Le Vaccin antipoliomyélitique à l’origine de la polio est financé par Gates, admet l’OMS

0
2252

par: Sara Middleton, rédactrice en chef | 11 septembre 2020

Traduction pour cogiito.com : PAJ

NaturalHealth365 ) Lorsque les médias grand public publient leur article, toute critique du geek milliardaire de l’informatique – devenu un soi-disant expert en santé mondiale – Bill Gates est rapidement annulée par des accusations d ‘«arrogance conspiratrice». 

Mais lorsque l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est obligée de reconnaître qu’un vaccin contre la polio financé par Gates est responsable d’une épidémie de polio, il est presque impossible de  ne pas  se sentir alarmé par l’énorme présence du milliardaire dans la sphère médicale mondiale.

L’épidémie en Afrique est l’un des au moins deux douzaines d’épisodes confirmés d’épidémies de poliomyélite d’origine vaccinale dans le monde au cours des cinq dernières années, touchant des pays allant des Philippines à l’Ukraine…

et malgré cette nouvelle, nous sommes censés dépendre d’un Vaccin COVID soutenu par Bill Gates (et précipité sur le marché) – qui «espérons» rétablira la vie comme d’habitude après la pandémie de coronavirus? !

Plus d’une douzaine de cas : épidémie de poliomyélite en Afrique liée au vaccin antipoliomyélitique financé par Bill Gates

Le 1er septembre 2020, l’OMS a annoncé sur son site Web qu’un mois auparavant, le ministère fédéral de la Santé du Soudan avait notifié à l’organisation en difficulté une nouvelle flambée de poliomyélite « dérivée d’un vaccin », causée par ce qu’on appelle le poliovirus de type 2, ou cVDPV2. Les autorités soudanaises ont jusqu’à présent identifié deux jeunes enfants souffrant des effets du vaccin.

«Le premier cas», rapporte l’OMS, était un enfant de quatre ans qui a connu «l’apparition d’une [paralysie flasque aiguë] le 7 mars 2020… au Sud Darfour», situé dans l’ouest du Soudan. Le prochain enfant à être paralysé par un vaccin était un enfant de trois ans de la «ville de Shari de la localité AI Gedarif dans l’État de Gedarif à l’est, près de la frontière avec l’Érythrée et l’Éthiopie».

«Les deux enfants», admet l’OMS, «ont reçu leur dernière dose de VPOb (type 1 et 3) en 2019.»

Rien qu’au mois d’août, un total de 13 cas de PVDVc2 ont été signalés dans toute l’Afrique, y compris dans les régions de la mer Rouge, du Darfour occidental, du Darfour oriental, du Nil blanc, du Nil et de Gezira. 

Ces cas sont génétiquement liés à une autre flambée d’origine vaccinale détectée en octobre 2019 et circulant actuellement au Tchad et au Cameroun.

Myth Buster: Loin d’être éradiquée, la maladie fait rage dans certaines parties du monde directement à cause des vaccins financés par Gates, selon des experts

Les fabricants de vaccins et leurs soutiens – y compris la Fondation Bill et Melinda Gates – vantent depuis longtemps l’importance des vaccins pour prévenir les maladies transmissibles et sauver des vies dans le monde, en particulier dans les populations les plus vulnérables comme l’Afrique subsaharienne.

Et pourtant, il ressort clairement de rapports récents que ce n’est pas toujours le cas. 

Pour être franc, beaucoup de gens doutent grandement des «bonnes intentions» de Bill Gates et le voient simplement comme un profiteur – gagnant des milliards de dollars grâce à ses programmes de vaccination.

Le problème est si préoccupant qu’un virologue des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, Mark Pallansch, a admis dans une interview au magazine Science de  l’année dernière qu’en raison de l’utilisation généralisée de vaccins antipoliomyélitiques plus récents et plus puissants,

«[nous] avons maintenant créé plus de nouvelles émergences du virus que nous n’en avons arrêté. »

Selon un rapport récent de Nature, les cas de polio sauvage en Afrique sont pratiquement inexistants depuis 2016, mais plus de 400 cas de polio causés par le vaccin ont été documentés dans 20 pays du monde au cours de la dernière année seulement (août 2019 à Août 2020).

C’est vrai! La plus haute autorité nous apprend que les vaccins propagent des souches virulentes d’un virus potentiellement mortel. En fait, nous en avons des rapports officiels depuis des années. À la lumière de cette réalité effrayante, nous devons nous demander :

Les responsables continueront-ils vraiment à nier les risques graves de forcer la vaccination de masse d’un vaccin COVID fabriqué à la hâte à un public sans méfiance (et peut-être trop confiant)?

Les sources de cet article incluent:

Who.int
Nature.com
Childrenshealthdefense.org
Sciencemag.org
who.int

Laisser un commentaire