Les blessures signalées à la suite du vaccin COVID continuent de grimper, Pfizer cherche à obtenir une approbation complète pour son vaccin.

3
7156

Par Megan Redshaw

Megan Redshaw est journaliste indépendante pour The Defender. Elle a une formation en sciences politiques, un diplôme de droit et une formation approfondie en santé naturelle.

Les données du VAERS publiées aujourd’hui font état de 157 277 signalements d’effets indésirables suite à l’administration des vaccins COVID, dont 3 837 décès et 16 014 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 30 avril 2021.

Selon des données publiées aujourd’hui par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), le nombre de rapports de blessures et de décès consécutifs à l’administration de vaccins COVID continue d’augmenter. Ces données proviennent directement des rapports soumis au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS).

Le VAERS est le principal système financé par le gouvernement pour signaler les réactions indésirables aux vaccins aux États-Unis. Les rapports soumis au VAERS doivent faire l’objet d’une enquête plus approfondie avant qu’une relation de cause à effet puisse être confirmée.

Tous les vendredis, le VAERS rend publics tous les rapports de lésions vaccinales reçus à une date précise, généralement environ une semaine avant la date de publication. Les données d’aujourd’hui montrent qu’entre le 14 décembre 2020 et le 30 avril, un total de 157 277 événements indésirables ont été signalés au VAERS, dont 3 837 décès – soit une augmentation de 293 par rapport à la semaine précédente – et 16 014 blessures graves, soit une augmentation de 2 467 depuis la semaine dernière.

Aux États-Unis, 240,2 millions de doses de vaccin COVID avaient été administrées au 30 avril.

Ce chiffre comprend

– 105 millions de doses du vaccin de Moderna,

– 127 millions de doses de Pfizer et

– 8 millions de doses du vaccin COVID de Johnson &Johnson (J&J).

Sur les 3 837 décès signalés au 30 avril,

  • 24 % sont survenus dans les 48 heures suivant la vaccination,
  • 16 % dans les 24 heures et
  • 39 % chez des personnes qui sont tombées malades dans les 48 heures après avoir été vaccinées.

Les données VAERS de cette semaine montrent que

  • 21 % des décès étaient liés à des troubles cardiaques.
  • 54 % des personnes décédées étaient des hommes, 44 % étaient des femmes et les autres rapports de décès n’indiquaient pas le sexe de la personne décédée.
  • L’âge moyen du décès était de 75,1 ans et les plus jeunes décès signalés sont ceux de deux jeunes de 15 ans (VAERS I.D. 1187918 et 1242573 ) et d’un jeune de 16 ans (VAERS I.D. 1225942). D’autres décès signalés chez des enfants de moins de 16 ans n’ont pu être confirmés ou contenaient des erreurs évidentes.
  • Au 30 avril, 805 femmes enceintes ont signalé des effets indésirables liés aux vaccins COVID, dont 235 cas de fausse couche ou de naissance prématurée.
  • Sur les 1 597 cas de paralysie de Bell signalés, 51 % l’ont été après une vaccination par Pfizer-BioNTech, 40 % après une vaccination par le vaccin Moderna et 131 cas, soit 10 %, de paralysie de Bell ont été signalés en association avec J&J.
  • Il y a eu 162 déclarations de syndrome de Guillain-Barré, 41% des cas étant attribués à Pfizer, 45% à Moderna et 19% à J&J.
  • Il y a eu 44 348 rapports d’anaphylaxie, 38 % des cas étant attribués au vaccin de Pfizer, 47 % à Moderna et 14 % à J&J.

La FDA s’apprête à autoriser le vaccin Pfizer pour les jeunes adolescents

Le 4 mai 2021, The Defender a rapporté que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis se prépare à autoriser l’utilisation du vaccin COVID de Pfizer-BioNTech chez les adolescents de 12 à 15 ans d’ici le début de la semaine prochaine.

La société a déclaré qu’elle prévoyait également de demander à la FDA d’étendre l’autorisation d’utilisation d’urgence de son vaccin pour les enfants âgés de 2 à 11 ans en septembre.

Selon les données du CDC, le taux de mortalité chez les adolescents âgés de 0 à 17 ans qui ont reçu le COVID et sont ensuite hospitalisés est de 0,7 %, beaucoup d’entre eux ne présentant que des symptômes légers ou aucun symptôme.

