Les enfants meurent davantage du vaccin COVID que du COVID lui-même

2
4333

Le 7 janvier 2022, cet article a été publié par l’équipe de The Liberty Beacon

Selon Collette Martin, une infirmière en exercice qui a témoigné lors d’une audience du Comité de la santé et du bien-être de Louisiane le 6 décembre 2021, les enfants ont des réactions “terrifiantes” à l’injection de COVID, mais ses préoccupations ont toutes été simplement rejetées.

Au cours des dix dernières années, le nombre moyen de rapports d’événements indésirables après une vaccination a été d’environ 39 000 par an, avec une moyenne de 155 décès.

Et ce, pour tous les vaccins disponibles confondus.

Les vaccins COVID représentent à eux seuls 983 756 rapports d’événements indésirables au 17 décembre 2021, dont 20 622 décès – et cela n’inclut pas le facteur de sous-déclaration, dont nous savons qu’il est important.

Les enfants risquent d’avoir des problèmes de santé qui peuvent durer toute leur vie à cause du vaccin. La myocardite (inflammation du cœur) est apparue comme l’un des problèmes les plus fréquents, en particulier chez les garçons et les jeunes hommes.

La myocardite est inversement proportionnelle à l’âge, de sorte que le risque augmente avec l’âge. Le risque est également fonction de la dose, les garçons présentant un risque de myocardite six fois plus élevé après la deuxième dose.

Les données britanniques montrent que le nombre de décès chez les adolescents a augmenté depuis que cette tranche d’âge peut bénéficier de l’injection de COVID.

Entre la semaine se terminant le 26 juin et celle se terminant le 18 septembre 2020, 148 décès ont été signalés chez les jeunes de 15 à 19 ans. Au cours de ces mêmes semaines en 2021, 217 décès sont survenus dans ce groupe d’âge, soit une augmentation de 47 %.

Plus d’enfants meurent de la piqûre du COVID que du COVID


Analyse du Dr Joseph Mercola

Une infirmière en exercice qui a témoigné devant une audience du Comité de la santé et du bien-être de Louisiane le 6 décembre 2021.1,2 Mme Martin affirme qu’elle et ses collègues ont été témoins de réactions “terrifiantes” aux injections de COVID chez les enfants

– y compris des caillots sanguins, des crises cardiaques, des encéphalopathies et des arythmies –

mais ses préoccupations sont tout simplement rejetées.

Chez les patients âgés, elle a remarqué une augmentation des chutes et une apparition aiguë d’une confusion “sans aucune étiologie connue”. Des collègues de travail subissent également des effets secondaires, tels que des problèmes de vision et des troubles cardiovasculaires.

Mme Martin souligne que peu de médecins ou d’infirmières sont au courant de l’existence du système américain de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS), de sorte que les blessures ne sont pas signalées. Les hôpitaux ne recueillent pas non plus de données sur les blessures causées par le vaccin COVID par d’autres moyens, de sorte qu’il n’y a pas de données sur lesquelles enquêter, même si on le voulait. Selon Mme Martin :

“Nous ne voyons pas seulement des réactions aiguës graves [à court terme] avec ce vaccin, mais nous n’avons aucune idée des réactions à long terme. Cancers, [troubles] auto-immuns, infertilité. Nous ne savons tout simplement pas.

Nous sacrifions potentiellement nos enfants par peur de PEUT-ÊTRE mourir, de tomber malade d’un virus – un virus dont le taux de survie est de 99 %.

À l’heure actuelle, nous avons plus d’enfants qui sont morts à cause du vaccin COVID que le COVID lui-même.

Et puis, pour le Département de la Santé, sortir et dire que la nouvelle variante [Omicron] a tous les effets secondaires des réactions au vaccin que nous voyons actuellement – c’est exaspérant, et je ne comprends pas pourquoi plus de gens ne le voient pas. Je pense qu’ils le voient, mais ils ont peur de parler et, pire encore, d’être licenciés… De quel côté de l’histoire serez-vous ? Je dois savoir que cette folie s’arrêtera.”

Mme Martin déclare également qu’elle pense que le protocole de traitement de l’hôpital tue les patients du COVID. Les médecins s’accordent à dire qu’il “ne fonctionne pas”, mais que “c’est tout ce que nous avons”. Mais “ce n’est tout simplement pas vrai”, dit-elle. “C’est juste ce que le CDC nous autorise à donner”.

