Le laboratoire de Wuhan a supprimé des fichiers montrant que le Dr. Fauci a autorisé le financement d’expériences risquées sur le coronavirus

1
6807

En mars, le Wuhan Institute of Virology a supprimé les mentions de sa collaboration avec le National Institute of Allergy and Infectious Diseases, dirigé par le Dr Anthony Fauci. Il a également supprimé les descriptions de la recherche par gain de fonction sur le virus du SRAS.

By Dr. Joseph Mercola

L’histoire en bref :

L’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) – une division de l’Institut national de la santé (NIH) dirigée par le Dr Anthony Fauci depuis 1984 – a, pendant des années, accordé des subventions à l’Alliance EcoHealth et à d’autres pour mener des recherches sur le gain de fonction (GOF) sur les coronavirus.

Lors d’une audition au Sénat le 11 mai 2021, Fauci a nié avoir jamais financé la recherche sur les GOF à l’Institut de virologie de Wuhan (WIV). Ceci malgré une documentation claire prouvant le contraire.
En mars 2021, le WIV a supprimé de son site Internet les mentions de sa collaboration avec le NIAID/NIH et d’autres partenaires de recherche américains. Il a également supprimé les descriptions du GOF sur le virus du SRAS.

Le NIH/NIAID a financé les recherches du GOF à hauteur d’au moins 41,7 millions de dollars.

Jusqu’en 2014, ces recherches étaient menées par Ralph Baric à l’Université de Caroline du Nord. Après 2014, lorsque le financement fédéral du GOF a été interdit, ces recherches ont été acheminées vers le WIV via l’EcoHealth Alliance.En août 2020, le NIAID a annoncé un investissement de 82 millions de dollars sur cinq ans dans un nouveau réseau mondial de centres de recherche sur les maladies infectieuses émergentes qui mèneront des expériences de GOF pour “déterminer quels changements génétiques ou autres rendent les agents pathogènes [animaux] capables d’infecter les humains.”

Comme indiqué dans plusieurs articles précédents, le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) – une division du National Institute of Health (NIH) dirigée par le Dr Anthony Fauci depuis 1984 – a, pendant des années, accordé des subventions à l’EcoHealth Alliance et à d’autres organismes pour mener des recherches sur les coronavirus par gain de fonction.

EcoHealth Alliance, à son tour, a confié une partie de ces recherches à l’Institut de virologie de Wuhan (WIV), d’où le SRAS-CoV-2 semble être issu. Lors d’une audition au Sénat le 11 mai 2021, le sénateur Rand Paul a interrogé Fauci sur le financement par le NIAID de la recherche du GOF sur les coronavirus de chauve-souris, dont une partie a été menée au WIV.

Fauci a nié l’accusation, déclarant :

“Le NIH n’a jamais, et ne finance pas actuellement, la recherche sur le gain de fonction à l’Institut Wuhan.”

C’est un curieux démenti, étant donné que le financement de telles recherches par les NIH a été minutieusement documenté et peut être facilement revérifié.

Lorsque Paul demande à Fauci si le NIAID a financé la recherche sur le gain de fonction du Dr Ralph Baric, Fauci affirme que Baric “ne fait pas de recherche sur le gain de fonction, et si c’est le cas, c’est selon les directives et c’est mené en Caroline du Nord.” Paul riposte en disant :

  • “Vous ne pensez pas que transformer une protéine de pointe du virus de la chauve-souris, qu’il a obtenue de l’Institut de Wuhan en virus du SRAS, est un gain de fonction ? Vous seriez en minorité, car au moins 200 scientifiques ont signé une déclaration du Cambridge Working Group affirmant que c’est un gain de fonction.”

Dans la vidéo ci-dessus, Jimmy Dore passe en revue les mensonges apparents débités par Fauci lors de l’audition au Sénat. Dans le rapport de Truth in Media ci-dessous, le journaliste d’investigation Ben Swann expose certaines des preuves, montrant la malhonnêteté de Fauci.

“Ce qui est fou dans cet échange, c’est que Fauci ment clairement et probablement … au Congrès, ce qui est un crime … et il ment au public américain”, dit Swann.

Le NIH/NIAID a financé la recherche sur le gain de fonction (GOF)

Comme le rapporte Swann, le NIH/NIAID a financé la recherche sur le gain de fonction à hauteur d’au moins 41,7 millions de dollars. Jusqu’en 2014, ces recherches étaient menées par Baric à l’Université de Caroline du Nord (UNC).

