LA « GRIPPE ESPAGNOLE » DE 1918 : SEULS LES VACCINÉS moururent

8
19793

Par Dr. Sal Martinano, FICPA

https://cogiito.com/wp-admin/post.php?post=28500&action=edit

CE BLOG N’EST PAS UN COMMENTAIRE ANTI-VACCIN. JE SOUHAITE ENCOURAGER LES LECTEURS A LIRE ATTENTIVEMENT LA DOCUMENTATION, A FAIRE LEUR DILIGENCE ET A NE PAS ACCEPTER AVEUGLEMENT CE QUE L’ON NOUS DIT.
SEREZ-VOUS SURPRIS OU PRÉOCCUPÉ D’APPRENDRE QUE LA « GRIPPE ESPAGNOLE » DE 1918 N’A RIEN À VOIR AVEC L’ESPAGNE ET POURRAIT NE PAS ÊTRE DU TOUT UNE GRIPPE ? BIEN, ACCROCHEZ-VOUS, VOUS ÊTES SUR UNE ROUTE Difficile !

CE QUE L’HISTOIRE NOUS DIT SUR LA « GRIPPE ESPAGNOLE » DE 1918

L’histoire nous dit que la grippe espagnole de 1918 a tué entre 50 et 100 millions de personnes. 

À l’époque, des sources médicales et pharmaceutiques l’ont décrit comme  LE  processus pathologique LE PLUS horrible depuis la peste noire de 1347, qui a tué environ 25 à 30 millions de personnes.

VACCINATION : « L’ÉLÉPHANT DANS LA CHAMBRE »

Dans le livre Vaccination Condemned , d’Eleanor McBean, PhD, ND, l’auteur décrit en détail les expériences personnelles et familiales pendant la pandémie de « grippe espagnole » de 1918.  

La couverture par McBean de la « grippe espagnole » de 1918, en tant que journaliste et survivant non vacciné, exige que la base historique de l’événement soit revisitée, non pas comme une « théorie du complot » mais avec des preuves qui « mettront  le feu à vos cheveux » .  

Il y a quelques années, je suis tombé sur un autre livre d’Eleanor McBean :  « Vaccination… The Silent Killer » . McBean fournit la preuve que non seulement les événements historiques de la « grippe espagnole » de 1918 ont été compromis, mais aussi ceux des épidémies de polio et de grippe porcine.

PARLONS DES FAITS SUR LA « GRIPPE ESPAGNOLE » :

LE BOUC ÉMISSAIRE ESPAGNOL

L’Espagne était neutre pendant la Première Guerre mondiale et n’a PAS censuré sa presse, contrairement aux pays combattants. En conséquence, l’Espagne a été la première à signaler l’épidémie de grippe de 1918 et le monde a fait de l’Espagne son « bouc émissaire » et la source et l’origine du mal. 

Ainsi, la  « grippe espagnole »  est née.

LE  PREMIER CAS :  EXPÉRIENCES DE VACCINATION MILITAIRE À  FORT RILEY, KANSAS

En prévision de la Première Guerre mondiale, une expérience de vaccination militaire massive impliquant de  nombreux vaccins développés antérieurement a  eu lieu à Fort Riley, au Kansas, où le premier cas de « grippe espagnole » a été signalé.

W1 PROJET = SUJETS DE TEST HUMAINS

L’industrie pharmaceutique naissante, parrainée par le « Rockefeller Institute for Medical Research », disposait de quelque chose qu’elle n’avait jamais eu auparavant : une grande quantité de sujets de test humains. 

Fourni par le premier projet de l’armée américaine, le groupe test de sujets a gonflé à plus de 6 millions d’hommes.

Cliquez ici pour plus de détails.

VACCIN CONTRE LA MÉNINGITE BACTÉRIENNE : LE DOMAINE DE LA MORT

Les autopsies d’après-guerre ont prouvé que la grippe de 1918 n’était  PAS du tout  une  « GRIPPE ».

Elle a été causée par des doses aléatoires d’un « vaccin contre la méningite bactérienne » expérimental , qui, à ce jour, imite les symptômes pseudo-grippaux. 

Les assauts massifs et multiples avec des vaccins supplémentaires sur le système immunitaire non préparé des soldats et des civils ont créé un « chant de la mort ».  

Ceux qui n’ont pas été vaccinés n’ont pas été touchés.  

ALORS…  COMMENT LES CIVILS SONT-ILS MORT ?