Ce que les données VAERS nous disent sur les risques du vaccin COVID


J’ai récemment interviewé Jessica Rose, Ph.D., chargée de recherche à l’Institute for Pure and Applied Knowledge en Israël, sur ce que les données du VAERS nous apprennent sur les risques des piqûres de COVID. Comme l’a indiqué Mme Rose, le nombre moyen de rapports d’événements indésirables après une vaccination au cours des dix dernières années est d’environ 39 000 par an, avec une moyenne de 155 décès. Et ce, pour tous les vaccins disponibles confondus.

Les vaccins COVID représentent à eux seuls 983 756 rapports d’événements indésirables au 17 décembre 2021, dont 20 622 décès3

– sans compter le facteur de sous-déclaration, dont nous savons qu’il est important et qu’il est probablement 5 à 40 fois plus élevé que le nombre de rapports. La plupart des médecins et des infirmières ne savent même pas ce qu’est le VAERS et même s’ils le savent, ils ont choisi de ne pas signaler les incidents.

Vous ne pouvez même pas comparer les vaccins COVID aux autres vaccins.

Ce sont de loin les injections les plus dangereuses jamais créées, et pourtant il ne semble pas y avoir de seuil de nuisance acceptable.

Personne au sein du CDC ou de la Food and Drug Administration, qui gèrent conjointement le VAERS, ne s’est penché sur ces chiffres choquants. Les deux agences nient outrageusement qu’un seul décès puisse être attribué aux vaccins COVID, ce qui est tout simplement impossible. Ce n’est pas statistiquement plausible.

La FDA et les CDC ignorent également les analyses de données standard qui peuvent faire la lumière sur la causalité.

C’est ce que l’on appelle les critères de Bradford Hill – un ensemble de 10 critères qui doivent être satisfaits afin de démontrer une forte preuve de relation causale. L’un des plus importants de ces critères est la temporalité, car une chose doit précéder l’autre, et plus la durée entre deux événements est courte, plus la probabilité d’un effet causal est élevée.

Or, dans le cas des vaccins COVID, 50 % des décès surviennent dans les 48 heures suivant l’injection. Il n’est tout simplement pas concevable que 10 000 personnes soient mortes deux jours après leur piqûre d’une autre cause que la piqûre.

Tout cela ne peut pas être une coïncidence. D’autant plus qu’un grand nombre d’entre elles sont plus jeunes et ne souffrent d’aucune maladie mortelle sous-jacente qui pourrait les tuer à tout moment. 80% d’entre elles sont mortes dans la semaine qui a suivi leur piqûre, ce qui est tout de même incroyablement proche en termes de temporalité4.

Les enfants risquent des dommages cardiaques permanents

Outre le risque immédiat de décès, les enfants sont également exposés à des problèmes de santé qui peuvent durer toute la vie.

La myocardite (inflammation cardiaque) est apparue comme l’un des problèmes les plus fréquents, en particulier chez les garçons et les jeunes hommes.

Début septembre 2021, Tracy Beth Hoeg et ses collègues ont publié une analyse5 des données du VAERS sur le serveur de préimpression medRxiv, montrant que plus de 86 % des enfants âgés de 12 à 17 ans ayant signalé des symptômes de myocardite étaient suffisamment graves pour nécessiter une hospitalisation.

Les cas de myocardite explosent après la deuxième piqûre, a constaté Hoeg, et touchent de manière disproportionnée les garçons. Pas moins de 90 % des cas de myocardite signalés après l’injection sont des garçons, et 85 % des cas sont survenus après la deuxième dose. D’après Hoeg et al:6

” L’incidence estimée des ECA [événements indésirables cardiaques] chez les garçons âgés de 12 à 15 ans après la deuxième dose était de 162 par million ;

l’incidence chez les garçons âgés de 16 à 17 ans était de 94 par million.

L’incidence estimée des ECA chez les filles était de 13 par million dans les deux groupes d’âge.”

Il ne fait aucun doute que les médecins constatent une augmentation des myocardites, mais peu d’entre eux sont prêts à en parler. Dans un récent post sur Substack, Steve Kirsch écrit :7

“Je viens de lire un commentaire “réservé aux prestataires de soins de santé”. On estime que le taux de myocardite est 100 fois plus élevé, mais personne ne l’apprendra puisque les cardiologues ne veulent pas en parler par crainte de représailles.

