LA POLIOMYELITE : UNE VÉRITABLE HISTOIRE D’INVESTIGATION

0
311

TruthWIKI, get the real Story, 2015

Traduction pour cogiito.com : PAJ

On pensait depuis des années, et c’est encore le cas aujourd’hui, que le Dr Jonas Salk, le « Dieu » de la pharmacologie culte, avait inventé le vaccin antipoliomyélitique, mais il n’a en réalité rien fait d’autre que de mener des expériences médicales illégales sur des patients atteints de troubles mentaux, et maintenant toute son histoire est remise en question en ce qui concerne la bioéthique en général. En fait, le Dr Salk n’a rien à voir avec la baisse de la mortalité par maladies infectieuses, y compris la poliomyélite.

PANDORA VI

À partir du milieu des années 1800, le nombre de décès dus à TOUTES les maladies infectieuses a diminué de façon constante et a atteint un niveau mineur au début des années 1900.

Pourquoi ? L’histoire nous montre que les sociétés ont été transformées par les habitudes de vie plus saines et par l’introduction des vitamines qui renforcent l’immunité, comme la vitamine D, qui ont été découvertes. Pourtant, à huis clos, l’American Medical Association se révélerait être le point de départ d’une campagne massive de peur et de propagande menée par les fabricants de produits pharmaceutiques et aidés par des scientifiques qui ont simulé les résultats des tests de vaccins pour de l’argent. Les médias, y compris les journaux, les revues médicales et les magazines joueraient également un rôle majeur dans la suppression des informations relatives à l’immunité naturelle, y compris désormais les informations télévisées. Les médias diffusaient plutôt des images horribles des quelques personnes, y compris des enfants, qui ont souffert de la paralysie causée par la poliomyélite pour faire peur aux gens et pour qu’ils croient aux vaccins et aux médicaments chimiques. Il y a un siècle, l’Amérique était formée à craindre les maladies infectieuses sans remettre en cause la science et à laisser le gouvernement inoculer le corps humain « faible » et « immunodéficient », qui est criblé de failles génétiques et de susceptibilité aux germes, bactéries, virus et autres.

Les CDC, FDA et AMA disent que la cause est une pandémie.

Les « dictionnaires » allopathiques et le discours des médecins à travers l’Amérique font défaut. Les faits et les chiffres doivent être discutés et pris en considération, à partir de revues et de livres médicaux depuis longtemps oubliés, y compris des graphiques brisant les mythes révélant le déclin massif des maladies infectieuses avant les vaccins et avant que les antibiotiques et les produits pharmaceutiques n’entrent réellement dans le tableau. 

Pixabay.com

La profession médicale est formée à ignorer la vérité scientifique. Les vaccins à virus vivants contre la poliomyélite comportent la difficulté inhérente de contrôler les virus vivants une fois qu’ils ont été placés sur une personne vivante (in vivo). (1)

La véritable histoire de la poliomyélite concerne la poliomyélite paralytique provoquée par un vaccin et provoquée par les vaccins de Salk. En outre, la version du vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) du Dr Albert Sabin est continue pour causer la paralysie chez les receveurs du vaccin en 2015. L’histoire peut prouver que le virus redouté qui a paralysé nos ancêtres a été injecté à des personnes dans le cadre d’une expérience médicale. La même série de preuves historiques peut révéler la vérité sur la variole tout en « dissolvant les illusions » et les mythes hypocondriaques du monde médical allopathique occidental. (2)

Le déclin des maladies infectieuses est venu AVANT la propagande de vaccination

Malheureusement, l’immunité des nourrissons a été mal comprise par les immunologistes. Interrompre l’immunité normale avec des injections d’aluminium, de mercure, de formaldéhyde en associations avec des virus vivants qui peuvent fonctionner en tandem et qui peuvent être totalement imprévisibles. Les médecins pros-vaccins citent souvent la « littérature examinée par les pairs » pour prouver leurs arguments, mais un examen plus attentif prouve le contraire : il révèle une population malade d’enfants vaccinés, dont ces mêmes médecins devraient prétendument se préoccuper.

