La Rougeole : mensonges et vérités, ce que vous devez savoir

0
2578

Cogiito.com, le 2 janvier 2020 par : PAJ

La rougeole est une maladie classée comme épidémique qui a disparu grâce aux progrès de nos sociétés modernes ; c’est également une maladie nécessaire au système immunitaire pour gravir des échelons dans la défense même de ce système, mais c’est également une affaire extrêmement lucrative pour les laboratoires qui ont utilisé les progrès de nos sociétés pour valoriser des progrès vaccinaux parfaitement faux, pour construire une légende de faux succès, en imposant des vaccinations qui créer aujourd’hui davantage la maladie que la maladie originelle.

Nous ne pouvons minimiser les risques de la rougeole, car elle a le potentiel d’être une infection mortelle – mais normalement dans les populations bien nourries du 21e siècle, elle ne tue plus depuis longtemps. 

Au cours du XIXe siècle, des épidémies de rougeole se sont produites tous les deux ans aux États-Unis et en Angleterre. Au cours de ces épidémies, alors que l’assainissement et la nutrition n’étaient pas optimaux, la plupart des services hospitaliers ont débordé d’enfants atteints de rougeole et jusqu’à 20 % sont morts de pneumonie et d’autres complications.

Nous parlons bien d’enfants et de rougeole sauvage, mais aujourd’hui, les victimes atteintes sont les enfants, les adolescents et les adultes ? Sont-ils victimes de rougeole sauvage ou de rougeole atypique ?

La rougeole atypique étant la rougeole provoquée et induite par la vaccination du ROR et d’un autre vaccin anti-rougeoleux issu d’un autre laboratoire.

Cependant, dans les années 1960, les décès dus à la rougeole étaient tombés à un nombre extrêmement faible dans ces mêmes pays. 

  • En Angleterre, la baisse en pourcentage par rapport à son niveau maximal a atteint un niveau étonnant de 99,96 % au moment de l’introduction du vaccin vivant atténué contre le virus de la rougeole en 1968.
  • Lorsque le premier vaccin antirougeoleux inactivé (à virus tué) a été autorisé en 1963, le taux de mortalité par rougeole dans certains États comme le Massachusetts avait atteint zéro. 
  • Au cours de cette année, toute la Nouvelle-Angleterre n’a eu que cinq décès attribués à la rougeole.

Nous devons garder cela en perspective. Il s’agissait de décès AVANT le lancement des vaccins contre la rougeole dans les années 1960, lorsque :

  • les décès dus à l’asthme étaient 56 fois plus importants,
  • les accidents 935 fois plus importants,
  • les accidents de véhicules à moteur 323 fois plus importants,
  • les autres accidents 612 fois plus importants
  •  et les maladies cardiaques 9,560 fois plus importantes.
  • Pourquoi insister autant sur les décès par rougeole ?

Une simple étude de la littérature historique et scientifique révélera que la prévention de la mortalité due à la rougeole n’est pas principalement liée à la vaccination, mais à la nutrition ou à la malnutrition. 

La mortalité infantile due à la rougeole est 200 à 400 fois plus élevée chez les enfants souffrant de malnutrition dans les pays moins développés que dans les pays développés. 

Il est clair que lorsque la nutrition s’améliore et que les niveaux de vitamine A et D sont optimisés, les complications et les décès dus à la rougeole diminuent radicalement.

  • De plus, l’expérience de la rougeole dans l’enfance elle-même peut conférer des avantages pour la santé et même un avantage de survie dans la protection contre les maladies auto-immunes et l’inflammation chronique, y compris le cancer, ce qui signifie que cela peut être un moyen par lequel notre système immunitaire est amorcé et acquiert l’autotolérance. 12 La rougeole acquise naturellement et la guérison de cette maladie peuvent en fait être une bonne chose, comme nos ancêtres pas si lointains l’ont reconnu, car cela confère une immunité supérieure beaucoup plus durable et protège contre les infections qui entraînent des complications plus tard dans la vie, lorsque la rougeole peut être beaucoup plus grave.