Son commentaire est une conversation privée qu’elle a eue avec un cardiologue pédiatrique. Le cardiologue ne dira jamais cela en public, à la presse, et son nom ne sera jamais révélé car son premier devoir est envers sa famille (garder son emploi).

Si un “vérificateur de faits” appelait le cardiologue, il pourrait soit refuser de commenter, soit dire “Je vois un peu plus de cas après la mise en place du vaccin”. Voici le commentaire exact qui a été posté sur la sous-poche privée :

“Avant la mise en place du vaccin, un ou deux cas par an de myocardite. Maintenant, la moitié de sa salle d’attente. Il dit aux parents qu’ils ‘étudient’ la causalité. Il les oriente vers un spécialiste des maladies infectieuses pour discuter de leurs autres enfants.

Il admet que lui et environ 50 % de ses collègues savent ce qui se passe, mais sont trop terrifiés pour en parler par crainte de représailles de la part des hôpitaux et des commissions d’agrément des États.

Les autres 50 % ne veulent pas savoir, s’en fichent et/ou se délectent de la dissonance cognitive (comme le Dr Harvey [Cohen] à Stanford) et/ou laissent libre cours à leur démon autoritaire. Bonne chance avec ces anciens collègues. La puanteur est accablante.

… De 1 ou 2 cas par an à “la moitié de sa salle d’attente“. Je ne connais pas la taille de sa salle d’attente, mais il y a au moins deux personnes depuis qu’il a dit “la moitié”. Donc, le taux a augmenté de : 250 jours par an d’ouverture/1,5 cas moyen par an = 166 fois.”

La myocardite n’est pas un effet secondaire léger et sans conséquence

En octobre 2021, Rose et le Dr Peter McCullough ont également soumis à la revue Current Problems in Cardiology un article8 sur les cas de myocardite enregistrés dans le VAERS à la suite des injections de COVID.

Tout était prêt pour la publication quand, soudain, la revue a changé d’avis et l’a retiré.

Mais vous pouvez toujours trouver la pré-preuve sur le site de Rose. Les données montrent clairement que la myocardite est inversement proportionnelle à l’âge, de sorte que le risque augmente avec l’âge. Le risque est également fonction de la dose, les garçons présentant un risque de myocardite six fois plus élevé après la deuxième dose.

Alors que nos autorités sanitaires se moquent de ce risque en affirmant que les cas sont “légers”, c’est un mensonge effrayant. Les lésions cardiaques sont généralement permanentes, et le taux de survie à trois ou cinq ans en cas de myocardite a toujours été compris entre 56 % et 83 %9.

Les patients atteints de myocardite aiguë fulminante (caractérisée par une dysfonction systolique ventriculaire gauche sévère nécessitant un traitement médicamenteux ou une assistance circulatoire mécanique10) qui survivent à la phase aiguë ont un taux de survie de 93 % à 11 ans, alors que ceux atteints de myocardite aiguë non fulminante (dysfonction systolique ventriculaire gauche, mais par ailleurs hémodynamiquement stable11) ont un taux de survie de seulement 45 % à 11 ans12.

Cela signifie qu’entre 7 % et 55 % des adolescents blessés par ces vaccins aujourd’hui pourraient ne pas survivre jusqu’à la fin de leur vingtaine ou au début de leur trentaine.

Certains pourraient même ne pas atteindre le début de la vingtaine !

Comment cela peut-il être un compromis acceptable pour un virus dont vous n’avez pratiquement aucun risque de mourir en tant qu’enfant ou adolescent ?

La surmortalité explose, y compris chez les adolescents

Tout au long de la pandémie, le vaccin COVID a été présenté comme le moyen de revenir à la normale.

Pourtant, malgré les injections massives et les rappels, le nombre de décès en excès continue d’augmenter. Par exemple, au cours de la semaine se terminant le 12 novembre 2021, le Royaume-Uni a signalé 2 047 décès de plus13 que ceux survenus au cours de la même période entre 2015 et 2019.

Le COVID-19 ne peut pas être entièrement à blâmer, car il ne figurait sur les certificats de décès que pour 1 197 personnes. Ce qui est encore plus révélateur, c’est que, depuis juillet 2021, les décès non liés au COVID au Royaume-Uni sont plus élevés que la moyenne hebdomadaire des cinq années précédant la pandémie. Les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux semblent être à l’origine d’un grand nombre de ces décès excessifs, et tous deux sont des effets secondaires connus du vaccin COVID.

