Autisme — l’Arme de destruction passive de l’État policier

0
2157
injecting injection vaccine medicine flu

GreenMedInfo, mercredi 2 octobre 2019, par : Neville Raymond

Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://www.greenmedinfo.com/blog/autism-no-brainer-weapon-police-state

Le but ultime des programmes de vaccination pourrait-il inciter les gens à se soumettre ? 

Au Moyen Âge, la question brûlante était de savoir combien d’anges pouvaient danser sur la tête d’une épingle. 

Aujourd’hui, pourquoi ne pas débattre du nombre de neurotoxines qui peuvent flotter sur le bout d’une aiguille ? Nous avons simplement à déplier l’insert d’un vaccin et nous les comptons tous. Mercure , aluminium , formaldéhyde , bi-phénoxyéthanol, chlorure de benzéthonium — la liste est longue et s’allonge encore et encore.

On sait que les gens souffrent de crises et de convulsions après avoir été vaccinés.[1] On ne sait pas encore combien de personnes favorables à la vie ont des démêlés avec la découverte que les virus contenus dans les vaccins sont cultivés dans des cultures de cellules provenant de fœtus humains avortés. Et nul ne sait combien d’amoureux des animaux et de végétaliens sont dégoûtés par le spectacle de tous ces animaux de laboratoire torturés et tués pour produire un seul vaccin.

La superstition de la vaccination a été exposée dans un livre au début du XXe siècle.

« La superstition de la vaccination : La prophylaxie doit être réalisée par la réalisation de la santé, et non par la propagation de la maladie. La vaccination peut produire la syphilis (Anglais) » — 24 juillet 2010 par John W Hodge.

Nous voici au début du XXIe siècle et ça continue.

À ce jour, les vaccins sont fidèles à leurs racines sémantiques (vaccin, vaca , vache).

Le pus de la vache utilisé à l’époque est maintenant du sérum bovin (sang de fœtus de veau avorté).

La science sur laquelle repose la vaccination est aussi grossièrement erronée que jamais, et sa tentative maladroite d’imiter l’immunité naturelle est un échec misérable qu’elle a toujours été. Sa prétention à éliminer les maladies infectieuses n’est rien de plus qu’une vaine tentative de se substituer aux progrès en matière d’assainissement, de nutrition et de vie saine qui avaient déjà été accompli avant l’arrivée des vaccins.

Quant aux praticiens du vaudou en blouse blanche et stéthoscopes autour du cou, ils doivent intimider et laver le cerveau de leurs patients pour qu’ils tombent malades à cause de maladies dont les associations avec les vaccins sont documentées :

allergies , arthrite , asthme , diabète , SID , maladie rénale , fausses couches. etc. 

Qui sont ces personnes qui font tomber les mères sous leur charme pour injecter dans le sang des enfants un tel mélange de toxines ?

Sont-ils médecins ?

Ou serait-ce le bon terme pour eux, des sorciers ?

« Aucun lien entre l’autisme et les vaccins ? »

Le refrain rebondit dans la chambre d’écho des médias. Pour ceux d’entre nous qui ont fait leurs devoirs, c’est comme dire qu’il n’y a pas de lien entre sexe et reproduction.

Croyez-le ou non, il y a eu des tribus pré-scientifiques qui n’ont pas réussi à établir ce lien !

L’inflammation du cerveau, ou encéphalopathie est un résultat bien connu de l’injection de vaccins, tout comme le gonflement du ventre est un résultat courant, mais non invariable d’une relation sexuelle. [2] [3]

Étant donné les preuves irréfutables de cette chaîne de causalité, l’affirmation des médias et de la médecine orthodoxe selon laquelle les vaccins n’ont rien à voir avec l’autisme ressemble au fantasme de la naissance d’une vierge.

Si les parents préfèrent ne pas gâcher l’avenir de leurs enfants, il est sage de s’abstenir de toute vaccination.

