Le New England Journal of Medicine publie une «  stratégie  » pour permettre aux États d’envisager les mandats de vaccin COVID-19

3
2178

Par Jeremy Loffredo

traduction pour cogiito.com : PAJ

Un nouvel article du New England Journal of Medicine (NEJM), qui est connu pour être parmi les revues médicales les plus prestigieuses au monde, affirme que les gouvernements des États ont besoin d’une «stratégie» pour déployer le prochain vaccin COVID-19.

Préoccupés par le fait que seulement 51% des citoyens américains prévoient de se faire vacciner , les trois auteurs présentent un cadre pour les législateurs «pour aider à garantir l’adoption du vaccin lorsqu’il sera disponible»,

en mettant l’accent sur les «six critères de déclenchement» que les États devraient considérer quand décider si un mandat de vaccin COVID-19 est nécessaire. 

Une condition est la preuve que le COVID-19 présente une «menace continue» pour l’État, expliquant que la menace pourrait être démontrée par «des tendances inquiétantes soutenues dans les nouveaux cas, les hospitalisations ou les décès». 

Ils suggèrent également un « programme de compensation généreux pour les personnes qui ont des effets secondaires graves du vaccin ». 

La question de savoir pourquoi les gouvernements des États devraient imposer un vaccin dont ils s’attendent à induire des effets secondaires graves reste sans réponse dans l’article.

Les auteurs recommandent aux États d’introduire d’abord une offre de vaccin volontaire et si cela s’avère «infructueux», d’imposer un mandat de vaccination. 

Cela est nécessaire car «les principes de l’éthique de la santé publique appuient l’essai de politiques moins lourdes avant de passer à des politiques plus lourdes. Cependant, la période de fourniture volontaire de vaccins «devrait être limitée à quelques semaines», écrivent-ils. 

Les auteurs décrivent ensuite à quoi pourrait ressembler un mandat de vaccination:

  • chaque État rédigera sa propre législation, mais il pourrait également être approprié que le gouvernement fédéral oblige certains groupes à se faire vacciner.

(Bien que le pouvoir constitutionnel de protéger la santé publique incombe principalement aux États, une urgence nationale déclarée en mars autorise de telles mesures fédérales liées au COVID-19.)

Ils soutiennent que s’il ne serait pas approprié que les mandats des États prennent la forme d’une vaccination obligatoire, le non-respect devrait entraîner des «sanctions relativement importantes».

Ils découragent les États d’introduire des sanctions pénales, afin de ne pas «inviter à des contestations judiciaires pour des motifs de procédure régulière», mais encouragent des sanctions telles que «la suspension de l’emploi ou les ordonnances de maintien au domicile».

Il est intéressant de noter que si les auteurs découragent les amendes, concédant qu’elles «désavantagent les pauvres», ils sont à l’aise de plaider pour que les gens perdent potentiellement leur emploi à moins qu’ils ne soient vaccinés.

Alors que les auteurs ne prévoient cette possibilité de sanctions que pour les personnes appartenant à des «groupes hautement prioritaires», la détermination de ceux qui sont considérés comme hautement prioritaires serait laissée aux autorités chargées de l’application, quelles qu’elles soient. Cela est particulièrement inquiétant si l’on considère que les pauvres sont plus susceptibles d’être considérés comme à haut risque , en termes de contracter le COVID-19.

L’article du NEJM conclut en notant la nécessité pour les décideurs de l’État de renforcer la «confiance du public», afin de ne pas «[éveiller] le soupçon que des raisons de profit plutôt que de santé publique reposent sur de telles propositions [d’imposer un mandat de vaccination].»

«Les fabricants de vaccins devraient rester à l’écart», écrivent-ils. 

Cela pourrait s’avérer difficile, considérant le conseiller scientifique en chef pour la quête du gouvernement américain d’un vaccin COVID-19, surnommé «Opération Warpspeed», est Moncef Slaoui, un ancien cadre de GlaxoSmithKline (GSK).

GSK est la plus grande société de vaccins au monde en termes de chiffre d’affaires et était à l’époque responsable de ce que le ministère américain de la Justice a appelé le «plus grand règlement de fraude en matière de soins de santé de l’histoire des États-Unis». Slaoui détient actuellement environ 10 millions de dollars en actions GSK .

Et bien que les trois auteurs de l’article du NEJM n’aient divulgué aucun intérêt financier, il est significatif que les trois auteurs puissent être associés à la Fondation Gates – le «plus grand bailleur de fonds de vaccins au monde» autoproclamé .

L’auteur principal Michelle Mello, est originaire de l’Université de Stanford, qui a reçu jusqu’à présent 2,7 millions de dollars de la fondation Gates en 2020.

Le co-auteur Ross Silverman est originaire de l’Université de l’Indiana, qui a reçu 3,4 millions de dollars de la Fondation Gates en 2020.

Et peut-être le plus frappant est le lien entre la fondation et le troisième auteur de l’article, Saad Omer, le premier directeur du Yale Institute for Global Health. Le groupe de recherche privé d’Omer est financé à la fois par la Fondation Gates et l’Alliance mondiale pour les vaccins et l’immunisation, qui est étroitement liée à la Fondation Gates et dont le plus grand bailleur de fonds privé est la Fondation Gates.

«Cet article est un plan révélateur – et horrible – pour l’imposition de mandats par Big Pharma qui pourraient obliger des centaines de millions d’Américains réticents à se soumettre à une procédure médicale risquée avec des vaccins mal testés, inefficaces et sans responsabilité», a déclaré Robert F. Kennedy , Jr., président de Children’s Health Defense. 

«Le NEJM a une fois de plus confirmé l’ avertissement de son ancienne rédactrice en chef Marcia Angell selon lequel ce journal autrefois renommé est devenu un vaisseau de propagande pour Big Pharma.

3 Commentaires

  1. La tartufferie de ces gens n’a pas de limites. Leur bêtise non plus. Avec quels impôts des états qui interdiraient à ceux qui ne sont pas vaccinés de travailler « compenseraient-ils généreusement » les effets secondaires de vaccins dont on avoue d’emblée qu’ils sont mal conçus ?
    Merci au médecin Philippin d’avoir donné son traitement préventif contre le covid, il est certainement plus efficace et moins nocif !

Laisser un commentaire