Dans un message Twitter du 28 novembre 202114, Ben M. (@USMortality), ingénieur logiciel de la Silicon Valley, a révélé qu’au cours des 13 semaines précédentes, environ 107 700 personnes âgées sont décédées au-delà du taux normal, malgré un taux de vaccination de 98,7 %. Dans un autre exemple, il a utilisé des données du CDC et de census.gov pour montrer que le nombre de décès excédentaires augmente dans le Vermont alors même que la majorité des adultes ont été vaccinés15.

“Le Vermont a fait vacciner 71% de l’ensemble de sa population au 1er juin 2021”, a-t-il tweeté.

“Cela représente 83% de leur population adulte, et pourtant, ils constatent actuellement la plus grande surmortalité depuis la pandémie !”.

Plus inquiétant encore, les données britanniques montrent que les décès chez les adolescents ont connu un pic depuis que ce groupe d’âge est devenu éligible aux vaccins COVID.16

Entre la semaine se terminant le 26 juin et la semaine se terminant le 18 septembre 2020, 148 décès ont été signalés chez les 15 à 19 ans.

Entre la semaine se terminant le 25 juin 2021 et la semaine se terminant le 17 septembre 2021, 217 décès sont survenus dans ce groupe d’âge.

Il s’agit d’une augmentation de 47 % !

Corrélation n’est pas synonyme de causalité, mais il est extrêmement préoccupant de voir que les décès ont augmenté de 47% chez les adolescents de plus de 15 ans, et que les décès dus au COVID-19 ont également augmenté dans ce groupe d’âge depuis qu’ils ont commencé à recevoir le vaccin COVID-19, et c’est peut-être une coïncidence de trop. ~ The Exposé

Les décès dus au COVID-19 ont également augmenté chez les jeunes de 15 à 19 ans après la mise en place du vaccin pour cette tranche d’âge. Des inquiétudes importantes ont été soulevées quant à la possibilité que les vaccins COVID-19 puissent aggraver la maladie du COVID-19 par le biais d’un renforcement dépendant des anticorps (ADE).17

Est-ce ce qui se passe ici ?

Comme le rapporte The Exposé, qui a mené l’enquête :18

“Corrélation n’est pas synonyme de causalité, mais il est extrêmement préoccupant de voir que les décès ont augmenté de 47% chez les adolescents de plus de 15 ans, et que les décès dus au COVID-19 ont également augmenté dans ce groupe d’âge depuis qu’ils ont commencé à recevoir le vaccin COVID-19,

et c’est peut-être une coïncidence de trop.”

Omicron ne présente aucun risque pour les jeunes

Comme le note une analyse récente du Dr Robert Malone19 (qui a récemment été banni de Twitter mais que l’on peut trouver sur Substack), le rapport risque-bénéfice de la piqûre COVID s’inverse encore plus avec l’émergence d’Omicron, car cette variante produit une maladie bien plus bénigne que les variantes précédentes, ce qui place les enfants dans une situation où le risque d’hospitalisation ou de décès par infection est encore plus faible qu’auparavant, et leur risque était déjà négligeable.

M. Malone est actuellement à la tête de la deuxième déclaration des médecins20 de l’Alliance internationale des médecins et des scientifiques médicaux, qui a été signée par plus de 16 000 médecins et scientifiques. Cette déclaration stipule que

“les enfants en bonne santé ne doivent pas être soumis à une vaccination forcée”, car leur risque clinique d’infection par le SRAS-CoV-2 est négligeable et la sécurité à long terme des injections ne peut être déterminée avant l’adoption de telles politiques.

Non seulement les enfants courent un risque élevé d’effets indésirables graves liés aux injections, mais la présence d’enfants sains non vaccinés dans la population est essentielle pour obtenir une immunité collective.

Les vaccins doublent le risque de syndrome coronarien aigu

Les chercheurs ont également constaté que les injections de Pfizer et Moderna mRNA COVID-19 augmentent considérablement les biomarqueurs associés à la thrombose, à la cardiomyopathie et à d’autres événements vasculaires après l’injection21.