  1. La Première Guerre mondiale s’est terminée plus tôt que prévu, laissant d’énormes quantités de vaccins expérimentaux inutilisés.
  2. Craignant que les soldats rentrant chez eux ne propagent des maladies à leurs familles, le gouvernement américain a lancé la plus grande campagne de « peur » des vaccins de l’histoire. Ils ont utilisé la population humaine comme laboratoire de recherche et développement pour tester sur le terrain des vaccins expérimentaux.
  3. Des dizaines de millions de civils sont morts de la même manière que les soldats.  
  4. Au lieu d’arrêter les vaccins, les médecins les ont intensifiés, l’appelant la grande « grippe espagnole de 1918 ». En conséquence,  SEULS LES VACCINÉS moururent.

« Sept hommes sont morts dans le cabinet d’un médecin après avoir été vaccinés. 

Des lettres ont été envoyées à leurs familles pour leur dire qu’ils avaient été tués au combat.

Eleanor McBean
Minnesota Wellness Directory
http://www.mnwelldir.org/docs/vaccines/vaccinations_condemned_McBean.htm

Les soldats américains de la Première Guerre mondiale ont reçu 14 à 25 vaccins expérimentaux non testés à quelques jours d’intervalle, ce qui a déclenché une intensification des cas de TOUTES les maladies à la fois. 

Les médecins l’ont appelé une nouvelle maladie et ont commencé à supprimer les symptômes avec des médicaments ou des vaccins supplémentaires .   

LA TROMPERIE ET ​​LE SECRET ONT UNE LONGUE HISTOIRE

Dans les exemples donnés dans mon blog précédent  « COVID 19 : un autre chapitre de l’histoire de la tromperie et du secret » , l’  histoire regorge de mensonges intentionnels racontés au public soit pour « sauver la face » soit pour tromper à des fins néfastes. La « grippe espagnole » de 1918 n’a pas fait exception.

RETOUR AU COVID-19 : LES MODÈLES FERGUSON SONT FAUX  ET TROMPEURS

Le scientifique britannique et professeur Neil Ferguson de l’Imperial College de Londres ( le même Imperial College of London financé par la Fondation Bill Gates)  était responsable du développement des modèles informatiques mathématiques de la pandémie de COVID-19.

Le monde a suivi les conseils de Ferguson, mais  tous ses modèles se sont avérés grossièrement exagérés et trompeurs. 

Par exemple, Ferguson a modélisé que la Suède connaîtrait 100 000 décès d’ici juin 2020. À ce jour, la Suède a culminé à 2 854 décès au total.  

*Ces modèles informatiques mathématiques sont à la base de la production de vaccins… hmmmm !
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3178755/

NOTES :

https://educate-yourself.org/cn/flu1918andnow07feb04.shtml

La vaccination condamnéepar Eleanor McBean

J’ÉTAIS UN OBSERVATEUR SUR PLACE DE L’ÉPIDÉMIE DE GRIPPE DE 1918

Tous les médecins et les personnes qui vivaient à l’époque de l’épidémie de grippe espagnole de 1918 disent que c’était la maladie la plus terrible que le monde ait jamais connue. Des hommes forts, vigoureux et robustes un jour, seraient morts le lendemain. 

La maladie avait les caractéristiques de la mort noire ajoutées à la typhoïde, la diphtérie, la pneumonie, la variole, la paralysie et toutes les maladies contre lesquelles les gens avaient été vaccinés immédiatement après la Première Guerre mondiale.

Pratiquement toute la population avait été injectée “ensemencée” avec une douzaine ou plus de maladies — ou des sérums toxiques. Quand toutes ces maladies créées par des médecins ont commencé à éclater en même temps, c’était tragique.

Cette pandémie a duré deux ans, maintenue en vie grâce à l’ajout de médicaments empoisonnés supplémentaires administrés par les médecins qui ont tenté de supprimer les symptômes. Pour autant que j’ai pu le savoir, la grippe n’a touché que les vaccinés. 

Ceux qui avaient refusé les injections ont échappé à la grippe. 

Ma famille avait refusé toutes les vaccinations donc nous sommes restés bien tout le temps. Nous savions grâce aux enseignements de santé de Graham, Trail, Tilden et d’autres, que les gens ne peuvent pas contaminer le corps avec des poisons sans causer de maladie.

Lorsque la grippe était à son apogée, tous les magasins étaient fermés ainsi que les écoles, les entreprises – même l’hôpital, car les médecins et les infirmières avaient également été vaccinés et étaient aux prises avec la grippe. Personne n’était dans la rue. C’était comme une ville fantôme. Nous [qui n’avons pris aucun vaccin] semblons être la seule famille qui n’a pas attrapé la grippe ; mes parents allaient donc de maison en maison faisant ce qu’ils pouvaient pour soigner les malades, car il était alors impossible d’avoir un médecin. S’il était possible que des germes, des bactéries, des virus ou des bacilles provoquent des maladies, ils avaient de nombreuses occasions d’attaquer mes parents lorsqu’ils passaient de nombreuses heures par jour dans les chambres des malades. Mais ils n’ont pas attrapé la grippe et ils n’ont ramené aucun germe à la maison pour nous attaquer, les enfants, et causer quoi que ce soit.

Il a été dit que l’épidémie de grippe de 1918 a tué 20 000 000 de personnes dans le monde. 

Mais, en réalité, les médecins les ont tués avec leurs traitements et médicaments bruts et mortels. 

C’est une accusation sévère mais elle n’en est pas moins vraie, si l’on en juge par le succès des médecins sans drogue par rapport à celui des médecins.

Alors que les médecins et les hôpitaux médicaux perdaient 33% de leurs cas de grippe, les hôpitaux non médicaux tels que BATTLE CREEK, KELLOGG et MACFADDEN’S HEALTH-RESTORIUM obtenaient près de 100% de guérison avec leur cure d’eau, leurs bains, leurs lavements, etc., le jeûne et certaines autres méthodes de guérison simples, suivis de régimes soigneusement élaborés d’aliments naturels. 

Un médecin n’a perdu aucun patient en huit ans. Le traitement de santé très réussi d’un de ces médecins sans médicaments qui n’a perdu aucun patient sera donné dans l’autre partie de ce livre, intitulée VACCINATION CONDAMNÉE, à paraître un peu plus tard.

Si les médecins avaient été aussi avancés que les médecins qui n’utilisaient pas de médicaments, il n’y aurait pas eu ces 20 millions de décès dus au traitement médical de la grippe.

Il y avait sept fois plus de maladies parmi les soldats vaccinés que parmi les civils non vaccinés, et les maladies étaient celles contre lesquelles ils avaient été vaccinés. Un soldat qui était revenu d’outre-mer en 1912 m’a dit que les hôpitaux de l’armée étaient remplis de cas de paralysie infantile et il s’est demandé pourquoi les hommes adultes devraient avoir une maladie infantile. 

Maintenant, nous savons que la paralysie est une séquelle courante d’un empoisonnement vaccinal. 

Ceux à la maison n’ont eu la paralysie qu’après la campagne mondiale de vaccination en 1918.

Fin de l’extrait

Facteur de survie dans les maladies néoplasiques et virales

Par le Dr William Koch (publié en 1961)

www.williamfkoch.com

PROBLÈMES DE VACCIN

D’après ce qui a été dit jusqu’à présent, on voit que les vaccins contre un virus spécifique n’immunisent pas contre la nucléoprotéine qui est le véritable agent pathogène, surtout après qu’elle a pénétré et s’est intégrée à la cellule hôte.

Parler de guérir le cancer avec des vaccins ou des sérums immuns est une perte de temps. 

Même la prévention de l’infection virale par les vaccins rencontre la plus forte opposition statistique depuis que des vaccinations à grande échelle contre la variole et Salk ont ​​été enregistrées. 

Conformément à ce que l’on sait de la structure du vaccin, les statistiques semblent logiques lorsqu’elles montrent que l’utilisation du vaccin augmente à la fois l’incidence et la mortalité de la « polio » paralytique. 

On peut comparer diverses régions de différentes conditions climatiques pour les données. 

Dans tous ces cas, le vaccin Salk a été appliqué avec enthousiasme, en plus grand nombre chaque année, et l’augmentation de l’incidence était énorme chaque année, alors que, si le vaccin était efficace, il aurait dû y avoir au moins une petite amélioration statistique. 

À Montréal, ils rapportent le 27 août 1959, 521 cas dont 27 décès, alors que la saison « Polio » s’amorce, contre moins d’une centaine en 1958.

À Ottawa, généralement frais, 455 cas avec 41 décès ont été signalés le 22 août 1959, comparativement à 64 cas avec 7 décès en 1958.

Dans tout le Canada, avant même que l’épidémie ne commence à décliner, il y avait 7 fois plus de cas de paralytiques en 1959 qu’en 1958, avec un taux de mortalité plus élevé. 

