Covid-19: Le maire de Nice va fournir «un masque obligatoire, réutilisable et lavable» à tous les habitants

2
2645
Christian Estrosi va rendre le port du masque obligatoire à Nice. ©Valery Hache

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a tenu ce lundi 6 avril une conférence de presse exceptionnelle avec le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez, et le procureur de la République de Nice.

Tous masqués dans la rue

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a annoncé lundi que le port du masque serait bientôt obligatoire dans les rues de la ville. 

« Tous les habitants vont recevoir un masque réutilisable pendant un mois », a précisé Christian Estrosi. 
« Nous serons en mesure, à partir du début de la semaine prochaine, de les faire parvenir à l’ensemble des Niçois », poursuit Christian Estrosi, qui précise que cette opération se fera avec un « mode de distribution pour leur faire porter à domicile » : « Pas question de leur faire prendre des risques, alors que nous exigeons qu’ils restent confinés, de sortir pour venir récupérer un masque. »

Cette décision est motivée par le « relâchement inadmissible du confinement de la population » durant ce week-end. La maire de Nice a également annoncé le passage du couvre feu à 20h dans plusieurs quartiers de la ville. La pratique du sport sera également seulement autorisée entre 6h à 12h puis de 18h à 20h. 

Revivez l’intégralité de la conférence de presse du maire de Nice, du préfet des Alpes-Maritimes et du procureur de la République de Nice.



Un peu plus tôt dans la journée, le maire de Cannes David Lisnard a également annoncé que tous les habitants de la ville seraient bientôt dotés d’un masque en tissu. L’élu des Républicains n’a toutefois pas précisé si la pratique deviendrait obligatoire. 


La décision de Christian Estrosi, courante dans certaines régions italiennes particulièrement touchées par l’épidémie de coronavirus, est une première pour une grande ville française. 

Que dit le gouvernement?

De son côté, le gouvernement amorce un changement radical de doctrine sur le port du masque dans la lutte contre le covid-19.

La préconisation de l’Académie de médecine, formulée on ne peut plus clairement le 3 avril, est effectivement venue mettre à mal le discours de la majorité depuis le début de la pandémie.
Pour faire face à la pénurie de masques que connaît la France, les responsables du gouvernement ont d’abord mis en avant les autres gestes barrières plutôt que celui du masque, pourtant généralisé dans les pays d’Asie qui observent moins de morts qu’en Europe.

Certains sont allés jusqu’à dénigrer cette pratique, comme la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, le 17 mars: “Les Français ne pourront pas acheter de masque dans les pharmacies, car ce n’est pas nécessaire si l’on n’est pas malade”

Mais quelques heures après sa publication vendredi 3 avril, l’avis de l’Académie de médecine était repris au ministère de la Santé par Jérôme Salomon. Celui-là même qui encore le 16 mars expliquait qu’il ne “faut pas mettre de masque quand on n’est pas professionnel de santé” reconnaît désormais que tout dépend en fait de la quantité disponible.

“Si nous avons l’accès à ces masques, nous encourageons le grand public à les porter”, expliquait finalement le numéro 2 du ministère de la Santé, louant dans le même temps la “créativité remarquable” de ceux qui en fabriquent un peu partout dans le pays, professionnels ou non.  

Source : Nice-Matin / Huffington Post

2 Commentaires

  1. Sur le CONFINEMENT:

    Faudrait-il rappeler au Maire de Nice le fait suivant, à savoir que, le décret n°2020-260 du 16 Mars 2020, relatif Mesures de confinement et dérogation: que:
    d’une part, les règles prescrites concernant les lieux accessibles au public et la forte concentration de population au visa de l’arrêté du 14 Mars 2020 ( points M ) s’applique…dans les lieux publics, pour « éviter » la contamination.

    Que d’autre part ( et c’est à mon avis le plus important ): le confinement des gens à leurs domiciles, au final, ne font que reproduire cet concentration de population, non plus dans les lieux publics mais, en milieux fermés, ce qui va devenir ( ou risquerait de devenir ) le terreau fertile de cette même contamination que l’on essai d’enrayer ou …de limiter, dans les lieux accessibles au Public. Cette affirmation est incontestable.

