LE PEROXYDE D’HYDROGÈNE CONTRE LE COVID-19 : UNE EFFICACITÉ REDOUTABLE, POURQUOI PERSONNE N’EN PARLE ?

6
9068
Image par PixxlTeufel de Pixabay
Cet article peut être réimprimé gratuitement à condition
1) qu’il y ait une attribution claire au service d’information sur la médecine orthomoléculaire, et
2) que le lien d’abonnement gratuit à l’OMNS http://orthomolecular.org/subscribe.html ainsi que le lien d’archive de l’OMNS http://orthomolecular.org/resources/omns/index.shtml sont inclus.

Cliquez ici pour voir une copie Web de ce communiqué de presse
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
Service de nouvelles sur la médecine orthomoléculaire, 8 juillet 2022
PROTECTION AU PEROXYDE D’HYDROGÈNE CONTRE LE COVID-19 :
UN APERÇU par Andrews S. Ayettey, Kwamena W. Sagoe, Albert GB Amoah, Hannah NG Ayettey-Anie, Mary NB Ayettey-Adamafio, Isabella A. Quakyi, Merley Newman-Nartey, Nii Otu Nartey, Ruth NA Ayettey Brew, Gladstone Kessie, Kennedy TC Brightson et Felix ID Konotey-AhuluOMNS (8 juillet 2022)

Il a été démontré que le peroxyde d’hydrogène dilué est efficace pour prévenir le COVID-19, en désactivant les variantes du SRAS-COV-2 et leurs sous-variantes. 

Aucun cas de COVID-19 n’a été enregistré après l’introduction de la prophylaxie au peroxyde d’hydrogène. 

Il n’y a pas eu un seul cas de COVID-19 parmi un total de 10 220 patients hospitalisés sous peroxyde d’hydrogène entre août 2020 et juin 2022.

Introduction

À ce jour, la pandémie de coronavirus COVID-19 a touché 535 millions de personnes et fait plus de 6,3 millions de morts dans le monde. [1] 
De nouvelles estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) montrent que le nombre total de décès associés directement ou indirectement à la pandémie de COVID-19 et qualifié de “surmortalité” entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021, est d’environ 14,9 millions, allant de 13,3 millions à 16,6 millions. [2] La pandémie actuelle est donc le pire événement catastrophique au monde depuis la grippe pandémique espagnole qui a fait au moins 50 millions de morts entre 1918 et 1919. [3]

Au 22 décembre 2020, lorsque les vaccinations contre la maladie avaient commencé à être déployées en Russie, en Chine, aux États-Unis et au Royaume-Uni, le nombre estimé de cas de COVID-19 dans le monde était de 75 millions, avec 1,6 million de décès. [4] Depuis lors, environ 11,8 milliards de doses de vaccins ont été administrées, et 4,7 milliards de personnes ont été entièrement vaccinées. [5] Dans les pays dotés de systèmes de santé plus robustes comme Israël, le Danemark, la Suède et la Norvège, jusqu’à quatre doses de rappel de vaccins ont été administrées à des groupes vulnérables dans le but de réduire la gravité des résultats cliniques de la maladie due à des infections causées par les nouvelles variantes plus virulentes et transmissibles du SRAS-CoV-2. [6]

Des protocoles de santé publique établis pour prévenir la propagation de la maladie, tels que les masques couvrant le nez et la bouche, l’utilisation de désinfectants à base d’alcool, le lavage fréquent des mains et la distance de sécurité, ont également été adoptés au Ghana [7] , et très probablement dans de nombreux autres pays au cours des dernières années.

Les 24 premiers mois de la pandémie.

Malgré ces interventions et l’application des mesures préventives standard de santé publique, le nombre de cas de COVID-19 continue d’augmenter. Depuis novembre 2019, date à laquelle la souche Wuhan du virus est apparue pour la première fois, plusieurs variantes préoccupantes sont également apparues. [8]La pandémie de COVID-19 continue d’avoir des effets profonds sur les soins de santé et d’autres systèmes sociétaux, ainsi que sur l’économie mondiale. Comme c’est le cas dans la plupart des situations d’urgence humanitaire, les pays en développement les plus pauvres ont été les plus durement touchés et les groupes défavorisés, en particulier les personnes vivant dans la pauvreté et sujettes à la marginalisation et à l’exclusion, ont le plus souffert. [9]C’est pourquoi l’effort visant à identifier des mesures de contrôle de santé publique plus efficaces doit se poursuivre, avec un plaidoyer pour l’utilisation expérimentale d’antiseptiques oraux et nasaux comprenant du peroxyde d’hydrogène, un agent bactéricide et fongicide efficace connu. [10,11]

Inactivation in vitro du peroxyde d’hydrogène du SARS-CoV-2

Des études in vitro ont montré que le peroxyde d’hydrogène à 3 % inactive le SRAS-CoV-2 et d’autres virus respiratoires. [12,13] Depuis l’émergence de la COVID-19, des études supplémentaires ont démontré que des concentrations encore plus faibles de peroxyde d’hydrogène (1 % et 0,5 %) inactivent le virus en une minute in vitro. [14-16] La povidone a également été démontrée dans des études in vitro pour inactiver le virus. Ces études comparatives in vitro suggèrent que la povidone et le peroxyde d’hydrogène sont les plus efficaces contre le virus lorsque le virus y est exposé. [15]

Les preuves cliniques de l’efficacité et de l’innocuité des antiseptiques oraux contre le SRAS-CoV-2 manquaient jusqu’à récemment. [16-19] Les antiseptiques oraux, y compris le peroxyde d’hydrogène, n’avaient pas figuré dans les mesures préventives contre les précédentes infections à coronavirus telles que le SRAS-CoV et les épidémies de syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS).Dans cette brève revue, nous avons examiné la base scientifique de l’efficacité de l’antisepsie au peroxyde d’hydrogène contre le SRAS-CoV-2, fournissant des preuves cliniques que cette solution, même à faible concentration, protège contre le COVID-19.

