Il aboie sur les invités …

0
691

[email protected]

Cannelle est une chienne pleine de vie, dynamique et très sociable en promenade. Elle a été adoptée en refuge il y a quelques mois, et ses humains en sont fous.

Les premières semaines suivant son adoption, tout se passe à merveille. Cannelle apprécie les promenades, elle est toujours en demande de caresses. Depuis quelques jours, Cannelle se sent un peu plus à l’aise. Ce serait une bonne chose… mais elle commence à présenter des troubles du comportement très embêtants.

D’abord, Cannelle aboie sur toutes les personnes qui passent devant le portail. Les voisins ne peuvent plus profiter de leur jardin sans être harcelés par des aboiements continus.
Cannelle protège son territoire… mais aussi tout ce qui lui appartient. Au parc, elle a déjà mordu un chiot qui voulait renifler sa balle. Plus grave encore : elle commence à grogner sur sa maîtresse. Au début, c’était quand elle mangeait ses croquettes, puis quand elle avait une friandise à mastiquer, dernièrement, un jouet.
Ses maîtres l’aiment, mais ils vivent dans la crainte continuelle de se faire mordre. Ils n’osent plus laisser Cannelle profiter du jardin, car les voisins ne supportent plus ses aboiements.

Cannelle protège son territoire, ses ressources… et cela devient dangereux.

En fait, Cannelle est atteinte d’un comportement qui touche énormément de chiens : la protection de ressources.
De quoi s’agit-il exactement ?
Cannelle tente d’éloigner des intrus, ou des voleurs potentiels, de son territoire de ce qui lui est cher.Elle a grogné, mais devant sa petite taille, personne n’a été impressionné. Alors elle est passée aux grands moyens, et elle a commencé à mordre ; Ses propriétaires ont demandé conseil autour d’eux. De nombreuses personnes, souvent bien intentionnées, leur ont donné le « truc » qui avait marché pour eux.
Malheureusement, aucune de ces astuces n’a été efficace pour Cannelle. Au contraire : son comportement s’empire.

Les erreurs commises par 90% des propriétaires de chien

Avant de nous lancer dans le vif sur sujet, je vous cite quelques conseils erronés que les maîtres de Cannelle ont pu entendre. C’est à cause de ces « conseils » que les problèmes de Cannelle se sont aggravés.

« S’il protège ses jouets ou ses os, alors il faut arrêter de lui en donner ! » Faux.

Lorsqu’un chien protège une ressource, on peut vite être tenté de lui retirer cette ressource, afin d’éviter le problème. Certes, c’est une solution à mettre en place dans les situations à risque. Par exemple, si votre chien protège ses jouets et que vous avez un enfant à la maison, il est préférable de ne pas laisser de jouets trainer là où votre enfant et votre chien peuvent y avoir accès.
Néanmoins, ce n’est qu’une solution à court terme. Je cite Sara Garcia Galan, comportementaliste : « Plus une ressource est rare et plus elle aura de valeur pour votre chien, alors multipliez les ressources. Votre chien protège ses os ? Donnez-lui-en plusieurs et régulièrement. Vous verrez que très rapidement votre chien s’acharnera moins à les défendre. Si vous avez plusieurs chiens, mettez toujours plus de ressources que de chiens. »
Confisquer les jouets, les os, etc. ? Non ! Il faut faire exactement l’inverse ! Votre chien protège son jouet parce qu’il a peur qu’on le lui vole. S’il en a des dizaines, il les partagera bien plus facilement. Normal, puisqu’il y en a pour tout le monde.

« Il faut le laisser aller comme il veut dans le jardin – il finira bien par s’habituer aux passants et il arrêtera d’aboyer ». Mauvaise idée.

Voilà une idée reçue bien tenace : « il suffit d’habituer votre chien à quelque chose pour le sociabiliser ». En réalité, la désensibilisation est bien plus compliquée.