Il existe des rapports dans la littérature documentant le fait que non seulement le vaccin vivant atténué contre la rougeole peut provoquer une infection par la souche vaccinale contre la rougeole qui peut ne pas être éliminée du corps, mais le virus vivant de la souche vaccinale est également éliminé dans l’urine et d’autres sécrétions corporelles. 13

Le défenseur de longue date du vaccin ROR, le Dr Gregory Poland, déclare à présent que le vaccin ROR contenant de la rougeole ne protège souvent pas contre la rougeole et que les flambées de rougeole récemment signalées dans des sociétés hautement vaccinées se produisent principalement chez les personnes précédemment vaccinées. Pourquoi une telle déclaration par le pape de la vaccination ? Parce qu’il ne peut plus nier les évidences de la science.

Il est peu probable que le vaccin ROR éradique la rougeole dans le monde, car même après deux doses, près de 10 % des enfants n’ont pas d’anticorps anti-rougeole.

  • De graves réactions au vaccin continuent d’être signalées ; un nouveau père en Australie est devenu paralysé après avoir reçu un vaccin contre l’hépatite B et la coqueluche afin de rendre visite à son fils nouveau-né dans la pépinière de l’hôpital
  • Les parents de Saba Button sont parvenus à un accord avec le fabricant du vaccin et le gouvernement australien après qu’il a été jugé qu’elle avait subi des dommages permanents au cerveau et aux organes après avoir reçu le vaccin Fluvax à l’âge de 11 mois.
  • Si vous êtes un parent envisageant la vaccination de vos enfants ou un adulte envisageant la vaccination pour vous-même, vous devez défendre votre droit d’exercer un consentement éclairé afin de pouvoir prendre une décision indépendante et habiliter pour protéger votre santé. [1]

Le CDC rapporte que personne aux États-Unis n’est mort de la rougeole au cours des 12 dernières années. Parallèlement, 98 décès liés au vaccin antirougeoleux ont été signalés au gouvernement américain depuis 2003.

  • Au cours de cette période, 694 incapacités liées au vaccin contre la rougeole ont été signalées au système de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS).
  • La mortalité infantile due à la rougeole est 200 à 400 fois plus élevée chez les enfants souffrant de malnutrition dans les pays moins développés que dans les pays développés ; à mesure que la nutrition s’améliore, les complications et les décès diminuent radicalement.

Le Journal de l’American Medical Association (JAMA) 1 affirme que l’opinion scientifique est que les vaccins pour enfants sont sûrs et efficaces, pourtant cela n’est qu’une opinion sans la moindre base ou preuve scientifique, cette opinion qui n’est qu’une volonté d’imposer un culte plutôt qu’une science, circule désormais dans l’esprit des gens comme une vérité scientifique qu’elle n’est pas.

Au point que si l’on apporte une opinion contraire, nous sommes donc dans un simple débat d’opinion, pas dans un débat scientifique, ceux qui prétendent que les vaccins sont efficaces, insulte ceux qui se basent sur la science en affirmant que c’est un mensonge en étant insultés et traités de « conspirationnistes » qui devraient aller dans des camps de redressement justement pour redresser leur santé mentale.

L’objectif de la propagande vaccinale est d’amener l’ensemble de la population à accepter le concept selon lequel la vaccination est un moyen plus efficace de rester en bonne santé, au lieu de soutenir l’immunité innée et d’optimiser la fonction immunitaire, qui est si essentielle pour prévenir les maladies et les complications graves des maladies infectieuses. Et les médias participent à cette propagande de mensonges, et ignorent volontairement les conflits d’intérêts et partenariats financiers entre le public et le privé entre l’industrie et le gouvernement et le fait que Big Pharma généreré 35 milliards de dollars de ventes de vaccins en 2015 4 et devrait absorber plus de 57,8 milliards de dollars d’ici 2019 5.

Contrairement au discours ambiant, Le CDC déclare que personne n’est mort de la rougeole aiguë aux États-Unis depuis 2003 – mais combien de décès liés au vaccin contre la rougeole ont été signalés depuis lors ?

Si vous croyez la propagande des médias sur la rougeole en Amérique aujourd’hui, il semblerait que les enfants atteints de rougeole aux États-Unis soient admis à l’hôpital en grand nombre et meurent régulièrement des complications de la rougeole.

Mais le rapport du 13 mars 2015 publié par le California Department of Health, montre clairement que sur 133 cas de rougeole signalés dans cet état cette année, 20 personnes ont été hospitalisées et 81 % ont récupéré sans avoir besoin de soins spéciaux et il n’y a pas eu de décès. 6  

De plus, alors que 43 % des cas de rougeole en Californie n’ont pas été vaccinés, 15 % ont été vaccinés et 56 % des cas concernaient des adultes de plus de 20 ans. Seuls 18 % des cas concernaient des enfants d’âge scolaire âgés de 5 à 19 ans, tandis que 15 % concernaient des enfants de un à quatre ans et 11 % des nourrissons de moins d’un an.

Ah, il est certain que la vérité sur la rougeole a un gout amer lorsque l’on fait parler la science et non pas la propagande médiatique qui cherche à diaboliser les non-vaccinés à travers une maladie infantile nécessaire et peu dangereuse lorsqu’elle se déclenche dans de bonnes conditions.

Dernièrement la rougeole aux Samoa a tué, mais après une enquête sérieuse, il a été démontré que la première série de vaccins livrés et imposés à la population était défectueuse et, que ces mêmes vaccins défectueux étaient responsables de ces décès, mais la presse qui a fait les gros titres en affichant « La Rougeole tue aux Samoa » s’est bien gardée de dire la vérité une fois découverte. Alors qui ment au juste, la presse, ou ceux qui révèlent la vérité ?

Le lecteur pourra découvrir cette vérité sur Cogiito.com, dans un long article publié sur le sujet.

« Si nous examinons les données du rapport du gouvernement américain sur la mortalité par rougeole entre 2005 et 2015, nous trouvons que six adultes et un enfant répertoriés dans les données nationales de l’état civil 7 seraient morts de complications liées à la rougeole. Seul l’enfant, un homme entre un et quatre ans, a subi une autopsie confirmée.

Cependant, dans une correspondance électronique privée, Meryl Nass, MD a interrogé le CDC sur les décès confirmés de rougeole aux États-Unis et le CDC a répondu par écrit que :

“Les derniers décès documentés aux États-Unis directement attribuables à la rougeole aiguë sont survenus en 2003.” 8

Vicky Debold, PhD, RN, qui agit à titre de directrice bénévole de la sécurité des patients et de la recherche pour le National Vaccine Information Center (NVIC), a analysé les données américaines sur la mortalité par rougeole et a trouvé une différence entre ce que le CDC a dit au Dr Nass et les informations publiées dans le National Statistiques de l’état civil.

Le Dr Debold a déclaré :

“Il y a eu un décès confirmé par autopsie de rougeole avec encéphalite signalé aux États-Unis chez un enfant de sexe masculin âgé de un à quatre ans. Le reste des décès de rougeole signalés après 2003 concernaient six adultes sans autopsie confirmée (2). en 2009 ; 2 en 2010 ; 2 en 2012).

Trois des décès d’adultes ont été enregistrés pour la rougeole avec encéphalite ; un décès enregistré pour la rougeole avec pneumonie et deux décès enregistrés pour la rougeole sans autres complications. ” »[2]

Décès dus aux vaccins contre la rougeole : Est-ce 98 ou 980 ?

Le Dr Debold était curieux de la mort d’un enfant liée à la rougeole enregistrée en 2005 et du fait que le CDC ne l’a pas reconnu lors de sa réponse au Dr Nass. Le Dr Debold s’est demandé si, peut-être, la mort de l’enfant de 2005 était liée au vaccin ROR.

Elle a recherché les rapports VAERS en utilisant la base de données MedAlerts 9 , où elle a trouvé cinq décès associés à des vaccins contenant la rougeole survenus en 2005 aux États-Unis chez des garçons âgés de un à quatre ans.

