Dans l’Ohio on propose une loterie d’un million de dollars et des bourses d’études universitaires de quatre ans pour inciter davantage de personnes à se faire vacciner – incitation ou coercition ?

1
1758

Alors que la demande de vaccins COVID chez les adultes diminue et que les excédents de vaccins s’accumulent, les responsables gouvernementaux font preuve de créativité dans leurs efforts pour vacciner tout le monde, en particulier les jeunes. C’est peut-être légal, mais est-ce éthique ?

By Children’s Health Defense Team

La demande de vaccins COVID chez les adultes n’atteignant pas les objectifs des responsables de la santé publique, de plus en plus d’États et d’entreprises mettent en place des mesures incitatives pour contrer l' »hésitation vaccinale ».

https://gizmodo.com/heres-all-the-free-stuff-you-can-get-for-getting-your-c-1846869332

Cette semaine, le gouverneur de l’Ohio, Mike DeWine, a élevé les enjeux à un tout autre niveau en annonçant que l’Ohio allait donner à cinq personnes un million de dollars chacune, et à cinq autres des bourses d’études universitaires de quatre ans dans le cadre d’une loterie destinée à persuader les jeunes de l’Ohio de se faire vacciner avec le COVID.

https://www.cnbc.com/2021/05/13/covid-vaccine-ohio-giving-away-million-dollar-prizes-scholarships.html

Certains législateurs de l’Ohio ont critiqué le plan de M. DeWine, affirmant qu’il y avait de meilleures façons de dépenser les fonds d’aide de l’État pour le COVID. Le procureur général de l’Ohio, Dave Yost, a déclaré qu’il n’était pas sûr que le plan soit légal, mais même s’il l’est, « ce n’est pas parce qu’une chose peut être faite légalement qu’elle doit être faite ».

Pour visionner ce lien utiliser un VPN situé au USA :

https://www.nbc4i.com/news/local-news/ohio-vaccine-lottery-lawmakers-from-both-parties-say-there-are-better-ways-to-spend-5-million/

Mary Holland, présidente et avocate générale de Children’s Health Defense, était d’accord avec Yost, mais pour des raisons qui n’ont rien à voir avec les budgets de l’État.

https://childrenshealthdefense.org/

Holland a déclaré :

« Il n’est pas explicitement illégal pour les gouvernements et les entreprises d’offrir des incitations pour une procédure médicale non approuvée, comme les vaccins COVID d’autorisation d’utilisation d’urgence.

https://www.fda.gov/emergency-preparedness-and-response/mcm-legal-regulatory-and-policy-framework/emergency-use-authorization

Néanmoins, les incitations comme la loterie de l’Ohio violent le principe sous-jacent du consentement éclairé, qui exige qu’il n’y ait pas de tromperie ou de pression excessive et que les sujets comprennent pleinement la décision médicale qu’ils prennent. »

Holland a déclaré qu’elle doute que les « personnes appauvries après une année de lockdowns et qui font la queue pour ces programmes d’incitation comprennent que ces produits ne sont pas autorisés et non approuvés par la Food and Drug Administration des États-Unis, et qu’ils ont déjà entraîné des rapports faisant état de plus de 4 000 décès et de plus de 190 000 événements indésirables ».

The Defender a d’abord fait état de « l’éthique trouble » du paiement des personnes pour obtenir le vaccin COVID en janvier.

Depuis lors, de plus en plus d’entreprises, d’établissements d’enseignement supérieur, de collectivités locales et d’administrations d’État ont offert des beignets, de la bière et des tickets de base-ball, ainsi que des cartes de débit à 50 dollars, des cartes-cadeaux à 100 dollars et des bons d’épargne à 100 dollars.

Avant même le projet de l’Ohio de permettre aux jeunes de 12 à 17 ans qui se font vacciner de participer à une loterie pour gagner un billet d’entrée gratuit dans l’une des universités de l’État, les universités encore indécises quant à l’obligation de se faire vacciner proposaient toute une série d’incitations, ce qui a amené certains à s’interroger sur l’éthique de l’utilisation d’argent et de cadeaux pour influencer les décisions des gens concernant une intervention médicale.

Le mois dernier, Erin Bronchetti, professeur associé d’économie au Swarthmore College en Pennsylvanie et co-auteur d’une étude sur l’utilisation d’argent liquide pour persuader les étudiants de se faire vacciner contre la grippe, a déclaré à Inside Higher, qu’elle ne voyait pas d’inconvénient à l’utilisation de petites incitations pour motiver les étudiants qui ne se font pas vacciner par manque de temps.

Mais pour les incitations plus importantes, Mme Bronchetti a mis en garde les universités contre le fait que les étudiants à faible revenu pourraient être incités à prendre une décision médicale qu’ils ne prendraient pas autrement, ce qui est plus discutable sur le plan éthique.

Bronchetti a déclaré :

« Nous devrions être conscients du fait que les étudiants à faible revenu ou les étudiants qui sont à court d’argent sont plus sensibles ou réceptifs à ces incitations financières, de sorte que dans la mesure où nous influençons le comportement, cela pourrait être sur ces sous-groupes particuliers dans une plus grande mesure. »

M. Brochetti a déclaré que les dirigeants des campus doivent « trouver un équilibre entre ce qui va modifier le comportement, ce qui va amener les gens à surmonter en particulier les préjugés comme la procrastination ou un peu d’incertitude … tout en n’offrant pas une incitation qui soit si importante qu’elle soit coercitive ».