Imaginez avoir une peur absolue des araignées. Une peur irrationnelle, mais incontrôlable. Imaginez que chaque jour, on vous enferme dans une petite pièce avec de grosses araignées velues, dans l’espoir qu’à terme, vous n’en ayez plus peur.
Pensez-vous qu’avec cette méthode, vous réussirez à les laisser se promener sur votre corps, en toute tranquillité ?
Moi, non. Il est bien plus probable que vous anticipiez le moment où, chaque jour, on vous enferme dans la pièce avec les araignées. Il est bien plus probable que vous hurliez systématiquement. Il est même très probable qu’à terme, vous finissiez par prendre votre courage à deux mains, et écrasiez les araignées. Et voilà, problème réglé.

Pour votre chien, c’est exactement pareil.

Confronter votre chien à une situation qui le met mal à l’aise ne va pas, comme par magie, le faire apprécier cette situation. Il s’habituera à une seule chose : réagir de manière disproportionnée.

Vous ne vous habituerez jamais à une araignée en étant enfermé avec tous les jours. En revanche, vous prendrez l’habitude de l’écraser pour éloigner ce que vous considérez comme une menace.
De la même manière, votre chien ne va pas s’habituer aux ‘intrus’ parce qu’il y est confronté quotidiennement. Au contraire, il s’habituera à leur aboyer dessus, les menacer… Voire les mordre, si le problème n’est pas résolu à temps. C’est compréhensible : à chaque fois que votre chien aboie, les intrus s’éloignent, ou passent leur chemin. Pour lui, c’est qu’il a bien fait son travail. Il a protégé la maison. Il en retiendra qu’aboyer et menacer est une chose à faire systématiquement quand un intrus passe par là.
Si vous voulez que votre chien accepte les passants, les invités… Vous devez intervenir. C’est à vous de mettre en place un protocole de désensibilisation – votre chien ne s’éduquera pas tout seul !

« Il faut mettre des limites, et le gronder quand il montre des signes d’agressivité. On ne peut pas tout laisser passer ! » Faux… et potentiellement dangereux !

Bien sûr, vous ne pouvez pas laisser votre chien attaquer vos invités, protéger ses ressources de manière agressive.
Bien sûr, il faut mettre en place des règles, et une méthode d’éducation.
Mais la bienveillance reste toujours de mise !
On voit souvent les maîtres démunis avoir recourt à la violence physique ou verbale. Je ne les juge pas c’est une réaction instinctive quand son chien mord un invité ou grogne pour se réserver le canapé.
Néanmoins, utiliser la force et l’intimidation ne fera qu’aggraver le problème. Certes, peut-être qu’en vous fâchant, votre chien finira par ne plus réagir quand vous voulez récupérer une ressource ou faire entrer un invité. Mais il sera toujours mal à l’aise dans ces situations. Dès, lors plusieurs risques se présentent : le chien qui se contient peut un jour ne plus se contenir. Lorsque cela arrive, la réaction est en général plus intense et les conséquences bien plus graves.
L’autre risque est que le chien se contienne en présence des personnes qui « l’impressionnent ». Mais qu’en sera-t-il lorsqu’il sera seul avec une personne qui ne l’intimide pas ? Ce dernier cas de figure est très fréquent dans les familles avec enfants. Dans une grande majorité des cas d’agression, le chien s’en prendra à un enfant plutôt qu’à un adulte. Je vous déconseille donc fortement de créer un rapport de force avec votre chien.
À la place, je vous propose plutôt de suivre un protocole d’éducation aussi bienveillant qu’efficace. Je vous en parle tout de suite.

Nous avons fait appel à une comportementaliste que vous connaissez bien – experte en « chiens de garde » !

Sara Garcia Galan – la comportementaliste et éducatrice canine avec qui nous travaillons.

http://thinkdog.com

Sara Garcia Galan est comportementaliste et éducatrice canine diplômée en Cynologie, formée à l’école du Dr Vétérinaire Joël Dehasse. Elle exerce depuis plusieurs années en éducation bienveillante, et a permis à des centaines de personnes d’éduquer leur chien avec respect et complicité.