Un de ces rapports de décès liés au vaccin ROR de 2005 dans VAERS mentionnait « fièvre légère » et « encéphalite et encéphalopathie non infectieuse » comme symptômes après qu’un garçon d’un an a reçu des vaccins ROR, varicelle et grippe et est décédé cinq jours plus tard (ID VAERS n ° 250504 ).

Le rapport d’autopsie mentionnait « la mort subite inattendue dans l’enfance » un désormais classique, comme cause de décès ; cependant, il n’a pas été fait mention d’une éruption cutanée ou d’autres symptômes liés à la rougeole, qui peuvent également survenir après la vaccination ROR.

Le Dr Debold a commenté :

« Six des sept décès associés à la rougeole signalés après 2003 dans les rapports nationaux de l’état civil sont survenus chez des adultes âgés de 25 à plus de 85 ans, qui auraient dû avoir une immunité naturelle contre la rougeole ou avoir obtenu au moins un ROR. Il serait utile pour le CDC d’expliquer la différence entre les données de l’état civil et la déclaration faite au Dr Nass. »

Ainsi, entre zéro et sept décès liés à la rougeole se sont produits aux États-Unis depuis 2003, mais combien de déclarations de décès par réaction au vaccin contre la rougeole ont été enregistrées par le système fédéral de déclaration des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS) au cours des 12 dernières années ?

En recherchant dans la base de données MedAlerts, nous voyons qu’il y a eu 98 décès suite à des vaccinations ROR ou MMRV signalées à VAERS survenues entre 2003 et 2015. De plus, il y a eu 694 rapports de vaccinations ROR ou RORV causant une invalidité dans cette période.

Il a été estimé que moins de 10 % des événements indésirables liés aux vaccins sont signalés à VAERS.[3] 10 , 11

Étrangement, en dehors de « la rougeole tue », on n’entend jamais « le vaccin contre la rougeole pourrait tuer », pourquoi ? Les faits sont là devant nous.

98 décès liés au vaccin contre la rougeole et 694 incapacités liées au vaccin contre la rougeole signalée à VAERS au cours des 12 dernières années, si seulement 10 % des décès et des incapacités liés au vaccin sont signalés au gouvernement, alors le nombre réel des décès et incapacités liés au vaccin antirougeoleux survenus depuis 2003…

auraient pu représenter jusqu’à 980 décès et 6 940 incapacités.

Malheureusement, de nombreux pédiatres rejettent les problèmes de santé liés au vaccin comme une « coïncidence » sans aucune preuve qui soit vraie pour l’individu souffrant d’un mauvais état de santé après la vaccination, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles le taux de déclaration des réactions vaccinales est si faible aux États-Unis.

Naturellement, de nombreux médecins et agents de santé sont dans le déni.

Les parents d’enfants en bonne santé et bien nourris vivant aux États-Unis, qui évaluent les avantages et les risques du vaccin contre la rougeole, pourraient bien se demander :

  • si je vaccine mon enfant, il ou elle peut-il avoir une réaction au vaccin et en mourir ? 
  • Si je ne fais pas de vaccination, mon enfant peut quand même tomber malade de la rougeole, mais peut-il avoir moins de risques de mourir ?

Le vaccin contre la rougeole ne crée pas d’immunité à vie contrairement à la rougeole sauvage

Un facteur clé à considérer est que le vaccin contre la rougeole ne crée pas d’immunité à vie. 

Les vaccins ne confèrent qu’une immunité artificielle temporaire, bien que parfois les vaccins ne confèrent aucune immunité aux personnes sensibles, et c’est pourquoi les autorités sanitaires recommandent de multiples doses de rougeole et d’autres vaccins pour « renforcer » l’immunité acquise. Bien que précédemment, le CDC a indiqué que les adultes nés avant 1958 n’avaient pas à se faire vacciner, le CDC déclare maintenant que « les personnes nées pendant ou après 1957 qui n’ont pas de preuve d’immunité contre la rougeole devraient recevoir au moins une dose de vaccin ROR . » 17 ce qui est extrêmement lucratif pour les laboratoires, car la maladie infantile même contractée, et immunisante à vie, n’est plus considérée comme telle, donc contre quoi ce vaccin est-il forcé au juste, contre la rougeole vaccinale qui peut contaminer un sujet qui a été immunisé à vie, grâce à la rougeole sauvage qu’il a contractée enfant ?

En fait, depuis l’épidémie de rougeole liée à Disneyland au début de 2015, certains médecins de la santé publique suggèrent que tous les adultes devraient se faire vacciner contre le ROR car jusqu’à 1 adulte sur 10 précédemment vacciné peut être sensible à la rougeole en raison de la diminution de l’immunité acquise par le vaccin . 18, Mais lorsque l’on sait que l’épidémie de rougeole à Disneyland est un coup monté par les laboratoires pharmaceutiques pour voter des lois d’obligation vaccinale il y a de quoi se poser des questions sur le rôle de la santé publique et de l’obligation vaccinale.

Il existe de nombreuses preuves qu’un nombre croissant d’enfants et d’adultes vaccinés contre la rougeole aux États-Unis et dans le monde contractent la rougeole, même après deux doses de ROR. 19 , 20 , 21 les nourrissons de moins d’un an, qui étaient protégés au cours de la première année de vie en obtenant des anticorps maternels naturels de mères qui avaient souffert de la rougeole et s’en sont rétablies pendant l’enfance, sont désormais sensibles à la rougeole dès la naissance. En effet, la plupart des jeunes mères ont été vaccinées aujourd’hui et les anticorps maternels acquis par le vaccin contre la rougeole sont beaucoup moins protecteurs que les anticorps acquis naturellement. 22 , 23

Nous n’avons pas encore vu comment la politique universelle de vaccination contre la rougeole se déroulera au cours des prochaines générations, alors que les personnes âgées immunisées contre la rougeole acquise naturellement meurent et que les enfants et les jeunes adultes immunisés contre le vaccin artificiel sont censés fournir une << immunité communautaire >>.

Certains experts ont prédit que les épidémies de rougeole devraient devenir plus courantes à l’avenir.

Une étude a suggéré que, même avec une bonne réponse à la vaccination, l’immunité acquise contre le vaccin contre la rougeole ne dure que de 15 à 20 ans. 24 , 25 

En fait, il existe des preuves d’une diminution de l’immunité acquise par le vaccin antirougeoleux après 10 ans. 26 Si cela est vrai, il pourrait y avoir une résurgence de la rougeole après une période d’incidence relativement faible de la rougeole, dans laquelle nous nous trouvons actuellement. De plus, entre 2 et 10 % des vaccinations entraînent des échecs du vaccin primaire, ce qui signifie que ceux qui reçoivent le vaccin ne bénéficient d’aucune protection en anticorps après la vaccination. 27

L’épidémie de rougeole en Californie à Disneyland est principalement associée à l’un des 22 génotypes de rougeole connus pour circuler dans le monde – la souche B3 de la rougeole qui a provoqué des épidémies récentes aux Philippines. 28 Les vaccins antirougeoleux utilisés aux États-Unis et dans d’autres pays ont été créés à l’aide du génotype A de la rougeole vaccinale, bien que les scientifiques aient déclaré qu’« il n’y a pas de différences biologiques connues entre les virus de génotypes différents ». 29

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur la Rougeole, son histoire et la vérité sur cette épidémie, n’hésitez pas à acheter cet ouvrage sur Amazon, 500 pages d’information documentées, précises et utiles sur la rougeole, la polio, le papillomavirus…

Chapitre sur la vaccination au Japon, des enfants en meilleure santé, les accidents du Gardasil qui ont conduit à son interdiction au Japon… Uniquement disponible sur Amazon

Sources


[1] https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2014/06/17/measles-vaccine-failure.aspx

[2] https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2015/03/24/dissolving-illusions-measles-vaccine.aspx

[3] https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2015/03/24/dissolving-illusions-measles-vaccine.aspx

Laisser un commentaire