EBOLA, SERAIT-CE LA NOUVELLE ARME DES MONDIALISTES POUR ÉLIMINER L’HUMANITÉ ?

0
1953
Le docteur Jean-Jacques Muyembe Tamfun se fait inoculer un vaccin contre Ebola le 22 novembre 2019 ... [+] AFP VIA GETTY IMAGES

Introduction du sujet par cogiito.com

À cogiito.com nous sommes soucieux de l’information médicale diffusée dans les médias, et depuis de nombreuses années de recherches nous avons pu constater que cette information officielle contient de nombreuses lacunes, comme celle d’oublier de donner justement « TOUTES » les informations concernant des sujets sensibles. Les laboratoires et leurs représentants sont systématiquement présentés comme des sauveurs de l’humanité alors que depuis que la vaccination est imposée, c’est plutôt l’inverse que nous sommes forcés de constater du point de vue scientifique,

et du point de vue des lecteurs d’une presse officielle, qui s’enfonce de plus en plus dans le mensonge.

En effet, la presse est devenue la fille publique des laboratoires qui passe d’un labo à un autre en mentant sur la réalité, sur la vérité scientifique.

Nous dénonçons régulièrement cette dérive à travers la série de livres « Pandora » de Philippe A. Jandrok, qui publie les manquements, les mensonges, et la vérité sur les vaccins avec des preuves scientifiques à l’appui, de ces mensonges perpétrés au quotidien par la presse internationale officielle ou Mainstream.

Comme l’écrivait la regrettée Claire Séverac, il s’agit en effet d’un véritable « complot mondial contre la santé ».

« On a retenu les sommes colossales dépensées pour sauver le système bancaire. Elles sont dérisoires à côté du pactole que se partagent les 4 grands cartels mondiaux : chimie, biotechnologie, agroalimentaire et médico-pharmaceutique. Les consortiums de l agroalimentaire ont réussi à faire disparaître toute l agriculture vivrière, tout l artisanat des métiers de bouches, toutes les particularités gastronomiques régionales, tout ce que les consommateurs pouvaient mettre dans leurs assiettes sans passer à leur caisse, avec la complicité des cartels de la distribution. Comment l’énorme comédie des normes alimentaires a-t-elle transformé notre nourriture en poison ? À qui sert réellement le codex Alimentarius ? Et pour qui tourne réellement l’OMC ? Depuis des décennies les grands groupes pharmaceutiques sont les financiers des plus grandes écoles et des formations de médecins, ils occupent en sous-mains les commissions sanitaires des pays et des instances internationales, ils sont partout, mais on ne les voit nulle part, comment opèrent-ils ? Comment étouffent-ils les scandales sanitaires ? De la naissance à la mort, chaque individu est une mine d’or pour eux, les pandémies des périodes fastueuses ! Et la “vraie-fausse” pandémie de grippe A en est un exemple de plus. Pour comprendre les interconnections de ces systèmes mafieux il fallait dresser leurs portraits et pratiques dans un même ouvrage. C’est désormais chose faite : après des mois d enquête, Claire Séverac nous démontre, dans ce réquisitoire implacable, pourquoi et comment notre santé est en danger. »

Comment fait cette presse au juste pour mentir sans honte au public ?

La presse apporte une information partielle et ment le plus souvent, soit par omission, soit volontairement à travers des articles fournis par ces cartels mondiaux : chimie, biotechnologie, agroalimentaire et médico-pharmaceutique, Big Pharma, l’un de leurs principaux commanditaires. Pourquoi le ferait-elle ?

Comme pour tout le monde dans une société capitaliste, pour de l’argent.

Durant des années nous avions une presse honnête pour habituer le public à ses publications, mais depuis que les cartels ont pris possession de celle-ci (finance, industries), elle vit sur une réputation qui n’est, depuis longtemps plus qu’un lointain souvenir.

