LA « VAX COURT » ENREGISTRE UNE HAUSSE DE 400 % DU NOMBRE D’ACCIDENTS CAUSEES PAR LES VACCINS ET LE VACCIN CONTRE LA GRIPPE REMPORTE LES HONNEURS POUR LE PLUS GRAND NOMBRE DE VICTIMES

0
392

VaccineImpact, le 5 octobre 2019, par The Mom Street Journal
The Business of Being a Natural Mom in the Modern World

Traduction pour Cogiito.com : PAJ

Les cas de blessures causées par un vaccin sont à la hausse, alors si vous avez la tête dans le sable et que vous n’y avez pas prêté attention, il est temps de vous réveiller.

Voici un petit historique pour ceux d’entre vous qui commencent à peine à s’éveiller.

Ronnie Reagan…

Il y a presque 30 ans jour pour jour, le 40e président des États-Unis a aboli le droit des Américains de poursuivre les fabricants de vaccins, les remplaçant par une loi qui oblige les familles qui ont subi une blessure ou un décès à poursuivre le gouvernement américain plutôt qu’une compagnie pharmaceutique.

Par conséquent, les magistrats[1] de la Cour spéciale des réclamations des États-Unis[2] contre les vaccins, également connue sous le nom de tribunal des vaccins ou « Vax Court », ont toute autorité en tant que juge, sans jury, pour décider du sort des Américains qui ont eu la « malchance » d’être frappés par un accident causé par un vaccin – qui peut aller de symptômes chroniques et légers à la mort.

Une fois par an, ce tribunal non traditionnel donne au public un aperçu de son fonctionnement interne en publiant un rapport annuel sur son site Web[3] – un rituel qui a lieu chaque année en janvier.  Le rapport est envoyé au président du Congrès, également connu comme vice-président des États-Unis, où il est destiné à servir de controleur pour surveiller les réactions du public américain face aux vaccinations qui sont de plus en plus forcées par les mandats gouvernementaux à travers le pays.

Génial, n’est-ce pas ?  Une telle responsabilité en action ?

Malheureusement, c’est faux.

Le rapport, qui est constamment ignoré par les médias, les politiciens, les responsables de la santé et les CDC, il dort sur la page des rapports du site Web de la Cour spéciale des réclamations des États-Unis[4].

Pas de manchettes, pas de communiqué de presse, pas d’analyse, pas d’alerte dans les médias, rien.

Ce n’est pas surprenant, étant donné que la plupart des Américains ne savent même pas que la Cour suprême des États-Unis a jugé que les vaccins étaient inévitablement dangereux en 2011.  Il n’est pas surprenant non plus que les médias d’élite mondialistes, cooptés par els labos et dominants, ignorent constamment ce rapport, de même que les arguments sains avancés par les défenseurs de la liberté de la santé au sujet des dangers et des risques des blessures liées aux vaccins en disant mine de rien : » Tiens, regardez ! Une licorne ! « , et qu’ils utilisent plutôt des termes comme «  la science est là », et le risque des vaccins a été «  démystifié » pour empêcher toute discussion rationnelle sur les preuves qui se cachent à la vue de tous.

Il n’est pas surprenant non plus que la Cour spéciale des réclamations des États-Unis offre chaque année une version inefficace, de faible technicité et archaïque de son rapport.  Au lieu d’une feuille de calcul facile à trier, la cour affiche un document PDF scanné – un format qui exige beaucoup de travail pour effectuer toute sorte d’analyse concrète.  Il faut soit saisir à nouveau les 220 pages et plus, ce qui prendrait des semaines, soit procéder à une ventilation détaillée et manuscrite par vaccin de chaque cas, combinée à des efforts considérables de décompte et d’organisation afin d’identifier la pertinence statistique et les tendances qui se dégagent du tribunal du vaccin.

Est-ce fait exprès ?  Peut-être.  C’est certainement à tout le moins un moyen de dissuader quiconque de s’asseoir et d’essayer d’analyser cette foutue chose.

C’est exactement la raison pour laquelle nous le faisons, chaque année depuis 2014.  Pour ne pas nous décourager, il nous a fallu dix mois pour terminer enfin notre analyse du rapport de cette année.  Mais une fois que nous l’avons fait, les tendances que nous avons trouvées étaient choquantes – non seulement à cause de ce qu’elles ont révélé au sujet de l’augmentation continuelle des blessures causées par les vaccins, mais aussi à cause du silence assourdissant qui règne dans les couloirs des grands médias, car les journalistes et les médias continuent de faire fi des blessures causées par les vaccins – ce qui fait de la nouvelle théorie du complot encore un autre faux site de nouvelles.

