Des milliards de moustiques génétiquement modifiés libérés, et les risques pour la santé sont ignorés

0
6751
Image par Stefan Keller de Pixabay

Analyse par le Dr Joseph Mercola Faits vérifiés

https://takecontrol.substack.com/p/release-of-billions-ge-mosquitoes?s=r

L’HISTOIRE EN UN COUP D’ŒIL

  • En mars 2022, l’EPA a accordé à la société de biotechnologie Oxitec une prolongation de deux ans de son permis d’utilisation d’urgence
  • Cela permet à Oxitec de relâcher des moustiques GM supplémentaires en Floride ainsi que de relâcher les insectes GM dans quatre comtés de Californie pour la première fois
  • La prolongation a été accordée avant même qu’Oxitec n’ait rendu public les résultats de son essai sur le terrain de 2021 en Floride
  • L’essai d’Oxitec ne révèle pas si le lâcher de moustiques génétiquement modifiés supprime les populations de moustiques sauvages ou, surtout, s’il réduit la transmission des maladies véhiculées par A. aegypti
  • Les effets sur la santé et l’environnement de cette expérience imprudente restent totalement inconnus, et l’EPA continue de donner la priorité aux intérêts des entreprises par rapport à la santé publique

La société de biotechnologie Oxitec a passé des années à essayer d’obtenir l’autorisation de libérer ses moustiques génétiquement modifiés (GM) controversés aux États-Unis, en particulier à Key West, en Floride. En juin 2020, le ministère de l’Agriculture et des Services aux consommateurs de Floride a donné son feu vert au plan, 1 suite à l’octroi par l’EPA des États-Unis d’un permis d’utilisation expérimentale (EUP) qui permettrait aux moustiques génétiquement modifiés d’être relâchés en Floride ainsi qu’au Texas.2

Avril 2021 a marqué le point culminant des efforts d’Oxitec, lorsque près de 5 millions de moustiques génétiquement modifiés du nom d’ Aedes aegypti ont été relâchés dans les Iles Keys sur une période de sept mois 3 

– malgré les réactions négatives des résidents et des groupes environnementaux – 

En mars 2022, l’EPA a accordé à Oxitec une prolongation de deux ans de son EUP, 4 ce qui permettrait à Oxitec de libérer des moustiques génétiquement modifiés supplémentaires en Floride ainsi que de libérer les insectes génétiquement modifiés dans quatre comtés de Californie pour la première fois.

L’extension de l’EPA à l’EUP d’Oxitec ouvre la voie à la libération de jusqu’à 2,45 milliards de moustiques génétiquement modifiés – une extension qui a été accordée avant même qu’Oxitec n’ait rendu public les résultats de son essai sur le terrain de 2021 en Floride. 5

Que sont les moustiques GE ?

L’espèce de moustique Aedes aegypti (A. aegypti) est porteuse :

  • de la fièvre jaune,
  • de la dengue,
  • du chikungunya,
  • du Zika du Nil occidental et de Mayaro, 6 une maladie semblable à la dengue. (Le paludisme est transmis par un moustique différent, Anopheles). 7 

Oxitec a créé les moustiques OGM dans le but de contrôler les maladies transmises par les moustiques comme la fièvre jaune, la dengue, le chikungunya et le Zika, bien qu’on ne sache pas s’ils fonctionnent à cette fin.

Les moustiques mâles A. aegypti ont été génétiquement modifiés pour porter un “interrupteur d’arrêt génétique”, de sorte que, lorsqu’ils s’accouplent avec des moustiques femelles sauvages, leur progéniture hérite du gène mortel et ne peut ni survivre ni se reproduire dans la nature. 

Aux États-Unis, Oxitec commercialise les insectes sous le nom de moustiques Oxitec Friendly™ et explique : 8

“Après le lâcher de mâles Friendly™ sur le terrain, qui trouvent et s’accouplent avec des moustiques femelles sauvages, la réduction de la population cible est atteinte car la progéniture femelle de ces rencontres ne peut pas survivre. Les descendants mâles survivent, portant une copie du gène autolimitant; à leur tour, ces mâles sont capables de transmettre le gène auto-limitant à la moitié de leur progéniture, dont les femelles porteuses du gène qui ne peuvent pas survivre.