Antiseptiques oraux et COVID-19

Les chercheurs mettent l’accent sur les antiseptiques oraux dans la recherche d’une solution pour prévenir le COVID-19 en raison du potentiel de ces solutions à inactiver le SRAS-CoV-2. D’après les résultats des études in vitro mentionnées ci-dessus, on a supposé à juste titre que les virus présents dans les cavités oronasales et les espaces pharyngés adjacents pouvaient être inactivés avant de se fixer et de pénétrer les barrières muqueuses de ces régions pour infecter les cellules profondes et provoquer une infection et une maladie. La paroi membranaire du virus et les protéines de pointe qu’elle contient sont essentielles à cet égard. Cette nature du virus a récemment été examinée. Pour être efficace contre un virus enveloppé, l’antiseptique oral doit agir soit sur la paroi membranaire du virus, soit sur ses protéines de pointe afin d’empêcher la protéine S de se lier au récepteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine humaine (h-ACE) qui est présent dans la muqueuse de toutes les parties du système respiratoire[21]. [C’est ainsi que l’antiseptique inactive le virus pour l’empêcher de s’attacher à la muqueuse et de pénétrer pour infecter les cellules plus profondes et provoquer une infection.

Étant un oxydant puissant, le peroxyde d’hydrogène a un grand potentiel pour réaliser ce qui précède.

Les espèces réactives de l’oxygène (ROS) libérées par le peroxyde d’hydrogène modifient rapidement la chaîne acyle par peroxydation lipidique des chaînes insaturées dans la paroi membranaire pour déstabiliser le virus. Par cette action, le peroxyde d’hydrogène limite directement, voire détruit, la capacité du virus à s’attacher aux récepteurs ACE [11,23]. Les ROS affectent aussi directement les chaînes d’acides aminés des protéines [24], Les antiseptiques oraux et la période d’incubation du coronavirusLa peroxydation de l’hydrogène se produit en une minute.
Le virus a donc peu de chances d’infecter un individu, car il lui faut au moins 24 à 48 heures pour se fixer à la muqueuse et pénétrer pour provoquer l’infection, la période d’incubation variant de 2 à 14 jours. [25,26] Une fenêtre d’opportunité d’au moins 24 heures est donc offerte pour inactiver le virus peu après son entrée dans les cavités buccales ou nasales.

Dans la minute qui suit cette période et avec des concentrations de peroxyde d’hydrogène aussi faibles que 1 % et 0,5 %, le virus est inactivé comme le suggère une étude récente[16]. [Même lorsqu’une variante ou une sous-variante plus transmissible du virus pénètre dans les cavités oronasales, le peroxyde d’hydrogène a suffisamment de temps pour désactiver le virus, s’il est utilisé quotidiennement.

Il faut cependant noter que le virus pourrait s’échapper de la résidence dans les cavités oronasales et nasales et de leurs espaces pharyngés pour affecter directement d’autres parties de l’arbre trachéo-bronchique, y compris les pneumocytes alvéolaires, provoquant une maladie précoce aux conséquences désastreuses[27]. [27] C’est pourquoi la recommandation d’une intervention précoce par nébulisation de peroxyde d’hydrogène est vitale dans de tels cas pour inactiver le virus avant qu’il ne provoque une maladie impliquant directement les alvéoles. Ce sujet a été largement traité. 

[C’est pourquoi les personnes les plus exposées à l’invasion directe des poumons par des virus, comme les travailleurs de la santé, les athlètes et les personnes dont le mode de vie nécessite une hyperventilation, doivent également renforcer leur système immunitaire en consommant des niveaux adéquats de micronutriments tels que les vitamines C, D et E, l’acide folique, le zinc et le magnésium. 

[La justification de l’utilisation topique du peroxyde d’hydrogène dans la cavité buccale est que la muqueuse de la cavité buccale et de l’oropharynx possède un épithélium robuste qui ne se corrode pas facilement. La nature stratifiée de l’épithélium pavimenteux kératinisé et non kératinisé de la cavité buccale et de l’oropharynx contribue à prévenir les dommages. La cavité nasale et son espace postnasal, en revanche, présentent un défi : la muqueuse y est moins robuste, sauf dans le vestibule nasal qui présente un épithélium stratifié squameux kératinisé.

La muqueuse de la cavité nasale principale et du nasopharynx est constituée d’un épithélium de type colonnaire pseudo-stratifié, parsemé de cellules gobelets sécrétant du mucus [32], à l’exception du toit, y compris les surfaces adjacentes des cornets supérieurs, où se trouve l’épithélium olfactif. Pour limiter la corrosion de ces types d’épithélium moins robustes dans la cavité nasale, une concentration plus faible de peroxyde d’hydrogène (0,5 %) a été recommandée [18,33]. 

C’est la raison pour laquelle seulement 2 à 3 gouttes de la solution d’hydrogène à 0,5 % par jour sont nécessaires, et ce pendant une minute.

Mutagénicité du peroxyde d’hydrogène et autres effets indésirables

Nous avons déjà fait référence à ce point, mais nous devons l’aborder plus en détail, car il est de la plus haute importance dans toute recommandation d’utilisation topique du peroxyde d’hydrogène.

