Des rapports VAERS établissent un lien entre les vaccins COVID et les accidents, y compris les accidents mortels

1
4891

INTRODUCTION PAR COGIITO.COM

À travers cet article nous ne cherchons pas nécessairement à incriminer les vaccins et certains de leurs dangers, mais simplement à diffuser des faits pour informer les lecteurs que des accidents mortels peuvent éventuellement se produire avec ce type de dispositif médical, et que chacun doit être capable de prendre la décision qui s’incombe de se faire vacciner en connaissance de cause, car, il se pourrait que cette décision soit bien la dernière que les lecteurs pourraient prendre de leur vie.

Seul un tiers des décès sont signalés aux CDC après avoir reçu les vaccins COVID survenus dans les 48 heures suivant la vaccination ; l’information est contenue, il semble que d’ébruiter ce type d’accidents, serait contre productif, vraiment ?

En clair, il ne faut pas informer la population des risques vaccinaux, même si pour les laboratoires ils ne sont pas importants. Lorsque un accident de la route se produit et que des personnes meurent, c’est la panique dans la presse, 3 morts dans un carambolage ou davantage, c’est un drame national, mais dès qu’il s’agit de la santé et des vaccins, pas un mot, les morts sont des victimes collatérales, pire, diffuser ces informations vaut désormais une radiation des plateformes Facebook, YouTube, Vimeo, Google… Pourquoi ?

Qu’y a-t-il de mal à diffuser la vérité ?

« Les chiffres de décès reflètent les dernières données disponibles au 12 février 2021 sur le site Web du système de notification des événements indésirables liés aux vaccins du CDC. Sur les 929 décès signalés, environ un tiers sont survenus dans les 48 heures... »

Facebook Posts Back Up VAERS Reports Linking COVID Vaccines to Injuries, Including Death

Le rôle des laboratoires est d’informer ces mêmes lecteurs que des accidents sont possibles avec leurs produits, mais ils ne le font pas, ils prétendent même que ces évènements ou accidents ne surviennent jamais ou très peu, mais un être humain qui disparait, c’est une lumière divine qui s’éteint, et nous ne pouvons le tolérer, ne serait-ce la perte d’une seule. C’est pourquoi nous faisons ce travail d’information à cogiito.com, nous rétablissons une vérité que d’autres s’acharnent désespérément à dissimuler et nous nous demandons encore pourquoi ?

Nous ne sommes pas contre un traitement médical, nous sommes contre le mensonge qui l’entoure pour dissimuler une vérité sordide qui nous indique que ceux qui cherchent à nous contraindre par tous les moyens de prendre ce « dispositif de santé inoffensif », dissimulent de sinistres agendas, ce qui explique cette attitude fourbe et dissimulatrice qui tend à faire croire aux citoyens à l’innocuité de ces traitements, alors que c’est tout le contraire qui semble se produire.

Nous vivons une époque Fomi…Diable!

PS : je dois avouer qu’en découvrant les profils de ces personnes décédées dont il est question dans l’article, qui ne sont désormais plus pour moi des anonymes, j’éprouve une profonde peine pour ces familles et ces enfants, les parents, les maris et les épouses qui restent seuls, face à ce drame ; il n’y a qu’un mot qui me vient à l’esprit : affreux ! Et les larmes embrument mon regard face à notre impuissance à éviter ces drames qui ne sont pas une fatalité, mais un véritable crime contre notre belle humanité.

Philippe A. Jandrok

Rédacteur en chef de cogiito.com

Alors que le nombre de blessures et de décès signalés suite aux vaccins COVID continue d’augmenter dans la base officielle VAERS du CDC, le système officiel de notification des événements indésirables liés aux vaccins, les utilisateurs des médias sociaux pointent également vers les publications Facebook de personnes qui ont reçu le vaccin avec enthousiasme, mais qui sont décédées juste après.

Par Celeste McGovern

Des utilisateurs de Facebook ont ​​identifié des personnes qui ont fièrement fait des posts avec leur vaccination COVID-19 et qui sont décédés quelques heures plus tard.

La publication la plus récente sur Facebook de Brittany Hall Perez, 39 ans, d’Atlanta, le 12 janvier, son post la montre par exemple portant un masque tout en tenant un carnet de vaccination avec le slogan «SAUVEZ DES VIES. Dites oui au vaccin COVID-19 » et sa photo en encart. Une nécrologie pour Brittany Hall Perez d’Owens Cross Roads, Alabama sur Tribute Archive a annoncé la mort de cette maman de deux jeunes filles le 13 janvier 2021, mais ne dit pas comment elle est décédée.

D’autres utilisateurs de Facebook ont souligné le dernier message de Julie Schlachter Splattstoesser , une femme de 50 ans de Grand Island, dans le Nébreask, et dont la page Facebook présente la devise «L’amour d’une famille est la plus grande bénédiction de la vie» et montre son dernier message le 31 décembre 2020 avec son mari et un logo en forme de cœur disant: «J’AI OBTENU MON VACCIN CONTRE LE COVID-19!»

