Le vaccin antitétanique provoque une nouvelle maladie appelée : syndrome des antiphospholipides

1
2572

Gaia-Health.com, le 1er octobre 2019, par Heidi Stevenson
Traduction pour cogiito.com : PAJ

La junte vaccinale n’est pas seulement indifférente aux maladies induites par les vaccins, elle prépare massivement cette course aux armements vaccinaux contre la race humaine. On sait que le vaccin antitétanique provoque une nouvelle maladie, le syndrome des antiphospholipides. Les nouveaux adjuvants sont composés de phospholipides, une catastrophe potentielle.

Le vaccin contre le tétanos provoque une nouvelle maladie connue sous le nom de syndrome de Hughes et de syndrome des antiphospholipides (APS). C’est une maladie auto-immune qui peut attaquer n’importe quelle partie du corps, mais qui se remarque surtout dans les crises cardiaques et la mort fœtale. Il est probable que le syndrome des antiphospholipides l’APS, deviendra plus courant avec la nouvelle génération d’adjuvants vaccinaux en cours de production.

Les victimes du syndrome des antiphospholipides sont principalement des femmes et leur diagnostic est souvent posé à la suite de multiples fausses couches. Comme il est typique des nouvelles maladies, la recherche est centrée sur une cause génétique, même si le lien avec les vaccins est bien connu et documenté.

Comme son nom l’indique, le syndrome des antiphospholipides est une maladie dans laquelle les phospholipides, substances naturelles indispensables à toutes les parties du corps, sont considérés par le système immunitaire comme un agent infectieux. Ainsi, cette substance qui existe dans chaque cellule devient sujette à une attaque. 

Les symptômes incluent :

  • Cécité
  • Cardiovasculaire:
  • Thrombose veineuse profonde (caillots dans les veines)
  • Phlébite
  • Thrombocytopénie (déficit en plaquettes sanguines, provoquant des saignements et des ecchymoses)
  • Athérosclérose
  • Embole pulmonaire (caillots dans les poumons)
  • Anomalies de la valve cardiaque
  • Accident vasculaire cérébral
  • Maux de tête et migraines
  • Fausses couches
  • Troubles neurologiques:
  • Épilepsie
  • Chorée (mouvements instables et incontrôlables)
  • Myélite transversale (inflammation de la moelle épinière)
  • Sclérose en plaques
  • Dysfonctionnement cognitif
  • Troubles cutanés, y compris marbrures, ulcères et nécrose
  • Le lupus érythémateux, qui est une autre affection induite par un vaccin, peut également être diagnostiqué – avec plus de précision, par un diagnostic erroné -.

APS et vaccins

Une étude appelle le syndrome de Hughes le « syndrome antiphospholipidique classique »[1]. Cette étude fait référence aux similitudes entre la protéine plasmatique bêta-2-glycoprotéine-I (β2GPI), qui est attaquée dans l’APS, et le vaccin antitétanique. C’est-à-dire que l’antigène du tétanos a des parties qui sont pratiquement identiques à β2GPI, que l’on trouve pratiquement partout dans le corps.

Une autre étude documente comment l’APS peut être induit chez les animaux de laboratoire vaccinés contre le tétanos[2]. De nombreuses autres études documentent et étudient le lien entre les vaccins et le syndrome des antiphospholipides[3,4,5,5,6,7,8].

Ces études ne laissent aucun doute sur le fait que l’APS est causé par les vaccins. Ce n’est guère surprenant, puisqu’il a été identifié pour la première fois comme une maladie dans les années 1980. Si cette maladie existait avant les vaccins, elle était si rare qu’elle était inconnue. Aujourd’hui, il peut prendre sa place parmi une liste croissante de maladies induites par la vaccination, notamment la polyarthrite rhumatoïde, la myofasciite à macrophages, la sclérose en plaques, l’autisme et la siliconose. La liste ne cesse de s’allonger et beaucoup croient que toutes ces affections devraient être regroupées sous un seul nom, le syndrome auto-immunitaire/inflammatoire induit par des adjuvants, ou ASIA.

POURQUOI LES VACCINS DE NOUVELLE GÉNÉRATION SONT PARTICULIÈREMENT INQUIÉTANTS

Les phospholipides sont une partie primaire de votre corps, faisant partie de la membrane de chaque cellule, entre autres fonctions et sont attaqués par l’APS. Comme on peut le constater en ce qui concerne le vaccin antitétanique, l’APS peut être induit par l’antigène lorsque l’épitope – la partie de l’antigène qui forme le modèle que les auto-organismes sont conçus attaquer – est semblable à une partie particulière du corps.

Ce qui est effrayant, c’est que les phospholipides deviennent un ingrédient primaire des vaccins sous la forme d’une nouvelle génération d’adjuvants fabriqués par l’ADN recombinant en se frottant à une partie des bactéries pathogènes appelées vésicules de la membrane externe (OMV). Pour en savoir plus à leur sujet, consultez la nouvelle génération d’adjuvants vaccinaux : Pire que jamais ?