Dans une publication dans le British Medical Journal, nous avons relevé ce défi [33], en attirant l’attention sur un examen approfondi du sujet par Walsh [34] et Marshall et.al. [35] Jusqu’à présent, aucune preuve n’a été trouvée dans les études humaines de la mutation cellulaire dans l’utilisation orale du peroxyde d’hydrogène à des concentrations de 3%. Même l’utilisation de peroxyde d’hydrogène à des concentrations de 6 % pour le blanchiment des dents n’a montré aucune preuve de mutagénicité. Dans leur examen de l’innocuité du peroxyde d’hydrogène, ils ont noté que certaines personnes avaient utilisé le peroxyde d’hydrogène quotidiennement pendant 6 ans sans effets délétères. [35] Il est également à noter que le peroxyde d’hydrogène est un produit essentiel dans le métabolisme des cellules immunitaires innées pour détruire les agents pathogènes par peroxydation.

Les ROS libérés dans ce processus sont rapidement détoxifiés pour protéger les cellules de l’organisme par des enzymes comme la catalase, la superoxyde dismutase et la glutathion peroxydase[36]. 

On a constaté que la salive contient de la peroxydase, de la catalase et de la glutathion réductase[37]. [Tout excès de peroxyde d’hydrogène dans la cavité buccale et l’oropharynx serait donc détoxifié par ces enzymes dans la salive. L’ingestion accidentelle de peroxyde d’hydrogène à 3 % est toutefois connue pour provoquer une irritation gastrique chez certaines personnes. Au cours des deux années d’étude de l’utilisation du peroxyde d’hydrogène pour prévenir la COVID-19, notre attention n’a pas été attirée par un tel effet délétère chez les personnes utilisant la solution de peroxyde d’hydrogène.

Utilisation prophylactique d’antiseptiques oraux dans la pratique dentaire pour protéger les patients et le personnel contre le COVID-19

Des données récentes sur l’utilisation du peroxyde d’hydrogène dans les cliniques dentaires suggèrent qu’il est utile pour réduire la charge virale du SRAS-CoV-2 [16], ce qui corrobore l’utilisation d’antiseptiques oraux employés dans la pratique dentaire comme antidote à la transmission du SRAS-CoV-2. Aux États-Unis en particulier, la prophylaxie au peroxyde d’hydrogène en chirurgie dentaire a été adoptée par l’American Dental Association[38]. [En Nouvelle-Zélande, l’utilisation du peroxyde d’hydrogène comme prophylaxie a également été approuvée.
[39] Au Ghana, la povidone et le peroxyde d’hydrogène sont tous deux utilisés en clinique pour les patients avant les procédures dentaires chirurgicales et non chirurgicales (communication personnelle – Dr Mary Ayettey-Adamafio, co-auteur). Cette pratique vise à protéger à la fois les patients et le personnel de la contamination par le coronavirus. Elle est également utile pour le patient, car l’antiseptique oral inactive d’autres organismes microbiens qui pourraient autrement s’échapper dans la circulation sanguine pour provoquer une maladie. [4]

Utilisation clinique du peroxyde d’hydrogène pour protéger les travailleurs de la santé et les patients

C’est le point essentiel de nos recherches actuelles publiées à ce jour. [À partir de nos observations que de très faibles concentrations de peroxyde d’hydrogène protègent le personnel hospitalier qui est le plus à risque de contracter le COVID-19, des preuves anecdotiques solides de la protection du peroxyde d’hydrogène contre la maladie, et de l’intérêt international croissant pour l’utilisation d’antiseptiques oraux pour prévenir la maladie, nous reconnaissons une orientation providentielle en mars 2020 pour étudier la relation entre le peroxyde d’hydrogène et les coronavirus. En effet, depuis lors, d’autres chercheurs ont également partagé des preuves anecdotiques des avantages du peroxyde d’hydrogène, même dans le traitement du COVID-19. 

[Alors que nous préparions un protocole pour une étude clinique de l’efficacité de la protection par le peroxyde d’hydrogène contre le COVID-19, nous avons eu l’occasion fortuite d’observer huit infirmières des services d’urgence de l’hôpital du district de Shai-Osudoku qui, de leur propre chef, utilisaient du peroxyde d’hydrogène depuis mai 2020 pour se protéger de la maladie. À cette époque, les seuls protocoles préventifs étaient les mesures de santé publique établies, notamment les couvertures de la bouche et du nez, le lavage fréquent des mains au savon sous l’eau courante et l’utilisation de désinfectants pour les mains. Seules les personnes qui prenaient en charge les cas confirmés de COVID-19 portaient la combinaison complète d’équipement de protection individuelle.

À notre insu, ces huit professionnels de la santé avaient entendu parler de notre plaidoyer en faveur de l’utilisation quotidienne de peroxyde d’hydrogène à 1 % pour le lavage de la bouche et le gargarisme pendant une minute et à 0,5 % pour le nettoyage nasal sur plusieurs plateformes sociales afin de sauver des vies, et ils l’utilisaient.

La raison de la promotion de l’utilisation du peroxyde d’hydrogène était que les membres de l’équipe et leurs proches utilisant la solution et qui avaient été exposés à la maladie avaient été protégés.

