Le Pass Nazitaire signe la fin de la Liberté en France

11
3641
Vaccins anti-covid : la Roumanie ouvre une enquête contre Ursula van der Leyen, et les vaccins ARNm ont de moins en moins la cote
par Francesca de Villasmundo, le 30 septembre 2021

La volonté tyrannique de l’Union Européenne et de certains gouvernements nationaux d’imposer la vaccination de masse, notamment avec les injections à ARNm, à tous les Européens, se brise devant le mur d’opposition des pays de l’Est, encore une fois à la pointe du combat pour les libertés fondamentales et le respect de leur identité souveraine.

Les procureurs roumains ont ouvert une enquête sur les acquisitions de vaccins Covid du pays et ont également fermé ses centres de vaccination car les gens refusaient les vaccins expérimentaux.

Comme indiqué précédemment par MPI, l’Union européenne a lancé une enquête sur les   pourparlers secrets qui ont eu lieu entre le chef de la Commission européenne et le PDG de Pfizer pour la vente de vaccins. Le Médiateur européen a demandé à la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, d’expliquer comment elle a perdu les SMS qu’elle a échangés avec le PDG de Pfizer lors des pourparlers sur l’achat de vaccins.

Maintenant, la Direction nationale anti-corruption (DNA) de Roumanie a également annoncé qu’elle avait ouvert des enquêtes sur les circonstances dans lesquelles la Roumanie a acheté [trop, semblent indiquer les procureurs roumains] des vaccins Covid.

« Pour autant que je sache, les procédures suivies pour l’achat [de vaccins] dans tous les pays de l’Union européenne étaient les mêmes et ont été développées par la Commission européenne », a déclaré Valeriu Gheorghiță, responsable de la campagne nationale de vaccination, selon Hotnews.ro.

Les procureurs ont déclaré que des enquêtes avaient été ouvertes afin d’identifier des « abus de pouvoir » potentiels [impliquant des avantages personnels tirés de ceux qui n’ont pas encore été identifiés].

En particulier, le ministère de la Santé a été dirigé jusqu’à début septembre par le parti réformiste USR-PLUS, qui s’est entre-temps retiré de la coalition au pouvoir et a lancé une motion de censure contre le gouvernement. Mais le ministère de la Santé n’était pas directement impliqué dans l’approvisionnement.

Parallèlement à cette enquête, la Roumanie arrête les importations de vaccins, ferme les centres de vaccination, transfère des stocks de vaccins au Danemark, au Vietnam, en Irlande, en Corée du Sud, etc. car les Roumains refusaient les vaccins expérimentaux.

La baisse de la demande de vaccination contre le coronavirus en Roumanie a incité les autorités à fermer 117 centres de vaccination et à réduire le programme de 371 autres, ont déclaré des responsables de la santé.

« La semaine précédente, nous avons réévalué l’efficacité des centres de vaccination fixes. Environ 80% des centres de vaccination fixes vaccinent moins de 25% de la capacité de vaccination allouée à chaque flux », a déclaré mardi le chef du Comité national de vaccination, Valeriu Gheorghita, lors d’une conférence de presse.

Pendant ce temps, la République tchèque prévoit de détruire 45 000 doses de vaccins AstraZeneca   sous la marque Covishield en Inde car personne ne veut s’en servir. Et plus de 14 000 doses du vaccin d’AstraZeneca ont été jetées au cours du seul mois dernier en raison du manque d’intérêt du public.

Récemment, le président croate a de nouveau expliqué aux médias la position de son pays vis-à-vis de la vaccination anti-covid après qu’un journaliste a demandé pourquoi le taux de vaccination en Croatie n’est pas aussi élevé que dans d’autres pays de l’UE. Le président croate Zoran Milanovic a rétorqué en disant :

« Nous ne serons plus vaccinés. »

Selon le président croate, les Croates ont été « suffisamment vaccinés » et devraient être autorisés à accepter les risques de contracter l’infection au COVID. « Nous n’irons pas au-delà de 50 pour cent », a déclaré Milanović dans de récentes déclarations à la presse.

« Nous sommes assez vaccinés et tout le monde le sait. ».

« Il faut savoir quel est le but de cette frénésie. Si le but est d’éradiquer complètement le virus, alors nous avons le but. Je n’ai pas entendu dire que c’était le but. Si quelqu’un me dit qu’il est un but, je lui dirai qu’il est fou ».

Le président Milanović a rompu avec le scientifiquement correct et la plupart de ses contemporains en exprimant son ras-le-bol, partagé par ses co-nationaux, de l’autoritarisme médical et de l’hystérie COVID poussée par les médias grand public et les mondialistes.

Francesca de Villasmundo 

11 Commentaires

  1. Oui le passe sanitaire c’est le retour à l’esclavage. Une solution : s’en libérer par les armes. “Vincere aut mori” Vaincre ou périr. Le choix est simple. En conscience, le citoyen libre va devoir s’assumer. Rien de nouveau sous le soleil, il en a toujours été ainsi.

    • aujourd’hui si vous avez regardé le prix du Qatar arc de Triomphe puisque la France appartient au Qatar .. un monde fou et pas de masques et pas de pass !!!!! nous n’avons pas les mêmes valeurs mon cher Macron !!!!!

  2. Enfin des politiques se mouillent, et ont dit stop au carnage et dictature des pilantrophes!

    il serait temps que les politique français de tous bords endossent leurs responsabilités pour les quelles ils ont été élus à savoir “défende le peuple” contre l’injustice et la discrimination !

    Ont-ils encore un honneur ?
    voir les attributs des hommes en parlant poliment, à moins que le glyphosate les aient transformés en ectoplasmes sans consistance !
    De tout cœur avec vous M. P. Jandrock ainsi que votre Dame.
    Jacques Dufies

  3. les inoculations à multi-dosages, se qui expliquerait en partie les différences de réactions immunitaires.
    Tous inoculés, tous cobyes, pour un tour de pass pass machiavélique

Laisser un commentaire