Le gène auto-limitant peut ainsi persister mais décline avec le temps, offrant des générations de suppression potentiellement multiples mais toujours auto-limitantes pour chaque mâle Oxitec Friendly™ Aedes aegypti libéré.

La FDA américaine, qui examinait précédemment les moustiques génétiquement modifiés, avait initialement déclaré que les moustiques génétiquement modifiés n’auraient pas d’impact significatif sur l’environnement, mais elle se serait intéressée à la manière dont le “commutateur de mise à mort génétique” se comporterait à l’état sauvage et à la possibilité qu’il puisse affecter les humains ou d’autres animaux.9

En octobre 2017, la FDA a ensuite transféré le pouvoir d’approbation réglementaire à l’EPA, après avoir apparemment classé les moustiques génétiquement modifiés comme des pesticides plutôt que comme des médicaments pour prévenir les maladies. 10 

Le transfert a été une énorme victoire pour Oxitec, car l’EPA est tenue d’examiner rapidement les nouveaux pesticides, dans les 12 mois suivant leur soumission, tandis que la FDA n’a pas de délais fixes.

Après le transfert à l’EPA, Oxitec n’a pas perdu de temps pour soumettre à nouveau sa demande de libération de moustiques en Floride, ainsi qu’au Texas – et a obtenu l’approbation de l’EPA – mais les habitants ont protesté contre la libération des insectes GM dans leur environnement local. 

En plus de la Floride, les moustiques génétiquement modifiés d’Oxitec ont déjà été relâchés

dans les îles Caïmans, en Malaisie, au Panama et au Brésil. 11

L’EPA ignore les effets potentiels sur la santé et l’environnement

Le ministère de l’Agriculture et des Services aux consommateurs de Floride (FDACS) a déjà approuvé l’extension par l’EPA de l’essai sur le terrain d’Oxitec malgré les risques inconnus posés par les moustiques génétiquement modifiés. Cela a suscité des réactions négatives de la part des groupes environnementaux et des scientifiques. 

Jaydee Hanson, directrice des politiques au Center for Food Safety, a déclaré à Sustainable Pulse: 12

«

“Le FDACS aurait dû exiger d’Oxitec qu’elle cesse de revendiquer comme ‘informations commerciales confidentielles’ ses données sur la santé humaine et les effets environnementaux de la libération des moustiques.

En Espagne, lorsque Oxitec a retenu les données, le gouvernement espagnol a demandé à Oxitec de rendre publics les effets sur la santé et l’environnement de leurs moustiques génétiquement modifiés.

La Floride aurait dû faire de même. De plus, le FDACS n’aurait pas dû autoriser une deuxième diffusion majeure sans rendre publiques les données du premier essai et les faire examiner par des scientifiques impartiaux dans le domaine.”

Barry Wray, directeur de la Florida Keys Environmental Coalition, a fait écho à ces préoccupations, en particulier en ce qui concerne l’incapacité de l’EPA à se soucier du public : 13

«Nous devrions tous être particulièrement préoccupés par un EPA qui oublie son deuxième prénom, protection, avec cette approbation. 

Notre confiance publique est abusée par le manque de transparence scientifique d’Oxitec et aucune enquête scientifique indépendante de l’EPA pour montrer que cet insecte expérimental ne créera pas infiniment plus de problèmes qu’il n’en résoudra…

Il est éthiquement répugnant de relâcher ces moustiques dans la nature.

