Depuis 2014, le CDC détient un brevet sur le virus Ebola pour percevoir des redevances sur tous les futurs vaccins pour « lutter » contre Ebola

0
575

NaturalNews vendredi 19 septembre 2014 par: Ethan A. Huff

Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://www.naturalnews.com/046941_ebola_virus_patents_vaccines.html

Alors que la crise d’Ebola bat son plein en 2014, des détails sur les parties prenantes de cette opération mondiale de lutte contre la maladie ont émergé – et oui, le gouvernement américain est l’une d’entre elles. 

Dave Hodges de The Common Sense Show rapporte que nul autre que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), le Department of Defence (DoD) et Monsanto ont tout à gagner de cette crise Ebola fabriquée, et des vaccins qui étaient déjà en cours de développement il y a près de 10 ans en 2014.

Dans la seconde partie d’une série en trois épisodes sur Ebola, Hodges avertit que les vaccinations obligatoires sont définitivement à l’ordre du jour, et qu’elles devraient générer avec le CDC, des retours sur investissement importants pour chaque sujet administré. 

L’agence détient apparemment le brevet non seulement sur la souche Ebola d’origine, car il aurait été « découvert » dans les années 1970, mais également sur toutes les futures souches Ebola qui pourraient émerger à l’avenir.

Tekmira Pharmaceuticals, société de vaccins, a conclu un contrat de 140 millions de dollars avec le ministère de la Défense pour développer le vaccin Ebola

Ce brevet, que Hodges a récemment publié sur son site Web, révèle que le CDC revendique la propriété d’Ebola, ce qui signifie qu’il peut également réclamer des redevances sur la distribution et la vente des vaccins contre Ebola. 

Le DoD est également impliqué dans cette arnaque, ayant passé un contrat avec Tekmira Pharmaceuticals Corporation, l’un des principaux développeurs de thérapies par interférence ARN, pour développer un vaccin contre Ebola.

Mais ce n’est pas une évolution récente – le gouvernement américain travaille avec des sociétés multinationales comme Tekmira pour développer des vaccins contre Ebola depuis avant 2006, bien avant l’épidémie actuelle. 

Bill Gates a également investi massivement dans le développement de ces vaccins, consacrant 50 millions de dollars en « aide » aux Nations Unies pour « lutter contre Ebola « .[1]

Ce combat, bien sûr, est davantage lié à une action commerciale plus qu’humanitaire, comme en témoignent les différents partenariats impliqués. 

Bill Gates, Monsanto et d’autres, investissent discrètement de l’argent «d’amorçage» pour lancer le développement de produits ; 

le gouvernement et les médias jouent le jeu en évoquant la crise nécessaire pour générer la demande pour le produit; et au bon moment, le vaccin est lancé et des millions de personnes y sont soumises.

Le NIH détient tous les brevets sur les vaccins contre Ebola

Dans ce cas, le CDC et les National Institutes of Health (NIH) sont parmi les principaux acteurs de la promotion du vaccin contre Ebola. Alors que le CDC détient le brevet sur Ebola lui-même, le NIH détient le brevet sur les vaccins contre Ebola. 

Il s’avère que le NIH a collaboré avec le Vaccine Research Center (VRC), une division de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), et Crucell, un autre développeur de vaccins , pour commercialiser un vaccin contre Ebola dans un avenir très proche.

Cet accord remonte à plus d’une décennie (nous sommes en 2014 lorsque cet article a été rédigé), Crucell entamant des essais cliniques de phase I pour ce vaccin en 2006.

Plusieurs années plus tard, le NIH et le NIAID ont octroyé à Crucell un financement supplémentaire pour faire avancer le développement d’un vaccin multivalent contre les filovirus pour traiter non seulement Ebola mais d’autres infections virales similaires qui provoquent une fièvre hémorragique sévère chez les humains et les primates non humains.

  • « Le travail sur un virus Ebola [vaccin], sanctionné par le titulaire du brevet pour le vaccin, le NIH… est en cours depuis 2004 avec des essais cliniques en 2006 », écrit Hodges. «Cela explique pourquoi le CDC et le NIH amènent des patients Ebola dans le pays pour les traiter. Dès qu’un patient Ebola traverse la frontière américaine, ils deviennent la propriété intellectuelle du CDC, du NIH et de Bill et Melinda Gates! »

Vous pouvez lire la partie I du rapport de Hodges sur Ebola, le CDC et le plan de vaccination du monde entier contre Ebola ici:
TheCommonSenseShow.com .

Page supprimée depuis
Découvrez tous ces détails sur le cours GRATUIT de préparation à une pandémie en ligne sur http://www.biodefense.com/



sources de cet article incluent :

http://www.thecommonsenseshow.com

http://www.thecommonsenseshow.com

http://beforeitsnews.com

http://science.naturalnews.com


[1] https://www.naturalnews.com/Ebola.html

Laisser un commentaire