En 2014, le gouvernement américain a émis un moratoire sur le financement fédéral de la recherche sur le gain de fonction en raison des préoccupations de sécurité, d’éthique et de morale soulevées au sein de la communauté scientifique.

C’est à ce moment-là, en 2014, que le financement de la recherche sur les GOF a commencé à être acheminé par l’Alliance EcoHealth vers le WIV. Swann passe en revue les documents prouvant que Fauci a menti au Congrès, notamment un article intitulé “SARS-Like WIV1-CoV Poised for Human Emergence”, soumis à PNAS en 2015 et publié par la suite en 2016. Dans cet article, les auteurs déclarent que :

” Dans l’ensemble, les résultats de ces études soulignent l’utilité d’une plateforme qui tire parti des résultats de la métagénomique et de la génétique inverse pour identifier les menaces prépandémiques “.

” Pour le WIV1-CoV de type SRAS, les données peuvent informer les programmes de surveillance, améliorer les réactifs de diagnostic et faciliter les traitements efficaces pour atténuer les événements d’émergence futurs. Cependant, la mise au point de réactifs nouveaux et de chimÈres doit être soigneusement évaluée par rapport aux problèmes potentiels de gain de fonction (GOF).”

A la fin de cet article, les auteurs remercient “le Dr Zhengli-Li Shi du Wuhan Institute of Virology pour l’accès aux séquences de bat CoV et au plasmide de la protéine de pointe du WIV1-CoV”.

Ils précisent également que la recherche a été soutenue par le NIAID dans le cadre des subventions U19AI109761 et U19AI107810, qui totalisent ensemble 41,7 millions de dollars.

Comme l’a fait remarquer Swann, ce document indique clairement que le NIAID a dépensé 41,7 millions de dollars pour la recherche sur le GOF, dans le but de déterminer comment les coronavirus des chauves-souris peuvent être rendus plus pathogènes pour les humains, et que cette recherche s’est poursuivie après la mise en œuvre du moratoire de 2014 sur ce type de financement.

Le NIAID considérait les recherches de Baric comme des GOF.

Qui plus est, une lettre du Département de la santé et des services humains au directeur des propositions de l’UNC Chapel Hill, discutant de la subvention U19AI107810, l’explique également noir sur blanc. La lettre du 21 octobre 2014 déclare, en partie :

“Le NIAID a déterminé que la subvention référencée ci-dessus peut inclure des recherches sur le gain de fonction (GOF) qui sont soumises à la pause de financement du gouvernement américain récemment annoncée … Les objectifs spécifiques suivants semblent impliquer des recherches couvertes par la pause : Projet 1 : Rôle des gènes non caractérisés dans l’infection par le coronavirus humain hautement pathogène – Ralph S. Baric, Ph.D. – Chef de projet.

“Objectif spécifique 1. Fonctions nouvelles dans la réplication du virus in vitro. But spécifique 3. Nouvelles fonctions dans la pathogenèse du virus in vivo … Comme votre subvention est actuellement financée, cette pause est volontaire.”

En d’autres termes, le NIAID a autorisé la poursuite de ce qu’il a admis être une recherche de type gain-of-function – simplement parce que la subvention avait déjà été financée – et il l’a fait après la mise en place de l’interdiction de ce type de financement.

Le NIAID a autorisé la recherche sur le gain de fonction, en contournant la commission d’examen.

Mais ce n’est pas tout. Après la levée du moratoire en 2017, un comité d’examen spécial, le Potential Pandemic Pathogens Control and Oversight (le cadre d’examen P3CO), a été créé au sein du DHHS pour évaluer si les subventions impliquant des agents pathogènes dangereux valent les risques. Le comité d’examen est également chargé de veiller à ce que des garanties appropriées soient mises en place pour les recherches approuvées.

Selon Richard Ebright, professeur à l’université Rutgers, une subvention du NIH pour une recherche impliquant la modification de coronavirus de chauve-souris au WIV est passée en douce parce que le NIAID ne l’a pas signalée pour examen. En d’autres termes, le WIV a reçu un financement fédéral du NIAID sans que la recherche ait reçu le feu vert du comité d’examen du HHS.

Le NIAID a apparemment utilisé une faille pratique dans le cadre de l’examen. Il s’avère qu’il incombe à l’organisme de financement de signaler les recherches susceptibles d’entraîner un gain de fonction pour examen. S’il ne le fait pas, le comité d’examen n’en a pas connaissance.

Selon Ebright, le NIAID et les NIH ont “systématiquement contrecarré – voire systématiquement annulé – le cadre du HHS P3CO en refusant de signaler et de transmettre les propositions pour examen”.