Aujourd’hui, les populations du monde sont tellement plongées dans la misère qu’elles sont disposées à vendre leurs propres parents pour de l’argent. Il en va de même pour les organes de presse, qui vivent de 70 à 90 % de la publicité et des subventions gouvernementales toutes liées à l’industrie. Il est alors aisé de comprendre que lorsque son patron est la finance, l’industrie, la pensée à divulguer, doit inévitablement aller dans le sens de cette industrie, et non pas dans le sens de la vérité et de la justice intellectuelle et morale.

À présent, il nous parait important d’informer le public et les lecteurs de cogiito.com sur la nouvelle grande épidémie Ebola qui se prépare avec soin dans les coulisses, à travers plusieurs sources, ce qui est l’objet de ce présent article.

Il permettra aux lectrices et aux lecteurs de cogiito.com d’avoir un aperçu de ce qui se dessine devant nous, un plan diabolique qui vise à éliminer une partie de la population mondiale à travers une épidémie fabriquée et entretenue par les mondialistes, dont les groupes politiques de gauche, les industriels des vaccins, la Fondation Bill&Melinda Gates, le gouvernement américain, le laboratoire Merck et autres fondations et associations, ONG, ONU, OMS…

Nous vivons une époque formi… Diable !

Bonne lecture

Cogiito.com

La FDA approuve l’utilisation et la distribution du vaccin Ebola aux États-Unis

Forbs.com, le 21 décembre 2019, par Dana Dovey

Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://www.forbes.com/sites/danadovey/2019/12/21/fda-approves-ebola-vaccine-for-use-and-distribution-in-united-states/#10d15f0b7e63

Dana Dovey Contributeur

Soins de santé

Je me concentre sur les nouveaux médicaments et les innovations dans les dispositifs médicaux.

Jeudi, la FDA a annoncé l’approbation du vaccin contre Ebola, Ervebo, pour une utilisation chez les adultes âgés de 18 ans et plus. Cela fait suite à l’approbation du vaccin en Europe [1]en novembre. 

  • « C’est officiel. Nous avons maintenant un vrai vaccin contre Ebola. Pas un vaccin à usage expérimental. Pas un vaccin uniquement pour les macaques. Non, il s’agit d’un vaccin que la Commission européenne vient d’approuver pour une utilisation chez l’homme, le premier du genre.

Selon l’annonce d’aujourd’hui, la Commission européenne a accordé à Merck Sharp et Dohme BV une autorisation de mise sur le marché en Europe pour leur vaccin contre Ebola, nommé Ervebo. L’approbation est intervenue peu de temps après que l’Agence européenne des médicaments (EMA) avait recommandé l’approbation à la mi-octobre ». [2]

  • « Ervebo a été testé sur environ 16 000 personnes impliquées dans plusieurs études cliniques en Afrique, en Europe et aux États-Unis, où il s’est avéré sûr, immunogène (c’est-à-dire capable de faire réagir le système immunitaire au virus) et efficace contre le virus Ebola du Zaïre virus qui a circulé en Afrique de l’Ouest en 2014-2016. Les données préliminaires suggèrent qu’il est efficace dans l’épidémie actuelle en RDC. Des données supplémentaires sur l’ efficacité et l’innocuité sont collectées via le protocole d’accès étendu et devraient être incluses dans les rapports de sécurité post-commercialisation, qui sont continuellement examinés par l’EMA ».[3]

Bien qu’Ebola soit rare aux États-Unis, l’approbation du vaccin contribuera aux efforts mondiaux pour prévenir les futures flambées et décès d’Ebola. 

L’approbation d’Ervebo aux États-Unis est basée sur les résultats d’une étude menée entre 2014-2016 lors d’une épidémie d’Ebola en Guinée. Ces résultats d’études ont montré que le vaccin était efficace à près de 100 % pour empêcher les patients de contracter Ebola avec l’apparition de symptômes plus de 10 jours après la vaccination. De plus, le vaccin a été testé au Libéria, en Sierra Leone, au Canada, en Espagne et aux États-Unis, avec des résultats similaires. L’approbation a été accordée à Merck & Co., Inc.

Le vaccin est administré en injection unique qui contient une protéine du virus. Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés ont été la douleur, l’enflure et la rougeur au site d’injection, ainsi que les maux de tête, la fièvre, les douleurs articulaires et musculaires et la fatigue.

