Étrange réalité : l’injection spécifique à Omicron a été créée des semaines AVANT l’annonce de ce nouveau variant ???

4
3688
Image by Gerd Altmann from Pixabay

Par Sara Middleton, staff writer | le 3 décembre 2021

https://www.naturalhealth365.com/omicron-specific-jab-development-3464.html

Dans ce flot d’informations que certains sur les médias sociaux qualifient de très prévisible, le variant dit Omicron – signalé pour la première fois en Afrique du Sud ainsi que chez quatre personnes du Botswana ayant reçu un vaccin complet – est maintenant devenu un “variant préoccupant” pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les responsables de la santé publique mondiale ne perdent pas de temps et profitent de l’occasion pour promouvoir le vaccin COVID.

Mais voici l'”étrange” réalité : Alors que les PDG de Pfizer et de Moderna laissent entendre que les injections actuelles pourraient ne pas résister à ce variant, eux et bien d’autres membres de la famille Big Pharma préparent déjà le public à s’attendre à des versions nouvelles et actualisées de leurs vaccins – soulignant ainsi le fait que les gens ne seront jamais vraiment “complètement vaccinés”, du moins pas s’ils ont besoin d’une injection de rappel ou d’une “nouvelle” version du vaccin COVID indéfiniment.

Personne ne trouve-t-il étrange (c’est le moins que l’on puisse dire) que Big Pharma laisse déjà entendre qu’elle aura bientôt une “solution” – sous la forme d’une autre injection ?

LIGNE DE TEMPS QUESTIONNABLE :

La société Big Pharma a-t-elle commencé à travailler sur une injection ciblant le nouveau variant Omicron avant que celui-ci ne soit prétendument détecté ?

Selon l’OMS, le variant Omicron d’Afrique du Sud – appelé B.1.1.529 – a été signalé pour la première fois le 24 novembre. Des titres plus récents suggèrent que le variant a été identifié dans des pays européens comme les Pays-Bas dès le 19 novembre.

“La première infection B.1.1.529 confirmée connue”, ajoute l’OMS, “provenait d’un spécimen prélevé le 9 novembre 2021.”

Incroyablement, la société pharmaceutique NovaVax Inc. serait déjà en train de fabriquer un vaccin COVID qui peut cibler spécifiquement ce variant. Le vaccin fabriqué par la société a déjà reçu une autorisation d’utilisation d’urgence dans d’autres pays et devrait être prêt à être produit et testé d’ici quelques semaines.

De même, Pfizer et Moderna déclarent tous deux qu’une nouvelle version spécifique à Omicron de leurs injections de thérapie génique pourrait être prête dans les 100 jours.

Mais si les injections de COVID sont vraiment sûres et efficaces, on peut se demander pourquoi ces nouvelles variantes virales font tant de bruit ?

(N’oubliez pas qu’il est tout à fait normal que les agents pathogènes évoluent, surtout lorsqu’ils sont soumis à une pression incroyablement élevée pour le faire – comme dans le cas des programmes d’injection de masse avec des vaccins imparfaits au milieu d’une pandémie en cours).

“Cela ne va pas être bon”, prévient le PDG de Moderna. Pas bon pour qui, exactement ?

La réalité est la suivante : Les dirigeants des entreprises pharmaceutiques ne semblent pas penser que leurs vaccins seront efficaces contre le dernier variant de la peur.

Selon Stat News, Stéphane Bancel, PDG de Moderna, pense que la capacité de son vaccin ARNm actuel à protéger contre la variante Omicron va “chuter” de manière significative.

“Tous les scientifiques à qui j’ai parlé, a-t-il déclaré dans une interview accordée au Financial Times, …., disent : “Cela ne va pas être bon”.

Pas bon pour qui, pourriez-vous vous demander.

Dans le même article, le directeur scientifique de Pfizer, Mikael Dolsten, prévoit que Pfizer et BioNTech pourraient produire la toute nouvelle version de leur médicament d’ici début mars et qu’ils pourraient le faire à une “échelle commerciale très élevée”, en fabriquant jusqu’à 330 millions de doses par mois.

Imaginez seulement combien cette production accélérée augmenterait leurs bénéfices.

Pendant ce temps, les premiers rapports suggèrent que la maladie COVID-19 causée par le variant Omicron est bénigne, et l’OMS déclare qu’il n’y a actuellement “aucune information suggérant que les symptômes associés à Omicron sont différents de ceux des autres variants.”

Les titres apparaissent comme des vœux pieux :

“nous ne saurons pas avant des semaines”.

“Il ne semble pas être plus mortel, mais il pourrait l’être”,

“les experts ne respirent pas encore facilement”.

Il n’échappe pas non plus à beaucoup de gens que l’Afrique a l’un des taux de COVID-19 les plus bas de la planète

– un fait que les médias grand public tentent rapidement d’expliquer par des facteurs tels que le climat et le nombre réduit de maisons de retraite –

et pourtant, moins de 7 % de la population du continent est entièrement vaccinée, selon le bureau régional africain de l’OMS.

Les sources de cet article sont les suivantes :

Marketwatch.com
MSN.com
WHO.int
NBCnews.com
CBSnews.com
WHO.int
Afro.WHO.int
Thegatewaypundit.com
Newsweek.com
DW.com
Homeaffairs.gov.au
Statnews.com
BBC.com

4 Commentaires

  1. Je reste intimement persuadé qu’en dehors de (bien sur) quelques mutants sporadiques inévitables,
    la plupart des dits “variants” actuels sont bidouillés en Labos et détenus par La MAFIA de Big-Pharma, qui prépare d’abord un “Vaxxin” spécifique, puis ensuite répand la merdouille du (mutant) “Nouveau Variant” dans une zone précise et bien ciblée… Ensuite le battage médiatique de la peur bat son plein,
    et de fait la “4ème dose” de “Vaxxin” PFIZER est soudain à l’ordre du jour des gouvernements occidentaux…
    Un cauchemar en réel …. à visée de Pognon pour les Labos, mais aussi à visée “Politique” pour contraindre de plus en plus les populations civiles à une “Nouvelle Normalité” avec la mise en place d’une Dictature durable….

Laisser un commentaire