Le « philanthrope » Bill Gates a forcé sans leur consentement, 30 000 jeunes filles indiennes a tester un vaccin contre le HPV et les a utilisées comme cobayes humain…

0
24883

Lundi 03 octobre 2016 par : LJ Devon, rédacteur personnel
Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://www.naturalnews.com/055513_Gates_Foundation_vaccine_experiments_human_guinea_pigs.html

(NaturalNews) La Fondation Bill et Mélinda Gates est louée pour sa philanthropie à travers le monde, mais une grande partie des « bonnes actions » de la Fondation sont simplement des expériences de vaccination sans consentement menées sur les pauvres. 

« La Fondation Bill & Mélinda Gates a été frappée par une action en justice pour tester des vaccins sur des enfants pauvres et tribaux en Inde. Bien sûr, cela est hautement illégal, sans parler de complètement immoral. Comment un être humain pourrait justifier de tester un tel produit sur des enfants innocents est insondable, et pourtant la Fondation Gates a fait exactement cela. »[1]

Sous prétexte de fournir des soins de santé à des pays du tiers monde, la Fondation Gates contraint plutôt des dizaines de milliers d’enfants à tester divers vaccins pour des sociétés pharmaceutiques.
L’énorme richesse de Bill Gates provenant de la vente d’ordinateurs est redirigée vers la recherche pharmaceutique, alors que des sociétés violant les droits humains tels que Merck et GlaxoSmithKline testent de nouveaux vaccins sur plusieurs milliers de victimes sans le moindre contrôle.

Cliquez sur la petite image,

je décris cette affaire dans le détail dans ce volume.

En Inde, la campagne de propagande est en plein essor, les Indiens sont chargés de se faire vacciner pour leur « bien-être ». Les problèmes de santé qui en résultent ont été perceptibles et dévastateurs, soulevant des questions sur les motifs sinistres derrière la Fondation Gates et leur extraordinaire campagne de vaccination.

La santé des jeunes filles s’est rapidement détériorée suite à la poussée du vaccin contre Gates

En 2009, les enfants des tribus du district de Khammam dans l’Andhra Pradesh ont été rassemblés et ont annoncé qu’ils recevraient des injections de soins de santé. Même si la fondation Gates a la richesse de donner à ces tribus un accès à l’eau potable, aux services d’assainissement, à la nutrition et à des conditions de vie à faible stress, elles font plutôt pression pour les vaccins contre le HPV et les appellent aux vaccinations pour le « bien-être ».

Le vaccin que ces jeunes filles ont reçu était un vaccin contre le HPV fabriqué par Merck et administré par le service de santé de l’État.

Les jeunes filles, âgées de 9 à 15 ans, ont été invitées à faire la queue pour recevoir trois doses du vaccin. Au fil des mois, la santé des 16 000 filles s’est rapidement détériorée. Cinq des filles sont décédées peu de temps après les vaccinations.

À Vadodara, au Gujarat, 14 000 autres enfants tribaux ou plus ont été mis à l’épreuve. Cette fois, la Fondation Gates a mené à bien sa mission humanitaire en matière de soins de santé en fournissant le vaccin contre le HPV appelé Cervarix©, fabriqué par Glaxo SmithKline.

Ne donnant aucun consentement éclairé, la Fondation Gates a contraint le peuple indien à croire que les vaccins étaient bénéfiques et nécessaires.

Cependant, lorsque du matériel viral, des métaux lourds et d’autres conservateurs étrangers au corps sont injectés à de jeunes femmes en développement, des changements drastiques se produisent inévitablement dans leur corps.

N’ayant aucune idée de leur inscription à des essais de vaccins, des milliers de jeunes filles ont reçu des injections de ces vaccins expérimentaux censés prévenir le cancer du col de l’utérus.

Au lieu de voir leur santé s’améliorer, les tribus ont signalé de nombreux événements indésirables bizarres dans les jours, semaines et mois suivant la vaccination. Les jeunes filles en Inde ont perdu du poids, de l’appétit et de l’endurance. 

Aman Dhawan, 16 ans, ne savait même pas qu’il était même inscrit à l’essai de ce vaccin. Peu de temps après, il a commencé à perdre du poids et de l’énergie, alors que la vie lui était aspirée. Le même problème a éclaté chez les filles en Colombie, où le même vaccin avait été distribué aux jeunes filles.

Des militants d’ONG dénoncent que ces jeunes filles sont utilisées comme cobayes pour des expériences vaccinales

Lorsque des journalistes et des militants de la santé se sont rendus dans l’Andhra Pradesh, ils ont rencontré plus de 100 jeunes filles qui présentaient des crises d’épilepsie, de graves sautes d’humeur et des migraines. Les toxines qui y avaient été délibérément injectées ont causé des problèmes de santé supplémentaires tels que des menstruations précoces, des saignements abondants et des crampes menstruelles — problèmes que les tribus n’avaient jamais rencontrés auparavant avec une telle gravité ou ampleur.

Cette initiative a été lancée par le Programme des ONG pour une technologie appropriée en santé (PATH). Le groupe s’est coordonné avec la Fondation Bill et Mélinda Gates pour tester les vaccins contre le cancer du col utérin sur des milliers de jeunes femmes à travers l’Inde et l’Afrique. La Fondation Gates s’est également coordonnée avec l’ONG pour étudier les effets des vaccins contre le rotavirus et le pneumocoque en Afrique et en Asie.

Les dénonciateurs d’une autre ONG, Sama, ont été témoins de l’horreur et ont parlé de ce qui se passait réellement, révélant comment les jeunes filles étaient utilisées comme cobayes pour des essais de vaccins sous prétexte de recevoir des soins de santé.

Sama a indiqué que les administrateurs du vaccin ne donnaient aucun consentement éclairé ; en fait, les autorités ont obligé les gens à donner des empreintes de pouces, les traitant comme des sujets, et non comme des êtres humains intelligents ayant des droits humains.

Lorsque des milliards de dollars sont derrière une mission de « santé », les autorités suivront avec plaisir et feront ce qu’on leur dit. Il est facile de tester des produits chimiques et des virus sur des sujets humains dans les pays du tiers monde où la vie humaine semble être consommable et sans grande valeur.

Sources :

WeAreChange.org

HealthImpactNews.com

« Pandora, la bible du vivre et laisser mourir »


[1] https://www.newstarget.com/2016-06-22-bill-gates-took-part-in-criminally-negligient-vaccine-experiments-on-poor-indian-children.html

Laisser un commentaire