récent du coronavirus 2019-nCoV franchit un obstacle vital pour la recherche, qui a maintenant commencé. L’Institut Pasteur a immédiatement mis en place un groupe de travail pour mobiliser ses experts dans le but de développer au plus vite des outils de diagnostic, de prévention et de traitement pour s’attaquer au nouveau coronavirus.

Différentes équipes de l’Institut Pasteur sont représentées au sein du groupe de travail, qui concentrera ses recherches sur différents domaines scientifiques tels que :
– Mieux comprendre le coronavirus et sa pathogenèse
– Développement de nouveaux outils de diagnostic et recherche d’anticorps pouvant avoir des applications thérapeutiques
– Développement de vaccins ;
– Épidémiologie et modélisation pour développer des stratégies de contrôle des épidémies.
 

Pour plus de mises à jour sur l’épidémie de coronavirus en Chine ou le scénario du coronavirus en Thaïlande, continuez à consulter

à : https://www.thailandmedical.news/articles/coronavirus

Laisser un commentaire