Histoire secrète de l’expérimentation humaine aux États-Unis

3
2525

1998-2000 Health News Network : Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://rense.com/general36/history.htm

1931

Le Dr Cornelius Rhoads, sous les auspices du Rockefeller Institute for Medical Investigations, infecte des sujets humains avec des cellules cancéreuses. 

Il a ensuite créé les installations de guerre biologique de l’armée américaine dans le Maryland, l’Utah et le Panama, et est nommé membre de la Commission de l’énergie atomique des États-Unis. 

Là-bas, il commence une série d’expériences d’exposition aux radiations sur des soldats américains et des patients hospitalisés civils. 

1932

Début de l’étude sur la syphilis de Tuskegee. 200 hommes noirs diagnostiqués avec la syphilis ne sont jamais informés de leur maladie, se voient refuser un traitement et sont à la place utilisés comme cobayes humains afin de suivre la progression et les symptômes de la maladie. 

Ils meurent tous par la suite de la syphilis, leurs familles n’ont jamais su qu’ils auraient pu être soignés. 

1935

L’incident de la Pellagre. 

Après que des millions d’individus meurent de la pellagre (La pellagre est une maladie due à la malnutrition qui se manifeste par trois catégories de symptômes : dermatite, diarrhée et — dans les cas les plus graves — démence.)

Sur une période de deux décennies, le service de santé publique américain agit enfin pour endiguer la maladie. 

Le directeur de l’agence admet qu’il savait depuis au moins 20 ans que la pellagre est causée par une carence en niacine mais n’a pas agi puisque la plupart des décès sont survenus au sein de populations noires frappées par la pauvreté. 

1940

Quatre cents prisonniers à Chicago sont infectés par le paludisme afin d’étudier les effets de nouveaux médicaments expérimentaux pour combattre la maladie. 

Des médecins nazis plus tard jugés à Nuremberg citent cette étude américaine pour défendre leurs propres actions pendant l’Holocauste. 

1942

« Chemical Warfare Services » commence des expériences de gaz moutarde sur environ 4 000 militaires. 

Les expériences se poursuivent jusqu’en 1945 et font appel aux objecteurs de conscience qui choisissent de devenir des cobayes humains plutôt que de servir en service actif. 

1943

En réponse au programme de guerre bactériologique à grande échelle du Japon, les États-Unis commencent des recherches sur les armes biologiques à Fort Detrick, MD. 1944 L’US Navy utilise des sujets humains pour tester des masques à gaz et des vêtements. 

Les individus étaient enfermés dans une chambre à gaz et exposés au gaz moutarde et à la lewisite. 

1945

Le projet Paperclip est lancé. 

Le département d’État américain, les services de renseignement de l’armée et la CIA recrutent des scientifiques nazis et leur offrent l’immunité et des identités secrètes en échange de travaux sur des projets gouvernementaux top secrets aux États-Unis. 

1945

Le «programme F» est mis en œuvre par la Commission américaine de l’énergie atomique (AEC). 

Il s’agit de l’étude américaine la plus approfondie sur les effets sur la santé du fluorure, qui était le composant chimique clé de la production de bombes atomiques. 

L’un des produits chimiques les plus toxiques connus de l’homme, le fluorure, provoque des effets néfastes marqués sur le système nerveux central, mais une grande partie des informations est étouffée au nom de la sécurité nationale par crainte que des poursuites ne compromettent la production à grande échelle de bombes atomiques. 

1946

Les patients des hôpitaux des vétérans sont utilisés comme cobayes pour des expériences médicales. 

Afin de dissiper les soupçons, l’ordre est donné de changer le mot «expériences» en «enquêtes» ou «observations» chaque fois que le rapport d’une étude médicale effectuée dans l’un des hôpitaux vétérans de la nation. 

1947

Le colonel EE Kirkpatrick de la US Atomic Energy Comission publie un document secret (document 07075001, 8 janvier 1947) indiquant que l’agence commencera à administrer des doses intraveineuses de substances radioactives à des sujets humains. 

1947

La CIA commence son étude du LSD en tant qu’arme potentielle à utiliser par les services de renseignement américains. 

Les sujets humains (civils et militaires) sont utilisés avec et à leur insu. 1950 Le ministère de la Défense commence des plans pour faire exploser des armes nucléaires dans les zones désertiques et surveiller les résidents sous le vent pour les problèmes médicaux et les taux de mortalité. 

1950

Dans une expérience visant à déterminer dans quelle mesure une ville américaine serait vulnérable aux attaques biologiques, l’US Navy pulvérise un nuage de bactéries à partir de navires au-dessus de San Franciso. Des dispositifs de surveillance sont situés dans toute la ville afin de tester l’étendue de l’infection. De nombreux résidents tombent malades avec des symptômes de type pneumonie. 

