COVID-19 & IDIOCRATY

2
3397

Bonjour cogiito,

J’espère que ce message vous trouvera dans une excellente journée.

J’ai revu cette année un film qui m’a beaucoup fait rire par son sens de l’humour autant absurde que visionnaire. Ce film s’appelle Idiocratie, vous en avez entendu parler ?

Pour la seule allégorie faite dans ce film, il mérite d’être regardé car notre réalité actuelle montre une tendance à cette dérive.

Le héros du film cryogénisé par erreur pendant plusieurs siècles se réveille dans un futur ou l’humanité a régressé à un tel point qu’elle est menacée d’être ensevelie sous ses propres ordures. Après maintes mésaventures qui amènent le héros à être emprisonné à tort, il se retrouve a devoir effectuer un test de QI avant son entrée en prison. Le héros est alors identifié comme étant la personne la plus intelligente d’Amérique ; il est invité à rencontrer le Président des États-Unis qui efface sa peine et lui demande en échange de l’aider à résoudre les problèmes importants du pays avec son super cerveau.


Le pays est littéralement menacé de famine car pour une raison inexpliquée, les champs agricoles qui constituent la nourriture principale du pays, sont devenus infertiles.

Le héros principal réalise alors que les exploitations sont exclusivement arrosées avec Brawndo, une boisson énergisante semblable à du Gatorade, une sorte de « Red Bull ».

Il tente alors de convaincre les membres du cabinet présidentiel qu’il faudrait simplement utiliser de l’eau pour arroser les cultures afin qu’elles puissent recommencer à pousser.

En suit une conversation digne du « Dîner de con » autour du slogan marketing suivant :

« Brawndo, le mutilateur de soif. Il a ce que les plantes désirent, il a des électrolytes »

On apprend que la société Brawndo a corrompu les autorités de régulation pour pouvoir dire, faire et vendre ce qu’elle veut au point que l’Amérique entière a oublié que l’eau était potable.

Dans un monde où le bon sens s’est envolé, un slogan marketing peut devenir vérité.

Suite à l’arrêt brutal de l’utilisation da la boisson énergisante sur les cultures agricoles, le cours en bourse de l’action Brawndo s’écrase à un tel point que l’ensemble de l’économie du pays est sur le point de tomber avec elle.

Face au chaos inattendu entrainé par sa décision, le président condamne le héros venu du passé à la peine capitale avec une mise à mort façon « Monster Truck Colisée » pour calmer les émeutes qui émergent partout dans le pays.

Et vous me dites : « Très bien Sergio ; Mais quel est le rapport avec la situation actuelle au juste ? »

Comme dans le film, le monde a traversé une situation menaçante à bien des égards — les autorités de santé nous ont dit :

– Restez chez vous, prenez du Paracetamol, ça va passer, appelez votre médecin si vos lèvres deviennent bleues —

– des scientifiques et des médecins ont proposé de soigner simplement les gens en amont avec des médicaments connus dont l’action thérapeutique a été éprouvée depuis des dizaines d’années mais ils ont rencontré une opposition autant inattendue qu’insensée car leur efficacité n’avait pas été prouvé par des essais dits randomisés.

Cela a pris des proportions stupides lorsque certains médecins ont essayé de soigner leurs patients en prescrivant les molécules dites « interdites » et que les pharmaciens étaient dans l’obligation de dénoncer ces médecins « résistants ».

Merck a été jusqu’à critiquer sa propre molécule l’Ivermectin dont les inventeurs ont pourtant reçu un prix Nobel en 2015 a posteriori, déclarant qu’elle était inefficace contre la Covid-19.

Pourtant, des méta-analyses qui regroupent des milliers de personnes ont déjà prouvé son utilité (Tess Lawrie, FLCC) et cette dernière a été prescrite mondialement à plus de 4 milliards de dose.

L’un des états de L’Inde a ouvert une procédure judiciaire contre l’une des représentantes de l’OMS de ce pays pour avoir empêché les autorités de prescrire cette molécule qui a effectivement aidé par la suite à combattre l’épidémie dans plusieurs états de l’Inde.

Le seul effet secondaire majeur de cette molécule est qu’elle est tombée dans le domaine public ; les grands laboratoires ne peuvent pas gagner beaucoup d’argent grâce à elle.

Ce médicament semble avoir des effets indésirables sur l’un des organes les plus sensibles de l’homme : le portefeuillle.

L’ivermectin se trouve par ailleurs sur la liste des médicaments essentiels de L’OMS. Ce n’est que lorsqu’on apprend que Merck développe en ce moment une nouvelle molécule sous licence qui essaie de reproduire le mécanisme d’action de l’Ivermectin, que l’on comprend sa motivation sous-jacente. Tout le paradoxe de l’industrie pharmaceutique dans cette crise sanitaire et basé sur cet état de fait, les profits sont rois et les malades sont soumis à la loi du profit.



Cette situation est paradoxale alors que le fils du fondateur de Merck déclarait ceci en 1950 :

Nous essayons de ne jamais oublier que la médecine est pour les gens. Elle n’est pas pour les profits. Les profits découlent du service que nous rendons, et aussi longtemps que nous nous en sommes souvenus, ils n’ont jamais manqué d’apparaître.
Plus nous avons appliqué ce principe, plus les profits ont été importants.

George. W Merck

Le savoir des leaders d’hier peut être mis à profit aujourd’hui si on choisit de le mettre en pratique, notre cher Dr. Napoléon Hill est un bon exemple de ce fait.

Il est de notre devoir de nous souvenir de principes comme la règle d’or car, ils sont capables d’enjamber les générations et de semer les bénéfices qui seront récoltés par nos enfants.

Dans « Idiocratie », la société Brawndo a littéralement acheté la FDA et la FCC équivalents américains de l’Agence Française de Sécurité Sanitaires des Produits de Santé AFSSAPS et du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ou CSA.

C’est là que se trouve le parallèle principal entre le film Idiocratie et notre situation actuelle.
Nous avons actuellement une situation plus complexe mais tristement similaire.

Voici les causes logiques de cette situation :


— Si les intérêts de groupes privés actionnaires de l’industrie pharmaceutique financent majoritairement L’organisation Mondiale de la Santé, elle est potentiellement capturée par ces groupes.

— Si les gouvernements des états doivent respecter les recommandations de L’OMS, les gouvernements sont potentiellement capturés par l’OMS. Rappelons que l’OMS est une organisation des Nations Unies.

— Si Youtube, Twitter Facebook et Google Etc. sont forcés de retirer des contenus qui vont contre les recommandations de l’OMS, ils sont effectivement capturés par l’OMS.


Les contribuables des états membres de l’OMS financent indirectement le fonctionnement de cette organisation à hauteur de 20% en contributions fixées proportionnelles à la richesse de chaque pays alors que 80% de son financement sont apportés par des contributions dites « volontaires ». (Informations vérifiables sur le site de L’OMS).

Le réel problème est qu’une part importante des contributions volontaires est amenée par des fondations ou groupes qui possèdent des intérêts connus dans l’industrie pharmaceutique. Avec cette lecture, il est aisé de comprendre la récente position controversée de Bill Gates, dont la fondation « Bill and Melinda Gates », l’un des contributeurs majeurs de L’OMS souhaite empêcher que les licences privées sur les vaccins ne tombent dans le domaine publique pour faciliter la gestion d’une crise sanitaire.

Pour avoir une idée de la contribution volontaire de cette fondation en 2019 elle s’élevait à 226 millions de dollars quand celle de la communauté européenne s’élevait seulement à 140 millions mais ce n’est pas tout, la fondation Bill and Melinda Gates a enfanté une autres fondation, l’Alliance GAVI dont la contribution volontaire à l’OMS s’élevait la même année à 230 millions de dollars.

Comment est-il possible que les contributions volontaires investies dans l’OMS par le biais de deux fondations représentées par les deux mêmes personnes puissent être plus de 3 fois supérieures à celles de la Commission européenne ?

Cet afflux d’argent a-t-il pu encourager l’OMS de recommander la vaccination et décourager l’utilisation des traitements précoces ?

L’opinion de Bill Gates est-elle plus importante que celles des citoyens de l’Union Européenne ?

La corruption est une dérive vieille comme le monde, nier son existence est une forme de naïveté.

Si nous laissons la santé tomber dans les mains de la corruption, l’humanité ne fera pas de vieux os.
Selon Napoléon Hill, développer une santé de fer est l’une des lois du succès.(#15), si l’esprit se laisse souiller par des conseillers corrompus, cela nuit fortement à son détenteur.

Ne laissez pas la peur de la maladie profaner votre corps qui est aussi le temple de votre esprit.

Ne laissez pas non plus les « idiocrates » souiller votre immunité personnelle pour dissimuler leur impuissance et leur incompétence.

Il est tentant de croire que la science et l’innovation sont des valeurs jumelles mais ce n’est pas tout le temps le cas :

L’innovation est motivée par les profits sous prétexte du progrès,
La science est motivée par la vérité sous prétexte de la compréhension du monde.


Le travail de la science est lent et besogneux, celui de l’innovation est accéléré par la puissance de l’argent avec pour but de faire davantage d’argent.

Le désir de s’enrichir est honorable aussi longtemps que ce désir ne nuit pas à soi-même ou à son prochain, mentalement, physiquement ou financièrement. (selon la Règle d’or)

C’est d’ailleurs ce que Napoléon Hill souligne lorsqu’il parle de la définition d’un but déterminé. (loi #1)

En matière de nouvelles technologies je n’ai pas de problèmes avec l’innovation ; je suis le premier à être intéressé par les smartphone et ordinateurs derniers cris et je suis prêt à compter parmi les « early adopter » ou même les « enthousiastes » de ces nouvelles technologies, mais pour ce qui est de la santé je suis un pragmatique.

Je pourrais me tromper sur l’achat d’un ordinateur ou d’une caméra, mais quand ma santé est en jeu, je deviens beaucoup plus rigoureux, car son prix est inestimable. Après tout il est aussi de mon devoir de respecter le véhicule qui m’a été « prêté » pour cette belle expérience qu’on appelle La Vie.

Je vous encourage à en faire de même, ne laissez pas l’idiocratie vous dérober votre faculté la plus importante : Penser et décider par vous-même.

À très bientôt,

Que la richesse soit avec vous !

Sergio Laubary

CEO Aska Éditions

2 Commentaires

Laisser un commentaire