Le NIAID s’engage également à poursuivre la recherche sur la fièvre aphteuse.

Enfin, M. Fauci s’est aussi clairement engagé à poursuivre la recherche sur la fièvre catarrhale ovine, puisque le NIAID a annoncé, en août 2020, un investissement de 82 millions de dollars sur cinq ans dans un nouveau réseau mondial de centres de recherche sur les maladies infectieuses émergentes.

L’EcoHealth Alliance de Peter Daszak recevra 7,5 millions de dollars de cette subvention, et les recherches prévues comprendront des expériences de type GOF qui, selon le NIAID, permettront de “déterminer quels changements génétiques ou autres rendent les agents pathogènes [animaux] capables d’infecter les humains”.

Le laboratoire de Wuhan a supprimé des documents montrant le financement de Fauci par le NIAID.

Tout cela sert essentiellement de toile de fond au dernier développement. Il a été découvert que le WIV a discrètement supprimé de son site Web toute mention de sa collaboration avec le NIAID de Fauci, les NIH et d’autres partenaires de recherche américains, peu après que Fauci ait témoigné lors d’une audition au Sénat en mars 2021, où il s’est opposé au sénateur Rand Paul sur le port du masque. Comme rapporté le 15 mai 2021 par The National Pulse :

“Le 21 mars 2021, le site web du laboratoire a répertorié six partenaires de recherche basés aux États-Unis : L’université d’Alabama, l’université de North Texas, EcoHealth Alliance, l’université de Harvard, les National Institutes of Health (NIH), les États-Unis et la National Wildlife Federation.

“Un jour plus tard, la page a été révisée pour ne contenir que deux partenaires de recherche – EcoHealth Alliance et l’Université d’Alabama.

Le 23 mars, EcoHealth Alliance était le seul partenaire restant.

EcoHealth Alliance est dirigée par un partenaire de longue date du Parti communiste chinois, le Dr Peter Daszak, dont le rédacteur en chef de National Pulse, Raheem Kassam, a affirmé à plusieurs reprises qu’il serait le premier ” bouc émissaire ” de la débâcle du laboratoire de Wuhan…

“Au-delà de l’établissement d’une relation de travail entre le NIH et l’Institut de virologie de Wuhan, des messages du site, aujourd’hui supprimés, détaillent également des études portant les marques de la recherche sur les gains de fonction menée avec le laboratoire de Wuhan.”

Une page modifiée du WIV admet la recherche du GOF avec des partenaires américains

En effet, une page Web du WIV, aujourd’hui supprimée, intitulée “Will SARS Come Back ?” (Le SRAS reviendra-t-il ?), indiquait que :

“Zhengli Shi et Xingyi Ge du WIV, en coopération avec des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord, de la Harvard Medical School et de l’Institut de microbiologie de Bellinzona … examinent le potentiel pathogène d’un virus semblable au SRAS, le SHC014-CoV, qui circule actuellement dans les populations de chauves-souris chinoises.

” En utilisant le système de génétique inverse du SARS-CoV, les scientifiques ont généré et caractérisé un virus chimérique exprimant le pic du coronavirus SHC014 de la chauve-souris dans un squelette SARS-CoV adapté à la souris.

“Les résultats indiquent que les virus du groupe 2b codant pour la pointe SHC014 dans un squelette de type sauvage peuvent utiliser efficacement plusieurs orthologues de l’enzyme de conversion de l’angiotensine II (ACE2) humaine, un récepteur du SRAS, se répliquer efficacement dans les cellules primaires des voies respiratoires humaines et atteindre des titres in vitro équivalents à ceux des souches épidémiques de SRAS-CoV.

“L’évaluation des modalités immunothérapeutiques et prophylactiques disponibles pour le SRAS a révélé une faible efficacité ; les anticorps monoclonaux et les vaccins n’ont pas réussi à neutraliser et à protéger de l’infection par les CoV utilisant la nouvelle protéine spike.

“Sur la base de ces résultats, ils ont synthétiquement redérivé un virus recombinant SHC014 infectieux de pleine longueur et ont démontré une réplication virale robuste à la fois in vitro et in vivo…”.

Encore une fois, alors que Fauci insiste sur le fait que Baric “ne fait aucune sorte de recherche sur le GOF” et que “s’il le fait”, c’est à l’UNC et non en Chine, la page web du WIV réfute clairement cette affirmation. La recherche sur le GOF a été effectuée au WIV, en partenariat avec des chercheurs de l’UNC, dont Baric est l’un des principaux.