Des essais au Brésil montrent que des gènes GE se sont échappés dans la nature

Des signaux d’alarme ont déjà été soulevés par les précédents essais d’Oxitec, notamment la libération des moustiques génétiquement modifiés d’Oxitec, surnommés OX513A, qui s’est produite dans la ville de Jacobina à Bahia, au Brésil. Environ 450 000 moustiques mâles ont été relâchés chaque semaine pendant 27 mois dans la région, et dans le but de réduire le nombre de moustiques porteurs de maladies. 14

“Si la létalité est complète, la libération de cette souche ne devrait que réduire la taille de la population et ne pas affecter la génétique des populations cibles”, ont écrit les chercheurs dans Scientific Reports. 15

Cependant, ce n’était pas le cas. Les chercheurs de l’Université de Yale ont surveillé la population de moustiques A. Aegypti à Jacobina pour déterminer si la libération de moustiques génétiquement modifiés affectait la génétique de la population de moustiques sauvages en transférant des gènes. Les moustiques génétiquement modifiés contiennent un gène de protéine fluorescente qui permet de détecter la progéniture génétiquement modifiée.

Lorsqu’ils ont été analysés six, 12 et 27 à 30 mois après la libération, les chercheurs ont trouvé “des preuves claires que des parties du génome de la souche transgénique ont été incorporées dans la population cible”. 16 L’étude a expliqué : 17

“De toute évidence, les rares descendants hybrides viables entre la souche de libération et la population Jacobina sont suffisamment robustes pour pouvoir se reproduire dans la nature. La souche de libération a été développée à partir d’une souche originaire de Cuba, puis croisée avec une population mexicaine.

Ainsi, Jacobina Ae. aegypti sont maintenant un mélange de trois populations de moustiques. On ne sait pas comment cela peut affecter la transmission de la maladie ou affecter d’autres efforts pour contrôler ces vecteurs dangereux.

Une population tri-hybride de moustiques génétiquement modifiés existe désormais à Jacobina (Cuba/Mexique/Brésil). En raison de leur composition génétique distincte, l’étude a révélé que la population est probablement “plus robuste” qu’elle ne l’était avant la libération des moustiques génétiquement modifiés en raison de la “vigueur hybride”. 18

Oxitec publie un webinaire sur les données d’essais sur le terrain

En avril 2022, après que l’EPA a prolongé l’EUP d’Oxitec, la société a présenté un webinaire présentant les résultats de son essai en plein air sur les moustiques en Floride. Pour mener l’étude, des boîtes d’œufs de moustiques génétiquement modifiés ont été placées sur des propriétés privées, entourées de pièges. Les moustiques mâles génétiquement modifiés ont éclos et ont circulé dans la région, dans une aire de répartition d’un hectare (2,47 acres) similaire à l’aire de répartition des moustiques sauvages.

Après que les moustiques se soient accouplés et que les femelles sauvages aient pondu des œufs dans les pièges, les chercheurs en ont collecté environ 22 000 et les ont amenés à un laboratoire pour qu’ils éclosent. Les femelles avec le gène GE hérité ont été identifiées parce qu’elles émettent une fluorescence sous une lumière en laboratoire. 19

Oxitec a déclaré que toutes les femelles qui ont hérité du gène GE sont mortes avant l’âge adulte et que le gène n’a plus été trouvé chez les moustiques sauvages après quelques générations. 20 Ils ont également noté qu’aucun moustique génétiquement modifié n’avait voyagé au-delà de 400 mètres (437,4 yards) du site de lâcher. 21

Pourtant, l’étude pilote ne révèle pas si la libération de moustiques génétiquement modifiés supprime les populations de moustiques sauvages ou, surtout, si elle réduit la transmission des maladies véhiculées par A. aegypti. Thomas Scott, entomologiste à l’Université de Californie à Davis, a fait un point intéressant lorsqu’il a déclaré au journal Nature :

« Ils ne pourront pas faire d’essai pour montrer que cela a réellement un impact sur la santé publique. Il n’y a pas assez d’infection virale transmise par Aedes dans les Florida Keys. 22

Si les taux de maladies transmises par Aedes sont si bas en Floride, pourquoi libérer les insectes génétiquement modifiés en premier lieu ? 