Les Vaccins à organismes modifiés(OMV) permettent l’utilisation d’antigènes et d’adjuvants de vaccins de conception. Les adjuvants OMV sont, bien sûr, promus comme étant les plus sûrs jamais développés. Cette allégation de sécurité est basée sur le fait qu’ils ressemblent déjà tellement à ceux qui se trouvent dans le corps. C’est la même affirmation qui a été utilisée pour promouvoir le squalène, qui, comme nous l’avons vu récemment avec les cas tragiques de narcolepsie chez les enfants après que le vaccin antigrippal, Pandemrix, a été lancé en Europe, puisse dévaster des vies. Gaia Health a expliqué la question dans “How the Flu Vaccine Causes Narcolepsy” « comment le vaccin contre la grippe cause la Narcolepsie ».

Le squalène est un lipide. C’est ce qui le rend si dangereux. Les OMV sont encore plus précisément analogues aux tissus humains, car ce ne sont pas seulement des lipides, ce sont des phospholipides, qui sont précisément ce que l’organisme attaque dans les APS. Par conséquent, nous pouvons nous attendre à ce qu’il y ait de plus en plus de cas de STA (syndrome des antiphospholipides),  à mesure que nous verrons l’approbation de plus en plus de vaccins à base d’OMV, qui sont en cours de préparation. Nul doute que ces vaccins seront approuvés. Le premier, Cervarix, est déjà sur le marché-et il a été jugé sûr, malgré les preuves du contraire. Les personnes atteintes de STA souffrent d’anticorps phospholipidiques qui détruisent à tort des parties de l’œil, du système cardiovasculaire, du cerveau, des nerfs, de la peau, du système reproducteur – bref, n’importe quelle partie du corps. Cette autodestruction est induite par les technologies vaccinales. Ces technologies sont présumées sûres en l’absence d’essais adéquats, le cas échéant. Combien de personnes doivent souffrir avant que cette parodie ne prenne fin ? Quand les fournisseurs manifestement fous de ces technologies prendront-ils du recul et se demanderont ils ce qu’ils font ?

Le fait est qu’il n’y a pas qu’une, mais plusieurs générations de personnes qui ne savent même pas ce qu’est une bonne santé. Pire encore, chaque génération successive devient plus malade que la précédente. Pire encore, la junte vaccinale n’est pas seulement indifférente, elle prépare massivement cette course destruction vaccinale contre l’espèce humaine.

Sources:

  1. Quand APS (syndrome de Hughes) rencontre le syndrome auto-immunitaire / inflammatoire induit par les adjuvants (ASIA) » ,  Lupus , M. Blanc, E israélien, Y Schönefeld, doi: 10.1177 / 0961203312438115.
  2. Modèle vaccinal du syndrome des antiphospholipides induit par le vaccin antitétanique ,  Lupus , L. Dimitrijević, I. Živković, M. Stojanović, V. Petrušić, S. Živančević-Simonović, doi: 10.1177 / 0961203311429816.
  3. La glycoprotéine β2 1 (β2GPI), cible principale du syndrome anti-phospholipides (APS), est un régulateur spécial du complément humain ,  Sang , Katharina Gropp, Nadia Weber, Michael Reuter, Sven Micklisch, Isabell Kopka, Teresia Hallström et Christine Skerka, 10.1182 / blood-2011-02-339564.
  4. Les auto-anticorps anti-β2 glycoprotéine I (β2GPI) reconnaissent un épitope sur le premier domaine de β2GPI ,  PNAS , G. Michael Iverson, Edward J. Victoria et David M. Marquis.
  5. Anticorps anti-phospholipides après vaccination avec le vaccin recombinant contre l’hépatite B ,  Immunologie clinique et expérimentale , J. Martinuč Porobič, T. Avčin, B. Božič, M. Kuhar, S. Čučnik, M. Zupančič, K. Prosenc, T. Kveder et B. Rozman, B. Rozman, do: 10.1111 / j.1365-2249.2005.02923.x
  6. Je mmunomodulatory et les effets physiques de la composition des phospholipides dans les émulsions d’adjuvant du vaccin.
  7. ‘ASIE’ – syndrome auto-immunitaire / inflammatoire induit par les adjuvants.
  8. Infections et vaccins dans l’étiologie du syndrome des antiphospholipides.
  9. Fondation du syndrome de Hughes
  10. Syndrome des antiphospholipides
  11. En savoir plus sur le syndrome des antiphospholipides (APS)
  12. Le syndrome des antiphospholipides (syndrome de Hughes)
  13. Fondation APS d’Amérique

Les vaccins provoquent des troubles auto-immuns!

Lire l’article complet ici:  http://gaia-health.com/gaia-blog/2013-01-29/tetanus-vaccine-causes-new-disease-new-vaccines-worse/

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire