Le coronavirus ou « 2019-CoV » n’est pas une maladie ou un virus unique

2
5163
Image by Gerd Altmann from Pixabay

Le «coronavirus» ou 2019-CoV n’est pas une maladie ou un virus unique. 1 

Et si le coronavirus n’était pas ce qu’il parait après tout, mais pire ?

Et si l’affaire du coronavirus était le prétexte à quelque chose de plus important, un peu comme l’arnaque de la rougeole à Disneyland (2015) qui a vu l’imposition des obligations vaccinales en Californie et ailleurs ? Un plan qui viserait à forcer la vaccination sous peine d’internement dans des camps FEMA.

 » Alors que l’alerte est maximale en Chine suite à la possible pandémie de coronavirus, le très sérieux magazine live-science, relayant lui-même une information du Hindustan Times, nous rappelle que le seul laboratoire chinois capable d’étudier et de manipuler des coronavirus se trouve au coeur de la ville de Wuhan, avec une certification maximale de niveau 4 « .

Coïncidence ?

Situé dans un bâtiment dit-on hyper protégé pour éviter toute fuite de virus, ce labo de bio sécurité a justement pour mission d’étudier, parmi d’autres éléments pathogènes potentiellement pandémiques, les coronavirus potentiellement mortels pour l’homme… Et de les manipuler si nécessaire à des fins scientifiques comme il se doit.

« Wuhan est justement le lieu où le virus s’est développé, officiellement sur un marché d’animaux malsains… »

Statistiquement la coïncidence pour qu’un tel événement se produise pile à un tel endroit, sans aucune relation de cause à effet, doit être epsilon… Proche de 1 chance sur l’infini.

https://reseauinternational.net/coincidence-le-seul-labo-capable-de-traiter-les-coronavirus-en-chine-est-a-wuhan/?fbclid=IwAR33g430ApC13W28IS-Y83G2kbq0t0UCsZvdF3pgsUfpXMrZ_1AZMWgPXRY

Un mouvement de panique international gagne à présent les populations mondiales à travers les médias, un simple virus, comme il en existe de nombreux chaque année devient la vedette criminelle sur la surface de la planète, alors qu’il a déjà sévi dans le passé sans faire particulièrement de victimes, comme nous le verrons dans cet article de synthèse et pourtant les nouvelles les plus folles courent autour des victimes, d’abord 6, puis une dizaine, puis des centaines de milliers, plus un médecin capable de soigner les patients qui s’éteignent comme des mouches, dans la rue, dans les hôpitaux, chez eux et malgré cette réalité, malgré les plus élémentaires principes de précaution, la France décide de rapatrier 800 ressortissants de ces endroits infestés par un virus dont nul ne semble mesurer le dernier ampleur.

Image by Gerd Altmann from Pixabay

Mais qui est à l’origine de ce mouvement de panique et pourquoi ?

Qui fait circuler des vidéos de chinois qui s’écroulent dans la rue, dans les hôpitaux et pourquoi ?

Est-ce la vérité, est-ce un mensonge, est-ce une manipulation et dans quel but ?

Nous devons avant de céder à la plus grande panique réfléchir sur les causes et les menaces réelles d’un tel virus qui se transforme en épidémie ou en Pandémie. Beaucoup de choses restent obscures, l’origine du virus, son développement, ses voies de développement et ses conséquences.

Chacun s’entend pour accepter que la cause principale de ce virus est animale, donc qui serait liée aux traitements réservés aux animaux en Chine, à savoir, la façon dont ils sont mal traités sur les marchés, les conditions de stockage et d’hygiène propices au développement de virus. C’est la première leçon à tirer et elle semble être fondamentale et systématique, c’est à dire que les autorités chinoises ne semblent pas être intervenues pour améliorer ces conditions d’hygiène et favoriser ainsi les épidémies les plus graves.

D’ici à ce que la mentalité chinoise change, les virus auront tout le loisir de continuer à se développer et cela fait peut-être le plus grand bien à l’industrie pharmaceutique qui s’amuse à jouer à l’apprenti sorcier avec des mutations virales et des conceptions de vaccins plus ou moins efficaces qui peuvent avoir d’autres conséquences sur la santé de l’humanité, comme celle de diffuser les épidémies à travers les vaccinations comme nous ne cessons de le souligner avec la volonté de commercialisation de ces vaccins à virus vivants mais atténués.

Le coronavirus serait-il un nouveau prétexte pour imposer de nouvelles vaccinations forcées qui permettrait aux laboratoires de s’enrichir à milliards en imposant leurs nouveaux vaccins, en contingentant la population récalcitrante dans des camps FEMA, sorte de nouveaux camps de concentration pour se débarrasser de tous les intellectuels et les contestataires d’un état se rapprochant de plus en plus de l’état Nazi ?

Image by Enrique Meseguer from Pixabay

Ce problème d’hygiène se pose systématiquement en Chine et il semble qu’il soit le principal responsable des développements d’épidémies, cela implique logiquement que ce type d’épidémie devrait se produire partout en Chine, mais pas dans le cas présent ou l’épidémie aurait éclaté à Wuhan, une ville de 11 millions d’habitants qui possède un laboratoire P4 à une trentaine de km du marché de la ville ou se serait développé ce coronavirus dans des, semble-t-il, des fruits de mer. Ce laboratoire de haute sécurité qui traite et étudie des virus atténués et vivants pour produire des vaccins et/ou des épidémies. La situation géographique d’un tel laboratoire peut prêter à confusion, en effet pourquoi si près d’une ville, comme à Lyon en France et ailleurs ? Pourquoi ne pas avoir placé ce laboratoire dans le désert de Gobi aux frontières de la ville de Pékin ? Non, il est plus simple de menacer la population avec les virus les plus dangereux du monde, dans une capitale avec tous les moyens de communication ferroviaires et aériens pour diffuser, si nécessaire, ces virus à travers le monde. Un virus est invisible à l’œil nu et il a le pouvoir d’une armée de millions d’hommes dans son pouvoir de destruction

La cause principale viendrait des animaux, mais il est possible qu’il y ait une faille humaine dont personne ne veut parler pour ne pas endosser la responsabilité ni céder à l’idée d’un complot international mené par les mondialistes dont les intentions sont pourtant claires, faire du profit sur la peur et sur l’élimination d’un certain nombre d’humains, la modification du modèle démocratique en faveur d’une dictature violente et sordide dont nous percevons déjà les prémices avec les violences policières du gouvernement Macron envers les contestataires.

Pourtant, une telle pandémie, si elle se réalise comme nous le supposons, aura, a des causes économiques qui auront de graves conséquences au niveau international pour de longues années.

Le coronavirus breveté ?

Le coronavirus est le nom d’une famille de virus, dont certains sont connus pour causer des maladies respiratoires graves (comme le SRAS-CoV et le MERS-CoV ), tandis que d’autres provoquent un simple rhume . Le coronavirus de Wuhan, temporairement nommé 2019-CoV, appartient à la même famille.

Le premier groupe d’infections à coronavirus de Wuhan a été signalé le 31 décembre 2019 ; l’agent causal a été identifié comme un nouveau coronavirus début janvier. L’origine du virus n’est pas encore claire, mais sa source serait un réservoir animal car, les premiers cas ont été attribués à un marché commercialisant un large éventail de bétail ;  « il n’a pas été créé dans un laboratoire » affirment les autorités, mais nous n’en savons rien, car s’il est aussi dévastateur en si peu de temps, cela paraît plutôt surprenant. Il existe très peu de virus dans la nature qui soit d’une telle virulence.

Bien que la revendication fasse clairement référence au coronavirus de Wuhan, étant donné que son heure de publication a coïncidé avec cette épidémie de virus, le brevet 2 dont parle la presse concerne le SRAS-CoV, un coronavirus différent qui a provoqué l’ épidémie de 2003 3 qui a provoqué plus de 8 000 cas dans 26 pays

Les symptômes ressemblent à ceux de la grippe et comprennent de la fièvre, des malaises, des myalgies, des maux de tête, des diarrhées et des frissons. Aucun symptôme individuel ou groupe de symptômes ne s’est avéré spécifique pour un diagnostic de SRAS.

Bien que la fièvre soit le symptôme le plus fréquemment signalé, elle est parfois absente lors de la première mesure, en particulier chez les personnes âgées et les patients immunodéprimés.

La toux (initialement sèche), l’essoufflement et la diarrhée sont présents au cours de la première et/ou de la deuxième semaine de la maladie. Les cas graves évoluent souvent rapidement, progressant vers une détresse respiratoire et nécessitant des soins intensifs.4

L’épidémie de SRAS-CoV est originaire de la province chinoise du Guangdong et, comme pour le coronavirus de Wuhan, les preuves indiquent qu’un réservoir animal – probablement des civettes dans le cas du SRAS-CoV – était la source de l’infection.

Le Dr Robert Breiman de l’OMS a déclaré que le coronavirus du SRAS avait été trouvé dans des échantillons de cages de civette dans un restaurant où travaillait une jeune femme soupçonnée de SRAS, selon Associated Press (AP) et Reuters.

« Des tests ont révélé sur chaque cage le coronavirus du SRAS », a indiqué un rapport de l’AP aux journalistes de Guangzhou, capitale du Guangdong. Il a dit qu’il était clair qu’à un moment donné, les cages contenaient des «chats civettes qui transportaient le coronavirus du SRAS». 5

Des brevets pour d’autres coronavirus, comme le virus de la bronchite infectieuse aviaire 6, ont également été utilisés pour formuler des allégations similaires.

La présente invention d’un vaccin concerne un coronavirus atténué comprenant un gène de réplicase variant, qui fait que le virus a une pathogénicité réduite. 

La présente invention concerne également l’utilisation d’un tel coronavirus dans un vaccin pour prévenir et / ou traiter une maladie. Le virus de la bronchite infectieuse aviaire (IBV), l’agent étiologique de la bronchite infectieuse (IB), est un pathogène hautement infectieux et contagieux de la volaille domestique qui se réplique principalement dans les voies respiratoires mais aussi dans les cellules épithéliales de l’intestin, des reins et de l’oviducte. IBV est membre de l’Ordre Nidovirales, de la famille des Coronaviridae, de la sous-famille Corona virinae et du genre Gammacoronavirus ; les coronavirus génétiquement très similaires provoquent des maladies chez les dindes, les pintades et les faisans.7

Aucun vaccin n’est actuellement disponible pour le coronavirus de Wuhan, bien que les premières mesures aient été prises pour commencer à travailler pour un vaccin.

Le virus, qui a été signalé pour la première fois fin décembre, il a infecté plus de 200 personnes, selon un expert nommé par le gouvernement chinois. La plupart des cas se sont produits en Chine, mais il y en a eu quatre en Thaïlande, en Corée du Sud et au Japon.

Le virus est d’origine animale et peut se propager d’une personne à l’autre. Alors que la plupart des patients ont visité un marché d’animaux et de fruits de mer à Wuhan, une ville située à environ 1126 km au sud de Pékin, certains n’ont pas visité ce marché et ont tout de même attrapé le virus.

Ce nouveau virus est un coronavirus , qui appartient à la même famille que le virus qui cause le SRAS, ou syndrome respiratoire aigu sévère , qui a été signalé pour la première fois en Asie en 2003 et a tué plus de 700 personnes. 

Le syndrome respiratoire du Moyen-Orient 8, ou MERS, qui a tué plus de 800 personnes depuis 2012, est également causé par un coronavirus.

Travailler sur un vaccin

Une équipe de scientifiques au Texas, à New York et en Chine travaille également sur un vaccin, selon le Dr Peter Hotez, un spécialiste des vaccins au Baylor College of Medicine de Houston.

Les cas de coronavirus en Chine sont probablement largement sous-estimés, selon une étude

« La leçon que nous avons apprise est que les infections à coronavirus sont graves et l’une des menaces sanitaires les plus récentes et les plus importantes », a déclaré le Dr Hotez.

Il a ajouté qu’il est moins difficile de développer un vaccin pour les coronavirus que pour d’autres virus tels que le VIH ou la grippe.