  • « L’approbation d’aujourd’hui est une étape importante dans nos efforts continus pour lutter contre Ebola en étroite coordination avec nos partenaires du département américain de la Santé et des Services sociaux, ainsi qu’avec nos partenaires internationaux, tels que l’Organisation mondiale de la santé », a déclaré Anna Abram, FDA. Commissaire adjoint à la politique, à la législation et aux affaires internationales, dans une déclaration de la FDA . 
  • « Ces efforts, y compris l’approbation historique d’aujourd’hui, reflètent le dévouement indéfectible de la FDA à tirer parti de notre expertise pour faciliter le développement et la disponibilité de produits médicaux sûrs et efficaces pour répondre aux besoins urgents de santé publique et lutter contre les maladies infectieuses, dans le cadre de notre mission vitale de santé publique. »
DRCONGO-SANTÉ-EBOLA-VACCINATION

Le docteur Jean-Jacques Muyembe Tamfun se fait inoculer un vaccin contre Ebola le 22 novembre 2019 … [+] AFP VIA GETTY IMAGES

Ebola, officiellement connu sous le nom de maladie à virus Ebola (EVD), est causé par l’ébolavirus du Zaïre. Bien que rare, le virus peut provoquer des résultats graves et souvent mortels. Les premiers cas de la maladie ont été notés en Afrique dans les années 1970 et depuis lors, plusieurs poussées ont fait des milliers de morts sur le continent africain. Depuis 2014 seulement, il y a eu plus de 28 000 cas et 11 000 décès dus à Ebola, selon le communiqué de la FDA. Selon l’ Organisation mondiale de la santé , jusqu’à 90 % des personnes infectées par le virus Ebola peuvent mourir du virus. 

Le virus provoque de la fièvre, de la fatigue, des douleurs musculaires, des maux de tête et des maux de gorge. Cela dégénère rapidement en vomissements, diarrhée, éruption cutanée, insuffisance rénale et hépatique. Dans les cas plus extrêmes, les patients développeront des saignements internes et éventuellement la mort. 

Le virus est également très contagieux et se transmet par contact direct avec les fluides corporels, le sang et les tissus des personnes infectées ou, dans certains cas, des animaux sauvages infectés. 

Par exemple, certains des cas en Afrique seraient dus à la consommation de viande animale infectée, notamment des chauves-souris. De plus, les agents de santé qui traitent les patients infectés courent un risque extrêmement élevé de contracter eux-mêmes le virus. 

En raison de l’extrême nécessité du vaccin, la FDA a accordé à la demande de vaccin un examen prioritaire et un bon d’examen prioritaire des maladies tropicales, ainsi qu’une désignation de thérapie révolutionnaire, dans l’espoir d’accélérer le développement du médicament. 

Dana Dovey

Selon Reuters :

  •  « les personnes qui survivent à l’infection par le virus Ebola courent un risque considérablement plus élevé de mourir – probablement de graves lésions rénales – dans l’année suivant leur sortie de l’hôpital. »[4]

Une femme infectée par le virus Ebola traverse la frontière ouverte des États-Unis et meurt dans un hôpital américain… « des armes humaines » infectées par le virus Ebola sont envoyées aux États-Unis

 NaturalNews, le mercredi 2 janvier 2020,par Ethan Huff

Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://www.naturalnews.com/2020-01-08-ebola-infected-woman-crosses-americas-open-border-dies-in-hospital.html

Il n’y a toujours pas de mur magique protégeant la frontière sud de l’Amérique contre une invasion continue, ce qui signifie que les « migrants » et les « réfugiés » – appelons ces gens ce qu’ils sont vraiment : des illégaux – continuent d’inonder notre pays. Et certains d’entre eux, selon de nouveaux rapports inquiétants [5], apportent avec eux des infections mortelles telle Ebola qui pourraient créer un cauchemar pour la santé publique nationale.

Un exemple typique est une femme de 41 ans originaire de la République démocratique du Congo (RDC), décédée récemment après être entrée dans le pays via le Texas. La patrouille frontalière aurait arrêté la femme après qu’il ait été révélé qu’elle avait « un problème de santé préexistant », après quoi elle a « vomi » avant de mourir d’une « insuffisance rénale aiguë ».