Même cet instinct sain d’auto-protection est attaqué par ceux qui voudraient interdire les exemptions de vaccination. Après que les médias aient soigneusement relaté une « épidémie » de rougeole à Disneyland, le même genre de pseudo-science qui a fait de la Californie la Mecque des stérilisations forcées a poussé à légaliser ici les vaccinations forcées. Comme si les chances de contracter une maladie infantile passagère à Fantasyland pouvaient être comparées à l’épidémie bien trop réelle de ruiner la vie de votre enfant atteint d’autisme.

Nous avons tous vu des manifestants autour des cliniques d’avortement, essayant d’empêcher les mères d’y entrer pour laisser les médecins tuer leurs fœtus. Pourquoi des essaims de manifestants ne bloquent-ils pas les cliniques de vaccination et les pharmacies ?

Pourquoi ne distribuent-ils pas les listes d’ingrédients toxiques fournies par les fabricants de vaccins ?

Ne devraient-ils pas dissuader les mères d’aller faire injecter à leurs enfants des substances qui attaquent leur corps et leur cerveau ?

D’ailleurs, pourquoi des armées de mères ne campent-elles pas à Washington ou à Sacramento, pour mettre les législateurs au courant des recherches centenaires d’un prix Nobel de médecine qui a montré que le rhume des foins, l’asthme, le choc anaphylactique et d’autres allergies inflammatoires, comme l’épidémie mortelle actuelle d’allergie à l’arachide, sont des réactions à des fragments de protéines non digérées flottant dans le sang à la suite d’injections de vaccins ?

Oh, j’ai oublié. Elles ont été retournées les unes contre les autres par le mythe de l’immunité collective.

La rage qu’elles devraient diriger contre ceux qui nuisent manifestement à la santé de leurs enfants en leur promettant de fausses vaccinations est dirigée contre ceux qui sont trop intelligents et trop éduqués pour tomber dans les mensonges des propagandistes des vaccins ! Quel coup de génie diabolique !

La rage qu’ils devraient diriger contre ceux qui nuisent manifestement à la santé de leur enfant avec de fausses promesses de vaccination est dirigée contre ceux qui sont trop intelligents et instruits pour tomber dans le mensonge des propagandistes du vaccin ! 

Quel coup de génie diabolique !

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le monde civilisé s’est levé contre les Docteurs de l’Infamie qui ont réalisé des expériences horribles au nom de la science dans les camps de concentration.

Lorsque le black-out médiatique sur la vérité des vaccins sera levé, il deviendra évident pour tout le monde que les médecins qui font pression sur les parents pour qu’ils vaccinent leur enfant ne valent pas mieux que les médecins nazis.

Ce jour-là, les journalistes, les blogueurs et les trolls d’internet qui propagent le grand mensonge selon lequel les vaccins sont sûrs pourraient bien être jugés en vertu des lois de Nuremberg pour complicité de crimes contre l’humanité.

Ne voyez-vous pas le fantôme d’Heinrich Himmler qui sourit à ceux qui saluent les vaccins comme l’une des plus grandes réalisations du XXe siècle ?

En méprisant l’holocauste qu’ils font subir à la santé des enfants ?

Après tout, c’est lui qui a salué un groupe de SS de haut rang pour avoir écrit une page glorieuse de l’histoire… malgré les monticules de cadavres qu’ils ont laissés dans leur sillage.

Combien d’oreilles doivent avoir certaines personnes avant de pouvoir entendre les cris des enfants dont le cerveau explose sous l’effet de toutes les neurotoxines qui les bombardent suite à une vaccination ?

Comment les promoteurs et les facilitateurs de vaccins peuvent-ils faire la sourde oreille à ces cris aigus, arrachés des profondeurs de petits corps arqués pour échapper aux effets de l’empoisonnement par les métaux lourds dans leur cerveau d’enfant ?

