La biopuce implantable financée par la DARPA peut potentiellement être utilisée pour déployer le vaccin ARNm de Moderna

1
4724

le 10 décembre 2020 / By Franz Walker

https://nanotechnology.news/2020-10-12-darpa-funded-implantable-biochip-deploy-moderna-vaccine.html

Des nouvelles très inquiétantes nous provenant de Slovaquie, où le personnel d’un laboratoire hospitalier de Bratislava a mené une étude sur les tests PCR COVID et a conclu que les écouvillons qui sont insérés dans le nez de millions de personnes dans le monde implantent des hydrogels Darpa directement dans le corps.

La Darpa est la Defense Advanced Research Projects Agency, une agence de recherche et de développement du ministère de la Défense des États-Unis chargée du développement de technologies émergentes destinées à être utilisées par l’armée. Connue à l’origine sous le nom d’Advanced Research Projects Agency, l’agence a été créée le 7 février 1958 par le Président Dwight David « Ike » Eisenhower (October 14, 1890 – March 28, 1969), USA.

Extrait de l’étude « L’hydrogel Darpa (référence) est une substance artificielle qui crée un convertisseur entre le signal électromagnétique et la cellule, le tissu et l’organe vivants. Il convertit le signal électromagnétique d’un émetteur en un signal qu’une cellule vivante comprend et auquel elle répond. (voir photo du scarabée – Darpa Hydrogel a été injecté dans ces structures nerveuses et était contrôlable par radio) »

Dans le but de lutter contre la pandémie de coronavirus de Wuhan (COVID-10) en cours, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) finance le développement d’une biopuce implantable qui pourrait être déployée dès l’année prochaine. 

La puce serait capable de déployer un nouveau vaccin expérimental, développé conjointement par Moderna et le gouvernement américain, qui pourrait changer l’ADN humain.

La puce et le vaccin se sont appuyés sur une percée faite par Derek Rossi, alors professeur de l’Université Harvard et éventuellement co-fondateur de Moderna en 2010. Dans sa découverte, qui, d’après le scientifique maintenant à la retraite, est venue purement par accident, Rossi a affirmé qu’il avait trouvé le moyen de «reprogrammer»  l’acide ribonucléique messager (ARNm) – les molécules qui portent des instructions génétiques pour le développement cellulaire dans le corps humain.

La promesse de la percée de Rossi était telle qu’elle lui a permis de co-fonder Moderna avec la société de capital-investissement Flagship Pioneering. L’entreprise a ensuite attiré près d’un demi-milliard de dollars du gouvernement fédéral pour commencer à développer des vaccins à l’aide de la nouvelle technologie.

La biopuce pourrait être utilisée pour déployer un vaccin

Dans un rapport préliminaire de juillet dernier financé par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) et les  National Institutes of Health (NIH), le vaccin ARNm-1273 de Moderna s’est avéré avoir

«induit des réponses immunitaires anti-SRAS-CoV-2 dans tous les participants et aucun problème de sécurité limitant les essais n’a été identifié. »

Malgré cela, un obstacle au déploiement du vaccin de Moderna est sa méthode d’administration. Moderna est en train de mettre au point son propre système, mais il est peu probable qu’il soit approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) dans un avenir proche. C’est là qu’intervient Profusa, qui développe une biopuce à l’échelle nanométrique capable de détecter les symptômes d’une infection.

La biopuce de Profusa est fabriquée à l’aide d’une technologie appelée «hydrogels», issue du programme «In Vivo Nanoplatforms» (IVN) que le Bureau des technologies biologiques  (BTO) de la DARPA a  lancé en 2014 pour développer des nanotechnologies implantables.

Ces hydrogels sont des nanomachines souples et flexibles qui sont injectées sous la peau pour effectuer une surveillance. Cet hydrogel comprend une molécule spécialement conçue qui envoie un signal fluorescent à l’extérieur du corps lorsqu’il commence à combattre l’infection. Ce signal peut ensuite être détecté par un capteur attaché à la peau qui peut ensuite être envoyé à une application ou même au site Web d’un médecin.

Lors de ses premiers tests en 2018, cet hydrogel était utilisé pour mesurer les niveaux de glucose, d’oxygène et de lactate. Cependant, en mars dernier, la société a discrètement annoncé qu’elle menait une étude pour voir si la technologie pouvait être utilisée pour détecter les maladies respiratoires, y compris le COVID-19.

Plus important encore, la biopuce de Profusa devrait recevoir une autorisation accélérée de la FDA au début de 2021. Dans cet esprit, certains pensent que la biopuce sera plus que probablement le candidat pour la livraison du vaccin à ARNm .

La bataille juridique entre Moderna et le gouvernement pourrait tout faire dérailler

Cependant, le déploiement du vaccin à ARNm via la biopuce est loin d’être terminé. Une dispute actuelle entre Moderna et le gouvernement fédéral cherche à faire dérailler cet accord et tout autre accord pour le vaccin du premier.

Les deux sont actuellement enfermés dans une bataille pour savoir qui détient les droits sur le vaccin. En juin, les NIH ont revendiqué une participation commune dans le vaccin ARNm de Moderna. Ici, il a cité un contrat signé en décembre 2019 qui stipule que «les candidats vaccins à ARNm contre le coronavirus [sont] développés et détenus conjointement» par les deux parties.

Moderna, cependant, conteste les positions du gouvernement fédéral. La société déclare qu’elle «possède un vaste domaine de propriété intellectuelle détenu et autorisé». De plus, il « n’a connaissance d’aucune propriété intellectuelle qui nous empêcherait de commercialiser nos produits candidats, y compris l’ARNm-1273. »

En réponse, le ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS) enquête actuellement sur les dépôts de brevets de Moderna. Le HHS affirme que la société n’a pas divulgué «le soutien du gouvernement fédéral» dans ses demandes de brevet pour son vaccin, comme l’exige la loi. (En relation:  Nouveaux documents: le NIH possède la moitié du vaccin Moderna .)

Si les tribunaux confirmaient la technicité, le gouvernement fédéral pourrait alors détenir une participation de 100% dans le vaccin à ARNm de Moderna.

Suivez Pandemic.news pour en savoir plus sur les efforts de développement d’un vaccin COVID-19.

Sources :

WakingTimes.com

NationalPost.com

DefenseOne.com

MintPressNews.com

1 COMMENTAIRE

  1. Ils ont déjà prévu une puce qui préviendrait du  » covid  »
    En ce qui concerne la fausse bataille juridique c’est clair que moderne l’emportera.

Laisser un commentaire