Après analyse, il a été déterminé que la femme était infectée par Ebola, une maladie mortelle qui a le potentiel de faire boule de neige dans une pandémie nationale ou même mondiale si elle n’est pas rapidement identifiée et mise en quarantaine. Dans ce cas, le dépistage initial a déterminé que cette femme était malade, mais pour une raison quelconque, elle a été « autorisée par le personnel médical contractuel sur place et transférée au pont Lincoln Juarez pour un traitement supplémentaire de l’immigration et une détention de nuit ».

Le lendemain, le matin de Noël 2019, la femme a commencé à souffrir de « douleurs abdominales » qui l’ont finalement fait vomir. La patrouille frontalière a immédiatement contacté les services médicaux d’urgence (EMS), qui sont venus et ont transporté la femme au centre médical de Laredo pour une évaluation médicale, où elle est rapidement décédée.

  • « La santé du sujet a décliné rapidement et elle est décédée à l’hôpital », selon des rapports, bien que le Webb County Medical Examiner’s Office (WCMEO) ait jugé la mort non suspecte, car elle avait une « condition médicale préexistante ». Le bureau et les autres personnes impliquées n’ont pas révélé que cette « condition médicale préexistante » était mortelle pour Ebola , peut-être par crainte qu’elle ne crée une panique de masse.

« La maladie à virus Ebola (EVD) est une maladie grave caractérisée par de la fièvre, des vomissements et de la diarrhée sévères et, dans les cas graves, une défaillance multi-organes nécessitant une ventilation mécanique et une thérapie de remplacement rénal », prévient le National Center for Biotechnology Information sur son site Internet. .

« Les personnes qui survivent à l’infection par le virus Ebola courent un risque considérablement plus élevé de mourir – probablement à cause de graves lésions rénales – dans l’année qui suit la sortie de l’hôpital », a également rapporté Reuters .

Il semble que les « autorités » VEULENT déclencher une pandémie d’Ebola

En d’autres termes, Ebola est un état de santé assez grave et bien plus risqué que, disons, la rougeole, que notre gouvernement américain utilise pour faire constamment peur au public américain en le poussant à se faire vacciner – ou, dans le cas de la Californie, utilisant ce prétexte pour forcer les gens à se faire vacciner.

« Un effort est en cours en ce moment pour récolter les sujets infectés par le virus Ebola des pays africains, puis les transporter jusqu’à la frontière américaine et les faire passer aux États-Unis comme des « armes humaines » qui déclencheront le virus Ebola sur le sol américain. Cela fait partie de l’agenda mondialiste pour faire tomber les États-Unis d’Amérique et provoquer le chaos avant les élections de 2020 tout en soumettant tous les Américains à une « loi martiale médicale » qui exige des vaccins Ebola obligatoires qui contiennent des virus vivants pour propager davantage l’épidémie.

Cet effort est entièrement financé par les deux organisations liées à l’ONU qui ont mené des expériences de vaccination contre la dépopulation sur des sujets humains au Kenya ainsi que par le CDC criminel, qui fonctionne comme rien de plus qu’un front de propagande malveillante pour l’industrie des vaccins. Alors que les médias indépendants couvrent de manière exhaustive, les migrants des pays africains infectés par Ebola sont délibérément déposés dans les grandes villes américaines , y compris Austin, Texas, où les journalistes d’InfoWars ont mené de nombreuses interviews pour découvrir des détails choquants sur le risque d’Ebola au Texas.[6]

Voir: VIDÉO: LES MIGRANTS DU CONGO EBOLA-STRICKEN MARCHENT DANS LES RUES DE SAN ANTONIO . [7]

et: Des migrants africains envahissent la frontière texane du Congo infesté par Ebola [8]

Quel est le but de cette épidémie ? 

Exiger que tous les Américains reçoivent un vaccin Ebola mortel contenant des virus Ebola vivants

Tout cela fait partie d’une opération coordonnée sous faux drapeau du CDC / FDA qui est déclenchée en envoyant des « armes humaines » aux États-Unis pour déclencher Ebola et provoquer une pandémie.

