Coronavirus: les humains doivent cesser de « mépriser » la nature, avertit Jane Goodall

1
1024
Image tirée du documentaire "Jane, un message d'espoir", diffusé le 22 avril à 21h sur National Geographic. © Michael Christopher Brown

C’est le «mépris» de notre environnement qui a causé la crise du Covid-19, estime Jane Goodall, 86 ans, primatologue britannique qui a voué sa vie à la défense des animaux, notamment les chimpanzés, et de l’environnement. Mais il est temps d’apprendre de nos erreurs et tenter d’éviter de futures catastrophes, plaide-t-elle.

🟣 COMMENT PERCEVEZ-VOUS CETTE PANDÉMIE ?

C’est notre mépris pour la nature et notre manque de respect pour les animaux avec lesquels nous devrions partager la planète qui ont causé cette pandémie, qui avait été prédite de longue date. Car à mesure que nous détruisons, par exemple la forêt, les différentes espèces d’animaux qui l’habitent sont poussées en proximité forcée et des maladies passent d’un animal à un autre, et un de ces animaux, rapproché par force des humains, va probablement les infecter.

Ce sont aussi les animaux sauvages chassés, vendus sur des marchés en Afrique ou en Asie, notamment en Chine, et nos élevages intensifs où nous parquons cruellement des milliards d’animaux, ce sont ces conditions qui donnent l’occasion aux virus de faire le saut entre les espèces vers les humains.

🟣 CONCERNANT CES MARCHÉS ANIMALIERS, QUE FAIRE ?

C’est une très bonne chose que la Chine ait fermé les marchés d’animaux vivants. C’est une interdiction temporaire dont nous espérons qu’elle deviendra permanente et que d’autres pays asiatiques vont suivre. Mais en Afrique il sera très difficile de stopper la vente de viande de brousse, car tant de gens en dépendent pour leur subsistance. Il faudra penser très attentivement à comment faire, car on ne peut empêcher quelqu’un de faire quelque chose quand il n’a absolument pas d’argent pour vivre ou faire vivre sa famille. Mais que cette pandémie nous apprenne au moins quoi faire pour en éviter une prochaine.

🟣 ET IL Y A DE QUOI ESPÉRER ?

Nous devons comprendre que nous faisons partie du monde naturel, que nous en dépendons, et qu’en le détruisant, en fait, nous volons l’avenir de nos enfants. J’espère qu’en raison de cette riposte sans précédent, ces confinements partout dans le monde, plus de gens vont se réveiller, commencer à penser des façons dont ils pourraient vivre différemment leurs vies.

Tout le monde peut avoir un impact chaque jour, si vous pensez aux conséquences des petits choix que vous faites: ce que vous mangez ; d’où ça vient ; est-ce que ça a causé de la cruauté envers les animaux; est-ce que ça provient d’une agriculture intensive, ce qui est le cas en général ; est-ce que c’est bon marché grâce à du travail forcé d’enfants ; est-ce que sa production a nuit à l’environnement ; combien de kilomètres a-t-il fallu le faire voyager ; avez vous pensé à marcher au lieu de prendre la voiture ; comment pourriez vous lutter contre la pauvreté, parce que les gens pauvres ne peuvent pas faire ce genre de choix éthiques, ils doivent faire ce qu’ils peuvent pour survivre, ils ne peuvent pas se poser ces questions sur ce qu’ils achètent, ça doit être le moins cher et ils abattront le dernier arbre parce qu’ils sont au désespoir de trouver de la terre pour faire pousser quelque chose à manger…
Ce que nous pouvons faire chacun dans notre vie dépend de qui nous sommes, mais nous pouvons tous faire une différence, tous.

Propos recueillis lors d’une conférence téléphonique à l’occasion de la sortie d’un nouveau documentaire produit par National Geographic, «Jane, un message d’espoir».

Source : AFP

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour,
    Bien que ce papier soit très intéressant et qu’il apporte une prise de conscience sur la nature qui nous entoure, je ne crois pas une seconde à cette théorie, et j’ai mes raisons que j’explique à continuation
    Depuis environ 15 ans, je suis électrosensible, et les symptômes de cette sensibilité on changé au fur et à mesure des changements de générations de la téléphonie mobile et de l’implantation du wifi dans toutes les maisons. Au début c’était assez anodin mais au fur et à mesure de la multiplication des appareils, les choses ses sont empirées, et ça a même fini à l’hôpital plusieurs fois sans que personne ne sache ce que j’avais réellement.
    Dernièrement, c’est à dire plus ou moins 2 ans, j’ai commencé à avoir des pressions au niveau de ma poitrine, avec une sensation d’étouffement, des nausées, une mauvaise digestion même en ne buvant que de l’eau, des sensations de fièvre sans fièvre mais avec la peau brûlante, fatigue intense avec les jambes flasque comme quand on a la grippe, des vertiges aussi dernièrement,
    Au début je ne pensais pas à mon électrosensibilité, mais comme j’ai des vêtements anti-ondes pour sortir à l’extérieur, je les ai essayés pour voir si ça faisait effet. Et effectivement toutes ces sensations disparaissaient au bout d’un certain temps. Mais il y a quelques mois tout ça est revenu en plus fort et j’ai pu contrer ces malaises grâce à une pierre, la shungite christallisée. Le changement est venu avec le wifi 5G c’est à dire que le wifi émet dans les 5gigahertz au lieu des 3.5 Ghtz de la génération d’avant,
    Mais cette semaine, je suis tombée sur la vidéo de Tatiana Ventôse où elle expliquait les symptômes qu’elle avait ressenti durant sa maladie (justement le covid 19) et ce sont exactement les mêmes symptômes que je ressens depuis quelques mois, bien avant que n’éclate cette maladie, et qui sont beaucoup plus intenses ces dernières semaines. De plus elle a des hauts et des bas, avec l’impression de ne plus être malade un jour et de rechuter plus fort le lendemain, de la même façon que moi qui ai plus de problèmes les weekends et les mercredis après-midi que les autres jours. Pour moi, et c’est mon avis, ce n’est pas un problème venant des animaux toute cette histoire, c’est un problème qui vient des ondes, d’autant plus maintenant que tout le monde est confiné et utilisent ces technologies sans fils toute la journée et même une partie de la nuit.
    La chauve-souris et le pangolin n’y sont pour rien dans cette affaire, c’est juste l’arbre qui cache la forêt

Laisser un commentaire