Augmentation de mille fois de la prévalence de l’autisme depuis les années 1930

0
369

Publié sur Children Health Defense, Le 10 Juillet 2018

Traduction Pour Cogiito.Com : Paj

À tous les niveaux de la société, les troubles du spectre autistique (TSA) ont de lourdes conséquences. 

Sur un plan purement économique, la demande de services spéciaux et de soins pour un nombre croissant d’enfants autistes (et, de plus en plus, d’adultes) pèse lourdement sur les familles [1], les écoles [2]et les systèmes[3] de santé [4]. En 2014, une analyse complète des coûts [5]des TSA [6]publiée dans JAMA Pediatrics estimait l’impact financier annuel de l’autisme aux États-Unis entre 236 et 262 milliards de dollars, soit environ sept fois plus que les 35 milliards estimés en 2007 .

… L’étude montre une tendance à la hausse constante et forte et un taux de croissance qui s’est accéléré avec le temps, en particulier depuis la fin des années 1980.

Certains chercheurs, improbables et hypocritement contestés, déclarent que l’augmentation de la prévalence de l’ autisme est « réel ».

Cependant, une nouvelle étude dans le Journal de l’ autisme et les troubles du développement s’efforce soigneusement de poser des doutes sur l’ élan au reste alarmante de l’épidémie de TSA. 

En fait, en utilisant les meilleures données disponibles à ce jour, l’étude montre une tendance à la hausse constante et forte et un taux de croissance qui s’est accéléré avec le temps, en particulier depuis la fin des années 1980.

La Californie comme État indépendant

Pour cerner la prévalence de l’autisme sur une période de plusieurs décennies, les auteurs ont d’abord rassemblé des données provenant du CDDS ( Département des services de développement de Californie [7]), qui, selon les chercheurs, représentent

« l’enregistrement à long terme le plus fiable des tendances de la prévalence de l’autisme chez les enfants » aux États-Unis »-

en particulier pour les personnes présentant une déficience fonctionnelle importante à l’extrémité la plus grave du spectre autistique. (CDDS ne sert pas ceux qui ont des manifestations de TSA moins invalidantes, comme Asperger). Une analyse de rapports CDDS datant de 13 années (remontant à l’année de naissance 1931) a révélé les tendances temporelles suivantes :

Une prévalence progressive de l’autisme à partir de « niveaux proches de zéro » depuis environ 1940

Une augmentation plus rapide à partir de 1980

Un « point de changement » encore plus prononcé entre 1988 et 1990

Une période soutenue d’augmentation rapide dans les années 1990, suivie d’une brève diminution au début des années 2000

Un autre taux d’augmentation accéléré à partir de 2006 ou 2007

Pour accroître la fiabilité de leurs résultats, les auteurs ont utilisé deux approches différentes pour analyser les données californiennes (abrégées en approches de «suivi» et «d’instantané»). 

La figure ci-dessous montre que les deux méthodes indépendantes ont produit des résultats largement cohérents, les deux mettant en évidence une forte augmentation dans le temps. (Les triangles rouges représentent les données de suivi pour les enfants de huit ans à différents moments à partir de 1997; les carrés bleus représentent un «instantané», l’âge de diverses cohortes de naissance à partir de 2017 étant marqué à des points situés le long de la courbe bleue. )

Les auteurs qualifient les résultats «instantanés» de 2017 de particulièrement dramatiques, « particulièrement dans le contexte de l’ensemble des données remontant à l’année de naissance 1931 ». Quantifiant l’augmentation extraordinaire, ils déclarent :

« Les cohortes de naissance … CDDS prévalence de l’ autisme a augmenté d’ un facteur 25 par rapport aux années de naissance 1970-2012 et par un facteur de 1000 par rapport aux années de naissance 1931-2012 » – représentant un « tout temps ».

… Chaque état montre individuellement une tendance à la hausse statistiquement significative [et constante] des TSA.

Variation d’un État à l’autre

L’étude a également examiné les tendances de l’autisme dans d’autres États que la Californie, à l’aide d’ensembles de données comprenant une plus grande proportion de TSA légers. 

Pour atteindre cet objectif, les chercheurs ont compilé des données auprès de deux agences fédérales qui collectent des informations sur l’autisme de manière continue depuis de nombreuses années : la base de données IDEA ( loi sur l’éducation des personnes handicapées)[8] du ministère de l’Éducation et les centres de contrôle de l’ autisme [9](CDC) sur l’ autisme. Réseau de surveillance des déficiences développementales (ADDM). IDEA recueille chaque année le nombre d’inscriptions dans l’enseignement spécial pour tous les enfants autistes diagnostiqués (parmi d’autres catégories de handicap), tandis que ADDM utilise des enregistrements de santé et / ou d’éducation pour collecter des informations sur la prévalence des TSA (uniquement pour les enfants de huit ans) tous les deux ans dans certains États et les comtés.

