La matrice révélée : Les cartels qui dirigent le monde

2
2140

Billet d’humeur par Jon Rappoport

Les informations suivantes proviennent d’entretiens d’initiés avec Ellis Medavoy et Richard Bell, deux personnes que j’interviewe de manière approfondie dans ma collection, The Matrix Revealed. Ce n’est qu’un bref aperçu de ce qu’ils ont à dire…

Les grandes institutions de cette planète qui contrôlent l’armée, l’argent, l’énergie, le gouvernement, la médecine, les entreprises, les médias et l’éducation deviennent de plus en plus des cartels mondiaux, intégrés horizontalement au-delà des frontières nationales.

Il s’agit de bien plus qu’un processus de commandement descendant, c’est une évolution organique. Trois pas en avant, deux pas en arrière.

Il y a beaucoup de concurrence entre les composantes d’un cartel donné, mais il y existe également une sérieuse coopération mutuelle.

Et à long terme, la balance penche en faveur de la coopération, car ces entités se rendent compte qu’elles pourraient bien avoir plus à gagner de cette façon.

Je ne peux pas insister trop fortement sur ce processus d’ÉVOLUTION. Toutes les tentatives visant à supposer que douze hommes dans une pièce dirigent la planète échouent lamentablement.

Au lieu de cela, avec le temps, les gens qui dirigent une institution puissante (comme le lobby de l’Énergie, par exemple) regardent et reconnaissent plus d’acteurs majeurs, et dans cette reconnaissance, il y a une impulsion à rivaliser, à gagner et à détruire, mais il y a aussi une impulsion à construire des points communs et donc à monopoliser tout le territoire.

Lors d’une conversation avec le maître propagandiste à la retraite Ellis Medavoy, je lui ai demandé quelle était l’étendue de la coopération mutuelle dans son domaine de prédilection, la guerre psychologique. Il m’a répondu :

Il y a vingt ans, j’aurais dit que nous opérions tous séparément et jalousement.

Chacun de nous exploitait ses propres contacts et construisait ses fausses images de la réalité pour les masses. Mais ensuite, les choses ont commencé à changer. Au niveau mondial. Tout d’abord, nous étions plus nombreux à pousser les mêmes hologrammes. Et comme la communication et les voyages s’accéléraient si rapidement, nous travaillons beaucoup dans les mêmes lieux. Nous nous rencontrions de plus en plus souvent. Nous avons commencé à partager des informations. C’était prudent. Nous ne débordions pas d’amour débridé, je vous assure. Le facteur concurrentiel était toujours fort. Et nous avions des disputes. Mais à travers tout cela, nous avons commencé à voir à travers le brouillard, pour ainsi dire. Nous avons commencé à comprendre l’efficacité de la coopération. Nous nous mettions à l’épreuve les uns les autres avec des informations privilégiées, pour voir si nous pouvions nous faire confiance pour que cela reste privé. Un petit détail par-ci, un petit détail par-là.

« Et vous voyez, derrière nous, d’autres groupes trouvaient aussi des points communs. Par exemple, dans le domaine de la propagande médicale, où j’opérais souvent. Et ces groupes ont vu qu’ils pouvaient se regrouper pour des opérations spécifiques, à l’échelle internationale. Ils pouvaient propager d’énormes mensonges à l’échelle mondiale, et chacune de leur classe en tirerait profit et obtiendrait un contrôle plus large. Je me retrouvais donc à travailler avec un gars spécialiste de la guerre psy, disons en France ou Allemagne dans une entreprise commune. Nous nous serrions les coudes. Nous nous alimentions à partir de la même source d’argent de base.

Nous étions tous les deux informés par une équipe d’experts du renseignement, et ces experts étaient de plusieurs nationalités.

Lentement, j’ai vu apparaître un nouveau type de structure.

« Vous voyez, supposons que pendant la période secrète qui précède une crise économique planifiée [cartel financier], vous puissiez distraire tout le monde avec une fausse épidémie [cartel médical]. Voyez-vous ? Les dirigeants y voient une raison de coopérer. Les planificateurs deviennent plus intelligents et plus malins. Ils franchissent des lignes qu’ils n’auraient jamais franchies auparavant…

« Vous commencez à voir les contours d’une future structure beaucoup plus inclusive. Il s’agit d’une guerre sur plusieurs fronts. »

Richard Bell, un autre ancien initié, m’a dit :

Les gens aiment à penser que l’argent est tout.

Si vous pouvez limiter la quantité d’argent dont dispose le public, il finit par s’affaiblir et s’effondrer et il est plus facile à contrôler. Et c’est certainement vrai.

Mais d’un autre côté, à mesure que les mégacorporations gagnent en puissance, en portée et en marchés, vous avez un conflit, parce que ces corporations, qui coopèrent maintenant d’une manière qu’elles n’ont jamais eue, comme un cartel à certains égards, veulent des clients pour leurs produits. Elles ne veulent pas d’une pauvreté abjecte dans tous les domaines.

Les gens doivent pouvoir acheter leurs produits

« Il y a donc un lourd conflit. C’est un conflit entre les banquiers d’élite [cartel financier] et les mégacorporations [cartel des sociétés industrielles]. Il doit être résolu par une planification préalable, sur le long terme. Donc maintenant, vous avez ces hommes puissants qui s’assoient et parlent d’une nouvelle manière. D’autres acteurs importants sont également impliqués [le gouvernement, les médias, les cartels de l’énergie, par exemple] ».

Ce n’est que le début de ce que ces personnes ont à dire sur la matrice dans leurs interviews et comment elles fonctionnent VRAIMENT.

2 Commentaires

  1. Tous ces pauvres cons, tous très riches et encore plus s’ils le souhaitent, crèveront quand même…personne n’y échappe et n’y échappera…le mieux c’est qu’ils crèvent le plus vite possible…pour le bien de notre planète…vouloir être riche et le devenir est fondamentalement la meilleur preuve de sa connerie…je suis un admirateur de l’abbé Pierre et de tous ceux et celles qui ont délibérément choisi de vivre en aidant les autres sans jamais vouloir les dominer…les malades du pouvoir sont tous des criminels extrêmement dangereux, des fous à interner…en cellule d’isolement permanent…ou à jeter en pâture aux requins…signé Siegfried Hubert JUST – enfant de la guerre – père de 7 fils et grand père dans une société de névropathes craintifs toujours enfermés dans un état d’esprit d’esclaves soumis..

  2. Plus on est riche et plus on s’éloigne de deux choses : la pauvreté et…l’humanisme !
    Un banquier* qui craint la faillite, n’a rien de différent avec le cartel des stupéfiants, devient un «bankster» synonyme de gangster…
    L’argent lui a remplit les poches mais à soulagé le cerveau…Il n’avait rien dans la tête parce que tes poches étaient pleines.
    Banquier= c’est comme directeur de casino qui gagne de l’argent facilement et rapidement…
    son seul savoir-faire c’est d’endetter ses clients pour mieux les «manger ».
    Un dicton dit: pour mieux gérer un peuple ingouvernable, il faut l’endetter jusqu’au coup…
    Pour

Laisser un commentaire