Une nécrologie dans The Grand Island Independent déclare que Splattstoesser, la mère de cinq fils, est décédée «de façon inattendue» le 31 décembre 2020. Elle avait été coordonnatrice de la recherche clinique au CHI Health Cancer Treatment Center.

Un rapport du Vaccine Adverse Event Report System (VAERS) du gouvernement décrit une femme du Nebraska âgée de 50 ans décédée le 31 décembre le jour même où elle a reçu un vaccin Moderna après avoir souffert d’un «arrêt cardio-respiratoire». [ 918518 ]

Quelques décès suite à des vaccinations ont été rapportés dans les médias grand public. Une célèbre présentatrice de nouvelles de Detroit, âgée de 68 ans, est décédée subitement le jour après avoir reçu un vaccin COVID-19, a rapporté CBS Detroit. Karen Hudson-Samuel, qui était une célébrité médiatique de Detroit depuis des décennies, a été retrouvée morte chez elle par son mari, bien que la cause de sa mort soit encore inconnue.

«Nous soupçonnons qu’il ne s’agissait peut-être que d’ un accident vasculaire cérébral , mais en raison des effets secondaires normaux du vaccin, cela peut avoir masqué cela. J’espère que nous le saurons bientôt grâce au rapport d’autopsie », a déclaré son mari, Cliff Samuels, au journal.

Un homme dans la soixantaine s’est effondré 25 minutes après avoir reçu un vaccin COVID-19 au Javits Center de New York, a rapporté KVOA News . Il est décédé plus tard à l’hôpital et les responsables de la santé de New York ont ​​déclaré qu’il n’avait pas de réaction allergique.

Le Windsor Star a rapporté que la mort d’une femme après la vaccination contre le COVID-19 faisait l’objet d’une enquête, mais a fourni peu de détails.

Au 12 février , 929 décès, 616 événements indésirables potentiellement mortels, 316 cas d’invalidité permanente et plus de 5000 hospitalisations et visites aux urgences après les vaccinations COVID ont été signalés au VAERS, qui est mis à jour chaque semaine.

«Les rapports VAERS seuls ne peuvent pas être utilisés pour déterminer si un vaccin a causé ou contribué à un événement indésirable ou à une maladie», selon le site Web du CDC VAERS. 

VAERS est plutôt considéré comme un outil pour détecter les «signaux» ou les schémas de problèmes importants liés aux vaccins. Tout travailleur de la santé, fabricant de vaccins ou membre du public peut soumettre un rapport au VAERS, l’interprétation est donc limitée.

Pourtant, de nombreux rapports VAERS donnent des images détaillées des événements indésirables qui se sont produits. Par exemple, les 929 décès signalés associés à la vaccination COVID-19 comprennent des informations sur l’âge, l’état et le temps après la vaccination du patient, comme dans les échantillons suivants :

