Coronavirus: “Guerre des masques”. La France restitue à la Suède les masques réquisitionnés.

1
1363
Le président Emmanuel Macron protégé par un équipement spécial visite l'usine de masques le 31 mars 2020 à Saint-Barthélemy-d'Anjou. ©Loic Venance

Les révélations de L’Express ont obligé l’Elysée à manger son chapeau. Et à rendre à son propriétaire suédois 4 millions de masques saisis dans un entrepôt de Lyon.

Après la saisie, à Lyon, de 4 millions de masques appartenant à une multinationale suédoise, le gouvernement du pays nordique est furieux.

Il n’est pas nécessaire d’être ennemis pour se combattre.
Entre la Suède et la France, une « guerre des masques » a éclaté début mars, alors même que les deux nations appartiennent à l’Union européenne, sont alliées sur le plan militaire et -c’est un comble- sont cosignataires d’un partenariat stratégique économique dont l’un des volets concerne… le secteur de la santé.

Mais, patatras, la crise du coronavirus et la pénurie de masques ont abîmé -provisoirement?- cette belle harmonie. Et transformé ces pays amis en « belligérants » d’un conflit politique, économique, diplomatique. 

Tout commence le 5 mars lorsque la France réquisitionne, à Lyon, 4 millions de masques appartenant à l’entreprise suédoise Mölnlycke, un géant du secteur médical spécialisé dans les produits jetables (masques, blouses pour bloc opératoires, etc.).

Deux jours auparavant, le président Emmanuel Macron a, en effet, signé un « décret de réquisition » permettant au gouvernement, comme en temps de guerre, de saisir tous stocks de produits et matériels se trouvant sur le territoire français afin de lutter contre le Covid-19. 

Il aura fallu quatre jours pour que le gouvernement français réagisse aux révélations de L’Express.

À l’heure de la crise du coronavirus, où tous les pays cherchent à s’approvisionner en matériel de protection, nos informations ont en effet provoqué une onde de choc à travers l’Europe.

Mercredi 1er avril, nous révélions que la France, s’appuyant sur le « décret de réquisition » signé début mars par le Premier ministre, Edouard Philippe, avait saisi un stock de 4 millions de masques à Lyon – une cargaison appartenant à la multinationale médicale suédoise Mölnlycke.

Et cela, au mépris des principes fondateurs du Marché commun et de l’Union européenne. 

Source : L’Express

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire