Des chercheurs japonais publient d’étranges cas de caillots sanguins après les vaccins COVID de Pfizer

4
9432

par Brian Shilhavy
Rédacteur en chef, Health Impact News

De plus en plus de cas de dommages causés par les vaccins COVID-19 continuent d’être publiés dans les revues médicales, et à présent des chercheurs japonais publient quelques cas de caillots sanguins inhabituels découverts lors d’autopsies après les vaccins Pfizer COVID qui semblent corroborer ce que certains  embaumeurs de pompes funèbres signalent également, soit, d’étranges caillots sanguins trouvés dans les corps de personnes décédées.

Une étude publiée dans l’édition de novembre 2022 de Legal Medicine  intitulée Un rapport de cas d’autopsie de dissection aortique compliquée de péricardite histiolymphocytaire et d’inflammation aortique après la vaccination par ARNm COVID-19,  a rapporté un homme japonais âgé sans maladie antérieure, et qui est décédé deux semaines après sa troisième dose du vaccin Pfizer COVID-19.

Un homme japonais âgé de 90 ans a consulté un médecin lui expliquant qu’il éprouvait depuis plusieurs jours une fatigue générale et de la dyspnée. Ses jambes étaient œdémateuses et la radiographie pulmonaire montrait un épanchement pleural droit. Des niveaux élevés de peptide natriurétique pro-cerveau N-terminal (NT-pro BNP ; 3 706 pg/mL) et de protéine C-réactive (47,9 mg/L) ont été détectés. Les résultats de l’électrocardiogramme n’ont montré aucun changement anormal.

Il a reçu un diagnostic d’insuffisance cardiaque mais a refusé d’être admis à l’hôpital. Le patient s’est vu prescrire un traitement diurétique de 3 jours, qui a soulagé ses symptômes et diminué le taux de NT-pro BNP.

Cependant, il a été retrouvé sans vie dans sa cuisine le matin du quatrième jour après avoir consulté le médecin. Il avait reçu une troisième dose de BNT162b2 environ 2 semaines avant le décès.

Aucune maladie antérieure n’a été signalée. Il n’avait pas d’antécédents de tabagisme ni de consommation habituelle d’alcool. Une enquête policière au domicile de l’homme n’a révélé aucune activité suspecte.

Une autopsie a révélé des caillots sanguins dans le cœur :

… une autopsie post mortem a été pratiquée 35 h après le décès. Le défunt mesurait 156 cm et pesait 52 kg. Le sac péricardique était rempli de caillots rouge foncé (Fig. 1A). L’aorte ascendante présentait une déchirure intimale de 2,5 cm à 4 cm au-dessus de l’anneau aortique (Fig. 1B). La média aortique a été disséquée et l’adventice a été perforée dans la cavité péricardique. Le cœur pesait 458 g et avait une surface villeuse blanche (Fig. 1C). Les artères coronaires montraient une athérosclérose légère.

Le rapport d’examen microscopique est intéressant car ils rapportent avoir vu des “fibres élastiques” similaires à ce que Richard Hirschman, directeur de pompes funèbres et embaumeur, a également rapporté avoir vu .

L’examen microscopique a révélé un épicarde épais et fibreux avec une infiltration cellulaire inflammatoire principalement composée de macrophages et de lymphocytes (Fig. 2A et 2B). Une nécrose minimale de la couche la plus externe du myocarde dans la paroi latérale gauche a également été détectée.

La membrane péricardique était épaisse avec des dépôts de fibrine et des fibroblastes hypertrophiques. Des macrophages et des lymphocytes ont également été détectés dans la membrane (Fig. 3).

La racine aortique a été disséquée au niveau de la lésion collagène ; il a montré une infiltration de cellules inflammatoires dans la tunique médiane (Fig. 4A et 4B). Les fibres élastiques médiales se sont avérées perturbées dans la coloration Elastica van Gieson (Fig. 4C). Le test immunohistochimique a révélé une infiltration de macrophages et de lymphocytes T et B dans la paroi aortique (Fig. 4D).

Les chercheurs ont utilisé des “résultats histopathologiques” qui, selon eux, “ne sont souvent pas utilisés dans le diagnostic en raison de la difficulté de la procédure d’échantillonnage” car “les échantillons péricardiques ne peuvent être obtenus que par voie chirurgicale”.

Bien que la biopsie percutanée guidée par péricardioscopie du péricarde ait été rapportée sans complications majeures, cette procédure est techniquement difficile et un opérateur expérimenté est nécessaire.

À notre connaissance, il s’agit du premier rapport de cas de péricardite histologiquement prouvé après la vaccination contre le COVID-19.

Lire l’ étude complète ici .

Un deuxième cas japonais a été publié dans Thrombosis Journal intitulé Histopathologically TMA-like distribution of multiple organ thromboses after the initial dose of the BNT162b2 mRNA vaccine (Comirnaty, Pfizer/BioNTech) : an autopsy case report.

Ce cas était une femme de 72 ans qui a reçu la première dose du vaccin à ARNm de Pfizer et est décédée 2 jours plus tard.