En mai 2020, les preuves anecdotiques de la protection du peroxyde d’hydrogène contre le COVID-19 étaient déjà devenues solides. Confrontés au véritable défi de la propagation rapide de la maladie, et sans mesures préventives ni interventions thérapeutiques infaillibles, nous avons été obligés de partager plus largement les preuves anecdotiques de la protection par le peroxyde d’hydrogène avec la famille élargie, les amis, les collègues, les voisins et d’autres personnes, y compris les organismes religieux, en reconnaissant également que cet antiseptique est une solution en vente libre qui était utilisée dans la pratique dentaire depuis des décennies. [35]Il a été observé que ces huit infirmières sont restées indemnes de COVID-19, bien qu’elles se soient occupées de plusieurs patients de l’établissement qui ont été diagnostiqués ultérieurement avec le COVID-19.

Les tests RT-PCR effectués sur elles sont restés négatifs. Nous les avons suivies de près jusqu’en décembre 2020. Alors qu’ils sont restés indemnes de la maladie, 62 de leurs collègues travaillant dans des zones moins risquées de l’hôpital et vêtus de blouses comme ceux du service des urgences, mais n’utilisant pas de peroxyde d’hydrogène, ont eu le COVID-19 à la fin du mois de décembre 2020.

Entre décembre 2020 et janvier 2021, le Ghana a enregistré deux nouvelles variantes du SRAS-CoV-2 (les variantes Alpha et Beta) qui ont provoqué un pic de cas de COVID-19 jusqu’en mars 2021. [40] Constatant que leurs huit collègues qui géraient les patients, avant qu’ils ne soient diagnostiqués COVID-19 et transférés dans des centres de traitement COVID-19, restaient protégés de la maladie parce qu’ils utilisaient du peroxyde d’hydrogène, 86 autres collègues de cet hôpital ont décidé de l’essayer.

De janvier à fin mars 2021, aucun de ces 86 travailleurs de la santé utilisant désormais du peroxyde d’hydrogène plus les 8 infirmières des urgences n’ont pas contracté le COVID-19, tandis que 10 de leurs collègues n’utilisant pas de peroxyde d’hydrogène ont eu la maladie.

Entre avril et décembre 2021, 424 membres du personnel sur un effectif total de 502 à l’hôpital du district de Shai-Osudoku ont été entièrement vaccinés avec le vaccin Oxford Astra-Zeneca : 78 agents de santé n’ont pas été vaccinés. Au cours de cette même période, le nombre d’employés utilisant du peroxyde d’hydrogène est passé de 94 à 57.

Sur les 57 personnes utilisant du peroxyde d’hydrogène, 34 étaient vaccinées et 23 ne l’étaient pas ; aucune d’entre elles n’a développé le COVID-19.

Sur les 55 membres du personnel non vaccinés restants qui n’utilisaient pas de peroxyde d’hydrogène, 35 ont eu le COVID-19 entre avril et décembre 2021. Sur les 390 membres du personnel entièrement vaccinés n’utilisant pas de peroxyde d’hydrogène, 53 ont été testés positifs au COVID-19. Les informations ci-dessus ont été publiées ailleurs. [De nouvelles informations provenant de l’hôpital du district de Shai-Osudoku révèlent que 21 nouveaux cas de COVID-19 ont été enregistrés parmi le personnel de santé en juin 2022. Avant cela, aucun nouveau cas de COVID-19 n’avait été enregistré depuis janvier 2022. Les vingt-et-un (21) travailleurs de la santé concernés étaient tous entièrement vaccinés et n’utilisaient pas de peroxyde d’hydrogène.

A l’hôpital Mount Olives, qui est un établissement privé de la région de Bono East au Ghana, une autre opportunité s’est présentée pour observer la protection du peroxyde d’hydrogène contre le COVID-19. Vingt-deux (22) cas de COVID-19 ont été enregistrés dans cet hôpital pour la première fois en juillet 2020 et avant l’intervention du peroxyde d’hydrogène. Dix-sept (17) d’entre eux étaient des travailleurs de la santé, et cinq (5) étaient des patients hospitalisés. L’utilisation prophylactique de peroxyde d’hydrogène chez les patients hospitalisés et le personnel a été introduite en août 2020. L’utilisation du peroxyde d’hydrogène a également été recommandée pour le personnel de santé sur une base volontaire.

Entre août 2020 et mars 2021, aucun cas de COVID-19 n’a été enregistré parmi un total de 3 375 patients hospitalisés sous prophylaxie au peroxyde d’hydrogène deux fois par jour.

Parmi les membres du personnel, aucun cas de COVID-19 n’a été enregistré parmi ceux (32) n’utilisant pas de peroxyde d’hydrogène. Parmi les 52 personnes sous prophylaxie au peroxyde d’hydrogène, deux ont voyagé en dehors de la ville pendant une semaine et n’ont pas utilisé de peroxyde d’hydrogène pendant cette période ; ces deux personnes ont contracté le COVID-19.

D’avril 2021 à décembre 2021, aucun cas de COVID-19 n’a été enregistré parmi les patients hospitalisés (total 4726). Au cours de la même période, aucun cas de la maladie n’a été trouvé parmi le personnel de santé, qui était entièrement vacciné et utilisait du peroxyde d’hydrogène, sauf un qui a cessé d’utiliser le peroxyde d’hydrogène au mois de décembre et a contracté la maladie. Encore une fois, ce fait a été relaté dans nos publications récentes. [18]

Selon les informations récentes de cet hôpital, aucun cas de COVID-19 n’a été enregistré parmi le personnel de santé et les patients hospitalisés de janvier à juin 2022. Tous les travailleurs de la santé (89 au total actuellement) et tous les patients hospitalisés (2 484 au total pour la période) ont continué à suivre une prophylaxie au peroxyde d’hydrogène, le personnel restant entièrement vacciné. A l’hôpital du Mont des Oliviers, trois membres du personnel qui ont arrêté ou interrompu l’utilisation du peroxyde d’hydrogène pendant la période de l’étude ont eu le COVID-19. Sinon, aucun cas de COVID-19 n’a été enregistré après l’introduction de la prophylaxie au peroxyde d’hydrogène. Il n’y a pas eu un seul cas de COVID-19 parmi un total de 10 220 patients hospitalisés sous peroxyde d’hydrogène entre août 2020 et juin 2022.Le fait que les 32 membres du personnel de santé de l’hôpital du Mont Olives qui, au cours de la première phase de l’étude (entre août 2020 et mars 2021), n’ont pas utilisé de peroxyde d’hydrogène et sont pourtant restés exempts de COVID-19 n’est pas entièrement surprenant.