1951

Le ministère de la Défense commence des tests en plein air utilisant des bactéries et des virus pathogènes. Les tests durent jusqu’en 1969 et on craint que les habitants des zones environnantes aient été exposés. 

1953

L’armée américaine libère des nuages ​​de sulfure de zinc et de cadmium au-dessus de Winnipeg, Saint-Louis, Minneapolis, Fort Wayne, la vallée de la rivière Monocacy dans le Maryland et Leesburg, en Virginie. Leur intention est de déterminer avec quelle efficacité ils pourraient disperser les agents chimiques. 

1953

Des expériences conjointes Armée-Marine-CIA sont menées dans lesquelles des dizaines de milliers de personnes à New York et à San Francisco sont exposées aux germes aéroportés Serratia marcescens et Bacillus glogigii. 

1953

La CIA lance le projet MKULTRA. Il s’agit d’un programme de recherche de onze ans conçu pour produire et tester des médicaments et des agents biologiques qui seraient utilisés pour le contrôle de l’esprit et la modification du comportement. Six des sous-projets impliquaient de tester les agents sur des êtres humains involontaires. 

1955

La CIA, dans une expérience pour tester sa capacité à infecter les populations humaines avec des agents biologiques, libère une bactérie retirée de l’arsenal de guerre biologique de l’armée au-dessus de Tampa Bay, en Floride. 

1955

Army Chemical Corps poursuit ses recherches sur le LSD, étudiant son utilisation potentielle comme agent incapacitant chimique. Plus de 1000 Américains participent aux tests, qui se poursuivent jusqu’en 1958. 

1956

L’armée américaine libère des moustiques infectés par la fièvre jaune sur Savannah, Ga et Avon Park, Fl. Après chaque test, des agents de l’armée se faisant passer pour des responsables de la santé publique testent les effets des victimes. 

1958

LSD est testé sur 95 volontaires dans les laboratoires de guerre chimique de l’armée pour son effet sur le renseignement. 1960 Le chef d’état-major adjoint de l’armée pour le renseignement (ACSI) autorise les essais sur le terrain du LSD en Europe et en Extrême-Orient. Le test de la population européenne porte le nom de code Project THIRD CHANCE; le test de la population asiatique est nommé projet DERBY HAT. 

1965

Le projet CIA et le ministère de la Défense lancent le projet MKSEARCH, un programme visant à développer une capacité à manipuler le comportement humain grâce à l’utilisation de drogues psychotropes. 

1965

Les prisonniers de la prison d’État de Holmesburg à Philadelphie sont soumis à la dioxine, le composant chimique hautement toxique de l’agent orange utilisé au Viet Nam. Les hommes sont ensuite étudiés pour le développement d’un cancer, ce qui indique que l’agent orange avait été un cancérogène suspecté depuis le début. 1966 La CIA lance le projet MKOFTEN, un programme visant à tester les effets toxicologiques de certains médicaments sur les humains et les animaux. 

1966

L’armée américaine distribue la variante niger de Bacillus subtilis dans tout le métro de New York. Plus d’un million de civils sont exposés lorsque des scientifiques de l’armée déposent des ampoules remplies de bactéries sur des grilles de ventilation. 

1967

La CIA et le Département de la Défense mettent en œuvre le projet MKNAOMI, successeur de MKULTRA et conçu pour entretenir, stocker et tester les armes biologiques et chimiques. 

1968

Expériences de la CIA sur la possibilité d’empoisonner l’eau potable en injectant des produits chimiques dans l’approvisionnement en eau de la FDA à Washington, DC 1969 Le Dr Robert MacMahan, du ministère de la Défense, demande au congrès 10 millions de dollars pour mettre au point, d’ici 5 à 10 ans, un agent biologique synthétique contre lequel aucune immunité naturelle n’existe. 

1970

Le financement de l’agent biologique synthétique est obtenu sous HR 15090. Le projet, sous la supervision de la CIA, est exécuté par la Division des opérations spéciales à Fort Detrick, l’installation d’armes biologiques top secrète de l’armée. On spécule que les techniques de biologie moléculaire sont utilisées pour produire des rétrovirus de type SIDA. 1970 Les États-Unis intensifient leur développement d ‘«armes ethniques» (Military Review, nov. 1970), conçues pour cibler et éliminer sélectivement des groupes ethniques spécifiques qui sont sensibles en raison des différences génétiques et des variations de l’ADN. 

1975

La section virus du Centre de recherche sur la guerre biologique de Fort Detrick est rebaptisée Fredrick Cancer Research Facilities et placée sous la supervision du National Cancer Institute (NCI). C’est ici qu’un programme spécial contre le cancer viral est lancé par la marine américaine, censé développer des virus cancérigènes. C’est également ici que les rétrovirologues isolent un virus contre lequel aucune immunité n’existe. Il est appelé plus tard HTLV (Human T-cell Leukemia Virus). Les audiences du Sénat de 1977 sur la santé et la recherche scientifique confirment que 239 zones peuplées avaient été contaminées par des agents biologiques entre 1949 et 1969. Certaines de ces zones comprenaient San Francisco, Washington, DC, Key West, Panama, Minneapolis et Saint-Louis. 

