La crise du Coronavirus frappe une expédition scientifique dans l’Arctique

0
1099
Anja Sommerfeld de l'Institut Alfred Wegener, travaillant avec un ballon pour des expériences. Photo : Esther Horvath

Un membre de l’équipe a été testé positif au Coronavirus. Il met en péril une grande expédition scientifique internationale sur le climat.

La mission, appelée MOSAiC (Multidisciplinary Drifting Observatory for the Study of Arctic Climate), opère à partir du navire de recherche allemand Polarstern. Le navire a été intentionnellement immobilisé dans la glace de mer en Arctique depuis octobre dernier. À partir de cette plate-forme, un groupe de scientifiques puis de techniciens en alternance, y échantillonne la glace, l’atmosphère et l’océan. Ils travaillent chaque jour dans le but de comprendre les subtilités du climat arctique qui change très rapidement.

Mise en quarantaine d’une vingtaine de personnes de l’équipe

Au sein d’une équipe d’une vingtaine de personnes, une personne a été testée positive, et cette personne avait interagi avec les autres. « Ces gens sont tous mis en quarantaine pour voir comment cela évolue. », a déclaré Matthew Shupe, chercheur à l’Université du Colorado, qui est le co-coordinateur de l’expédition.



L’Institut Alfred Wegener, l’organisme de recherche allemand qui est l’organisateur de l’expédition internationale, a écrit :

Pour minimiser le risque d’exposition au Coronavirus, tous les membres de l’équipe qui doivent rejoindre MOSAiC sont testés pour le Coronavirus avant de quitter leur domicile pour Svalbard, en Norvège, d’où ils partent pour le navire. Là, ils sont testés une deuxième fois avant d’être autorisés à partir. La personne infectée avait assisté à un atelier à Bremerhaven le 5 mars avec d’autres membres de l’aéronautique; la première série de tests a été effectuée dans le cadre de cette réunion.

Certains des vols devraient atterrir sur une piste de glace construite près du navire. Le Dr Shupe a déclaré « qu’il y a encore des décisions à prendre » quant à savoir si les débarquements auront lieu. « Nous ne voulons aucune exposition au Polarstern  », a-t-il déclaré.

Une maladie virale comme le Covid-19 pourrait rapidement se propager à travers les quartiers confinés du navire, qui a environ 100 personnes à bord.

Photo : Sebastian Grote / Alfred Wegener Institut (CC-BY 4.0)

La mission aérienne est désormais retardée jusqu’à la levée de la quarantaine. Elle devait enregistrer ses premiers vols le 12 mars

Le Dr Shupe souligne la nécessité de passer des tests pour quiconque participerait à l’expédition dans les prochains mois. L’expédition exige que les gens soient testés deux semaines avant de partir. Puis à nouveau, immédiatement avant le départ.

Mais cela a causé des problèmes aux chercheurs aux États-Unis en raison des règles de test établies par les « Centres de prévention et de contrôle des maladies », a déclaré le Dr Shupe. « Vous ne pouvez pas passer un test à moins que vous ne présentiez des symptômes », a-t-il dit, faisant référence aux participants américains.

L’infection qui a touché l’équipe du MOSAiC survient après deux flambées majeures de Coronavirus sur au moins deux grands paquebots de croisière – le Diamond Princess, qui a été mis en quarantaine pendant deux semaines à Yokohama, au Japon, et le Grand Princess, qui s’est tenu jusqu’à cette semaine au large des côtes nord de la Californie.

Source : The New York Times / Nature.com

Laisser un commentaire