À partir du milieu des années 1800, le nombre de décès dus à toutes ces maladies infectieuses a diminué de manière constante, et a atteint des niveaux très faibles au milieu des années 1900. Dans les années 20 et 30, les médecins étaient très détendus face aux mêmes maladies que nos médias actuels présentent aujourd’hui comme une peste. La plupart des maladies infectieuses provoquaient simplement des congés scolaires pour des enfants dont le système immunitaire était normal et qui n’étaient pas attaqués par des « médicaments » cancérogènes et qui souffraient d’une inflammation causée par des toxines des métaux lourds neurologiquement altérantes. Aujourd’hui, la médecine occidentale a fait peur aux parents en leur faisant croire que leurs enfants mourraient jeunes s’ils n’étaient pas vaccinés avec un calendrier de plus de trente injections à l’âge de six ans, à compter du jour de la naissance de l’enfant. La rougeole, la petite vérole et la poliomyélite ne sont ni la peste ni le virus Ebola. Tout enfant bien nourri qui reçoit suffisamment de vitamine A et D récupère normalement très bien.

Pixabay.com

L’approche allopathique de la médecine a simplement fabriqué l’information qui porte le public à croire que les systèmes immunitaires normaux des bébés et des enfants sont « défectueux » et « inadéquats » et qu’ils doivent passer à l’action avec un puissant adjuvant comme l’aluminium. Pour aggraver les choses, pendant des décennies, les vaccins antipoliomyélitiques injectés à des dizaines de millions de personnes contenaient du SV40, virus du cancer. Ceci a été admis par un scientifique de haut niveau sur les vaccins Merck, le Dr Maurice Hilleman. (4)

Jonas Salk, qui utilisait des malades mentaux et des orphelins pour ses expériences vaccinales.

C’est un fait historique que près de 98 millions d’Américains ont été exposés à des virus du cancer cachés après l’injection du soi-disant « vaccin contre la polio ». Le Dr Jonas Salk a co-rédigé un essai clinique sur l’injection d’un vaccin expérimental contre la grippe chez des patients masculins de l’État. Asile d’aliénés au Michigan. Le Dr Salk (3) a ensuite exposé ses « rats de laboratoire » humains à la grippe plusieurs mois plus tard. Il a utilisé des victimes séniles afin de ne pas avoir à obtenir un consentement rationnel pour participer à ses expériences criminelles, sans quoi ses tests contraires à l’éthique et illégaux auraient été impossibles à réaliser. Salk fonctionnait en totale violation de l’éthique médicale et de la loi. Pourtant, depuis des décennies, l’industrie des vaccins a ouvertement autorisé les scientifiques criminels à mener ses essais cliniques, même lorsque des victimes humaines étaient victimes de sévices, de blessures permanentes ou de la mort.

Big Pharma manipule l’histoire pour convaincre l’ Amérique de vacciner

Vers la fin des années 1940 et 1950, les sociétés pharmaceutiques américaines se développaient à pas de géant, grâce aux membres d’IG Farben, le régime pharmaceutique hitlérien de la Seconde Guerre mondiale, sortant de prison et allant travailler pour les États-Unis, dans le domaine des pesticides, eaux fluorées, médicaments de prescription pharmaceutique à base chimique, additifs alimentaires synthétiques, chimiothérapie et bien sûr vaccins. Puis vint l’essor des expériences de prisonniers financées par le gouvernement américain et d’énormes sociétés. Dans les années 1960, de nombreux États américains ont autorisé les prisonniers à être utilisés comme cobayes à des fins médicales, comme Hitler utilisait les Juifs à des fins d’expérimentation médicale sommaires, dangereuses et sans fondement, contrairement à l’éthique. Salk n’était pas un héros de la science, mais pratiquait le racket criminel de l’allopathie et il était financé par le secteur pharmaceutique qui a fait de lui un héros.(5)

Par exemple, Associated Press rapporte qu’en 1963 :

« des chercheurs ont injecté des cellules cancéreuses à 19 patients âgés et affaiblis dans un hôpital juif pour les maladies chroniques, dans le quartier new-yorkais de Brooklyn, pour voir si leur corps les rejetterait ».

Expérience menée par un autre chercheur à l’esprit criminel affirmant pratiquer la « science ». L’infection des Noirs, des Juifs et des prisonniers était et est considérée comme acceptable par la Médecine occidentale dans la recherche folle et insensée du remède contre des maladies qui menacent rarement la vie. En fait, lors d’audiences largement couvertes au Congrès en 1973, des représentants de l’industrie pharmaceutique ont admis qu’ils utilisaient des prisonniers pour tester des produits chimiques mortels, car « ils étaient moins chers que les chimpanzés ».