1978

Les essais expérimentaux du vaccin contre l’hépatite B, menés par le CDC, commencent à New York, Los Angeles et San Francisco. Les publicités pour les sujets de recherche demandent spécifiquement des hommes homosexuels promiscus. 

1981

Les premiers cas de SIDA sont confirmés chez des hommes homosexuels à New York, Los Angeles et San Francisco, déclenchant des spéculations selon lesquelles le SIDA pourrait avoir été introduit via le vaccin contre l’hépatite B 1985 Selon la revue Science (227: 173-177), le HTLV et le VISNA, un virus mortel du mouton, sont très similaires, indiquant une relation taxinomique et évolutive étroite. 1986 Selon les actes de la National Academy of Sciences (83: 4007-4011), le VIH et le VISNA sont très similaires et partagent tous les éléments structurels, à l’exception d’un petit segment qui est presque identique au HTLV. Cela conduit à supposer que le HTLV et le VISNA pourraient avoir été liés pour produire un nouveau rétrovirus contre lequel aucune immunité naturelle n’existe. 

1986

Un rapport au Congrès révèle que la génération actuelle d’agents biologiques du gouvernement américain comprend: des virus modifiés, des toxines d’origine naturelle et des agents qui sont modifiés par génie génétique pour modifier le caractère immunologique et empêcher le traitement par tous les vaccins existants. 

1987

Le ministère de la Défense admet que, malgré un traité interdisant la recherche et le développement d’agents biologiques, il continue d’exploiter des installations de recherche dans 127 installations et universités à travers le pays. 

1990

Plus de 1 500 bébés noirs et hispaniques de six mois à Los Angeles reçoivent un vaccin antirougeoleux «expérimental» qui n’avait jamais été homologué aux États-Unis. Le CDC admet plus tard que les parents n’ont jamais été informés que le vaccin injecté à leurs enfants était expérimental. 

1994

Avec une technique appelée «suivi génétique», le Dr Garth Nicolson du MD Anderson Cancer Center à Houston, Texas découvre que de nombreux anciens combattants de la « Tempête du désert » sont infectés par une souche modifiée de Mycoplasma incognitus, un microbe couramment utilisé dans la production de produits d’armes biologiques. Incorporé dans sa structure moléculaire est 40% de l’enveloppe de la protéine du VIH, ce qui indique qu’il avait été fabriqué par l’homme. 

1994

Le sénateur John D. Rockefeller publie un rapport révélant que depuis au moins 50 ans, le ministère de la Défense a utilisé des centaines de milliers de militaires dans des expériences humaines et pour une exposition intentionnelle à des substances dangereuses. Les matériaux comprenaient de la moutarde et du gaz neurotoxique, des rayonnements ionisants, des substances psychochimiques, des hallucinogènes et des médicaments utilisés pendant la guerre du Golfe. 

1995

Le gouvernement américain admet qu’il avait offert aux criminels de guerre et aux scientifiques japonais qui avaient effectué des expériences médicales humaines des salaires et l’immunité de poursuites en échange de données sur la recherche sur la guerre biologique. 

1995

Le Dr Garth Nicolson découvre des preuves que les agents biologiques utilisés pendant la guerre du Golfe ont été fabriqués à Houston, Texas et Boca Raton, Floride et testés sur des prisonniers au Texas Department of Corrections. 

1996

Le ministère de la Défense admet que les soldats de la tempête du désert ont été exposés à des agents chimiques. 

1997

88 membres du Congrès signent une lettre demandant une enquête sur l’utilisation des armes biologiques et le syndrome de la guerre du Golfe. 

© 1998-2000 Health News Network

Tous les droits sont réservés : http://www.healthnewsnet.com/humanexperiments.html

3 Commentaires

  1. On comprend pourquoi l’histoire chronologique n’est plus la bienvenue dans les écoles. Un peu trop accablante pour les criminels d' »élite ».

  2. Pourquoi s arrêterait il en si bon chemin, en ce qui concerne Hiroshima , Nagazaki
    Des photos ont été prise en basse altitudes, des femmes témoignent ,lorsqu’elles était enfant elles ont été suivie durant des décennies sans les soignées.
    Il y a aussi ces juifs arabes dont les états-unis avait donné des appareils à Israël , pour faire des radios 500 fois Supérieur, pour endiguer la teigne.
    Ou les enfants étaient amenés dans des colonies pour les soigner, ou ils sont morts ou ont eu des cancers, ou brûlé.
    Il y a eu des petit dédommagement ,quand il y arrivait de la part d Israël.

Laisser un commentaire