Le virus de la variole capable de tuer tous les types de cancer

0
547

Essais sur l’homme d’un virus capable de tuer tous les types de cancer pour commencer l’année prochaine

par Andrea D. Steffen20 novembre 2019

Traduction pour cogiito.com : PAJ

Il y a deux cents ans, le virus de la variole était utilisé pour mettre fin à la variole. À présent, les scientifiques ont découvert un moyen de l’utiliser pour tuer tous les types de cancer connus en laboratoire. Un nouveau virus (basé sur le virus de la variole bovine) a été mis au point par le professeur américain Yuman Fong, expert en cancérologie, et est en cours de développement par une société de biotechnologie australienne appelée Imugene [1] qui a annoncé qu’elle était prête pour des essais sur l’homme, qui devraient commencer l’année prochaine.

Le traitement s’appelle CF33. 

Il a réussi à réduire les tumeurs chez les souris et à tuer tous les types de cancer dans une boîte de Pétri. Ensuite, les chercheurs espèrent le tester sur des patientes atteintes d’un cancer du sein et d’autres cancers. Les représentants du Professeur Fong et d’Imugene planifient actuellement les essais cliniques.

Crédit : Imugene

L’essai clinique aura lieu en Australie et dans d’autres pays. Ils appellent cela une « étude de paniers ». Tous les patients recrutés seront des personnes atteintes d’un cancer du sein triple-négatif, d’un cancer du poumon, d’un mélanome, d’un cancer de l’estomac, de la vessie et de l’intestin. En le testant sur divers types de cancer, ils pourront voir où le traitement est le plus efficace.

Les chercheurs ont mis en garde que le fait que cela fonctionne chez la souris ne signifie pas que cela fonctionnera chez l’homme. Néanmoins, ils ont bon espoir, car récemment, d’autres virus anticancéreux ont prouvé leur efficacité. Bien que ces virus anticancéreux connus pour leur efficacité soient plus spécifiques, ils ne s’appliquent qu’à un type de cancer.

Par exemple, des scientifiques américains ont transformé un virus causant le rhume banal en un traitement destiné à tuer le cancer du cerveau. Il a considérablement réduit les tumeurs. Un autre exemple est un virus modifié dérivé du virus des boutons de fièvre (herpès), actuellement utilisé pour traiter le mélanome.

LE Prof. Fong a déclaré :

« Il était prouvé que les virus pouvaient tuer le cancer à partir du début des années 1900, lorsque les personnes vaccinées contre la rage avaient fait disparaître leur cancer et étaient en rémission. Le problème était que si vous rendiez le virus suffisamment toxique pour tuer le cancer, vous craigniez qu’il tue également un homme. »

Le grand truc à propos de la varicelle est que l’on sait qu’elle est inoffensive chez l’être humain. C’est pourquoi le professeur Fong l’a mélangée à d’autres virus pour les diluer et les rendre moins toxiques. Ce faisant, ils sont devenus sécuritaires pour une utilisation chez l’homme, mais toujours mortels pour le cancer.

Crédit : Shutterstock, Vshivkova

Le traitement consiste à injecter le virus artificiel directement dans les tumeurs. Là, il infecte les cellules cancéreuses et les fait exploser! Ensuite, le virus alerte le système immunitaire au sujet des cellules cancéreuses dans le corps, après quoi les cellules immunitaires aident en cherchant et en tuant toute autre cellule malade.

Crédit : Imugene

Natalie Flynn, de Brisbane, a reçu la nouvelle « absolument dévastatrice » qu’elle avait un cancer du sein au stade 3, de troisième année. Elle a immédiatement subi une double mastectomie, une ablation des ganglions lymphatiques, puis a subi le processus « brutal » de chimiothérapie. Elle a déclaré :

« Tout serait meilleur que cet enfer. Je me porterais absolument volontaire pour l’essai du virus de la variole, dans l’espoir que cela pourrait guÉrir. »

Le professeur Sanchia Aranda, chef du Conseil du cancer, a déclaré que le nouveau traitement avait encore des obstacles à surmonter :

« Lorsqu’il sera testÉ chez l’homme, nous verrons si le systÈme immunitaire constitue un moyen de dÉfense contre le virus et le bloque avant qu’il n’atteigne le cancer, ou des effets secondaires pervers peuvent en rÉsulter. Les cellules cancÉreuses sont trÈs intelligentes, ce sont de vrais Darwiniens qui mutent pour survivre et il est probable qu’elles vont Évoluer pour devenir rÉsistantes au virus comme elles le sont maintenant pour rÉsister à la chimiothÉrapie et à l’immunothÉrapie. »

Même si nous ne pouvons pas être certains que cela fonctionnera chez l’homme, il convient toujours de tester pour voir s’il pourrait être ajouté à l’arsenal existant contre le cancer.[2] Et si cela fonctionne, ce traitement pourrait révolutionner le traitement du cancer, ou à tout le moins, ce sera un processus beaucoup moins fatigant que les traitements actuels.


[1] https://www.imugene.com/oncolytic-virus

[2] https://www.intelligentliving.co/tag/cancer/

Laisser un commentaire