À Detroit, beaucoup plus chaud, où la vaccination a été minutieuse, le nombre de cas en 1958 était de 697, contre 226 en 1957.

Dans le District de Columbia, encore plus chaud, le ministère de la Santé a signalé 7 fois plus de cas en 1958 qu’en 1957.

Dans le New Jersey, en 1958, le ministère de la Santé a signalé deux fois une incidence aussi élevée qu’en 1957.

Le Service de santé publique des États-Unis a signalé une augmentation de 15½ % des cas de paralytiques en 1958 par rapport à ceux de 1957 (49 % contre 33,5 %). 

À Hawaï (tropical) il y eut 65 victimes dont 32 cas de paralytiques en 1958 ; la moitié de ces cas paralysés (16) avaient reçu trois injections de Salk, dans une île où 60% avaient été vaccinés. 

En 1957 seulement 25 et 8/10e % étaient paralytiques au lieu de 49 et 9/10e % en 1958.

Les statistiques nationales publiées le 4 janvier 1960 par le Service de santé publique des États-Unis montrent que pour l’année 1959, jusqu’au 26 décembre (51 semaines), l’augmentation de l’incidence de la polio a augmenté de 85 % par rapport à celle de la même période de 1958.

Il y avait 8 531 cas recensés pour 1959, dont 5 661 paralytiques, contre 5 987 en 1958, dont 3 090 paralytiques. 

Nous venons de montrer la grande augmentation en 1958 par rapport à l’incidence du total et des cas paralytiques de 1957. Là où la vaccination obligatoire était pratiquée comme en Caroline du Nord et au Tennessee, les enquêtes de Bealle rapportent une augmentation de 400 % de la poliomyélite paralytique et non paralytique en 1959 par rapport à 1958.

Il semble donc que plus on utilise de vaccin, plus l’infection se produit.

Bien sûr, cela est compréhensible si l’on considère que le virus se décompose en ses unités constitutives lorsqu’il pénètre dans la cellule hôte, comme par un processus de dépolymérisation, et qu’il se développe en acquérant de nouvelles unités à ajouter à chacune, comme par un processus de copolymérisation.

Certains chercheurs comparent la structure virale à un jeu de cartes. Le jeu complet ou le virus complet avec toutes ses unités est le type de tueur pathogène parent. Les vaccins peuvent être considérés comme des jeux de cartes incomplets, ne contenant pas toutes les unités nécessaires pour constituer le type de virus complet.

À présent, si une personne porte des unités vaccinales, disons, la moitié ou moins de ce que le type tueur exige et qu’une autre vaccination ou infection par un virus non mortel survient qui présente les unités manquantes dans l’infection protectrice ou la vaccination d’une période précédente, l’une ou l’autre ne pouvant pas produire la maladie à elle seule, les unités additionnées pourraient constituer le type complet de virus mortel, et il a été démontré qu’elles sont “mélangées” au hasard pour constituer le virus complet, la vaccination peut augmenter l’incidence d’une infection grave ou mortelle, et plus la vaccination est importante, plus il y a de chances de construire des virus mortels.

C’est ce qui s’est produit au début de la pratique de l’auteur (1920).

Deux cas ont été vaccinés contre la variole à partir du même lot de vaccins.

L’un n’a eu aucun effet.

L’autre a contracté une variole rapidement mortelle.

Comme il n’y avait pas d’épidémie à Detroit à l’époque, on a conclu que l’inoculation du cas fatal portait les unités requises par une infection silencieuse antérieure pour la rendre fatale.

VARIOLE

Les statistiques sur la vaccination contre la variole aux Philippines lorsque les États-Unis ont pris le pouvoir sont instructives. Les rapports sont les suivants :

En 1918, l’armée a imposé la vaccination de 3 285 376 indigènes alors qu’aucune épidémie ne se préparait, seulement des cas sporadiques de nature bénigne.

Parmi les personnes vaccinées,

47 369 ont contracté la variole, et

16 477 d’entre elles sont mortes.

En 1919, l’expérience fut doublée.

  • 7.670.252 indigènes ont été vaccinés.
  • Parmi eux, 65 180 ont contracté la variole et
  • 44 408 en sont morts.

On constate ici que le taux de mortalité a augmenté dans les cas de double vaccination.

Dans la première expérience, un tiers est mort, et dans la seconde, deux tiers des personnes infectées sont mortes.