Voir: Brighteon.com/dc4e1d0a-d9ca-4126-9b10-6722d405a3d3

Tel que rapporté par Natural News en 2014 :

[Les CDC et les National Institutes of Health (NIH) sont parmi les principaux acteurs de la promotion du vaccin contre Ebola. 

Alors que le CDC détient le brevet sur Ebola lui-même, le NIH détient le brevet sur les vaccins contre Ebola. Il s’avère que le NIH a collaboré avec le Vaccine Research Center (VRC), une division de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), et Crucell, un autre développeur de vaccins, pour commercialiser un vaccin contre Ebola dans un avenir très proche.

Cet accord remonte à plus d’une décennie, Crucell entamant des essais cliniques de phase I pour ce vaccin en 2006. Plusieurs années plus tard, le NIH et le NIAID ont octroyé à Crucell un financement supplémentaire pour faire avancer le développement d’un vaccin multivalent contre les filovirus pour traiter non seulement Ebola, mais d’autres infections virales similaires qui provoquent une fièvre hémorragique sévère chez les humains et les primates non humains.

D’après un autre article de Natural News publié en 2014 :[9]

Les demandeurs de brevet sont clairement décrits sur le brevet comme comprenant : Le gouvernement des États-Unis d’Amérique, représenté par le secrétaire du Département de la santé et des services sociaux du Center for Disease Control.

Le résumé du brevet déclare :

  • “L’invention fournit les virus Ebola humains isolés (hEbola) dénommés Bundibugyo (EboBun) déposés auprès des Centers for Disease Control and Prevention (“CDC”; Atlanta, Géorgie, États-Unis d’Amérique) le 26 novembre, 2007 et a obtenu le numéro d’acquisition 200706291.”

La section « RÉSUMÉ DE L’INVENTION » du document de brevet affirme également clairement que le gouvernement américain revendique la « propriété » de tous les virus Ebola qui partagent aussi peu que 70 % de similitude avec le virus Ebola qu’il a « inventé » :

… L’invention concerne le virus EboBun isolé qui se rapporte morphologiquement et phylogénétiquement à des membres connus des filoviridae…

Dans un autre aspect, l’invention propose un virus EboBun hEbola isolé comprenant une molécule d’acide nucléique comprenant une séquence nucléotidique choisie dans le groupe constitué de: a) un nucléotide séquence présentée dans SEQ ID NO: 1; b) une séquence nucléotidique qui s’hybride à la séquence présentée dans SEQ ID NO: 1 dans des conditions stringentes; et c) une séquence nucléotidique qui a au moins 70 %, 75 %, 80 %, 85 %, 90 %, 95 %, 96 %, 97 %, 98 % ou 99 % d’identité avec la SEQ ID NO.

Si vous êtes atteint d’Ebola, le gouvernement américain peut revendiquer la « propriété » des virus à l’intérieur de votre corps comme justification pour vous mettre en quarantaine ou mettre fin à votre vie pour des expériences médicales.

Notez que puisque le CDC possède maintenant toutes les souches virales d’Ebola, selon l’Office américain des brevets, si vous êtes atteint d’Ebola et commencez à reproduire le code génétique d’Ebola dans vos propres cellules, vous êtes maintenant un criminel qui viole les « droits de propriété intellectuels du CDC»©.

Vous pouvez alors être arrêté, « mis en quarantaine » ou même kidnappé et éliminé pour des expériences médicales impliquant la CDC, le virus Ebola et les vaccins. Votre corps tout entier est désormais « détenu » par les CDC, car le code génétique Ebola s’est reproduit dans votre sang et vos organes.

Si vous ne croyez pas que le gouvernement américain pourrait être si diabolique pour mener des expériences aussi folles sur les Américains, alors vous ne connaissez pas l’histoire des expériences médicales menées par le gouvernement sur les Américains . 

Cela va bien au-delà de Tuskegee et des expériences de prisonniers guatémaltèques financées par le NIH et admises par Barack Obama.[10] 

C’est une histoire complète d’expériences médicales illégales et inhumaines menées principalement sur des Noirs, des prisonniers et des soldats, mais parfois également sur le grand public. Lisez la chronologie complète ici .[11]

Ou consultez cette courte liste des 13 expériences les plus odieuses menées sur les humains par le gouvernement américain . [12]

Le développement du vaccin contre Ebola a été programmé et accéléré [13] pour préparer l’Amérique à une opération massive sous faux drapeau Ebola qui impliquera de vraies infections, mais un faux récit.

2020 semble être l’année où le CDC – une organisation criminelle qui provoque des pandémies pour promouvoir les bénéfices des vaccins – va déclencher le faux drapeau médical le plus horrible et dangereux de l’histoire de notre monde.

Le nombre de morts éclipsera probablement les six millions de Juifs tués par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, selon les historiens. Maintenant, une nouvelle terreur a été déclenchée sur le monde qui est encore plus dangereuse que le Zyklon B : 

Ebola arme du CDC et des cartels pharmaceutiques qui espèrent récolter une manne de profits pendant que les êtres humains souffrent et meurent.

Mike Adams

“Le gouvernement fédéral a amené des « réfugiés » potentiellement infectés par le virus Ebola du Congo et les a dispersés dans tout le pays” [14]

Selon le CDC, un test de diagnostic rapide pour Ebola « pourrait donner des résultats faussement positifs »

Mais ces soi-disant « solutions » sont au mieux imparfaites, étant donné que le CDC lui-même admet ouvertement que son nouveau test de diagnostic rapide pour Ebola n’est pas nécessairement exact. Connu sous le nom de test OraQuick Ebola Rapid Antigen, ce test « peut donner des résultats faussement positifs », admet le CDC, bien que l’agence continue de le pousser « dans des circonstances où des tests moléculaires plus sensibles ne sont pas disponibles. »

Tous les résultats des tests OraQuick, à la fois positifs et négatifs, sont considérés comme « présomptifs » par le CDC, ce qui signifie qu’ils doivent être vérifiés davantage « grâce aux tests rRT-PCR disponibles dans 69 laboratoires LRN situés dans 49 États et au CDC » en coordination avec les autorités sanitaires nationales et locales.

Mais encore une fois – et on ne peut pas le dire assez – Ebola est un problème qui n’aurait jamais été un problème en premier lieu si le gouvernement fédéral n’avait pas facilité l’arrivée de « réfugiés » des pays touchés par Ebola. Et à vrai dire, il n’y a toujours pas vraiment de problème d’Ebola, du moins pas encore, malgré les propos alarmistes venant du CDC et de la FDA.[15]

En outre, la gauche provaccinale aux États-Unis n’appelle la vaccination obligatoire des « réfugiés » et des« migrants » devraient être vaccinés de force comme le gouvernement fédéral de Californie vaccine de force les enfants californiens. Forcés par des menteurs comme le sénateur Richard Pan, qui a mené à lui seul la croisade pour supprimer les dispositions religieuses et philosophiques du Golden State concernant l’exemption vaccinale.

Pendant ce temps, Ebola déborde aux États-Unis et le grand public aura du mal à en apprendre davantage à ce sujet dans les médias grand public, sans parler d’être informé sur la façon d’essayer de le protéger de son fléau mortel.

D’une manière ou d’une autre, ce n’est pas grave pour les illégaux d’introduire des maladies mortelles en Amérique, mais si vous êtes un citoyen américain qui s’oppose à la vaccination « obligatoire », alors la gauche veut vous jeter en prison.

« Le CDC détient un brevet sur Ebola et un nouveau vaccin est très rentable », note un commentateur au sujet de la nature sinistre de ces derniers développements. « Laissez entrer quelques personnes infectées pour effrayer tout le monde. Peut-être qu’ils peuvent légalement l’imposer à tout le monde si suffisamment de cas émergent. Je ne peux pas leur faire confiance. »

Pour plus d’informations, consultez Deception.news .