Le taux de mortalité lié au COVID dans toutes les catégories d’âge d’adolescents est inférieur à 0,1 %, ce qui amène certains experts à se demander si les vaccins devraient cibler un groupe d’âge qui, jusqu’à présent, semble être épargné par le COVID grave.

Comme CNN l’a rapporté vendredi, Pfizer a déposé une demande d’approbation complète par la FDA pour son vaccin COVID destiné aux personnes âgées de 16 ans et plus. La FDA exige que les fabricants de vaccins soumettent des données sur les processus de fabrication, les installations et d’autres informations qui démontrent que le vaccin peut être produit de manière fiable et cohérente.

Une fois que toutes les informations requises auront été soumises, une date butoir sera fixée pour une décision de la FDA. Pfizer a demandé un examen prioritaire, qui demande à la FDA de prendre des mesures dans les six mois, contre les dix mois prévus dans le cadre de l’examen standard.

Troisième homme diagnostiqué aux États-Unis avec des caillots sanguins induits par un vaccin, une femme meurt d’une hémorragie cérébrale après un vaccin J&J

Le 6 mai, The Defender a rapporté que des médecins de l’University of Utah Health ont traité le troisième homme à développer une thrombocytopénie thrombotique induite par un vaccin aux États-Unis.

L’homme, âgé de moins de 50 ans, a reçu le vaccin de J&J au début du mois d’avril. Dix jours plus tard, il a ressenti des douleurs dans les orteils, qui se sont ensuite propagées aux cuisses. Il a ensuite commencé à ressentir des douleurs thoraciques. Un scanner a révélé une embolie pulmonaire bilatérale. Les médecins ont découvert un faible taux de plaquettes et des caillots sanguins dans ses jambes et ses poumons, ce qui les a amenés à soupçonner que le VITT en était la cause.

Le 4 mai, The Defender a rapporté qu’une femme de 35 ans du Michigan est décédée de complications 11 jours après avoir reçu le vaccin de J&J. La famille de la femme a déclaré que ses maux de tête ont commencé le 16 avril, soit huit jours après avoir été vaccinée. Elle est décédée trois jours plus tard. Son certificat de décès fait état d’une mort naturelle, plus précisément d’une hémorragie sous-arachnoïdienne aiguë, c’est-à-dire un saignement entre le cerveau et les tissus qui l’entourent.

Le médecin traitant a rempli un rapport au VAERS. Dans un courriel adressé à la famille, le CDC a confirmé que le décès de la patiente avait été signalé au VAERS, mais a précisé que le système n’était pas conçu pour déterminer si un événement indésirable signalé était causé par le vaccin.

Children’s Health Defense a interrogé les données VAERS pour les événements indésirables associés à la formation de troubles de la coagulation et d’autres conditions connexes et a trouvé 2 808 rapports pour les trois vaccins du 14 décembre 2020 au 30 avril.

Sur les 2 808 cas signalés,

  • 1 043 ont été attribués à Pfizer,
  • 893 à Moderna et
  • 860 à J&J
  • soit 847 cas de plus que ce que les responsables sanitaires américains ont reconnu lors de la réunion du 23 avril, au cours de laquelle il a été recommandé de lever la pause sur le vaccin de J&J.

https://medalerts.org/vaersdb/findfield.php?TABLE=ON&GROUP1=AGE&EVENTS=ON&SYMPTOMS[]=Cerebral+venous+sinus+thrombosis+%2810083037%29&SYMPTOMS[]=Cerebral+venous+thrombosis+%2810008138%29&SYMPTOMS[]=Coagulopathy+%2810009802%29&SYMPTOMS[]=Deep+vein+thrombosis+%2810051055%29&SYMPTOMS[]=Disseminated+intravascular+coagulation+%2810013442%29&SYMPTOMS[]=Embolism+%2810061169%29&SYMPTOMS[]=Idiopathic+thrombocytopenic+purpura+%2810021245%29&SYMPTOMS[]=Immune+thrombocytopenia+%2810083842%29&SYMPTOMS[]=Immune+thrombocytopenic+purpura+%2810074667%29&SYMPTOMS[]=Ischaemic+stroke+%2810061256%29&SYMPTOMS[]=Myocardial+infarction+%2810028596%29&SYMPTOMS[]=Petechiae+%2810034754%29&SYMPTOMS[]=Pulmonary+embolism+%2810037377%29&SYMPTOMS[]=Purpura+%2810037549%29&SYMPTOMS[]=Thrombocytopenia+%2810043554%29&SYMPTOMS[]=Thrombosis+%2810043607%29&SYMPTOMS[]=Vasculitis+%2810047115%29&VAX=COVID19&VAXMAN=PFIZER/BIONTECH

Le Danemark exclut le vaccin de J&J

Le 3 mai, The Defender a rapporté que le Danemark est devenu le premier pays à exclure le vaccin COVID de J&J de son programme de vaccination en raison d’un lien potentiel avec des troubles de la coagulation sanguine.