    Parce que, nous le savons, les habitats ( maisons, résidences, HLM, etc. ), sont des lieux fermés , baignant dans les différentes poussières et vapeurs diverses organiques, volatiles et chimiques ( sources revêtements des murs, sols, meubles, etc. ) ; souvent avec une aération défaillante.

    Le milieu microbien ( bactéries diverses ) trouvant la facilité à se développer, lorsqu’il y a un déséquilibre dans l’harmonie environnementale.

    En l’état, tout confinement en milieu fermé, ne sert strictement à rien puisque, si des virus ou bactéries peuvent être ramenés sur les vêtements ( les lieux publics ne disposant d’aucun structure étanche et/ou permettant de confiner les aliments ou autres, et encore moins de les désinfecter ) et de fait, se retrouvent inévitablement…dans…les domiciles.

    Il est très surprenant que le Gouvernement n’est pas analysé le confinement sous cet angle…

    Amateurisme? volonté délibéré ? erreur? à vrai dire….la question mériterait de se poser.

    En parallèle, dans le milieu naturel, tout est équilibre…et tous l’environnement, par les vents, s’aèrent, s’oxygène…

  2. En complément, voir: CORONA….CONFINEMENT ET PROXIMITÉ – ET SI NOUS FAISIONS FAUSSE ROUTE ( ÉTIONS DANS L’ERREUR )?: https://www.youtube.com/watch?v=RI9qprwgh2U

    Le descriptif ( scientifique, me servant d’assise à mon argumentation dans la vidéo ):

    quelques ouvrages importants:
    « PHYSIOLOGIE HUMAINE – Les mécanismes de défenses de l’organisme », par Vander, Schrman, Luciano, 4ème édition française, éd. MALOINE, 2004 ( lire pages 722, 723, 737 et 738 );

    « Essai sur les maladies et lésions organiques du cœur et des gros vaisseaux » de J.N. CORVISART, 1818, éd. Louis Pariente, 1988 ( lir page LVI );

    « La Nouvelle science de guérir – L’Unité de toutes les Maladies (…) » de Louis Kuhne, éd. La Vie Claire, 1956 ( lire page 151 );

    « LA FRANCE TOXIQUE » de André ASCHIERI, éd. La Découverte, 1999 ( lire la préface au verso de la couverture );et son Rapport – « PROPOSITIONS POUR UN RENFORCEMENT DE LA SECURITE SANITAIRE ENVIRONNEMENTALE » », 16 Novembre 1998 ( Lire page 81 au bas );

    « L’Alimentation suicide » de G. MESSADIE, éd. Le Cercle du Nouveau Livre, 1974 ( Lire pages13, 14 et 20 au bas ).

    « Les Déchets Industriels – Récupération – Utilisation » par Paul RAZOUS, Vè CH. DUNOLD ÉDITEUR, 1905 ( Lire AVANT PROPOS );

    « PRÉCIS DE TOXICOLOGIE » – Tom 1, de René FABRE et René TRUHAUT, éd. SEDES, 1960 ( Lire page 7, INTRODUCTION A L’ÉTUDE DE LA TOXICOLOGIE ).

    « Un microbe n’explique pas une épidémie – L’ immunité de l’Humanité entre Gaïa et le Chaos », de Norbert GUALDE, Coll. LES EMPÊCHEURS DE TOURNER EN ROND, éd. INSTITUT SYNTHELABO POUR LE PROGRÈS DE LA CONNAISSANCE Le Plessis-Robinson, 1999.

    « Le Soleil et son rayonnement », par Henri JARLAN, Coll. Que sais-je?, éd. PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE, 1946.

    « L’Intelligence des plantes » de Stefano Mancuso et Alessandra VIOLA, éd. Albin Michel, 2018;

    « L’Intelligence émotionnelle des plantes », de CLEVE BACKSTER, éd. Guy TREDANIEL, Juillet 2014;

    « DICTIONNAIRE ABRÉGÉ DES TERMES DE MÉDECINE », par Jacques Delamare, 3è édition MALOINE, 1999.

Laisser un commentaire