Les données du VAERS révèlent une multiplication par 50 des grossesses extra-utérines après les injections de vaccin COVID-19

3
2878

Vendredi 26 novembre 2021 par : Mary Villareal

https://www.afinalwarning.com/574146.html

Les données du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) font état de 2620 décès fœtaux de plus après l’administration du vaccin contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19) que le nombre de décès fœtaux rapportés par tous les autres vaccins au cours des 30 dernières années.

L’un des “symptômes” relevés concerne la grossesse extra-utérine.

En effectuant une recherche dans le VAERS sur les grossesses extra-utérines consécutives à des injections de COVID-19 au cours des 11 derniers mois, on a recensé 52 cas en 11 mois où des mères enceintes ont reçu des injections de vaccin COVID-19 , puis se sont révélées plus tard avoir une grossesse extra-utérine.

À titre de comparaison, il y a eu 30 cas où des mères enceintes ont reçu des vaccins approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) et ont déclaré des grossesses extra-utérines au cours des 30 dernières années, soit une moyenne d’une grossesse extra-utérine par an.

Cela signifie que le nombre de grossesses extra-utérines a été multiplié par 50 chez les femmes ayant reçu des injections de vaccin COVID-19 par rapport aux autres femmes ayant reçu des vaccins sûrs et approuvés par la FDA au cours des 30 dernières années.

De nombreux exemples de ces morts fœtales ont été signalés, mais le gouvernement continue de fermer les yeux alors que les rapports continuent d’affluer.

Ainsi, au Canada, deux médecins et quelques manifestants se sont récemment rassemblés à l’hôpital Lions Gate de North Vancouver pour demander à la Gendarmerie royale du Canada de porter plainte contre des responsables de la santé après qu’il a été signalé que 13 décès de fœtus mort-nés avaient eu lieu en 24 heures.

En savoir plus sur la grossesse extra-utérine

Une grossesse commence toujours par la fécondation d’un ovule. Cet ovule fécondé se fixe généralement à la paroi de l’utérus. Mais dans les grossesses extra-utérines, l’ ovule fécondé s’implante et se développe à l’extérieur de la cavité principale de l’utérus, généralement dans une trompe de Fallope. Elle peut également se produire dans d’autres zones, comme l’ovaire, la cavité abdominale ou la partie inférieure de l’utérus (col de l’utérus).

En raison de l’emplacement de l’ovule fécondé, une grossesse extra-utérine ne peut pas se dérouler normalement. L’ovule fécondé ne peut pas survivre dans d’autres parties du corps, et il peut même provoquer des hémorragies potentiellement mortelles s’il n’est pas traité.

La plupart des femmes enceintes ne remarquent aucun symptôme de grossesse extra-utérine à un stade précoce. Cependant, la grossesse extra-utérine présente les signes et symptômes habituels de la grossesse, tels que l’absence de règles, la sensibilité des seins et les nausées. (Related : La nouvelle « pilule du lendemain » est-elle un vaccin contre le Covid ?)

Les femmes qui font des tests de grossesse constatent que leurs résultats sont positifs, mais la grossesse ne peut pas se poursuivre normalement. Au fur et à mesure que l’ovule fécondé se développe dans un endroit inapproprié, les signes et les symptômes deviennent plus perceptibles.

Souvent, les premiers signes d’alerte sont de légers saignements vaginaux et des douleurs pelviennes. Si du sang s’écoule de la trompe de Fallope, il peut également y avoir des douleurs à l’épaule ou une envie d’aller à la selle, selon l’endroit où le sang s’accumule et les nerfs qui sont irrités.

Certains facteurs rendent les femmes plus susceptibles d’avoir des grossesses extra-utérines, notamment l’inflammation, les infections dues à des maladies sexuellement transmissibles, les traitements de fertilité, une chirurgie tubaire antérieure et même le choix de la méthode de contraception.

On ne peut pas prévenir une grossesse extra-utérine, mais il existe des moyens de diminuer le risque, comme la limitation du nombre de partenaires sexuels et l’utilisation de préservatifs pour prévenir les infections sexuellement transmissibles. Le tabagisme étant également un facteur de risque, il est conseillé aux femmes d’arrêter de fumer lorsqu’elles essaient de tomber enceintes.

Le vaccin COVID-19 est-il vraiment sûr pour les femmes enceintes ?

Une étude distincte qui a fait état de résultats préliminaires concernant l’innocuité des vaccins COVID-19 chez les personnes enceintes a noté que les essais cliniques des vaccins COVID-19 à base d’ARNm n’incluaient pas de femmes enceintes, ce qui limitait les données sur l’innocuité dans ce groupe.

Comme un plus grand nombre de femmes enceintes dans la population générale ont reçu les vaccins depuis, elles ont pu fournir des informations pour évaluer les données de sécurité .

Les résultats ont montré que 3 958 femmes enceintes se sont inscrites dans les registres du système de surveillance, et que la douleur au site d’injection était la plus fréquente chez les femmes enceintes. Cependant, les résultats de la grossesse étaient préoccupants.

Parmi les femmes inscrites, seules 827 participantes ont mené leur grossesse à terme. Parmi celles-ci, 86,1 % ont donné naissance à un enfant vivant, 12,6 % ont eu un avortement spontané, 0,1 % ont eu une mortinaissance et 1,2 % ont eu d’autres résultats comme un avortement provoqué et une grossesse extra-utérine.

Les données du VAERS du 14 décembre 2020 au 28 février 2021 montrent à elles seules 29,9 pour cent de rapports liés à la grossesse sur 221, dont la plupart comprennent des avortements spontanés – 37 au premier trimestre, deux au deuxième trimestre et sept inconnus ou non signalés.

Les auteurs ont conclu que les données provenant de trois systèmes de surveillance différents – y compris le VAERS – n’indiquaient aucun signal de sécurité évident concernant les issues de grossesse ou néonatales associées aux vaccinations par COVID-19.

Bien qu’elles ne soient pas directement comparables, les proportions d’effets indésirables chez les femmes vaccinées seraient similaires à celles rapportées dans les études les concernant avant la pandémie. Les experts suggèrent que des études supplémentaires sont nécessaires, en particulier chez les femmes vaccinées au cours du premier trimestre.

Pour en savoir plus sur les effets indésirables consécutifs à la vaccination par COVID-19, consultez le site suivant

Immunization.news.

Sources :

GlobalResearch.ca

MayoClinic.org

OBGProject.com

3 Commentaires

Laisser un commentaire