Ils ont très probablement été protégés par le grand nombre de membres du personnel et de patients utilisant une prophylaxie au peroxyde d’hydrogène, même s’ils auraient pu entrer en contact avec le SRAS-CoV-2 dans la communauté.

Cette observation peut indiquer que les antiseptiques à base de peroxyde d’hydrogène freinent la propagation nosocomiale du SRAS-CoV-2.

Une observation importante qui ne doit pas être négligée est que pendant la période de l’étude (mai 2020 à juin 2022), le SRAS-CoV-2 de Wuhan et toutes ses variantes et sous-variantes (en particulier de type Omicron) préoccupantes ont été rencontrées. [40,41] Aucun d’entre eux, cependant, n’a provoqué de maladie chez les travailleurs de la santé ou les patients hospitalisés sous antisepsie au peroxyde d’hydrogène. Cela suggère que le peroxyde d’hydrogène a été efficace dans la prévention du COVID-19, en désactivant toutes les variantes du SRAS-COV-2 et leurs sous-variantes préoccupantes rencontrées jusqu’à présent.

Nous avons également fait valoir que si le peroxyde d’hydrogène protège les individus contre l’infection par le virus, il protégerait également les patients atteints du COVID-19 contre l’infection d’autres personnes, si ces patients l’utilisent régulièrement[18]. [Des études cliniques devraient être menées pour établir ce fait de manière convaincante. Selon la même logique, l’utilisation de peroxyde d’hydrogène chez les patients atteints de la maladie COVID-19, y compris ceux qui ont un ” long COVID ” et ceux qui sont en convalescence, pourrait protéger ces patients contre une réinfection par les virus qu’ils excrètent.

Dans l’étude actuelle, notre attention a été attirée sur trois personnes qui ont été réinfectées et ont eu la maladie dans un délai de trois mois après les premières infections. Il est probable que cela aurait pu être évité si ces personnes avaient utilisé du peroxyde d’hydrogène après la première infection.

Recommandations : Ces observations cliniques convaincantes devraient encourager l’utilisation du peroxyde d’hydrogène à plus grande échelle, en particulier chez les travailleurs de la santé. Il est à noter que certaines personnes ne sont pas en mesure de se gargariser ou de se rincer la bouche efficacement, comme les enfants et les personnes souffrant de problèmes neurologiques tels qu’un accident vasculaire cérébral. Pour ces personnes, des écouvillons buccaux, pharyngés et nasaux ou des pulvérisations de peroxyde d’hydrogène devraient suffire. Enfin, sur la base des preuves croissantes de la protection du peroxyde d’hydrogène contre le COVID-19, nous recommandons son utilisation plus large pour atténuer la pandémie.

Autheurs:*Andrews S. Ayettey. MB. ChB. PhD (Cambridge). Emeritus Professor, Department of Anatomy, University of Ghana Medical School, College of Health Sciences, University of Ghana, Legon. Ghana. Email: seth.ayettey@gmail.comKwamena W. Sagoe. MSc PhD. Associate Professor, Department of Medical Microbiology, University of Ghana Medical School, College of Health Sciences. University of Ghana, Legon. Ghana. Email: kwsagoe@ug.edu.ghAlbert G.B. Amoah. MB ChB, PhD, FWACP, FGCP, FGA. Emeritus Professor, Department of Medicine and Therapeutics, University of Ghana Medical School, College of Health Sciences, University of Ghana, Legon, Ghana. Email: agbamoah@hotmail.comHannah N.G. Ayettey-Anie. BSc (Med Sc) MB.ChB FGCP, Senior Specialist, National Radiotherapy Oncology and Nuclear Medicine Centre, Korle Bu Teaching Hospital, Accra, Ghana. Email: ayetteyhannah@yahoo.comMary N. B. Ayettey-Adamafio. BSc (Med Sc) BDS FGCS FWACS. Senior Specialist, Department of Dental/Oral and Maxillofacial Surgery, Korle Bu Teaching Hospital, Korle Bu, Accra, Ghana. Email: mayettey@gmail.comIsabella A. Quakyi. PhD. FGA. Emerita Professor, Department of Biological Environmental and Occupational Health Sciences, School of Public Health, College of Health Sciences, University of Ghana, Legon, Ghana. Email: profquakyi@gmail.comMerley Newman-Nartey. BDS MClD FGCS. Associate Professor, Department of Orthodontics and Pedodontics, University of Ghana Dental School, College of Health Sciences, University of Ghana, Legon, Ghana. Email: merleynn@hotmail.comNii Otu Nartey. BDS MSc FAAOP MRCD FWACS FGCS Associate Professor, Department of Oral Pathology and Oral Medicine, University of Ghana Dental School, College of Health Sciences, University of Ghana, Legon, Ghana. Email: n.niiotu@gmail.comRuth N. A. Ayettey Brew. BSc (Med Sc), MB.ChB, MGCPS. Specialist, Department of Obstetrics and Gynecology, Holy Family Hospital, Techiman, Bono East Region, Ghana. Email: rayettey@gmail.comGladstone Kessie. MD, MPH, University of Copenhagen; CEO, Mount Olives Hospital, Techiman, Bono East Region, Ghana. Email: gladstonekessie@yahoo.co.uk.Kennedy T. C. Brightson. MD, MPH, MGCP, Medical Superintendent, Shai-Osudoku District Hospital, Greater Accra Region, Ghana. Email: kbrightson@yahoo.comFelix I. D. Konotey-Ahulu. MD (Lond) FRCP (Lond & Glasg) DTMH (L’pool). FGA, Distinguished Professor of Human Genetics, Faculty of Science, University of Cape Coast, Ghana. Email: fkonoteyahulu@gmail.com*Corresponding Author