La suppression par le WIV des partenaires de recherche américains sur son site web (à l’exception d’EcoHealth Alliance) et la suppression de l’article traitant de la recherche génétique sur le virus du SRAS soulèvent de nombreuses questions et semblent constituer une nouvelle tentative de dissimulation. Ce qui est surprenant, c’est qu’ils couvrent maintenant l’implication des Américains et pas seulement la leur.

Exemple de recherche GOF sino-américaine

Le WIV et l’école de santé publique de l’université de Wuhan figurent tous deux sur la liste des sous-traitants d’EcoHealth Alliance dans le cadre d’une subvention du NIH de 3,7 millions de dollars intitulée “Understanding the Risk of Bat Coronavirus Emergence”.

Les deux institutions ont également collaboré dans le cadre d’une autre subvention de 2,6 millions de dollars pour la recherche sur le “risque d’émergence de virus par les chauves-souris”, ainsi que dans le cadre de la plus importante source de financement d’EcoHealth Alliance, une sous-subvention de 44,2 millions de dollars de l’Université de Californie à Davis pour le projet PREDICT (2015-2020).

Une partie de la subvention PREDICT a servi à financer les expériences de GOF menées par Zhengli, scientifique du WIV, et Baric avec l’UNC. Dans cette expérience, Zhengli et Baric ont utilisé le génie génétique et la biologie synthétique pour créer un “nouveau virus de type SRAS de chauve-souris … qui peut sauter directement de ses hôtes chauves-souris aux humains.” La demande de Zhengli et Baric de poursuivre leurs recherches pendant le moratoire sur le GOF a été approuvée par les NIH. Daszak a décrit le travail de Zhengli et Baric dans une interview de 2019 :

“Vous pouvez les manipuler [les coronavirus] en laboratoire assez facilement. La protéine spike conduit une grande partie de ce qui se passe avec le coronavirus, le risque zoonotique. Vous pouvez donc obtenir la séquence, construire la protéine, et nous travaillons avec Ralph Baric à l’UNC pour le faire. On l’insère dans la colonne vertébrale d’un autre virus, et on fait du travail en laboratoire.”

Les recherches ont été publiées dans la revue Nature en 2015. Comme condition de publication, Nature, comme la plupart des revues scientifiques, exige que les auteurs soumettent les nouvelles séquences d’ADN et d’ARN à GenBank, la base de données du Centre national d’information sur la biotechnologie des États-Unis. Curieusement, le nouveau virus semblable au SRAS que Zhengli et Baric ont publié en 2015 n’a pas été déposé dans GenBank avant mai 2020.

Fauci a fait beaucoup de mal

Il reste à voir si Daszak est en fait préparé à devenir le bouc émissaire de cette saga. Il est clair qu’il est innocent dans la dissimulation de l’origine du laboratoire. Il s’est retrouvé, pour une raison ou une autre, dans deux commissions distinctes chargées d’enquêter sur l’origine du SRAS-CoV-2 – l’une par l’OMS et l’autre par The Lancet – après avoir déjà joué un rôle central dans le complot visant à dissimuler l’origine en laboratoire du SRAS-CoV-2 en rédigeant une déclaration scientifique condamnant ces enquêtes comme une “théorie du complot”.

Cependant, il n’est pas question de laisser Fauci s’en tirer à bon compte. Comme Daszak, Fauci a passé l’année dernière à dénoncer la possibilité que le COVID-19 puisse être le résultat d’une fuite de laboratoire, tout en connaissant le type de recherche que son agence a financé dans ce laboratoire.

Il a longtemps été un défenseur et un promoteur de la recherche GOF sur les virus animaux en général, affirmant, alors qu’il travaillait sur GOF avec des virus de la grippe aviaire, que cette recherche valait la peine de prendre des risques car elle permet aux scientifiques de se préparer aux pandémies. Cependant, ce type de recherche n’a manifestement pas amélioré d’un iota les réponses des gouvernements aux pandémies.

Fauci a également fait d’interminables volte-face lorsqu’il s’agit de recommander des masques, et a contribué à supprimer l’un des remèdes les plus efficaces, les plus sûrs et les moins coûteux contre le COVID-19, l’hydroxychloroquine, bien qu’il ait eu connaissance d’une étude de 2005 montrant qu’il s’agit d’un remède efficace contre le coronavirus du SRAS.

L’étude a été publiée dans le Virology Journal, qui est la publication officielle du NIH, il est donc difficile de croire qu’il ne l’ait pas connue. Mais au lieu de protéger la santé publique et de sauver des vies en utilisant l’hydroxychloroquine, Fauci a fait la promotion du remdesivir, un médicament inefficace, dangereux et coûteux, et des thérapies géniques COVID-19.