  • Une femme de Washington de 58 ans a pris la première dose de vaccin COVID de Pfizer vers 9 heures du matin le 4 janvier au centre médical où elle travaillait comme femme de ménage et une heure plus tard, a commencé à se plaindre de nausées et de se sentir comme si elle allait passer en dehors. À 15 heures ce jour-là, elle «semblait fatiguée et léthargique», selon un rapport VAERS, et vers 16 heures, elle «a fait un arrêt cardiaque et n’a pas pu être réanimée. [ 921768 ]
  • Un homme de 56 ans qui travaillait dans un établissement communautaire de soins prolongés en Floride a reçu une deuxième dose du vaccin COVID de Pfizer le 12 janvier et a été trouvé «insensible» en moins d’une heure. Il a été déclaré «mort cérébrale» le même jour et est décédé deux jours plus tard. [ 944595 ]
  • Une femme de 58 ans a marché jusqu’à sa voiture 20 minutes après avoir reçu la première dose de vaccin Pfizer dans l’état de Virginie le 30 janvier. Selon un rapport VAERS, elle se penchait hors de sa voiture en disant qu’elle ne pouvait plus respirer et a commencé à vomir. Elle a reçu deux épi-stylos et un gaz d’épinéphrine mais est devenue insensible peu de temps après avoir été placée dans une ambulance, où «une grande quantité de liquide a été aspirée des poumons de la patiente», et elle a été déclarée morte au service des urgences. [ 989006 ]
  • Un homme de 23 ans de New York a reçu une première dose du vaccin COVID de Pfizer le 17 janvier. «Le patient a développé une température de 104,4 F. environ 48 heures après avoir reçu le vaccin. Je l’ai traité avec des antibiotiques, des liquides intraveineux, des méthodes de refroidissement », a déclaré un rapport déposé par un médecin. « Malheureusement, il a subi un arrêt cardiaque le 21/01/21 tôt le matin et a expiré. » [ 960841 ]
  • Un homme de 28 ans du New Jersey devait recevoir sa deuxième dose de vaccin Pfizer le 11 janvier, mais il a été retrouvé insensible sur son lieu de travail à l’hôpital. Ses pupilles étaient «fixes et dilatées», selon un rapport du VAERS, et les tentatives de le ranimer ont échoué. [ 943397 ]
  • Une femme de 33 ans est décédée le 28 janvier après sa première dose de vaccin Pfizer. Le rapport déposé par un médecin indiquait que «16 heures après avoir reçu le vaccin la patiente a été retrouvée morte à son domicile». [ 1000669 ]
  • Un homme de 43 ans qui a reçu le vaccin COVID de Moderna le 8 janvier à New York est décédé le lendemain. [ 933578 ]
  • Une femme de 43 ans sans conditions médicales préexistantes et sans médicaments connus est décédée six heures après avoir reçu le vaccin COVID-19 de Pfizer le 13 janvier, selon un rapport VAERS réalisé par un pharmacien. «Aucune autopsie n’a été effectuée. La cause du décès était inconnue, la mort inexpliquée. Aucune tentative de suivi n’est possible. Aucune information supplémentaire n’est attendue », indique le rapport. [ 965441 ]
  • Une femme âgée de 48 ans Tennessee a connu une température, des nausées et des vomissements après sa première dose de vaccin Covid de Moderna le 30 janvier et est décédé 1. février [ 994913 ]
  • Une femme de l’Alabama âgée de 49 ans a reçu sa première dose du vaccin de Moderna le 15 janvier et est décédée quelques heures après avoir subi une crise d’épilepsie et une crise cardiaque. [ 950057 ]
  • Un homme californien de 53 ans qui a reçu une injection du vaccin COVID de Pfizer le 4 janvier a commencé à se sentir immédiatement mal, selon un rapport du VAERS. «Il est rentré directement à la maison et est allé se coucher. L’homme a dormi par intermittence et a commencé à vomir, puis a éprouvé des difficultés à respirer. Il a été emmené en ambulance dans un établissement de soins d’urgence, où il est devenu de plus en plus «agité», il a continué à vomir et s’est déshydraté. Le lendemain matin, selon le rapport VAERS, «le patient a déclaré qu’il ne pouvait plus respirer et que son esprit s’emballait.» Il est décédé à 10 h 15 le 6 janvier et, selon le rapport VAERS déposé par son frère, «il a été rapporté qu’aucun des symptômes ne s’est manifesté avant que le patient ne reçoive le vaccin». [ 934968 ]
  • Un pharmacien de Virginie âgé de 58 ans a développé une fatigue et un essoufflement quelques heures après avoir reçu le vaccin de la deuxième dose de Moderna le 21 janvier. Il a été hospitalisé deux jours plus tard alors que son état empirait, mais il a été testé à plusieurs reprises négatif pour le COVID-19. Il est décédé le 5 février. [ 1006168 ]
  • Une femme hawaïenne de 52 ans est décédée deux heures après avoir reçu la première dose du vaccin COVID-19 de Moderna, après un accident vasculaire cérébral. [ 930910 ]

Il existe de nombreux rapports de résidents de maisons de soins infirmiers décédant après des vaccinations COVID .

Les descriptions des données VAERS de centaines de cas de maladies potentiellement mortelles et invalidantes comprennent les réactions de choc allergique ( anaphylaxie ), la paralysie, le syndrome de Guillain Barré , la perte auditive soudaine, la cécité soudaine, les convulsions, les accidents vasculaires cérébraux et l’encéphalite.

1 COMMENTAIRE

  1. Le vaccin est une arme biologique qui n’a jamais eut pour but de guérir d’un pseudo  » covid19  » qui n’est qu’un virus de grippe. C’est dramatique de voir ces personnes décédées après l’injection de ce poison vaccinal, gens profondément désinformés qui ont fait confiance à leur gouvernement et aux médias mensongers.
    C’est donc bien un crime contre l’humanité et l’immunité. oui les buts sont tout autres et respectent un agenda diabolique pour les humains.
    Plus jamais la vie des gens sera la même avant et après un vaccin, si ils ont la chance de ne pas mourir
    dans les jours qui viennent un terrible parcours de combattant se présentera devant eux dans les mois et les années à venir.
    Finalement tout cela est à double tranchant pour les labos empoisonneurs, car la vaccination va créé tellement de dommages et de mort que cela pourrait définitivement signé le glas et la fin de cet acte immonde dans les décennies à venir.
    Bien sûr la désinformation permanente des Médias à ce sujet laisse le bateau à flot mais au prix de terribles souffrances pour el genre humain.
    Un jour les assassins devront rendre compte de leurs méfaits car oui tout se paie dans la vie.

Laisser un commentaire