L’autopsie a révélé de multiples microthrombi dans le cœur, le cerveau, le foie, les reins et les glandes surrénales. Les thrombus étaient CD61 et CD42b positifs et étaient situés dans les vaisseaux sanguins principalement dans la face péricardique du myocarde et la région sous-capsulaire des glandes surrénales ; leurs diamètres étaient d’environ 5 à 40 μm.

Macroscopiquement, une hémorragie myocardique caractéristique a été observée et l’histopathologie de la distribution caractéristique du thrombus, qui différait de celle du syndrome hémolytique et urémique et de la coagulation intravasculaire disséminée, suggérait que la physiopathologie sous-jacente pouvait être similaire à celle de la microangiopathie thrombotique (MAT).

Elle n’avait aucun antécédent de caillots sanguins avant de recevoir le vaccin Pfizer.

Elle n’avait aucun antécédent médical de thrombose veineuse profonde, de lupus érythémateux disséminé, de perte de grossesse récurrente, d’hématurie et de greffe de cellules souches hématopoïétiques ou d’organe solide. Les tests de laboratoire ont montré que ses fonctions hépatique et rénale, ainsi que sa formule sanguine, étaient dans les limites normales un mois avant la vaccination. L’absence de thrombocytopénie et d’anémie a été confirmée 10 jours avant la vaccination.

Une autopsie médico-légale a été réalisée environ 24 h après qu’elle a été retrouvée décédée pour enquêter sur les circonstances de son décès, la vaccination étant suspectée d’en être la cause.

Autopsie et résultats histopathologiques :

À l’autopsie, la taille et le poids du patient étaient respectivement de 155 cm et 53,0 kg. Aucune rougeur ou papule n’a été observée à la surface du corps. Le poids du cœur était de 394 g et 170 ml de liquide péricardique jaune translucide concentré avec un précipité fibrineux étaient présents dans le péricarde. Une hémorragie pétéchiale marquée a été trouvée à la surface du péricarde postérieur (Fig. 1a). L’examen macroscopique après fixation au formol tamponné à 10 % a révélé une décoloration noir-rouge sur toute la circonférence du péricarde et la surface externe du myocarde (Fig. 1b).

De nombreux microthrombus sans cellules inflammatoires ont été trouvés dans les petits vaisseaux, les artérioles et les capillaires des parois antérieure, postérieure et latérale du ventricule gauche, du ventricule droit et du septum interventriculaire, situés principalement à la frontière entre les zones hémorragiques et non hémorragiques. (Fig. 1c et f).

Le diamètre vasculaire des microthrombus était d’environ 5 à 40 μm et les microvaisseaux étaient congestionnés et dilatés.

Comme mentionné ci-dessus, des microthrombus plaquettaires ont été détectés dans plusieurs organes, principalement dans le cœur, et les lésions aux autres organes étaient limitées. Par conséquent, il était concevable que la mort subite soit d’origine cardiaque.

Lire l’ étude complète ici .

Ces autopsies et études ont été réalisées parce que les personnes sont décédées peu de temps après avoir reçu une dose de vaccins à ARNm de Pfizer. Les caillots sanguins et les « fibres élastiques » observés semblent correspondre à ce que voient les embaumeurs qui préparent les corps pour les funérailles, bien que dans de nombreux cas, les embaumeurs voient peut-être des corps qui sont morts des semaines ou des mois après avoir reçu les vaccins, et donc les plus grandes structures fibreuses qui ils sortent des veines.

Commentez cet article sur HealthImpactNews.com .

4 Commentaires

  1. Comme on s’en souvient Tous, “Les Autopsies” après décès dus au COVID-19 ont été formellement interdites en France “sur Ordre” du Gouverne-ment … Concidence ???

  2. Un grand merci à vous Louloute et Philippe Alexandre, pour votre travail de réinformation qui éveille les consciences, les cœurs, les âmes.
    Je tenais à vous faire part d’un témoignage d’un de mes proches qui travaille dans un centre des impôts fonciers et cadastre. Il enregistre les modifications sur les biens immobiliers et notamment lors de décès de ou des propriétaires. D’ordinaire, 10 décès par jour (généralement des personnes d’un certain âge) sont enregistrés. Depuis l’arrivée des injections, le nombre de décès (tout âge confondu) n’arrête pas d’augmenter, avec une multiplication par 2 en 2021 (soit dans les 20 par jour), pour passer à 30 ou 40 par jour été 2022, et pour atteindre désormais 100 voire 150 par jour. Son service n’arrive plus à faire face à cet afflux de décès ainsi que les notaires en charge des dossiers de successions. Par ailleurs, dans la case “cause du décès” dans la majorité des cas (pour ne pas dire tous), il est mentionné cause inconnue. Quand je parle de cette situation autour de moi, beaucoup pense qu’un nombre important de biens immobiliers ne trouveront pas d’héritiers et vont donc tomber dans les mains de l’état-voleur qui ne les vendra pas mais les louera.
    Je vous souhaite à tous les deux selon une belle journée lumineuse et rayonnante ou une belle nuit scintillante d’étoiles.
    ♥dialement
    Erevina

Laisser un commentaire