L’autorité sanitaire danoise a déclaré dans un communiqué qu’elle avait conclu que “les avantages de l’utilisation du vaccin COVID-19 de J&J ne l’emportent pas sur le risque de provoquer l’effet indésirable possible chez les personnes qui reçoivent le vaccin”.

“En tenant compte de la situation actuelle au Danemark, ce que nous perdons actuellement dans notre effort pour prévenir une maladie grave due au COVID-19 ne peut pas l’emporter sur le risque de provoquer des effets secondaires possibles sous la forme de caillots sanguins graves chez ceux que nous vaccinons”, a déclaré l’autorité sanitaire.

Le Danemark a cessé d’utiliser le vaccin d’AstraZeneca le mois dernier après que les régulateurs européens aient découvert un lien possible entre le vaccin et de “très rares” caillots sanguins.

https://www.ema.europa.eu/en/news/astrazenecas-covid-19-vaccine-ema-finds-possible-link-very-rare-cases-unusual-blood-clots-low-blood

Le CDC ignore The Defender, aucune réponse après deux mois

Selon le site web du CDC, “le CDC assure le suivi de tout rapport de décès pour demander des informations supplémentaires et en apprendre davantage sur ce qui s’est passé et pour déterminer si le décès était le résultat du vaccin ou non.”

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/vaccines/safety/adverse-events.html

The Défendeur a contacté le CDC le 8 mars avec une liste de questions sur les décès et blessures signalés liés aux vaccins COVID, le statut des enquêtes en cours rapportées dans les médias, si des autopsies sont pratiquées, la norme pour déterminer si une blessure est liée à un vaccin, et les initiatives d’éducation pour encourager et faciliter un signalement correct et précis.

Nous avons fait de nombreuses tentatives pour contacter le CDC par téléphone et par courriel. En date du 7 mai, 60 jours après notre demande initiale, nous n’avons toujours pas reçu de réponses à nos questions.

Children’s Health Defense demande à toute personne ayant subi un effet indésirable, quel que soit le vaccin, de remplir un rapport en suivant ces trois étapes.

3 Commentaires

  1. 7 milliards de cobayes travaillant pour Big Pharma… un rêve éveillé
    Chers amis,

    Nous vivons une des plus grandes « expérimentations » de l’histoire.

    7 milliards de vaccinés, 7 milliards de clients.

    Jamais Big Pharma n’aurait imaginé ça, ni même rêvé de ça.

    C’est pourtant en train d’arriver.

    Le moyen d’y parvenir est un vaccin produit en quelques mois, qui n’a, à aucun moment, respecté pleinement les phases de tests exigées pour tous les autres médicaments. Au nom de « l’urgence ».

    Cet article du 24 mars 2021 du magazine américain Bloomberg fait froid dans le dos :
    « Il faut nous préparer à une pandémie permanente »…
    Il annonce le « rêve » ultime de tout labo pharmaceutique : la possibilité de livrer ses produits sans limite de durée, sans limite de quantité.

    En attendant :

    Les personnes vaccinées doivent continuer à porter un masque ;
    Les personnes vaccinées peuvent encore être infectées ;
    Les personnes vaccinées doivent respecter les distances sociales ;
    Les personnes vaccinées ne sont pas protégées des variants ;
    Les personnes vaccinées peuvent encore infecter les autres.
    On se vaccine… sans que rien ne change.

    Si vous pensez que j’exagère… lisez bien ce qui suit.

    https://view.mail1.alternatif-bien-etre.info/?qs=6cbaceace7d4ad3b77e5d40e2df191b706481e8f06cba8a5dc1672be05de29207df587a626d425df32c5d87654b556fe9b6b2625d2c9150974972f840b6a801274c05ee1640b6f8547a8f6076cabeb68

Laisser un commentaire