Cet artiste gallois, Jon Foreman, fait des œuvres d’art géométriques avec des cailloux sur la plage

0
1047

par Karolina.B

L’artiste Jon Foreman exprime son art en disposant des pierres en formations graphiques sur la plage. Sa pratique, qu’il appelle Sculpt the World, présente des cailloux façonnés en motifs tourbillonnants. Ainsi que des cercles géants contenant un éventail de teintes arc-en-ciel.

« Ce processus est une thérapie pour moi », explique Foreman à My Modern Met.  

« Le simple fait de placer pierre sur pierre dans le sable est très thérapeutique. Je suis sûr que nous apprécions tous une promenade sur la plage, mais ce processus me semble plus immersif. Être là dans la nature, me perdre dans le travail, avoir laissé derrière moi tout le stress de la vie de tous les jours. »

Jon Foreman habite dans le Pembrokeshire, au Pays de Galles, qui abrite un littoral généreux.

« Les plages ici sont vraiment exceptionnelles et il y en a tellement. », explique-t-il. « Je doute que j’en ai même visité la moitié. »

À son arrivée sur une plage, il prévoit d’y passer quatre heures (en moyenne) pour créer son œuvre d’art.

« Parfois, j’ai une idée de ce que j’aimerais essayer, mais je le dessine très rarement complètement. J’aime bien ne pas savoir exactement comment cela se passera jusqu’à ce qu’il soit là devant moi. »

Bien que beaucoup puissent trouver intimidant de travailler sans plan, Jon Foreman trouve l’inconnu réconfortant. En n’ayant aucune idée préconçue de ce qu’il créera, il trouve qu’il est plus susceptible d’expérimenter et de développer de nouvelles facettes de son travail.

Agencer la pierre a montré à Foreman certaines de ses qualités inattendues. Il a remarqué que les cailloux, malgré leur solidité, changent lorsqu’ils sont regroupés; ils deviennent «malléables», révèle Foreman. « Il y a tellement de façons de travailler avec la pierre; la couleur, la taille, la forme de l’angle selon où elle est placée, la direction à laquelle elle fait face, des possibilités infinies. Bien que la pierre ne soit pas le seul matériau que j’utilise, elle s’est avérée être le matériau que je préfère car elle présente tant de possibilités différentes. »

Le land art est éphémère et sera finalement récupéré par la terre dont il est issu.

« Cela devient souvent une course vers la fin à mesure que les vagues se rapprochent », explique Jon Foreman.
« J’essaie de rester pour voir le travail s’effacer et saisir le moment de l’impact. »

Jon Foreman choisit de voir la beauté dans la courte durée de vie de son travail. 

  • « Je crée en utilisant du matériel fabriqué à partir de cet environnement pour cet environnement. La marée lave tout cela jusqu’à la ligne de marée, et je reviens le lendemain avec une toile vide pour travailler. Les gens demandent souvent si cela me dérange que le travail doive éventuellement disparaître. À cela, je dis : pas du tout. En fait, le fait que ce soit de courte durée le rend plus spécial. »

Sources : Sculpt the World via My modern met & Instagram

Laisser un commentaire