Cela prouve la rétention des unités virales des vaccinations précédentes et indique que, dans le vaccin, le brassage des unités varie dans les différents spécimens de vaccin.

Il faut avouer également que toutes les épidémies de maladies virales traitées par l’auteur ont suivi la vaccination dans les quelques mois qui ont suivi, alors qu’on aurait dû avoir une protection au lieu d’une épidémie.

Il en a été ainsi au Brésil pour l’Aftosa, le Cinemosa, le choléra des porcs et la rage, et à Cuba pour le choléra des porcs.

8 Commentaires

  1. dans ce monde que nous vivons il y a trop de corruption il faut faire un grand nettoyage par le haut cest la ou le pognon circul le plus les envoyer tous aux chomage sans indemniter cest la premiere solution ensuiute on avancera tous dans la meme direction suprimer toutes les politique . tous le peuples enssembles la meilleur solution viendra par le RIC .et la vie sera plus agréable enssemble

  2. Ceci est très intéressant mais est-ce qu’un médecin, digne de ce nom, pourrait s’en emparer pour alerter le bon peuple sur l’extermination voulue par les mondialistes dont macron en est un petit soldat ???
    Il faut STOPPER ces piqûres de la MORT !!!
    Les médecins restant muets se rendent complices des criminels ……

  3. Pour le Dr. Sal Martinano que je remercie.
    “Ce blog n’est pas anti-vaccin”
    Etant prouvé que les vaccins “traditionnels” n’ont aucune efficacité et qu’au contraire ils affaiblissent le système immunitaire et sachant que les faux vaccins de la plandémie sont, non seulement dangereux pour les injectés et aussi pour les non-piquousés, ces derniers (au moins) sont en droit d’être anti-vax et aussi anti-apprentis sorciers.
    ?Remerciements Philippe?Amicalement

  4. Au sujet des vaccinations de masse :
    « Les techno-sciences empiriques nous mènent vers un avenir catastrophique pour les générations futures. Il faut arrêter rapidement de croire en une médecine qui pour soigner préventivement nous injecte des produits non stériles contenant : du pus d’animaux, des produits pollués d’ADN ou d’ARN étrangers, des cellules cancérisées et des additifs chimiques en tout genre. Nous ne mangerions pas ces soupes immondes. Pourquoi acceptons-nous sans réfléchir qu’on nous les injecte obligatoirement ? »
    Dr Jean Meric, dans : Vaccinations, je ne serai plus complice ! 2004.

    « L’introduction volontaire et non nécessaire de virus infectieux dans un corps humain est un acte dément qui ne peut être dicté que par une grande ignorance de la virologie et des processus d’infection. […] Le mal qui est fait est incalculable. »
    Pr R. Delong, virologue et immunologue de l’université de Toledo aux Etats-Unis.

    « Les vaccins peuvent causer l’arthrite chronique évolutive, la sclérose en plaques, le lupus systémique érythémateux, le Parkinson et le cancer. »
    Pr R. Simpson de l’American Cancer Society

    « La cause principale, si ce n’est pas la cause unique, de l’augmentation monstrueuse des cancers, a été la vaccination. »
    Dr Robert Bell, ancien vice-président de la Société internationale pour la recherche sur le cancer au British Cancer Hospital.

    « Si le principe de la vaccination était concevable au début du 20ème siècle du fait que le monde médical et scientifique ignorait pratiquement tout de la biologie moléculaire, des virus et rétrovirus endogènes et même exogènes et du principe de la recombinaison de ces derniers, il en va tout autrement depuis quelques décennies. Continuer à vacciner des populations entières, depuis 1978 des centaines de millions d’individus, constitue non seulement une erreur, mais également un acte criminel, véritable génocide, à l’échelle planétaire. »
    Dr Louis de Brouwer spécialiste en biologie moléculaire et en homéopathie

    Gandhi l’avait déjà compris en son temps et l’histoire le confirme les vaccins n’ont jamais été sans risque!
    « La vaccination est une pratique barbare et l’une des plus mortelles de toutes les illusions actuelles de notre temps. Les objecteurs de conscience à la vaccination devraient se tenir seuls, au besoin, contre le monde entier, pour défendre leur conviction. » Mahatma Gandhi

