Les dépenses de la France pour son arsenal nucléaire pourraient financer 100.000 lits de soins intensifs

0
1188

Nucléaire VS Covid-19

En 2018, Emmanuel Macron a tranché : la France renouvellera les deux composantes de son arsenal de dissuasion nucléaire, navale et aérienne. Modernisation et renouvellement des sous-marins nucléaires, nouvelle génération de système porteur de missile, le projet de Loi de programmation militaire (LPM) pour la période 2019-2025 s’y engage : pour les décennies à venir, la dissuasion restera « la clé de voûte de notre stratégie de défense ».

Cette clé de voute a un coût : 25 milliards d’euros pour la période 2019-2023, puis 6 milliards par an jusqu’en 2025 et probablement au-delà. Un total de 37 milliards, soit 60 % de plus que dans la dernière loi de programmation militaire. Un exploit en pleine austérité budgétaire !

Dans un communiqué du 20 mars 2020, la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN) observe que La France a dépensé environ 4,5 milliards de dollars pour des armes nucléaires en 2019.

L’ICAN souligne qu’en pleine pandémie de COVID-19, cet argent aurait plutôt pu servir à financer 100.000 lits de soins intensifs, 10.000 ventilateurs ainsi que les salaires de 20.000 infirmières et infirmiers, puis 10.000 médecins.

FRANCE
12 juillet 2019. Emmanuel Macron à Cherbourg pour le lancement du Suffren, premier sous-marin nucléaire d’attaque de la classe Barracuda. ©AFP
22 mars 2020. L’une des 20 tentes de l’EMR (élément militaire de réanimation) installées sur le parking du CHU de Mulhouse. ©Philippe de Poulpiquet

Le Royaume-Uni

En 2019, les dépenses du Royaume-Uni pour les armes nucléaires s’élèvent à 7,2 milliards de livres sterling. Pourtant, les rapports indiquent que le National Health Service (le service national public de santé du Royaume-Uni) est gravement en sous-effectif, avec 43.000 postes d’infirmières et 10.000 postes de médecins non pourvus. 
Selon l’ICAN, détourner les dépenses nucléaires d’une seule année suffirait à répondre à ces besoins, et plus encore. 

7,2 milliards de livres sterling se traduiraient par 100.000 lits de soins intensifs, 30.000 ventilateurs et les salaires de 50.000 infirmières et infirmiers, puis 40.000 médecins britanniques.

Royaume-Uni

Les États-Unis

À l’heure actuelle, aux États-Unis, les experts préviennent que les hôpitaux américains auraient besoin d’environ 300.000 lits supplémentaires dans les unités de soins intensifs et des dizaines de milliers de ventilateurs supplémentaires.

Les dépenses des États-Unis pour les armes nucléaires en 2019 s’élèvent à 35,1 milliards de dollars, soit environ le double de la France et du Royaume-Uni réunis. Selon la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), ce montant aurait pu servir à financer 300.000 lits de soins intensifs, 35.000 ventilateurs ainsi que les salaires de 150.000 infirmières et infirmiers, puis 75.000 médecins.

États-Unis

Source : Basta ! / icanw.org /

Laisser un commentaire