Des médecins suédois veulent que le vaccin covid de Pfizer soit interdit après la révélation d’une fraude d’un sous-traitant

3
11400

Jeudi, 11 Novembre, 2021 par: Ethan Huff

https://www.afinalwarning.com/570127.html

Un sous-traitant de Pfizer est accusé d’avoir falsifié des données, d’avoir décacheté des dossiers de patients, d’avoir embauché des vaccinateurs insuffisamment formés et de ne pas avoir assuré le suivi des effets indésirables lors des essais cliniques du “vaccin” à coronavirus Wuhan (Covid-19) de l’entreprise.

Un article publié dans le British Medical Journal (BMJ) révèle que l’entreprise, appelée Ventavia Research Group, a fortement manipulé l’étude de phase III de l’injection du virus chinois de Pfizer au cours de l’automne 2020, quelques mois seulement avant que l’administration Trump n’en lance la production et la distribution à “vitesse grand V”.

Un lanceur d’alerte de l’entreprise a fait part de ces révélations, qui ont incité un groupe de 16 médecins et chercheurs suédois à faire circuler une pétition demandant que le vaccin de Pfizer ne soit plus administré dans le pays nordique.

“Le personnel qui a effectué les contrôles de qualité aurait été dépassé par la quantité de problèmes qu’il a découverts”, rapporte Sputnik News. “

Le BMJ (étude) a conclu que l’essai soulevait des questions sur l’intégrité des données et la surveillance réglementaire.”

Les 16 signataires de la pétition ont qualifié ces révélations d'”extrêmement graves”, ajoutant que les effets secondaires associés aux injections de Pfizer sont “gigantesques.”

“Par exemple, rien qu’en Suède, au cours des dix mois où la vaccination a eu lieu, 83 744 effets secondaires présumés ont été signalés – ce qui est plus de dix fois supérieur à l’ensemble des effets secondaires signalés pour tous les médicaments et vaccins par an au cours des années immédiatement précédentes, soit un total d’environ 25 000 substances, soulignent les auteurs”, explique Sputnik.

Pfizer fait ce qu’il veut parce que la FDA le laisse faire

Non seulement les injections de Pfizer présentent des risques sérieux pour le grand public, mais ces révélations sapent également la confiance du public dans les offres de médicaments de l’entreprise. Combien d’essais pour d’autres médicaments et vaccins ont été manipulés de la même manière ?

Les 16 signataires affirment qu’il est désormais clair que l’essai clinique de phase III de Pfizer n’a pas été “réalisé d’une manière scientifiquement acceptable”. Cela signifie également que ses résultats ” ne peuvent être considérés comme fiables ” :

“… combinés à la grande étendue des effets indésirables présumés signalés après la vaccination, dont beaucoup de nature grave, nous, médecins, chercheurs et immunologistes, profondément inquiets, notamment pour les enfants qui présentent un risque extrêmement faible de maladie grave liée au COVID-19, mais qui sont exposés à des effets secondaires graves”, ajoutent les signataires.

Jusqu’à ce qu’une analyse risque-bénéfice appropriée puisse être menée sur la piqûre de Pfizer, les signataires appellent à un moratoire immédiat sur le médicament pour tous les groupes d’âge.

La dénonciatrice, Brook Jackson, a depuis été licenciée de son poste de directrice régionale chez Ventavia, qui est basée au Texas. Le licenciement de Mme Jackson serait intervenu presque immédiatement après qu’elle ait déposé une plainte auprès de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis au sujet de la situation.

Mme Jackson a fourni au BMJ des dizaines de documents internes de l’entreprise, des photos, des enregistrements audio et des courriels qui corroborent ses affirmations.

Mais la FDA n’a pas voulu en entendre parler.

Pfizer ne tient pas compte non plus des préoccupations de Mme Jackson, car elle s’efforce d’augmenter le nombre de doses injectables qu’elle produit en 2021, pour le faire passer de 2,5 milliards à 3 milliards. L’année prochaine, Pfizer prévoit également de fabriquer quatre milliards de doses de son injection, contre trois milliards de doses prévues.

“Ces injections ne sont qu’une autre arme de destruction massive”, a écrit un commentateur de Sputnik.

“Il est plus que temps de mettre fin à ces injections de thérapie génique expérimentale qui ont prouvé leur inefficacité”, écrit un autre.

“Ventavia est habituée la corruption des entreprises américaines”, écrit encore un autre. “

Les Suédois devraient envisager d’utiliser des vaccins sûrs, comme Sputnik, et abandonner leurs trois injections Pfizer, Moderna et AstraZeneca, inefficaces et génératrices d’effets secondaires.”

Un autre a fait remarquer qu’il est plus que temps d’organiser une deuxième série de procès de Nuremberg pour s’attaquer à ce problème persistant de corruption des entreprises.

D’autres informations sur les dangers et l’inefficacité des vaccins contre le virus chinois sont disponibles sur le site suivant ChemicalViolence.com.

Sources for this article include:

SputnikNews.com

NaturalNews.com

3 Commentaires

  1. Les vaccins ARN messager n’auraient du être utilisés que sur des personnes âgées inaptes à se reproduire, car on ne sait pas si l’ARNm peut ou pas se transmettre aux générations suivantes (voir les travaux sur LINEs et SINEs qui permettent d’intégrer de l’ADN dans le génome) avec des effets imprévisibles. D’ici quelques années, on sera fixé sur les effets indésirables des thérapies géniques sur la descendance humaine, mais il sera peut être trop tard. la Chine n’autorise pas les vaccins géniques. Savent-ils quelque chose que les cobayes occidentaux ignorent. La Chine fidèle à ses traditions est patiente. Elle attend. De plus les fameuses particules lipidiques sont fabriquées en majorité par une société chinoise, Sinopeg qui a l’air d’être vraiment très calée dans le domaine contrairement à nos bouffons, avec certainement des prix irrésistibles pour nos fabricants de vaccins, y aurait-il un piège tendu par les chinois. En plus de bricoler les virus avec des recherches de gain de fonction, lancer cette nouvelle technologie génique ARNm sur des milliards d’humains sans même avoir le moindre retour d’expérience sur des animaux, c’est vraiment du travail de gougnafiers stupides et arrogants. Nous verrons peut être des bébés fabriquer des protéines spike avec l’ARN rétro-transposé en ADN intégré au génome, avec un système immunitaire incapable de générer des anticorps anti spike car considérés faisant partie de l’organisme, et donc bébés incapables de se défendre contre tous les coronavirus. A vouloir forcer les populations à prendre une thérapie génique non maîtrisée, nocive pour beaucoup de vaccinés à voir les décès cardiovasculaires et immunitaires, dans l’espoir de diviser la mortalité par 2 au mieux 4 pendant 6 mois, en orchestrant l’interdiction et la diabolisation de la médecine classique avec des médicaments archi connus pour être inoffensifs, c’est un crime contre l’humanité. L’extermination prochaine des cons est peut être en train de se dérouler sous nos yeux.

Laisser un commentaire