Courrier des lecteurs : la vitamine du soleil, la vitamine D

2
1922
Image by Jill Wellington from Pixabay

Par Greg. Gaudefroy

A propos de vitamine D, extrait de The Disease Conspiracy The FDA Suppression of Cures by Robert R. Barefoot” 19 février 1928

Le SOLEIL vendu en pilules en Grande-Bretagne.

La vitamine D, produite par l’action de la lumière ultraviolette, est obtenue par synthèse.

Correspondance spéciale du NEW YORK TIMES. New York Times Feb 19, 1928. pg.56,1 pgs

Résumé :

LONDRES, 11 février – Le “soleil” peut maintenant être pris médicalement dans une pilule. La vitamine D, qui a été décrite comme la “vitamine du soleil” parce qu’elle provient du soleil, peut maintenant être achetée sous forme de petites pastilles.

Commentaire de l’auteur:

C’est le tournant de l’histoire des médicaments par rapport aux vitamines, car, pour la première fois, le public pouvait consommer de grandes quantités de vitamine D.

Le résultat a été une urgence médicale, car les gens n’avaient pas le choix. Les hommes de médecine ont dû faire quelque chose pour mettre fin à cette tendance et ils ont décidé de donner à sept étudiants en médecine suffisamment de vitamine D pour tuer un cheval. Cela a fonctionné puisque les étudiants sont tombés malades et les autorités médicales ont immédiatement fait retirer la vitamine D des rayons en Amérique.

Comme d’autres vitamines, telles que la vitamine A et la vitamine E, avaient apparemment le mérite de prévenir les maladies, les hommes de médecine ont décidé d’instituer un programme de propagande contre ces vitamines, en recourant à la psychologie des chiffres.

Ils ont décidé de changer les unités de mesure des vitamines A, D et E, passant des milligrammes à une nouvelle unité appelée “unités internationales” ou UI. Cela a fonctionné puisque la petite quantité de 20 milligrammes de vitamine D est devenue 1 000 000 d’UI, une quantité que le public a jugée horriblement élevée, car lorsqu’il mange une orange, il ne reçoit que 60 milligrammes de vitamine C.

La recommandation médicale de 400 UI semblait suffisamment élevée, même si elle ne représentait qu’un centième de milligramme, une quantité trop faible pour être efficace.

Par conséquent, tous les Américains continuent d’être dupés par la psychologie en pensant qu’ils reçoivent des quantités adéquates de vitamines, alors qu’en réalité, les quantités recommandées par les autorités médicales sont criminellement faibles.

En 1928, la suppression de la vitamine D en raison de sa toxicité a suscité un tollé général. La faculté de médecine de l’université de Chicago a donc été chargée d’étudier la toxicité de la vitamine-D. Il a fallu dix ans à des dizaines de médecins et de scientifiques pour conclure dans leur rapport final, le rapport Frock, qu’aucune quantité de vitamine D n’était toxique et que les allégations médicales de guérison étaient vraies.

À cette époque, le public avait presque oublié la vitamine D, mais l’industrie pharmaceutique y voyait des profits et a créé quatre des médicaments les plus populaires de tous les temps qui n’étaient que des placebos de vitamine D, comme le Dalsol, le Deltalin et le Drisdol.

Le résultat, outre des profits faramineux, a été que le public a commencé à croire que certains médicaments fonctionnent réellement.

Pendant ce temps, les médecins avertissaient le public que toute dose supérieure à 400 UI par jour “pourrait être toxique”, même s’ils prescrivaient des médicaments contenant des centaines de milliers d’UI de vitamine D. Cette pratique se poursuit encore aujourd’hui. “

2 Commentaires

Laisser un commentaire