En comparant les tendances de «suivi» dans 16 États pour les enfants de huit ans nés au début des années 2000, les chercheurs ont constaté que la prévalence de l’autisme variait d’un État à un facteur d’environ deux à quatre. Ainsi, pour IDEA, la prévalence allait de 0,62% (Colorado) à 1,53% (Pennsylvanie), alors que pour ADDM (en 2012), elle allait de 0,57% en Alabama à 2,46% dans le New Jersey. Les auteurs s’empressent de préciser que les chiffres du New Jersey sont en réalité beaucoup plus susceptibles d’être exacts, en raison de la plus grande disponibilité de dossiers complets dans le New Jersey; sous-évaluation des TSA à huit ans en Alabama; et les différences d’échantillonnage au sein de ADDM (par exemple, urbain par rapport à rural) et entre ADDM et IDEA (par exemple, des comtés sélectionnés par rapport à l’ensemble de l’État). Indépendamment de ces variations méthodologiques :

En fin de compte, une augmentation de 1 000 fois de la prévalence de l’autisme depuis les années 1930 et de 25 fois au cours des dernières décennies devrait faire la une des journaux…

Derrière les chiffres

La plupart des reportages sur l’autisme dans les médias s’appuient sur les chiffres de l’ADDM du CDC en tant que source d’information faisant autorité en matière de prévalence. Le rapport ADDM le plus récent, qui indique que la prévalence des TSA est passée de un sur 68 à [10]huit ans né en 2004 (1,46%) à un sur 59 à huit ans né en 2006 (1,68%), décrit les tendances pour les enfants qui ont maintenant 12 ans. Cela pose la question de ce qui arrive aux enfants qui sont actuellement beaucoup plus jeunes, étant donné que l’ âge médian du diagnostic de l’autisme [11]est d’environ quatre ans. En outre, les déclarations générales sur la prévalence masquent d’importantes différences entre les sous-groupes, telles que l’impact disproportionné de l’autisme sur les garçons (2,66%) et la prévalence apparemment plus élevée dans des États comme le New Jersey (2,93% en 2014). En prenant en compte les variations d’état des états dans la détermination des cas et en tenant compte des nombreuses incohérences et des changements continus dans la [12]méthode d’ échantillonnage ADDM , les auteurs conseillent de rester prudents «lorsqu’ils citent un nombre unique… comme le taux global d’autisme».

Les auteurs admettent la possibilité qu’une faible proportion – peut-être 13% – de l’augmentation documentée de la prévalence de l’autisme (selon les données du CDDS) soit imputable à d’autres facteurs tels que l’immigration ou un diagnostic élargi. Dans l’ensemble, toutefois, leur étude indique de manière décisive que la majeure partie de l’augmentation (au moins 87%) «est due à une véritable augmentation de la maladie». La détection de «points de changement» spécifiques dans la chronologie de l’accélération de l’autisme – vers 1980, 1990 et 2006 – corrobore cette conclusion étant donné que ces moments coïncident approximativement avec le développement[13] périodique du programme de vaccins pédiatriques, ce qui a entraîné une exposition accrue des enfants au thimerosal[14] neurotoxique au début des années 1990 et à l’ aluminium[15] neurotoxique au milieu des années 2000. 

En fin de compte, une couverture de la prévalence de l’autisme multipliée par 1 000 depuis les années 1930 et multipliée par 25 au cours des dernières décennies devrait faire la une –

et la prévention de toute augmentation de la prévalence de l’autisme devrait être une priorité nationale urgente.


[1] https://time.com/money/2918134/cost-raising-autistic-child/

[2] https://eric.ed.gov/?id=ED560999

[3] http://pediatrics.aappublications.org/content/133/3/e520.long

[4] https://pediatrics.aappublications.org/content/133/3/e520.long

[5] https://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/article-abstract/1879723

[6] https://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/article-abstract/1879723

[7] https://www.dds.ca.gov/

[8] https://sites.ed.gov/idea/

[9] https://www.cdc.gov/ncbddd/autism/addm.html

[10] https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/65/ss/ss6503a1.htm

[11] https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/67/ss/ss6706a1.htm

[12] https://childrenshealthdefense.org/news/enough-already-autism-needs-to-be-declared-a-national-health-crisis/

[13] http://www.immunize.org/timeline/

[14] https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/67/ss/ss6706a1.htm

[15] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22099159

Laisser un commentaire