Prenez une chaise et accrochez-vous à vos chapeaux, parce que devinez ce que l’on a découvert :

  • Les paiements au titre du règlement judiciaire relatif aux vaccins ont augmenté de 91,2 millions de dollars en 2015, passant de 22,8 millions de dollars en 2014 à 114 millions de dollars en 2015, soit une augmentation de 400 %.
  • Les paiements au titre du règlement judiciaire pour le vaccin contre la grippe ont le plus augmenté, passant de 4,9 millions de dollars en 2014 à 61 millions de dollars en 2015, soit une augmentation de plus de 1000%, malgré les campagnes médiatiques/publicitaires d’automne qui, chaque année, incitent les Américains à  » se faire vacciner « , avec un abandon total pour les faits statistiques émanant du tribunal chargé de la vaccination.
  • La varicelle (varicelle) a connu la troisième plus forte augmentation, passant de 0 $ en 2014 à 5,8 millions de dollars en 2015.  (Il n’y a pas lieu de s’étonner de l’augmentation du zona chez les personnes âgées, car les petits-enfants récemment vaccinés transmettent continuellement le virus vivant à leurs aînés qui ne se doutent de rien).
  • L’hépatite B s’est classée au quatrième rang des augmentations les plus importantes dans les règlements judiciaires concernant les vaccins, augmentant de 321 % en 2015 à plus de 8 millions de dollars en 2015, contre 1,9 million en 2014.
  • Les tirs TDap/DTP/DPT et D/T ont été la cinquième augmentation en importance, bondissant de 75 % en 2014, passant de 5,5 M$ à 9,8 M$.
  • Le reste des colonies non représentées ici le sont : Tétanos, 4 millions de dollars ; VPH, 3,4 millions de dollars, en hausse par rapport à presque rien en 2014 (un à surveiller en janvier lorsque le rapport de 2016 sera publié) ; ROR, qui a en fait diminué de la première place l’an dernier à moins de 1 million de dollars – une diminution de 88 %+ des paiements ; coqueluche, 1,7 million de dollars ; thimérisol, 1,5 million de dollars ; HIB, 345 000 $, menginococal, 500 000 $, HEP A 408 000 $, DPT et polio, 210 000 $, rotovirus, 767 000

Vous avez peut-être remarqué que nous avons omis le gagnant de la deuxième place, situé dans la catégorie « Autre » voilà pourquoi.

Cet « Autre » vaccins « illustre parfaitement la nature douteuse du rapport du tribunal sur le vaccin et son manque de transparence dans le processus judiciaire sur le vaccin. Au lieu d’identifier la combinaison de vaccins accusée de blessure ou de décès et d’étiqueter le cas en conséquence, un responsable spécial peut décider d’étiqueter un cas de vaccin  » Autre « , ce qui en dilue l’effet sur les chiffres globaux en dernière analyse.

En 2015, la catégorie  » Autre  » a été la deuxième plus forte augmentation des paiements au titre des règlements relatifs aux vaccins, totalisant 21,5 millions de dollars, en hausse de 388 % par rapport aux 4,4 millions de dollars versés l’année précédente.

Nous n’accusons personne de quoi que ce soit.  Mais, 388% d’augmentation, c’est beaucoup.  Quelle combinaison de vaccins cause une telle augmentation ?  Le public n’a-t-il pas le droit de savoir ?  Si le tribunal décidait, par exemple, qu’il y avait trop de règlements de vaccination contre la grippe pour l’année, ne pourrait-il pas simplement biaiser les données en classant certains cas dans la catégorie  » autres « , ce qui aurait pour effet de dégonfler artificiellement la catégorie de grippe ?

Avons-nous mentionné que ces résultats ne concernent QUE les jugements – des cas qui sont jugés en faveur du demandeur. Il ne comprend pas les frais juridiques EXTENSIFS pour les deux parties, qui sont payés par le gouvernement américain si l’avocat gagne ou perd l’affaire ?  Ces coûts sont classés dans la catégorie des coûts.  Et au lieu de les présenter dans le rapport avec les jugements rendus, ils sont souvent inscrits séparément, ce qui rend d’autant plus difficile l’exercice de les lier à leurs paiements de jugement, ce qui exige encore une autre étape dans l’analyse ardue des données.

Le paiement total en dollars des frais juridiques du tribunal pour le vaccin en 2015 s’élève à 42 millions de dollars.

De plus, une main pleine de règlements dans le paiement est basée sur les rentes – ce qui signifie que les paiements (dont plusieurs totalisent plus d’un million de dollars) se répètent annuellement.  C’est parce que la vie telle qu’ils la connaissaient pour certains plaignants a disparu après que leur blessure causée par le vaccin s’est produite, et que les coûts pour les soigner à perpétuité pour la vie du plaignant exigent une somme annuelle qui est souvent considérable.

Partagez ces information, il est temps de renverser la vapeur.

Republié avec la permission de The Mom Street Journal. Lisez l’article complet sur TheMomStreetJournal.com.


[1] http://www.uscfc.uscourts.gov/OSM-MeetTheSpecialMasters

[2] http://www.uscfc.uscourts.gov/

[3] http://www.uscfc.uscourts.gov/reports-statistics

[4] https://www.nvic.org/CMSTemplates/NVIC/pdf/NVIC-amicus-as-filed-090809.pdf

Laisser un commentaire