Le grand mensonge de soixante ans continue pour les Américains sans instruction

Pixabay.com

L’histoire montre que le Dr Jonas Salk a été impliqué dans une association de malfaiteurs. Le crédit accordé à Salk pour mettre fin à la poliomyélite repose sur une fausse déclaration frauduleuse de données historiques, avec l’aide de l’industrie des vaccins corrompue, afin de convaincre les gens que les vaccins ont mis fin à la poliomyélite. Le virus de la poliomyélite paralyse de plus en plus de jeunes Pakistanais et presque tous les cas se produisent chez des enfants DÉJÀ VACCINÉS. 

L’année dernière seulement, il y a eu 136 cas de jeunes infectés et 107 de ceux-ci ont reçu plusieurs vaccinations contre la polio. On pense maintenant que, du fait de l’injection du virus VIVANT, l’enfant injecté devient porteur pendant les premières semaines suivant l’injection, contredisant ainsi toute la « théorie de la protection de groupe » selon laquelle, si tous les enfants vaccinés restent proches et tiennent les enfants non vaccinés aux abois, personne ne tombera malade dans le groupe vacciné. Le monde occidental est en chute depuis soixante ans contre la polio, et le plomb.

Le VPO augmente les cas de paralysie à la polio chez les enfants du Pakistan

Pixabay.com

Les enfants pakistanais sont paralysés des bras et des jambes grâce au vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) administré aux enfants jusqu’à quatre fois avant l’âge de quatre ans. (6) De nombreux professionnels de la science estiment que le type de vaccin antipoliomyélitique administré est une cause importante du problème.

Le VPI, ou vaccin antipoliomyélitique inactivé, développé par Jonas Salk, utilise des cellules mortes de poliomyélite, tandis que le VPO, ou vaccin antipoliomyélitique oral, mis au point par Albert Sabin, transmet le virus à plusieurs animaux afin d’affaiblir la souche plutôt que de la tuer. La souche « morte », mais non morte est ensuite injectée dans le tissu musculaire des enfants avec du mercure et de l’aluminium afin de provoquer une réaction de combat ou de fuite du système immunitaire renforcée artificiellement. Le problème est que les enfants vaccinés sont déjà aux prises avec un système immunitaire compromis (7)figurant dans le reste de la série de vaccins, et par conséquent peuvent ne pas être en mesure de combattre même le virus vivant, mais affaibli qui se cache dans les tissus musculaires et passe dans le sang, traversant parfois la barrière hématoencéphalique avec des toxines de métaux lourds et agents cancérigènes qui sont assez souvent utilisés comme émulsifiants. Lorsque ces enfants luttent contre le virus vivant, ils sont contagieux et peuvent SUPPRIMER le virus vivant simplement en toussant, en éternuant ou en partageant des aliments ou des boissons avec d’autres enfants. En fait, peu après la vaccination, le virus de la poliomyélite affaibli peut être retrouvé dans les matières fécales des enfants. Cela peut facilement se propager aux sources d’eau communales. Par coïncidence, le VPO est le vaccin « de choix » au Pakistan.

Le vaccin antipoliomyélitique est-il la cause de la plupart des éclosions actuelles ? 

S’il n’y avait pas de vaccins, les maladies infectieuses seraient-elles encore un problème aujourd’hui ? 

Les statistiques révèlent bien des failles et des trous de mémoire dans les statistiques, mais quel acte de folie est d’implanter des produits infectieux de la maladie dans le corps de centaines de millions d’enfants en bonne santé aux États-Unis et dans le monde afin de prévenir développement possible de quelques cas bénins de variole, de rougeole et de poliomyélite. (8)

Sources :

(1) http://www.dissolvingillusions.com/chapters/chapter-12/

(2) http://www.dissolvingillusions.com/graphs/#24

(3) http://www.naturalnews.com/031564_Jonas_Salk_medical_experiments.html#ixzz3epoiuIR1

(4) http://www.naturalnews.com/033584_dr_maurice_hilleman_sv40.html

(5) http://www.dissolvingillusions.com/

(6) http://www.naturalnews.com/032587_polio_vaccines_Pakistan.html#ixzz3epgg0Guv

(7) http://www.naturalnews.com/042012_vaccine_facts_vaccine-damaged_children_CDC.html#ixzz3eplYNmTj

(8) http://drsuzanne.net/dr-suzanne-humphries-vaccines-vaccination/

Laisser un commentaire