Rex (à droite), à côté de Pénélope, Merlin et Maki

Sara a démarré sa carrière en adoptant Rex – un énorme croisé Malinois qui présentait de lourds problèmes comportementaux. Rex avait de sévères réflexes de chien de garde. Dès que quelqu’un faisait mine d’entrer sur ton territoire… Il attaquait. Il haïssait les autres chiens, sur lesquels il se jetait systématiquement.
Rex avait toujours été élevé « à la dure » – jusqu’à ce que Sara l’adopte. Pour elle, qui n’avait alors aucune expérience en éducation canine, Rex présentait un réel challenge. Pendant des mois, des années, Sara s’est formée. Au fur et à mesure de ses formations, Sara a mis ses apprentissages en pratique avec Rex. Et les résultats sont formidables.
Aujourd’hui, vous pouvez entrer chez Sara, et Rex est sagement posé dans son panier. Il ne viendra pas naturellement chercher des caresses, car il garde son caractère méfiant. Néanmoins, il accepte très bien les invités surtout s’ils ramènent un frisbee !
Quand je rends visite à Sara avec mes chiens, Maki mange systématiquement les croquettes de Rex, Merlin lui vole ses jouets et Pénélope dort dans son panier. (Eh oui, mes chiens ne sont pas aussi bien éduqués que lui !) Mais Rex, qui auparavant ne se laissait pas approcher par ses congénères, ne bronche pas. Il est même content d’avoir des amis à la maison !
Aujourd’hui, Sara partage son savoir avec passion. Elle rééduque des chiens avec de lourds problèmes comportementaux. Jamais elle n’instaure de rapport de force. Et ses méthodes fonctionnent systématiquement.
Sara rééduque les chiens, mais son talent réside surtout dans l’accompagnement de leurs humains. Avec beaucoup d’empathie, de compréhension, et une grande simplicité, elle enseigne ses méthodes bienveillantes à ses clients.
Ainsi, après quelques séances, ils sont capables de mener à bien l’éducation de leur chien eux-mêmes.
C’est pour cela que je fais systématiquement appel à Sara Garcia Galan quand il s’agit de rédiger un dossier sur l’éducation du chien.
Et ce mois-ci, elle s’est attaquée à deux causes d’agressivité très communes : l’agressivité par protection de ressource, et l’agressivité territoriale.

Imaginez si, à la place de ramener des lettres, le facteur ramenait systématiquement des steaks.
Imaginez si, à chaque fois qu’on lui prenait un jouet, votre chien recevait à la place une oreille de cochon.
À votre avis, comment évoluerait-il ?
Bien entendu, la rééducation d’un chien qui protège ses ressources, ou son territoire, n’est pas aussi simple. Mais vous comprenez la philosophie.
Dans la revue Chien Vie et Santé du mois de novembre, Sara vous donne toutes les solutions, les protocoles, grâce auxquels votre chien apprend à partager. Partager son territoire. Partager sa nourriture. Ses jouets. Le canapé. Toujours avec plaisir, et une confiance absolue.

Les méthodes de Sara sont simples, mais terriblement efficaces.

Tous les protocoles d’apprentissage, de désensibilisation, sont détaillés dans un dossier complet de 6 pages. Vous y apprendrez

  • Comment pouvoir approcher votre chien, sans qu’il ne vous agresse, alors qu’il mange sa gamelle, ronge un os ou s’occupe avec un jouet bien précieux·
  • Comment le faire accepter, et même apprécier, les personnes qui entrent sur son territoire
  •    Des exercices simples et efficaces pour lui apprendre le « tu lâches », afin que votre chien puisse laisser, sur commande, un jouet ou n’importe quelle cochonnerie qu’il ramasse dans la rue par exemple

Je vous souhaite de joyeuses fêtes à toutes et à tous ainsi qu’à nos amis poilus.


Amicalement


Claude Lefevre et mes trois chiens Pénélope, Maki et Merlin



Laisser un commentaire