La grande majorité des personnes hospitalisées avec le COVID en Israël ont été vaccinées

6
4346
Image by mohamed Hassan from Pixabay

Par, Sara Middleton, rédactrice, 14 août 2021

Que se passe-t-il en Israël ?

Autrefois loué comme le “leader mondial” dans l’administration de l’injection COVID à ses citoyens, le pays semble maintenant être témoin d’une chute majeure, conduisant au rétablissement d’un mandat de “passeport” d’injection dans tout le pays et d’autres mesures.

Selon le directeur médical de l’un des principaux centres de soins respiratoires du pays, la grande majorité des personnes hospitalisées pour le COVID-19 sont maintenant complètement piquées.

Israël connaît des taux ALARMANTS de cas de percée, alors que la majorité de la population est vaccinée.

Lors d’une récente interview sur la chaîne nationale Channel 13 News, le Dr Kobi Haviv, directeur médical de l’hôpital Herzog à Jérusalem, a admis des statistiques choquantes :

9 personnes sur 10 admises à l’hôpital avec le COVID-19 ont été entièrement vaccinées (la plupart avec le vaccin Pfizer).

95 % de tous les cas “graves” de COVID-19 surviennent chez des personnes entièrement vaccinées.

Cette preuve alarmante des cas de percée remet en question l’efficacité réelle de ces médicaments. La bonne nouvelle, c’est que le nombre de personnes envoyées à l’hôpital est en baisse par rapport aux mois précédents, ce que les médias grand public considèrent comme un exemple de “contexte manquant”.

Le 22 juillet, l’Associated Press (AP) a reconnu qu'”aucune [injection] n’est parfaite pour prévenir les nouveaux cas”, mais que les données suggèrent que ces injections “réduisent le nombre de personnes gravement malades, hospitalisées ou qui meurent du virus”.

L’AP ajoute qu'”Israël n’a qu’une fraction des cas de COVID-19 qu’il avait en janvier”, avant que les injections ne soient disponibles (également avant la fin de la saison habituelle du rhume et de la grippe).

Globalement, 85 % des Israéliens éligibles ont reçu leurs deux vaccins Pfizer. Sur 9,3 millions de citoyens, 5,4 millions sont entièrement vaccinés (et 5,8 millions ont reçu au moins une injection).

Par ailleurs, nous avons un autre exemple de percée massive de l’injection – cette fois, sur un paquebot de croisière “entièrement vacciné”.

Est-il exact de “blâmer” les cas de percée du COVID-19 sur les personnes non vaccinées ?

Considérez ce qui s’est récemment passé sur le Carnival Vista, un paquebot de croisière, pour réfléchir à cette question.

Le navire a quitté Galveston, au Texas, le 31 juillet. Pour monter à bord, tous les invités et les membres du personnel devaient avoir été soumis à un test de dépistage complet. Malgré ce mandat strict, la compagnie de croisière a admis un “petit nombre de cas positifs” à bord de son navire.

Elle n’admet pas le nombre total de cas identifiés. Néanmoins, dans une déclaration, Carnival note :

“Le voyage se poursuivra comme prévu et nous nous engageons à continuer à offrir à nos clients des vacances agréables et sûres.”

En raison du nombre inconnu de personnes séropositives pour le COVID

– qui sont toutes en isolement (est-ce possible sur un bateau de croisière ?), tout le monde à bord doit porter un masque.

Autant de cas inédits à venir. Autant de questions qui se posent.

Si deux doses d’un vaccin ne fonctionnent pas, dans quelle mesure pouvons-nous être sûrs qu’une troisième dose fonctionnera mieux ?

Que se passera-t-il si des milliers de personnes finissent par refuser les futures injections de rappel, que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a déjà autorisées pour les personnes immunodéprimées le 12 août ?

Qu’est-ce qui pourrait expliquer les nombreux cas de percée, si ce n’est les personnes qui choisissent de ne pas se faire vacciner ?

Les maladies chroniques sous-jacentes, les dysfonctionnements métaboliques, le manque de sommeil et d’autres facteurs liés au mode de vie pourraient-ils rendre les injections moins efficaces ?

Pourrait-il s’agir d’un problème lié aux injections, qui sont encore au stade des essais cliniques ?

Nous savons que des millions de personnes dans le monde ont des questions et des inquiétudes concernant ces produits médicaux. Si vous êtes l’une d’entre elles, n’oubliez pas que vous avez le droit, en vertu du principe du consentement éclairé, de poser ces questions lorsque vous prenez vos décisions médicales personnelles.

Ne laissez pas les médias vous culpabiliser et vous contraindre à faire quelque chose dont vous n’êtes pas pleinement informé.

Les sources de cet article sont les suivantes :

APNews.com
Thegatewaypundit.com
BBC.com
USnews.com
Thelibertydaily.com
NYTimes.com

6 Commentaires

  1. Il est sur qu’une 3ème dose rajoutera encore du graphene et stimulera encore plus la production d’anticorps facilitants.
    C’est diabolique

  2. ALERTE ROUGE!!

    Fourtillan a été libéré par l’armée pour torpiller de l’intérieur la résistance antivax.

    https://odysee.com/@AgoraTVNEWS:5/52_L'arnaque-des-vaccins-ARN-messager:8

    Dans cette émission de pure désinformation, il affirme que le vaccin ARN n’existe pas, que les fioles contiennent du sérum Phy, que seul le vaccin AstraZeneca est mortel mais a été retiré rapidement, la vaccination est maintenant sans danger, et, cerise sur le gâteau, le laboratoire espagnol s’est trompé sur l’oxyde de graphène, car le vaccin ARN qui n’existe pas ne contient que du graphène sous forme de nanoparticules pour identifier les vaccinés avec la 5G. Il affirme aussi que le graphène est totalement inoffensif pour la santé. Donc les laborantins espagnols ne se sont pas rendus compte qu’ils analysaient du sérum Phy et ne savent pas identifier le graphène sous sa forme oxydée !

    Conclusion implicite: il est inutile de manifester et de se braquer contre le vaccin, car tout cela n’est qu’un écran de fumée craqué par des dirigeants aux abois et sur le point de se faire exécuter par l’Alliance!

    On comprend mieux pourquoi Fourtillan a été libéré. Il a été retourné pendant son incarcération.

    On comprend plus largement à quoi sert la désinformation des Qanons: restez chez vous, tout est sous contrôle, les dirigeants satanistes vont être exécutés…Dormez les enfants, faites de beaux rêves…

    La riposte de l’Etat profond face à la mobilisation populaire sans précédent n’a pas tardé…

  3. Les propos de Fourtillan sont ambigus.
    En admettant que seul Astrazeneca contient le virus, car ce serait un vaccin à adenovirus, il omet complètement de nous parler de la protéine spike.
    Il nous parle de 159 poisons constituant l’ADN du COVID 19, mais minimise le danger et la perte de notre liberté liés au graphene.
    Enfin, il ne nous précise pas si, virus ou pas virus dedans, ces produits injectables sont éminemment toxiques, voire mortels et comment ils agissent, notamment à cause des adjuvants.
    À propos de Raoult, certes son rôle n’est pas clair, mais il n’a jamais dit qu’il était le premier à utiliser de l’hydroxychloroquine, et il a bien sauvé des vies.
    Tant mieux si les patches vont pouvoir annuler des effets secondaires des pseudo vaccins, nous aimerions savoir les raisons pour lesquelles l’armée l’a sorti de prison et à quelles conditions.

Laisser un commentaire