La crainte de ruiner leur carrière éclipse-t-elle leur compassion pour les parents dont le monde s’écroule sous les cris ?

Il est littéralement évident que des intérêts très puissants mènent la barque ici.

Font-ils peser une telle pression que des personnes par ailleurs décentes oublient leur éthique journalistique, leur serment d’Hippocrate, et répandent le fléau de l’autisme dans une population sans défense par les aiguilles empoisonnées des vaccins aveugles. Ici, personne ne sort en sentant la rose. Soit les médecins honorables sont pris pour des boucs émissaires et dépouillés de leurs titres médicaux, soit des membres de la communauté médicale sont transformés en menteurs et en complices de meurtre cérébral.

Lorsque Galilée a été contraint de se rétracter sur sa théorie selon laquelle la terre tourne autour du soleil, il a murmuré dans un souffle : « Et pourtant elle tourne ».

Les fanatiques des vaccins peuvent pontifier et affirmer que les vaccins sont sûrs tant qu’ils veulent. Mais une fois vacciné, le cerveau des enfants continue de gonfler et de s’enflammer. Les corps continuent à avoir des convulsions. Et des enfants meurent encore.

Les statistiques sont effrayantes.

Il y a quelques décennies, l’autisme était si rare qu’il était pratiquement inconnu.

Avec le renforcement des programmes de vaccination, il a commencé à se développer de façon exponentielle. Avant qu’on ne s’en rende compte, c’était un enfant sur 500, puis un sur 150. Puis un enfant sur 100. Puis 1 enfant sur 50, ou 1 garçon sur 35. Au cours de la prochaine décennie, les chiffres devraient atteindre 1 sur 10. Si cette tendance se poursuit, 1 enfant sur 2 pourrait être autiste d’ici 2030 ou 2035. Il ne s’agit pas d’une crise de santé publique. Il s’agit d’une catastrophe de santé publique.

Et cela se produit parce que la mafia médicale conspire avec les médias pour assassiner les âmes de nos enfants. Quels sont les ordres donnés par Hitler pour cet holocauste mental ? Si un esprit est une chose terrible à gaspiller, qui a donné au CDC et aux services de santé et d’aide sociale le pouvoir de détruire l’esprit des enfants ?

Qui oblige les bonnes personnes à commettre des atrocités qui doivent sûrement piquer leur conscience comme une aiguille, si ce n’est aller à l’encontre de toutes leurs fibres morales ?

Et dans quel but ?

Les explications habituelles sont doubles.

Il y a d’abord la motivation du profit. Les vaccins sont une grosse affaire pour les grandes entreprises pharmaceutiques. Pas seulement pour les milliards qu’elles tirent du coût réel des vaccins, mais d’un modèle commercial qui fait que les clients sont malades et blessés par les vaccins pour la vie.

  • Ensuite, il y a le programme secret de dépeuplement imputé à l’élite au pouvoir.

Les Américains sont amenés à sacrifier leurs enfants aux vaccins en invoquant la fable de l’immunité collective pour faire appel à leurs instincts altruistes. Pendant ce temps, les oligarques sont libres de s’atteler à la tâche d’« abattre le troupeau », c’est-à-dire d’administrer à la population des vaccins dangereux et souvent mortels.

Cela ne semble guère suffisant comme explication. 

La plupart des victimes du vaccin ne meurent pas — leur cerveau est brouillé. Et qu’en est-il du coût gargantuesque des soins indispensables après le handicap causé par le vaccin ? 

La ponction financière sur le trésor public dépasse toute motivation de profit. Qui, sain d’esprit, ajouterait des milliards au budget de l’aide sociale en élargissant systématiquement le nombre de victimes de la vaccination qui doivent être indemnisées et soutenues jusqu’au jour de leur mort ?

C’est pourtant ce qu’accomplira la campagne législative visant à interdire les exemptions de vaccination.

Comment la société peut-elle payer pour les soins de cette population en pleine expansion, alors que les enfants autistes deviennent des adolescents et les adolescents autistes, des adultes ?

Quel genre de méthode existe-t-il dans cette folie institutionnalisée ?

Et soudain la réponse nous frappe comme un éclair. 

Quelles ont été les retombées les plus alarmantes du 11 septembre ? 

Les signes proliférants d’un État policier -  le Patriot Act, la surveillance de la NSA, l’érosion de la Déclaration des droits, les détentions extrajudiciaires et les assassinats, etc.

Il y a certainement eu une poussée concertée dans les premières décennies du 21e siècle pour mettre en place l’infrastructure de l’État policier. 

La première pièce de ce complot est la militarisation impitoyable des forces de police. 

Mais la répression de haut en bas a ses limites. 

Les gens sont mieux informés aujourd’hui, ils sont plus conscients, plus interrogateurs, surtout armés d’une formation de « Google University ». 

Comment les oligarques cimentent-ils leur emprise sur le pouvoir, et encore plus, étendent-ils leur position privilégiée, face à un malaise grandissant parmi la population générale que le gouvernement invisible, avec l’aide du visible, cherche à intimider et à asservir le peuple américain ? 

Pour être sûrs, ils pourraient continuer à rogner notre droit civique. Mais ne serait-il pas plus facile de paralyser notre capacité naturelle à le faire ?

Demandez-vous, comment empêchez-vous les gens de s’exprimer ?

Vous pourriez adopter des lois draconiennes pour faire taire la liberté d’expression.

Ou vous pourriez exiger un cocktail toxique de vaccins qui prive toute une génération d’enfants de la capacité de parler.

Comment empêchez-vous les gens de se mobiliser ensemble pour défendre leurs droits ?

Vous pouvez interdire le droit de réunion, ou alternativement, utiliser des escouades anti-émeutes de police pour briser les mouvements d’occupation.

Ou bien vous pourriez tout simplement lancer un programme de vaccination forcée qui fait avorter la capacité des bébés sans défense à se développer pour devenir des animaux sociaux pleinement fonctionnels et qui dégrade leur capacité à avoir des interactions sociales normales.

Comment faire reculer la croissance des mouvements politiques qui tiennent notre gouvernement responsable et rendent le pouvoir au peuple ?

Vous pourriez gonfler la menace du terrorisme et pousser les gens à renoncer à leurs libertés durement gagnées en les soumettant à une surveillance permanente et à des atteintes scandaleuses à leur vie privée.

Ou vous gonflez la menace de la maladie et surchargez le système immunitaire de nos enfants avec des produits chimiques toxiques qui font reculer leur développement et les obligent à régresser pour classer des cas qui nécessitent une surveillance et des soins 24/24 h et 7/7 j.

Ce qui est frappant dans l’autisme, c’est qu’il jette les enfants dans une sorte de prison mentale dont ils ne semblent pas pouvoir sortir. Voici la description faite par un médecin du premier enfant autiste qu’il a vu en 1989 :

Pour le citoyen moyen, cela semble trop déchirant pour être dit. Pour ceux qui ont investi dans l’extension de leurs pouvoirs de police et de leur capacité à dominer le monde, c’est exactement ce que le médecin a ordonné !

Qui a besoin de Guantanamo quand on peut utiliser des vaccins pour enfermer des enfants dans une prison psychiatrique et jeter la clé ?

Qui a besoin de briser les assemblées publiques et les manifestations de masse quand on se contente de charger d’avance un programme de vaccination qui étouffe dans l’œuf les tentatives de communication sociale de nos enfants et les isole désespérément dans leur propre monde intime ?

Les dictateurs rêvent de gagner tellement de pouvoir qu’ils peuvent dominer les gens comme des dieux plus grands que nature et les faire régresser au niveau de petits enfants sans défense.

Vous ne le savez pas, les vaccins ont le pouvoir de réaliser ce rêve en empêchant définitivement les enfants de devenir des adultes fonctionnels.