Remerciements : Nous remercions M. Aziz Amadu et Mme Joyce Ntiamoah de l’hôpital du district de Shai-Osudoku pour leur aide inestimable dans l’obtention de données pour nous.

References:1. World Health Organization (2022) Global overview. COVID-19 Weekly Epidemiological Update. Ed. 97. Geneva, Switzerland: World Health Organization. https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/357163/nCoV-weekly-sitrep22Jun22-eng.pdf2. World Health Organization (2022) 14.9 million excess deaths associated with the COVID-19 pandemic in 2020 and 2021. Geneva, Switzerland: World Health Organization. https://www.who.int/news/item/05-05-2022-14.9-million-excess-deaths-were-associated-with-the-covid-19-pandemic-in-2020-and-20213. Nickol ME, Kindrachuk J. (2019) A year of terror and a century of reflection: perspectives on the great influenza pandemic of 1918-1919. BMC Infect Dis 19:117. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/307279704. World Health Organization (2020) Background paper on Covid-19 disease and vaccines: prepared by the Strategic Advisory Group of Experts (SAGE) on immunization working group on COVID-19 vaccines. Geneva, Switzerland: World Health Organization. https://apps.who.int/iris/handle/10665/3380955. Ritchie H, Mathieu E, Rodés-Guirao L, et al. (2020) Coronavirus Pandemic (COVID-19): OurWorldInData.org; https://ourworldindata.org/coronavirus6. Watson C. (2022) Three, four or more: what’s the magic number for booster shots? Nature 602:17-18. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/350917157. Bonful HA, Addo-Lartey A, Aheto JMK, et al. (2020) Limiting spread of COVID-19 in Ghana: Compliance audit of selected transportation stations in the Greater Accra region of Ghana. PLoS One 15(9):e0238971. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/329158888. Tyagi N, Sardar R, Gupta D. (2022) Natural selection plays a significant role in governing the codon usage bias in the novel SARS-CoV-2 variants of concern (VOC). PeerJ 2022;10:e13562. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/357655929. Sumner A, Hoy C, Ortiz-Juarez E. (2020) Estimates of the impact of COVID-19 on global poverty. Helsinki, Finland: UNU-WIDER. https://www.wider.unu.edu/sites/default/files/Publications/Working-paper/PDF/wp2020-43.pdf10. Tan EL, Johari NH. (2021) Comparative in vitro evaluation of the antimicrobial activities of povidone-iodine and other commercially available antiseptics against clinically relevant pathogens. GMS Hyg Infect Control 16:Doc05. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3364377211. Vereshchagin AN, Frolov NA, Egorova KS, et al. (2021) Quaternary Ammonium Compounds (QACs) and Ionic Liquids (ILs) as Biocides: From Simple Antiseptics to Tunable Antimicrobials. Int J Mol Sci 22:6793. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3420267712. Caruso AA, Del Prete A, Lazzarino AI. (2020) Hydrogen peroxide and viral infections: A literature review with research hypothesis definition in relation to the current covid-19 pandemic. Med Hypotheses 2020;144:109910. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3250506913. Mentel R, Shirrmakher R, Kevich A, et al. (1977) [Virus inactivation by hydrogen peroxide]. Vopr Virusol 1977(6):731-733. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20311514. Kampf G, Todt D, Pfaender S, Steinmann E. (2020) Persistence of coronaviruses on inanimate surfaces and their inactivation with biocidal agents. J Hosp Infect. 104:246-251. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3203599715. Reis INR, do Amaral G, Mendoza AAH, et al. (2021) Can preprocedural mouthrinses reduce SARS-CoV-2 load in dental aerosols? Med Hypotheses 146:110436. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3328831316. Burgos-Ramos E, Urbieta IR, Rodríguez D. (2022) Is hydrogen peroxide an effective mouthwash for reducing the viral load of SARS-CoV-2 in dental clinics? Saudi Dent J. 34:237-242. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3513632617. Amoah GB, Quakyi IA, Sagoe KW, et al. (2021) Re: Oral antiseptics against coronavirus: in-vitro and clinical evidence. J Hosp Infect. 118:108-109. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3448777418. Amoah AGB, Sagoe KW, Quakyi IA, et al. (2022) Further observations on hydrogen peroxide antisepsis and COVID-19 cases among healthcare workers and inpatients. J Hosp Infect. 126:103-108. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3559498519. Mateos-Moreno MV, Mira A, Ausina-Márquez V, et al. (2021) Oral antiseptics against coronavirus: in-vitro and clinical evidence. J Hosp Infect. 113:30-43. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3386597420. Gonzalez MJ, Miranda-Massari JR, McCullough PA, et al. (2022) An International Consensus Report on SARS-Cov-2, COVID-19, and the Immune System: An Orthomolecular View. J Orthomolecular Med. 37(1) https://isom.ca/article/an-international-consensus-report-on-sars-cov-2-covid-19-and-the-immune-system-an-orthomolecular-view21. Zhang J, Xiao T, Cai Y, Chen B. (2021) Structure of SARS-CoV-2 spike protein. Curr Opin Virol. 50:173-182. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3453473122. Yurkovetskiy L, Wang X, Pascal KE, et al. (2020) Structural and Functional Analysis of the D614G SARS-CoV-2 Spike Protein Variant. Cell 183(3):739-751.e8. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3299184223. O’Donnell VB, Thomas D, Stanton R, et al. (2020) Potential Role of Oral Rinses Targeting the Viral Lipid Envelope in SARS-CoV-2 Infection. Function 1(1):zqaa002. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3321515924. Eze MO. (1992) Membrane fluidity, reactive oxygen species, and cell-mediated immunity: implications in nutrition and disease. Med Hypotheses 37:220-224. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/162559725. Marik PE, Iglesias J, Varon J, Kory P. (2021) A scoping review of the pathophysiology of COVID-19. Int J Immunopathol Pharmacol 35:20587384211048026. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3456933926. Lauer SA, Grantz KH, Bi Q, et al. (2020) The Incubation Period of Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) From Publicly Reported Confirmed Cases: Estimation and Application. Ann Intern Med. 172:577-582. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3215074827. Carcaterra M, Caruso C. (2021) Alveolar epithelial cell type II as main target of SARS-CoV-2 virus and COVID-19 development via NF-Kb pathway deregulation: A physio-pathological theory. Med Hypotheses 146:110412. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3330893628. Levy TE. Hydrogen Peroxide Nebulization and COVID Resolution: Impressive Anecdotal Results. 2021. http://orthomolecular.org/resources/omns/v17n13.shtml29. Levy T. (2021) Rapid Virus Recovery: No need to live in fear. MedFox Publishing, 2021. ISBN-13: 9780998312415 https://www.medfoxpub.com/medicalnews/product/RVR/Rapid-Virus-Recovery-No-need-to-live-in-fear30. Cervantes Trejo A, Castañeda ID, Rodríguez AC, et al. (2021) Hydrogen Peroxide as an Adjuvant Therapy for COVID-19: A Case Series of Patients and Caregivers in the Mexico City Metropolitan Area. Evid Based Complement Alternat Med 2021:5592042. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3433582731. Cheng RZ. (2020) Protected Population Immunity, Not A Vaccine, Is The Way To Stop Covid-19 Pandemic. J Clin Immunol Immunother. 6:1-4.32. Sobiesk JL, Munakomi S. (2022) Anatomy, Head and Neck, Nasal Cavity. StatPearls. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3133495233. Ayettey AS, Quakyi IA, Ayettey-Annie HN-G, et al. (2020) A Case for Hydrogen Peroxide Mouthwash and Gargle to Limit SARS-CoV-2 Infection. BMJ 368 https://www.bmj.com/content/368/bmj.m1252/rr-2734. Walsh LJ. (2000) Safety issues relating to the use of hydrogen peroxide in dentistry. Aust Dent J. 45:257-269. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/1122552835. Marshall MV, Cancro LP, Fischman SL. (1995) Hydrogen peroxide: a review of its use in dentistry. J Periodontol. 66:786-796. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/750024536. Bhattacharyya A, Chattopadhyay R, Mitra S, Crowe SE. (2014) Oxidative stress: an essential factor in the pathogenesis of gastrointestinal mucosal diseases. Physiol Rev. 94:329-354. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2469235037. Maciejczyk M, Zalewska A, Ladny JR. (2019) Salivary Antioxidant Barrier, Redox Status, and Oxidative Damage to Proteins and Lipids in Healthy Children, Adults, and the Elderly. Oxid Med Cell Longev. 2019:4393460. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3188579238. Jamal M, Shah M, Almarzooqi SH, et al. (2021) Overview of transnational recommendations for COVID-19 transmission control in dental care settings. Oral Dis. 27 Suppl 3:655-664. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3242837239. Versaci MB (2020) ADA adds frequently asked questions from dentists to coronavirus resources: American Dental Association (ADA). https://www.ada.org/publications/ada-news/2020/march/ada-adds-frequently-asked-questions-from-dentists-to-coronavirus-resources40. Morang’a CM, Ngoi JM, Gyamfi J, et al. (2022). Genetic diversity of SARS-CoV-2 infections in Ghana from 2020-2021. Nat Commun. 13:2494. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/3552378241. Wilkinson E, Giovanetti M, Tegally H, et al. (2021) A year of genomic surveillance reveals how the SARS-CoV-2 pandemic unfolded in Africa. Science 374:423-431. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34672751
Nutritional Medicine is Orthomolecular MedicineOrthomolecular medicine uses safe, effective nutritional therapy to fight illness. For more information: http://www.orthomolecular.org
Find a DoctorTo locate an orthomolecular physician near you: http://orthomolecular.org/resources/omns/v06n09.shtml
The peer-reviewed Orthomolecular Medicine News Service is a non-profit and non-commercial informational resource.
Editorial Review Board:Albert G. B. Amoa, MB.Ch.B, Ph.D. (Ghana)
Seth Ayettey, M.B., Ch.B., Ph.D. (Ghana)
Ilyès Baghli, M.D. (Algeria)
Ian Brighthope, MBBS, FACNEM (Australia)
Gilbert Henri Crussol, D.M.D. (Spain)
Carolyn Dean, M.D., N.D. (USA)
Ian Dettman, Ph.D. (Australia)
Susan R. Downs, M.D., M.P.H. (USA)
Ron Ehrlich, B.D.S. (Australia)
Hugo Galindo, M.D. (Colombia)
Martin P. Gallagher, M.D., D.C. (USA)
Michael J. Gonzalez, N.M.D., D.Sc., Ph.D. (Puerto Rico)
William B. Grant, Ph.D. (USA)
Claus Hancke, MD, FACAM (Denmark)
Tonya S. Heyman, M.D. (USA)
Patrick Holford, BSc (United Kingdom)
Suzanne Humphries, M.D. (USA)
Ron Hunninghake, M.D. (USA)
Bo H. Jonsson, M.D., Ph.D. (Sweden)
Dwight Kalita, Ph.D. (USA)
Felix I. D. Konotey-Ahulu, MD, FRCP, DTMH (Ghana)
Jeffrey J. Kotulski, D.O. (USA)
Peter H. Lauda, M.D. (Austria)
Alan Lien, Ph.D. (Taiwan)
Homer Lim, M.D. (Philippines)
Stuart Lindsey, Pharm.D. (USA)
Pedro Gonzalez Lombana, MD, MsC, PhD (Colombia)
Victor A. Marcial-Vega, M.D. (Puerto Rico)
Juan Manuel Martinez, M.D. (Colombia)
Mignonne Mary, M.D. (USA)
Jun Matsuyama, M.D., Ph.D. (Japan)
Joseph Mercola, D.O. (USA)
Jorge R. Miranda-Massari, Pharm.D. (Puerto Rico)
Karin Munsterhjelm-Ahumada, M.D. (Finland)
Tahar Naili, M.D. (Algeria)
W. Todd Penberthy, Ph.D. (USA)
Zhiyong Peng, M.D. (China)
Isabella Akyinbah Quakyi, Ph.D. (Ghana)
Selvam Rengasamy, MBBS, FRCOG (Malaysia)
Jeffrey A. Ruterbusch, D.O. (USA)
Gert E. Schuitemaker, Ph.D. (Netherlands)
Han Ping Shi, M.D., Ph.D. (China)
T.E. Gabriel Stewart, M.B.B.CH. (Ireland)
Thomas L. Taxman, M.D. (USA)
Jagan Nathan Vamanan, M.D. (India)
Garry Vickar, M.D. (USA)
Ken Walker, M.D. (Canada)
Anne Zauderer, D.C. (USA)