« Chaque virus a ses défis, mais les coronavirus peuvent être une cible vaccinale relativement simple »

Si un vaccin est développé, a-t-il dit, les travailleurs de la santé pourraient être parmi les premiers à le recevoir car ils sont exposés à des patients infectés.

Une deuxième personne est décédée d’un nouveau virus semblable au SRAS en Chine

Il est « remarquable » que les scientifiques puissent commencer à développer un vaccin contre un virus identifié il y a moins d’un mois, a-t-il déclaré.

Il a crédité des chercheurs chinois, qui ont rapidement séquencé et publié le génome du virus.

« Avec le SRAS, il a fallu près d’un an pour pouvoir identifier et cartographier le code génétique complet… Maintenant, nous le faisons en quelques semaines. » 9

Le Dr Fauci a souligné qu’il y avait encore beaucoup de questions sur ce nouveau virus.

« C’est une situation en évolution, et il est difficile de prédire finalement où cela ira », a-t-il déclaré. « Mais nous devons le prendre très au sérieux. »

Certaines choses sont claires. Premièrement, le virus est passé des animaux aux humains, tout comme le SRAS l’a fait il y a près de deux décennies.

Il a ajouté qu’il n’est pas clair si un seul type d’animal transmet le virus aux humains, ou plus d’un type.

Il a également déclaré qu’il est clair que ce nouveau virus peut se propager d’une personne à une autre, mais on ne sait pas avec quelle facilité cette propagation peut se produire.

« Est-ce une propagation continue ? Est-elle soutenue ? Nous ne sommes pas encore tout à fait sûrs », a-t-il déclaré.

Michael Osterholm, directeur du Center for Infectious Disease Research and Policy de l’Université du Minnesota, a convenu qu’il y avait de nombreuses questions.

« C’est l’un de ces moments d’inflexion dans l’histoire de l’épidémie où nous avons suffisamment d’informations pour être très inquiets, mais pas assez pour dire que cela va être une crise internationale », a-t-il déclaré.10

L’Organisation mondiale de la santé a publié des recommandations pour réduire le risque et la transmission des infections, notamment le lavage fréquent des mains et la recherche de soins médicaux rapides si vous développez des symptômes tels que fièvre et toux.

Nous vivons une époque formi…diable !

1 https://healthfeedback.org/claimreview/contrary-to-claims-in-viral-social-media-posts-wuhan-coronavirus-was-not-lab-created-nor-was-it-patented-years-before-outbreak/?fbclid=IwAR1AyG5WfWYAodpH-smbSRLg8byr_eT3buW-rgKdtKP9Gu-GyfYADQ_7Nt0

2 https://patents.google.com/patent/US7220852

3 https://www.who.int/ith/diseases/sars/en/

4 https://www.who.int/ith/diseases/sars/en/

5 http://www.cidrap.umn.edu/news-perspective/2004/01/who-sees-more-evidence-civet-role-sars

6 https://patents.justia.com/patent/10130701

7 https://patents.justia.com/patent/10130701

8 https://www.who.int/csr/don/16-july-2019-mers-saudi-arabia/en/

9 https://edition.cnn.com/2020/01/20/health/coronavirus-nih-vaccine-development/index.html

10 https://edition.cnn.com/2020/01/20/health/coronavirus-nih-vaccine-development/index.html

2 Commentaires

  1. Et quand les Chinois se vantent de manger « tout ce qui a quatre pattes sauf les tables  » et  » tout ce qui nage sauf les bateaux et tout ce qui vole sauf les avions »
    Outre les fruits de mer il y avait sur ce marché : http://www.animaux-online.com/article,lecture,2116_coronavirus-chinois-en-cause-la-consommation-de-civette-.html
    Mais beurkkkkkkkk
    Sinon cette info pas mal aussi : https://lilianeheldkhawam.com/2020/01/26/la-sulfureuse-cooperation-franco-chinoise-a-wuhan-challenges/
    En 2017, inauguration en grande pompe en février, avec ……caseneuve
    Ca ne le fait décidément pas du tout

  2. Merci pour cet article qui très clair a le mérite de planter le cadre permettant de circonscrire la notion de Dangerosité potentielle de cette épidémie avant que d’être une pandémie !?

Laisser un commentaire