Pas étonnant que les médias fassent tout leur possible pour faire passer le message que les vaccins ne causent pas l’autisme.

Une fois que l’on sait que c’est exactement ce que font les vaccins, leur rôle crucial en tant qu’arme secrète dans l’arsenal de l’État policier disparaît.

Personne ne doit savoir que les vaccinations de masse forcées sont une continuation par d’autres moyens du programme totalitaire lancé par le 11 septembre. Personne ne doit savoir qu’elles constituent la dernière tentative de réduire les libertés et les droits constitutionnels durement acquis au cours des deux derniers siècles en détruisant les constitutions mentale et physique de nos enfants et en les privant de leur droit à être des personnes indépendantes à part entière.

Un peuple responsable, articulé, socialement conscient et capable de penser par lui-même, n’est-ce pas la plus grande menace pour un programme totalitaire ?

Quel meilleur moyen d’éliminer cette menace qu’un programme de vaccination de masse qui s’attaque à la capacité des générations futures à devenir des êtres humains responsables, capables de s’exprimer et ayant une conscience sociale ?

Ne sommes-nous pas une société qui respecte la liberté et la dignité de l’homme ordinaire ?

Quelle meilleure façon de se moquer de notre société qu’en faisant régresser régulièrement et massivement les enfants au point qu’ils doivent être maintenus dans des couches à perpétuité !

Il est tout à fait logique que les grandes entreprises pharmaceutiques, les médecins, les médias et les chiens de garde du gouvernement s’entendent pour être le fer de lance d’une effrayante épidémie d’autisme. Il suffit de regarder ce mot qui nous interpelle à partir du mot vaccin : vache.

L’objectif ultime des vaccins est d’intimider le peuple américain pour qu’il se soumette. Imaginez qu’une minuscule minorité ait la possibilité d’étendre sans limites son pouvoir de décision — et qu’elle puisse le faire sans tirer un seul coup de feu.

Tout ce qu’elle a à faire, c’est de donner à chaque génération et à la génération suivante les vaccins qui l’arrêteront dans un état d’impuissance infantile, du berceau à la tombe.

Pensez-vous vraiment qu’il pourrait résister à la tentation de rater cette occasion ? 

L’auteur

Neville [email protected]

“Everyone is pro-vaccination –
until a flu shot paralyzes their friend
or the MMR injures their child
or the DTaP kills their granddaughter.
Vaxxers are converted to antivaxxers
not by Jenny McCarty or Andrew Wakefield
but by the horror of vaccine injury and death#vaccines

« Tout le monde est pro-vaccination —

jusqu’à ce qu’un vaccin contre la grippe paralyse leur ami

ou que le MMR blesse leur enfant

ou le DTaP tue leur petite-fille. 

Les Vaxxers sont convertis en antivaxxers

pas par Jenny McCarty ou Andrew Wakefield,

mais par l’horreur des blessures et des décès causés par les vaccins

#vaccins »

10:31 – 30 sept. 2019


Référence

[1] La grande dissimulation de l’autisme , avant-propos

Neville Raymond est l’auteur de The Reparenting Revolution —From a Power-Based to a Love Based Society  (2018) et  The Genesis of Genocide – Breaking Through to the Heart of the Holocaust  (2001). Son dernier livre, The Reparenting Blueprint —Co-création d’un monde où la race humaine tombe amoureuse d’ellemême, est maintenant disponible sur Amazon.

Avertissement : Cet article n’est pas destiné à fournir des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de GreenMedInfo ou de son personnel.


[1] https://www.greenmedinfo.com/anti-therapeutic-action/vaccination-all

[2] https://www.naturalnews.com/048888_vaccine_adverse_events_autism_INFANRIX_Hexa.html

[3] https://www.naturalnews.com/041897_MMR_vaccines_autism_court_ruling.html

Laisser un commentaire