Fauci savait également (et a admis) que l’utilisation d’un test PCR avec un seuil de cycle (CT) supérieur à 35 le rendait inutile, car à ce stade, vous ne détectez que des nucléotides morts.

Aucun virus vivant ne peut être détecté à des CT aussi élevés. Dès mars 2020, il savait que jusqu’à 90 % des tests PCR positifs étaient des faux positifs et que ces personnes n’étaient pas vraiment malades, mais il n’a rien dit ni fait.

Aujourd’hui, alors que les vaccins COVID-19 font des ravages, avec des rapports de blessures vaccinales qui montrent qu’ils peuvent rendre invalides et tuer des dizaines de milliers de personnes dans le monde, Fauci défend l’utilisation universelle des vaccins et minimise leur létalité.

Selon Fauci, les décès dus aux vaccins doivent être “replacés dans le contexte de la population dans laquelle ils sont survenus”. Il fait référence à des cas où des personnes âgées sont mortes peu après avoir reçu leur injection de COVID. Les personnes âgées meurent, donc il ne faut pas accuser le vaccin.

C’est l’hypocrisie dans toute sa splendeur. Lorsque des personnes âgées meurent avant d’être vaccinées, c’est à cause du COVID-19 et il faut faire quelque chose pour le prévenir, mais lorsqu’elles meurent après avoir été vaccinées, elles meurent de causes naturelles et aucune action préventive n’est nécessaire. Le rejet par Fauci des décès dus aux vaccins néglige également le fait que de nombreuses personnes jeunes et en bonne santé ont signalé des réactions indésirables graves, voire sont décédées dans les heures ou les jours qui ont suivi leur vaccination.

La recherche sur les gains de fonctions est la vraie menace.

Je pense que la coopération et le partage de la recherche sur le GOF entre les nations sont tels que la responsabilité sera finalement partagée par plusieurs parties. Si le SRAS-CoV-2 provenait effectivement d’un laboratoire, la question essentielle est de savoir comment empêcher une autre fuite de laboratoire. Et, s’il s’avère qu’il s’agissait d’un virus génétiquement manipulé, autorisons-nous la poursuite de la recherche sur le gain de fonction ?

Je pense que la réponse est d’interdire la recherche qui consiste à rendre les agents pathogènes plus mortels pour les humains. À l’heure actuelle, le même establishment qui sème la panique en mettant en garde contre l’émergence de nouvelles variantes plus infectieuses et plus dangereuses est également occupé à les créer. C’est juste qu’ils ne vous en parlent jamais.

Les scientifiques ont déjà trouvé un moyen de faire muter le SRAS-CoV-2 de manière à ce qu’il échappe aux anticorps humains. Si ce virus muté venait à se répandre, nous aurions de sérieux problèmes. Alors que l’homme a créé plusieurs épidémies, la nature semble avoir un moyen de ne PAS faire muter les virus animaux en tueurs mondiaux. L’hypocrisie doit donc cesser.

Les dirigeants du monde entier doivent réaliser que le financement et la défense de la recherche sur les gains de fonction constituent la véritable menace. Je crois que les mensonges de Fauci sont une tentative pathétique de cacher l’implication de son agence dans la recherche sur les GOF qui aurait pu entraîner une crise mondiale.

Publié à l’origine par Mercola.

Les vues et opinions exprimées dans cet article sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de Children’s Health Defense ni celles de cogiito.com.

1 COMMENTAIRE

  1. Ce fauci est le mal incarné,le docteur Julia Mikovitz qui avait travaillé avec ce monstre l’avait dénoncé dans une vidéo édifiante qui a été censurée où il est question de sa responsabilité dans la lutte contre le sida où de nombreux décès auraient pũ êtres évités au tout début de cette pandémie !!! Au lieu de celà c’est elle qui a subit des mesures de rétorsions à son encontre (emprisonnement, interdiction d’exercer)!!! La question que je me pose depuis déjà longtemps est que:( comment se fait il que Trump le soit disant libérateur de la “démocratie”américaine n’ait pas fait arrêter et condamner voire exécuter cette ORDURE ???? Car c’est impossible qu’il n’ait pas été au courant des agissements de ce ‘sang noir” au service de ces ASSASSINS,les mêmes qui tentent de nous exterminer actuellement !!!????
    Encore un grand merci à vous Philippe pour tout ce que vous faites afin de nous éclairer dans ces moments difficiles…

Laisser un commentaire