Les sources :

Infowars.com

NaturalNews.com

TheOrganicPrepper.com

NaturalNews.com

Une commission d’enquête conclut que le gouvernement américain a comploté avec des médecins pour commettre des expériences médicales meurtrières au Guatemala

Le Dr Jonas Salk, inventeur du vaccin contre la polio, dénoncé comme un scientifique à l’esprit criminel qui a mené des expériences médicales illicites sur des patients souffrant de troubles mentaux

Les expériences médicales guatémaltèques contre les MST ne sont qu’un crime dans une longue histoire de collusion médico-gouvernementale visant à utiliser les humains comme cobayes

La collusion du gouvernement dans les expériences médicales humaines n’est plus seulement une théorie du complot

L’OMS dit qu’il est acceptable pour les sociétés pharmaceutiques de mener des expériences médicales sur des patients Ebola

Les enfants américains doivent-ils être utilisés dans des expériences médicales pour tester le vaccin contre le charbon ?

Le « panel éthique » d’Obama donne son accord pour tester les vaccins contre le charbon sur les bébés américains


[1] https://www.forbes.com/sites/brucelee/2019/11/11/the-ebola-vaccine-is-now-officially-here-with-approval-in-europe/#3f649f4146c5

[2] https://www.forbes.com/sites/brucelee/2019/11/11/the-ebola-vaccine-is-now-officially-here-with-approval-in-europe/#3f649f4146c5

[3] https://www.ema.europa.eu/en/news/first-vaccine-protect-against-ebola

[4] https://www.infowars.com/ebola-congolese-woman-dies-in-texas-after-crossing-southern-border/

[5] https://www.infowars.com/ebola-congolese-woman-dies-in-texas-after-crossing-southern-border/

[6] https://www.naturalnews.com/2020-01-04-ebola-pandemic-america-vaccines-live-viral-strains-cdc-false-flag.html

[7] https://www.infowars.com/video-migrants-from-ebola-stricken-congo-marched-through-streets-of-san-antonio/

[8] https://www.infowars.com/watch/?video=5cfe90b73976ca0017f67b39

[9] https://www.naturalnews.com/046290_Ebola_patent_vaccines_profit_motive.html

[10] https://www.naturalnews.com/029924_medical_experiments_Guatemala.html

[11] https://www.naturalnews.com/022383.html

[12] https://www.naturalnews.com/055255_evil_government_medical_experiments_US_history.html

[13] https://www.naturalnews.com/046946_Ebola_outbreak_vaccines_patents.html

[14] https://www.vaccines.news/2020-01-01-cdc-fda-ebola-bioweapons-psyop-dangerous-vaccines-outbreak-mass-theater.html

[15] https://www.vaccines.news/2020-01-01-cdc-fda-ebola-bioweapons-psyop-dangerous-vaccines-outbreak-mass-theater.html

There’s no evidence that sewage isn’t teeming with Ebola virus, according to researchers disputing WHO’s claims
Taxis are a dangerous source of Ebola virus infections in Liberia, WHO says
Rapidly mutating Ebola virus would kill 1.2 million people if it goes airborne, expert predicts
Ebola virus remains in survivors’ semen six months after recovery
Why does the CDC own a patent on Ebola ‘invention?’
Ebola virus praises Obama in open letter to humankind (satire)
Sierra Leone cancels Christmas as Ebola virus ravages country

[1] http://www.bbc.com/news/health-29230157

[2] http://news.yahoo.com/mystery-illness-plague…

[3] http://www.bbc.com/news/business-29274822

[4] https://www.naturalnews.com/046945_medical_ma…

[5] http://www.federalregister.gov/articles/2014…

[6] http://www.liberianobserver.com/security/ebo…

[7] http://www.google.com/patents/CA2741523A1

[8] https://www.naturalnews.com/036417_Glaxo_Merc…

[9] https://www.naturalnews.com/046259_ebola_outb…

[10] https://www.naturalnews.com/040400_gene_paten…

[11] https://www.naturalnews.com/028492_BRCA1_huma…

[12] http://www.thecommonsenseshow.com/2014/09/17…84KVIEWS

Laisser un commentaire