Le taux d’infection du Covid-19 pourrait être 440 % plus élevé chez les enfants ayant reçu des vaccins contre la grippe…

1
4841

July 12, 2020 by: Mike Adams

Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://www.naturalnews.com/2020-07-12-covid-19-infection-rate-higher-children-flu-shots.html

Le taux d’infection du Covid-19 pourrait être 440 % plus élevé chez les enfants ayant reçu des vaccins contre la grippe… alors que les « autorités sanitaires » poussent follement à augmenter le nombre de vaccins pour la prochaine saison de la grippe

Une nouvelle étude publiée dans la revue journal Clinical Infectious Diseases

https://academic.oup.com/cid/

révèle que les enfants qui ont reçu des vaccins antigrippaux inactivés avaient 440 % plus de chances (risque relatif : 4,40 ; intervalle de confiance de 95 % : 1,31-14,8) de contracter des infections par des agents pathogènes respiratoires viraux qui ne sont pas de la grippe.

Avec l’offensive en faveur de la vaccination antigrippale actuellement en cours, l’establishment médical pourrait faire en sorte que les enfants soient extrêmement vulnérables aux infections à coronavirus.

Intitulée « Risque accru d’infections par des virus respiratoires non grippaux associé à la réception de vaccins antigrippaux inactivés« , l’étude se trouve à ce lien à la Bibliothèque nationale de médecine : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3404712/

L’étude révèle que les vaccins antigrippaux inactivent littéralement des parties du système immunitaire humain, rendant l’enfant plus vulnérable aux infections à coronavirus.

« Étant protégés contre la grippe, les receveurs du vaccin trivalent inactivé contre la grippe peuvent ne pas avoir une immunité temporaire non spécifique qui les protège contre d’autres virus respiratoires« , écrivent les auteurs de l’étude.

Les auteurs de l’étude expliquent que le vaccin antigrippal permet de prévenir les infections par le virus de la grippe, mais qu’il rend en même temps les enfants plus sensibles aux autres infections respiratoires.

Étant donné que le taux de mortalité par infection (IFR) pour la grippe saisonnière est si faible (environ 0,024 %, ce qui n’est pas une faute de frappe), et que le taux de mortalité par infection des infections à covide-19 est au moins un ordre de grandeur plus élevé, cela soulève une question évidente :

Le fait d’éviter d’administrer le vaccin antigrippal cette année permettrait-il de sauver davantage de vies d’enfants et donc de réduire leur vulnérabilité au covid-19, dont le taux de mortalité est beaucoup plus élevé ?

L’étude, qui a été menée en 2009, a observé les résultats de 115 enfants âgés de 6 à 16 ans. L’étude a également utilisé un groupe placebo et a constaté que le placebo ne faisait « aucune différence statistiquement significative » dans le risque d’infection respiratoire aiguë.

Mais les enfants ayant reçu un vaccin antigrippal présentaient un risque beaucoup plus élevé d’infections respiratoires.

Plus choquant encore, l’étude n’a constaté aucune différence dans le risque d’infection par la grippe saisonnière entre les enfants qui ont été vaccinés et ceux qui ne l’ont pas été.

En d’autres termes, le vaccin contre la grippe n’offrait aucune protection contre la grippe, mais il créait une vulnérabilité accrue à d’autres infections respiratoires.

(Aucun avantage, juste des risques accrus.) « Il n’y avait pas de différence statistiquement significative dans le risque d’infection confirmée par la grippe saisonnière entre les personnes ayant reçu le VT ou le placebo », explique l’étude.

Vous pouvez voir le nombre accru d’infections respiratoires dans ce graphique. Notez que la colonne « TIV » désigne les enfants qui ont été vaccinés avec un vaccin antigrippal :

La conclusion est que les vaccins antigrippaux rendent les enfants plus sensibles à d’autres infections virales respiratoires. D’après l’étude, qui a eu lieu plus d’une décennie avant l’arrivée de la pandémie de covid-19 :

Nous avons identifié une augmentation statistiquement significative du risque d’infection par des virus respiratoires non grippaux chez les receveurs du TIV (tableau 3), y compris des augmentations significatives du risque d’infection par des rhinovirus et des coxsackie/échovirus, qui ont été le plus souvent détectés en mars 2009, immédiatement après le pic d’activité de la grippe saisonnière en février 2009.

Les auteurs de l’étude soulignent que le vaccin antigrippal « pourrait accroître l’immunité contre la grippe au détriment d’une immunité réduite contre les virus respiratoires non grippaux, par un mécanisme biologique inconnu », bien qu’ils affirment également que des recherches supplémentaires sont nécessaires parce que certains des symptômes signalés par les patients eux-mêmes pourraient avoir introduit des « artefacts » qui pourraient faire varier les chiffres. Néanmoins, les auteurs de l’étude affirment également que ce phénomène d' »interférence virale » est bien connu :

Les participants ayant reçu le TIV auraient été protégés contre la grippe en février 2009 mais n’auraient pas eu une immunité non spécifique renforcée dans les semaines suivantes… Le phénomène d’interférence des virus est bien connu en virologie depuis plus de 60 ans [24-27]. Des études écologiques ont rapporté des phénomènes potentiellement expliqués par l’interférence virale [3-11]… Des interférences dans les infections respiratoires et gastro-intestinales ont été rapportées après réception du vaccin oral à virus vivant [29-32].

Les personnes qui se font vacciner contre la grippe pourraient aggraver la pandémie de coronavirus

Le résultat de cette recherche est que ceux qui poussent à vacciner les enfants contre la grippe pourraient en fait aggraver la pandémie de coronavirus, créant des conditions de « tempête parfaite » pour que les enfants deviennent porteurs du coronavirus de Wuhan qui cause le covid-19.

Ceci est cohérent avec le fait que nous savons maintenant que l’establishment médical a agi pour aggraver délibérément les décès dus au covid-19, par exemple en conspirant pour détruire la crédibilité de l’hydroxychloroquine, en travaillant pour maximiser les décès afin de récolter une manne de profits du vaccin contre le coronavirus.

https://www.naturalnews.com/2020-07-12-scientific-corona-lies-and-big-pharma-corruption.html

Oui, l’establishment médical et scientifique s’arrange littéralement pour que davantage de personnes meurent afin de maintenir la peur du coronavirus en vie, ce qui entraîne une demande accrue de vaccins à haut rendement.

Comme toujours, c’est une question d’argent. Comme Gary Heavin l’a récemment écrit dans un avertissement aux États-Unis, les agents des grandes sociétés pharmaceutiques sont « complices de meurtre ».

https://www.naturalnews.com/2020-07-12-the-great-covid-19-deception.html

Comment les grandes entreprises pharmaceutiques ont-elles autant de contrôle sur la diffusion de ces informations ou devrais-je dire sur la propagande ? Eh bien, la même réponse revient, l’argent. Au cours du dernier cycle électoral, les grandes entreprises pharmaceutiques ont donné 2 milliards de dollars aux politiciens américains.

Big AG, le complexe militaro-sécuritaire et les grandes compagnies pétrolières n’ont donné chacun qu’un maigre 1,0 milliard de dollars pour acheter les votes de nos dirigeants politiques.

Le MSM compte les revenus publicitaires des Big Pharma à hauteur de 80 % de leurs revenus. Les « maîtres de l’univers » de l’internet se plient également à l’influence et aux recettes publicitaires des grandes sociétés pharmaceutiques en censurant quiconque tente de dire la vérité au peuple américain sur Covid 19.

Il semble bien que quiconque est complice de cette Grande Déception, une tromperie qui vise à tuer et à terrifier suffisamment de gens pour qu’ils finissent par quémander un vaccin expérimental, eh bien, ces personnes seraient complices de meurtre.

Les vaccins antigrippaux sont utilisés pour supprimer le système immunitaire et créer une explosion des infections à coronavirus

Les vaccins antigrippaux, semble-t-il, sont un moyen de plus pour l’establishment médical d’assassiner littéralement des enfants et des adultes, créant ainsi une vulnérabilité généralisée à la pandémie de coronavirus qui va sans aucun doute se propager cet automne alors que les vaccins antigrippaux agissent pour supprimer le système immunitaire de millions de personnes.

Il faut reconnaître que les personnes qui poussent à se faire vacciner contre la grippe sont des tueurs médicaux, et beaucoup d’entre eux essaient délibérément de tuer le plus grand nombre de personnes possible pour créer une demande pour les vaccins contre les coronavirus à haut rendement qui sont sur le point d’être lancés sur le territoire américain, probablement avant la fin de cette année.

C’est le crime parfait : Fabriquer des vaccins qui suppriment le système immunitaire en plein milieu d’une pandémie, causant ainsi plus d’infections et de décès, ce qui entraîne une augmentation des demandes de vaccins obligatoires.

Les compagnies pharmaceutiques vont encaisser des centaines de milliards de dollars alors que des enfants et des adultes innocents de toute l’Amérique vont souffrir et mourir inutilement.

Comme d’habitude, c’est une question d’argent, et les cartels du vaccin et du médicament sont des régimes criminels et meurtriers qui ont détourné la science (Dr. Fauci ?) pour maximiser les profits à tout prix.

Pour en savoir plus sur les dangers des vaccins, consultez le site Vaccines.news.

1 COMMENTAIRE

  1. Je le dis souvent, mais j ai été choqué quand quasi toute ma famille a attrapé la gastro-entérite de mon neveu qui marchait à peine et qui a été forcé d être vacciné en italie avec les 11 vaccins en plus ,sous le chantage de lui interdire la crèche ou l l’école.
    Aux états-unis on va carrément chez les parents qui font l école à la maison,et on les menace de leur enlever.

Laisser un commentaire