Andrew W. Saul, Ph.D. (USA), Editor-In-Chief
Associate Editor: Robert G. Smith, Ph.D. (USA)
Editor, Japanese Edition: Atsuo Yanagisawa, M.D., Ph.D. (Japan)
Editor, Chinese Edition: Richard Cheng, M.D., Ph.D. (USA)
Editor, French Edition: Vladimir Arianoff, M.D. (Belgium)
Editor, Norwegian Edition: Dag Viljen Poleszynski, Ph.D. (Norway)
Editor, Arabic Edition: Moustafa Kamel, R.Ph, P.G.C.M (Egypt)
Editor, Korean Edition: Hyoungjoo Shin, M.D. (South Korea)
Editor, Spanish Edition: Sonia Rita Rial, PhD (Argentina)
Contributing Editor: Thomas E. Levy, M.D., J.D. (USA)
Contributing Editor: Damien Downing, M.B.B.S., M.R.S.B. (United Kingdom)
Assistant Editor: Helen Saul Case, M.S. (USA)
Technology Editor: Michael S. Stewart, B.Sc.C.S. (USA)
Associate Technology Editor: Robert C. Kennedy, M.S. (USA)
Legal Consultant: Jason M. Saul, JD (USA)Comments and media contact: drsaul@doctoryourself.com OMNS welcomes but is unable to respond to individual reader emails. Reader comments become the property of OMNS and may or may not be used for publication.Click here to see a web copy of this news releasehttps://orthomolecular.acemlna.com/p_v.php?l=1&c=243&m=242&s=f8ed1c9af96753c3ce8cdc6bfb2842b0
This article may be reprinted free of charge provided 1) that there is clear attribution to the Orthomolecular Medicine News Service, and 2) that both the OMNS free subscription link http://orthomolecular.org/subscribe.html and also the OMNS archive link http://orthomolecular.org/resources/omns/index.shtml are included.
Riordan Clinic | Orthomolecular.org
3100 N Hillside Ave
Wichita, Kansas 67219
United States
Forward to a Friend
  

Email Marketing by ActiveCampaign

6 Commentaires

  1. Une bonne nouvelle en soi. quand on sait que le peroxyde d’hydrogène s’appelle aussi eau oxygénée et percarbonate de soude (eau oxygénée solide), un antiseptique. Utilisé dans les kit à bière pour désinfection légère des ustensiles et contenants. En magasins Bio ou non.

  2. Merci pour cet article très intéressant, sauf que si j’ai mal lu, je n’y ai pas trouvé de méthode d’application (dilution etc..) pour s’en servir

  3. Merci pour l’info,
    Mais oui c’est l’eau oxygénée de ma grand mère, efficace pour les maux de gorges, les débuts d’otite, … utilisée un peu diluée en bain de bouche et ou dans le conduit de l’oreille et le nez !
    A la prochaine suspicion je l’emploierais, merci encore

Laisser un commentaire