Voici quelques-uns des avantages dont peuvent bénéficier les personnes qui présentent une preuve de vaccination :

Les étudiants à temps plein de l’université Rowan, dans le New Jersey, qui présentent une preuve de vaccination obtiendront un crédit de 500 dollars pour leurs cours d’automne ;

les étudiants vivant sur le campus obtiendront un autre crédit de 500 dollars pour leur logement.

La Virginie-Occidentale a annoncé qu’elle donnerait des bons d’épargne de 100 dollars aux personnes âgées de 16 à 35 ans qui se feront vacciner.

La ville de Détroit a annoncé qu’elle donnerait des cartes-cadeaux de 50 dollars à toute personne qui convaincra ou accompagnera un concitoyen de se faire vacciner.

Krispy Kreme offre des beignets gratuits à toute personne ayant reçu au moins une dose du vaccin COVID.

Budweiser offre des cartes de débit virtuelles d’une valeur de 5 dollars aux 10 000 premières personnes qui montrent leur statut vaccinal.

White Castle offre des desserts gratuits jusqu’à la fin du mois de mai aux personnes vaccinées.
Les fans des Reds de Cincinnati peuvent obtenir des billets de stade pour 10 $ s’ils présentent une preuve d’une dose de vaccin COVID.

Le Kentucky offre des billets de loterie gratuits.

Les sites de vaccination de l’Indiana offrent des biscuits scouts gratuits.

Les raisons de ne pas se faire vacciner varient

Selon un sondage CNN réalisé le mois dernier, 26 % des adultes américains ne se feront pas vacciner.

Il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles les gens disent qu’ils ne veulent pas du vaccin COVID.

Une enquête menée par le Delphi Group de l’université Carnegie Mellon, en partenariat avec Facebook, a révélé que 45 % des personnes hésitant à se faire vacciner craignaient les effets secondaires, et que 40 % étaient préoccupées par la sécurité du vaccin.

La sécurité des vaccins est au premier plan des préoccupations de nombreuses personnes. Les dernières données montrent qu’entre le 14 décembre 2020 et le 7 mai, 192 954 événements indésirables totaux ont été signalés au système de notification des effets indésirables des vaccins des Centers for Disease Control and Prevention, dont 4 057 décès.

https://www.medalerts.org/vaersdb/findfield.php?TABLE=ON&GROUP1=AGE&EVENTS=ON&VAX=COVID19&DIED=Yes

Trouvé 4 057 cas où le vaccin COVID19 est lié au décès du patient

Table
   
AgeCountPercent
< 3 Years40.1%
12-17 Years30.07%
17-44 Years1283.16%
44-65 Years64215.82%
65-75 Years87321.52%
75+ Years2,02849.99%
Unknown3799.34%
TOTAL4,057100%

Certaines personnes qui hésitent ou ne veulent pas se faire vacciner avec le COVID ont déclaré ne pas faire confiance aux vaccins, tandis que d’autres ont dit douter de leur efficacité. Et certaines personnes refusent le vaccin parce qu’elles ne pensent pas en avoir besoin, selon l’enquête du Delph Group.

https://www.vox.com/recode/22330018/covid-vaccine-hesitancy-misinformation-carnegie-mellon-facebook-survey

Une femme de 45 ans de Milwaukee a refusé l’injection du COVID lorsque le cabinet de son médecin l’a appelée pour savoir si elle était intéressée par le vaccin. « Le corps de chacun doit être exposé aux germes afin de développer une immunité contre eux », a-t-elle déclaré au Milwaukee Journal Sentinel. « Sinon, nous serions tous malades en permanence ».

https://www.jsonline.com/story/communities/2021/04/09/covid-vaccine-not-everyone-wants-one-why-side-effects-effectiveness-fear-of-needles/4841405001/

Il est également établi que les jeunes ne sont pas intéressés par le vaccin COVID. Un sondage NBC LX/Morning Consult a révélé que 26 % des adultes de la génération Z ne se feraient pas vacciner.

https://www.kxan.com/news/coronavirus/gen-z-adults-particularly-disinterested-in-getting-covid-19-vaccine-nbc-poll-says/

1 COMMENTAIRE

  1. bonjour monsieur Jandrock je lis souvent vos analyses (bien sourcées ) qui sont parfois rassurantes , déconcertantes et alarmantes . sur le covid- je me demande avec qui, comment , avec quels moyens on pourra se sortir de cette nasse qui se resserre chaque jour . je reçois souvent des » offres » de vaccins de la part de ma mairie qui me pousse au train pour les contacter ce qui sous-tend la menace de privation de vote , de vie participative et de soutien au niveau local ( si je chute ou autre je resterai à terre puisque les pompiers seront interdits d’entrée ) c’est chouette non pour une ancienne infirmiére jamais malade ni absente ? notre profession est malmenée et méprisée . quant au passeport vaccinal qui est trés coercitif et va encore plus diviser les Français ne va rien changer à la santé des « pseudos » malades nos organismes vont trés bien et nous sommes armés pour les défendre par contre c’est en «  »Psychiatrie » » qu’il va falloir développer certains traitements car sachez-le les électrochocs sont encore pratiqués et les charges médicamenteuses sont fortes . j’ai aspiré longtemps à prendre ma retraite aprés avoir traversé pendant quarante ans des murs de microbes en « modus vivendi » et je suis toujours là malheureusement et tant pis si ma vieille peau ne leur plait pas je suis d’une autre qualité .

Laisser un commentaire