D’après le CDC :

  • Dengue — “Presque tous les cas de dengue signalés dans les 48 États américains contigus concernaient des voyageurs infectés ailleurs.” 23
  • Chikungunya — De 2016 à 2020, il n’y a eu aucun cas de virus du chikungunya contracté localement aux États-Unis 24
  • Virus de l’encéphalite équine orientale (EEEV) – “Seuls quelques cas sont signalés aux États-Unis chaque année.” 25
  • Virus Zika — De 2018 à 2020, aucun cas acquis localement n’a été signalé. 26

De plus, selon Scott, même de très faibles populations d’A. aegypti peuvent entraîner des épidémies, donc même si les moustiques génétiquement modifiés d’Oxitec réussissent à réduire les populations locales, cela ne se traduira peut-être pas par une réduction de la maladie. “Ce n’est tout simplement pas si simple“, a-t-il déclaré. 27 Ajoutant une autre question au besoin de moustiques génétiquement modifiés, A. aegypti ne représente qu’environ 4 % des moustiques dans les Florida Keys.

“Le moustique noir des marais salés (Aedes taeniorhynchus) – plus une nuisance qu’un vecteur de maladie – représente probablement environ 80% de la population de moustiques sur les îles”, selon Nature, ce qui signifie que la libération de moustiques génétiquement modifiés ne réduira pas non plus le besoin de pesticides. 28

Libérer des moustiques génétiquement modifiés dans la nature est une mauvaise idée

Les résidents ont raison de s’inquiéter de la libération d’insectes génétiquement modifiés dans leur jardin, car le résultat de cette expérience imprudente reste totalement inconnu et l’EPA a été moins que transparente dans son analyse des données. Selon Sustainable Pulse : 29

“Malheureusement, l’EPA n’a pas partagé publiquement l’intégralité de son analyse de santé publique, et les données sur l’allergénicité et la toxicité ont été supprimées des documents publics. 

Les principales évaluations environnementales de l’EPA étaient également insuffisantes et n’exigeaient pas de tests scientifiques utilisant des essais en cage avant la libération dans l’environnement.

Dana Perls, responsable du programme des technologies émergentes chez Friends of the Earth, a exprimé sa consternation supplémentaire face à la priorité accordée par l’EPA aux intérêts des entreprises par rapport à la santé publique : 30

“La science mal faite, secrète et le manque de transparence sont une fois de plus récompensés par un laissez-passer gratuit de la part des responsables gouvernementaux qui ignorent la voix des scientifiques concernés et des personnes les plus touchées. 

D’abord au Brésil, et maintenant en Floride, les agences gouvernementales ont raté la cible et ont promu les intérêts d’une société privée au détriment de la santé publique et de la protection des écosystèmes.

Les moustiques peuvent certainement transmettre des maladies, alors même si la libération de moustiques génétiquement modifiés est dangereuse et malavisée, il est sage de prendre des mesures raisonnables pour éviter de se faire piquer. Vous pouvez le faire en :

  • Porter des manches longues et des pantalons si vous savez que vous serez à l’extérieur dans une zone sujette aux moustiques
  • Utiliser des insectifuges naturels (et non des versions chimiques synthétiques), comme l’huile de feuille de cannelier, l’huile essentielle de citronnelle ou l’huile d’herbe à chat, si nécessaire
  • Utilisation d’un ventilateur de maison dans votre jardin pour éloigner les moustiques lorsque vous êtes à l’extérieur, plantation stratégique de soucis, dont les moustiques ont tendance à rester à l’écart
  • Évacuer l’eau stagnante, y compris les bols pour animaux de compagnie, les gouttières, les poubelles et les bacs de recyclage, les pneus de rechange, les bains d’oiseaux et les jouets pour enfants, car c’est là que les moustiques se reproduisent
  • Installer une maison pour chauves-souris, car les moustiques sont l’un de leurs repas préférés

Sources :

Laisser un commentaire