  5. Bonne annee a tous. je consulte cogiito.com depuis sa creation. j’y trouve d’excellents articles. bravo. decidement, les etats-unis ont une histoire jonche de cadavres. ca me depasse qu’on puisse etre aussi malveillant. concernant la grippe espagnole, ca ne m’etonne pas du tout que seul les vaccines moururent. c’est tout simplement logique. je suis convaincu que les maladies viennent de deux facteurs, l’abscence d’hygiene et ce qui est ingere dans le corps (mauvaises nourritures, pollutions, pesticides, medicaments et produits chimiques, vaccins). ca ne vient pas d’ailleurs. le systeme immunitaire est tres efficace, des qu’il detecte un probleme, il va essayer de reparer mais il arrive qu’il soit sature parce que le corps est trop endommage et en meme temps manque des nutriments essentiels a la reparation. je pense que si les autoritees medicales avaient fournis a la population de la vitamine C D et zinc, on n’entendrait plus parler du covid. la seule medecine qui reste valable, c’est celle d’urgence, il est evident que si le trauma est serieux genre jambe coupe le systeme immunitaire n’aura pas le temps de reparer. j’ai arrete depuis des annees de consulter les medecins parce que je voyais que c’etait tout simplement des vendeurs de produits chimiques. la plupart sont arrogants et croient tout savoir alors qu’ils ignorent tout des produits qu’ils donnent au gens. il faut faire du chiffre et engraisser big pharma. ce n’est pas une industrie de la sante mais de la mort. j’ai lu un article un jour sur la fermeture d’un hopital pour renovation pendant un ou deux mois. pendant cette periode, le nombre de morts a baisse drastiquement. c’est un constat des pompes funebres qui ont vu leur chiffre d’affaire diminuer tres fortement. nous sommes dans une gigantesque arnaque. en general, c’est pour l’argent mais ce n’est pas le cas actuellement, cette plandemie a un objectif plus funeste. le mot de la fin, ce n’est pas peuple reveillez vous, c’est visiblement inutile, la majorite est dans un sommeil profond hypnotise par la peur, mais politiques reveillez vous. que croyez vous que ces elites vont vous faire des que l’ojectif sera atteint. ils elimineront les policiers qui ont pourtant obeis docillement aux ordres, l’armee bien qu’elle soit reste silencieuse et immobile, ensuite ils s’occuperont de vous en vous injectant cette fois le vrai vaccin et pas un placebo. il est encore temps d’arreter le massacre, vous en avez le pouvoir. faite le pour votre salut a defaut de le faire pour l’humanite…

    desole d’avoir ete si long.

  6. Facteur de survie dans les maladies néoplasiques et virales
    Par le fameux Dr William Koch (publié en 1961). C’est bien ainsi que vous presentez avec talent ce texte?
    Mais le livre La vaccination condamnée a été écrit en 1981 par Eleanor McBean. Une journaliste ! Je croyais que les journalistes étaient tous des vendus. Visiblement ce n’était pas le cas à son époque.
    Eleanor avait 9 ans lorsque la guerre à commencé. Et 13 ans au moment de la pandémie de 1918. Alors ok les enfants étaient beaucoup plus mature que certains adultes d’aujourd’hui, mais cela me dérange.
    Comme vous, j’ai fait un copier coller de l’article depuis

    https://educate-yourself.org/cn/flu1918andnow07feb04.shtml

    A aucun moment le nom du docteur Koch n’est mentionné. Même chose sur le site

    https://www.lesmanchettes.com/accueil/a-propos-de-nous/2-uncategorised/1867-la-grippe-espagnole-de-1918-seuls-les-vaccines-sont-morts

    Encore autre chose, la seule page internet mentionnant le Dr Koch est une photo avec un texte écrit en 2022. Soit le lendemain de votre capsule.

    Comprenez que certaines personnes pourraient vous suspecter d’avoir créé de toute pièce cette page afin de justifier vos affirmations. Mais dans quel but?
    Celui de cacher vos approximations et votre manque de rigueur ? Ou pire encore, on pourrait même vous accuser de manipulation !

    Il est évident que les écrits d’une journaliste militante antivax , nous racontant son expérience personnelle alors qu’elle n’avait que 13 ans, sont des preuves indiscutables !

    Il est aussi évident que les hommes adultes de 1918 étaient en parfaite santé. Les semaines et les mois passé au front était une cure de bien-être. Sans parler des gaz, des maladies, des bons repas équilibrés et surtout sans OGM de cette merveilleuse époque.
    N’est-ce pas?

    Encore bravo pour votre travail. Vous maîtrisez les techniques à la perfection. Du grand art!

Laisser un commentaire