Biden révoque l’interdiction de voyage antiterroriste de Trump

1
2355
Le président Joe Biden se prépare à signer une série de décrets au Resolute Desk dans le bureau ovale quelques heures seulement après son investiture le 20 janvier 2021 à Washington. (Chip Somodevilla/Getty Images)

Par Ivan Pentchoukov, le 20 janvier 2021

https://www.theepochtimes.com/biden-revokes-trumps-anti-terrorism-travel-ban_3665213.html?utm_source=pushengage

Dans l’une de ses premières actions exécutives, le 20 janvier 2021, le président Joe Biden a annulé l’interdiction de voyager du président Donald Trump pour les pays où se trouvaient des individus représentant une menace terroriste pour les États-Unis.

Dans une proclamation intitulée « Ending Discriminatory Bans on Entry to the United States », Biden a révoqué une série de décrets et de proclamations que Trump a signés entre 2017 et 2020.

Tout comme les médias et les groupes de l’establishment qui ont contesté les actions de Trump, Biden a accusé son prédécesseur de discriminer les musulmans et les nations africaines.

Les actions de Trump visaient une petite partie des pays à majorité musulmane et africaine.

« Les États-Unis ont été construits sur un fondement de liberté religieuse et de tolérance, un principe inscrit dans la Constitution des États-Unis », indique la proclamation.

« Néanmoins, le gouvernement précédent a promulgué un certain nombre de décrets et de proclamations présidentielles qui ont empêché certaines personnes d’entrer aux États-Unis – d’abord de pays principalement musulmans, et ensuite, de pays majoritairement africains ».

Les pays touchés par l’interdiction de voyager avant la révocation de Biden étaient l’Erythrée, l’Iran, le Kirghizistan, la Libye, le Myanmar, le Nigeria, la Corée du Nord, la Somalie, le Soudan, la Syrie, la Tanzanie, le Venezuela et le Yémen.

Trump a publié la première version de l’interdiction de voyager le 27 janvier 2017.

L’interdiction a fait l’objet de protestations et a été bloquée par les tribunaux. La Maison Blanche a reformulé l’ordonnance pour la mettre à l’abri des contestations judiciaires et a publié la nouvelle directive le 6 mars 2017. La mise en œuvre de la deuxième ordonnance a été retardée par des contestations judiciaires.

En septembre 2017, M. Trump a publié une proclamation modifiant l’ordonnance, qui, après une bataille juridique, a été confirmée par la Cour suprême des États-Unis.

En avril 2018, Trump a retiré le Tchad de la liste des pays bloqués. L’année dernière, il a ajouté l’Erythrée, le Kirghizistan, le Myanmar, le Nigeria, le Soudan et la Tanzanie en raison de leur incapacité à partager des « informations terroristes, criminelles ou d’identité » pour leurs voyageurs.

Les médias de l’establishment ont qualifié le mouvement d' »interdiction des musulmans » en raison de la proportion de musulmans vivant dans chaque pays. Les parties qui ont contesté l’ordonnance devant le tribunal ont fait valoir que la mesure était motivée par un animosité anti-musulmane. L’administration n’était pas d’accord, soulignant que plus de 40 pays à majorité musulmane n’étaient pas concernés par l’interdiction.

En 2020, les terroristes islamiques radicaux ont tué 10 125 personnes et en ont blessé 7 725 dans le cadre de plus de 2 100 actes terroristes, selon une liste tenue par The Religion of Peace, un site web non partisan qui a suivi les attaques terroristes islamiques dans le monde entier depuis 2001.

L’année dernière, dans les pays touchés par l’interdiction de voyager de Trump, les terroristes islamiques radicaux ont tué 3 283 personnes, ce qui représente près d’un tiers de tous les assassinats de terroristes islamiques dans le monde.

Certains des pays figurant sur la liste noire n’ont pas ou peu d’attentats terroristes islamiques au niveau national, mais ont été ajoutés pour d’autres raisons. Les voyages en provenance d’Iran ont été interdits parce que le Département d’État américain considère ce pays comme le principal commanditaire du terrorisme dans le monde. Des pays comme la Somalie n’ont pas eu de gouvernement depuis des décennies pour délivrer des documents de base comme les certificats de naissance et les permis de conduire, ce qui rend impossible l’examen des voyageurs. D’autres pays ont des milices extrémistes actives, souffrent de guerres civiles actives et abritent des groupes terroristes comme Al-Qaïda.

« L’interdiction de voyager de Trump a réglé un problème de sécurité réel, qui consiste à contrôler les demandeurs de visa provenant de pays qui n’ont pas de gouvernement pour nous aider à le faire », a déclaré Todd Bensman, chercheur principal en matière de sécurité nationale et du Centre d’études sur l’immigration, au Epoch Times.

« Si vous vous contentez d’interdire les voyages en provenance de ces pays, vous n’avez pas à vous inquiéter. Cela règle le problème à la racine, c’est-à-dire que vous n’avez pas à enquêter sur les antécédents des personnes qui viennent de ces endroits.

« Si nous revenons en arrière, nous allons revenir à la case départ avec toutes sortes de personnages malfaisants qui reçoivent des visas que nous devons poursuivre pour terrorisme.

Il y a toute une liste de personnes originaires de Somalie, du Yémen, du Soudan et de Syrie qui ont obtenu un visa avant l’interdiction et qui se sont révélées être des terroristes, des terroristes purs et durs », a ajouté M. Bensman.

Dans une tentative apparente d’apaiser les inquiétudes concernant les questions de filtrage, la proclamation de M. Biden comprend une section intitulée « Examen des relations de partage d’informations et plan de renforcement des partenariats ».

L’ordonnance ordonne aux secrétaires d’État et à la sécurité intérieure de fournir au président, dans un délai de 120 jours, un rapport contenant « une description des procédures actuelles de filtrage et de vérification », « un examen des pratiques de partage d’informations des gouvernements étrangers », « des recommandations visant à améliorer les activités de filtrage et de vérification » et « un examen de l’utilisation actuelle des identifiants des médias sociaux dans le processus de filtrage et de vérification ».

Suivez Ivan sur Twitter : @ivanpentchoukov

1 COMMENTAIRE

  1. Il se prend très au sérieux, il oublie qu’il n’y a plus de constitution et que son arrestation n’est qu’une question de jours… quel travail en attendant, avec une telle pile de dossiers ! tout ça pour rien….

Laisser un commentaire