Les personnes qui avaient reçu deux doses de la piqûre d’ARNm ont plus que doublé leur risque de syndrome coronarien aigu (SCA) à cinq ans, selon les chercheurs, le faisant passer de 11 % à 25 % en moyenne. Le SCA est un terme générique qui englobe non seulement les crises cardiaques, mais aussi une série d’autres affections impliquant une réduction brutale du flux sanguin vers le cœur. Dans un tweet du 21 novembre 2021, le Dr Aseem Malhotra, cardiologue, a écrit :22

“Extraordinaire, inquiétant, bouleversant. Nous avons maintenant la preuve d’un mécanisme biologique plausible de la façon dont le vaccin ARNm peut contribuer à l’augmentation des événements cardiaques. L’abrégé est publié dans la revue de cardiologie ayant le plus fort impact, nous devons donc prendre ces résultats très au sérieux.”

L’AMA est d’accord pour sacrifier des enfants

Tragiquement, il n’y a pas que le CDC et la FDA qui ont été capturés par l’industrie pharmaceutique et qui sacrifient la santé publique, y compris la santé de nos enfants, afin de faire avancer le programme technocratique de la Grande Remise.

Même l’American Medical Association, qui est censée faire pression pour les médecins et les étudiants en médecine aux États-Unis et promouvoir la médecine pour l’amélioration de la santé publique, a abandonné tout semblant d’éthique, de transparence et d’honnêteté.

Dans un article publié à la mi-novembre 2021 sur le site Web de l’AMA, intitulé “COVID-19 Vaccine for Kids : How We Know It’s Safe” (Vaccin COVID-19 pour les enfants : comment nous savons qu’il est sûr)23, Tanya Albert Henry, rédactrice en chef, cite des données tirées directement du communiqué de presse de Pfizer, puis poursuit en affirmant que nous “savons qu’il est sûr” parce que “les jeunes enfants présentent les mêmes effets secondaires que ceux observés chez les adultes et les adolescents”. D’après les données du VAERS, cela devrait donner des frissons aux parents.

“L’Académie américaine de pédiatrie est favorable à la vaccination de ce groupe d’âge, tout comme l’Académie américaine de médecine familiale et la Société des maladies infectieuses pédiatriques, a déclaré le Dr Fryhofer, président élu du conseil d’administration de l’AMA”, écrit M. Henry.

“Le Dr Fryhofer a noté que la myocardite était un phénomène rare après la deuxième dose des vaccins à ARNm. Le risque observé est le plus élevé chez les jeunes hommes âgés de 12 à 29 ans, mais l’infection par le COVID peut également provoquer une myocardite”, a-t-elle souligné.

‘Pour les adolescents et les jeunes adultes, le risque de myocardite causé par l’infection par le COVID est beaucoup plus élevé qu’après la vaccination par ARNm.'”

Vraiment ? Où Fryhofer a-t-il trouvé cette idée qu’il était bon de vacciner les enfants ? Je n’ai vu aucune donnée pour étayer cela, et il n’en fournit aucune.

Que montrent les données du VAERS ?

Une recherche publiée en 201724 a calculé le taux de fond de la myocardite chez les enfants et les jeunes, montrant qu’elle se produit à un taux de quatre cas par million et par an. Selon le Bureau du recensement des États-Unis, en 2020, il y avait 73,1 millions de personnes de moins de 18 ans aux États-Unis.25 Cela signifie que le taux de fond de la myocardite chez les adolescents (18 ans et moins) serait d’environ 292 cas par an.

En date du 17 décembre 2021, en ne tenant compte que des rapports américains et en excluant les rapports internationaux, le VAERS avait reçu :26

  • 308 cas de myocardite chez les jeunes de 18 ans
  • 252 cas chez les jeunes de 17 ans
    226 cas chez des jeunes de 16 ans
  • 256 cas chez des jeunes de 15 ans
    193 cas chez des jeunes de 14 ans
  • 132 cas chez des jeunes de 13 ans
    108 cas chez les jeunes de 12 ans

Au total, cela représente 1 475 cas de myocardite chez les adolescents de 18 ans et moins, soit cinq fois le taux de base.

Et encore, cela ne tient pas compte du taux de sous-déclaration, qui, selon les calculs, se situe entre 5 et 40.

Entre-temps, le CDC27 affirme qu’entre mars 2020 et janvier 2021,

“le risque de myocardite était de 0,146 % chez les patients ayant reçu un diagnostic de COVID-19”, contre un taux de fond de 0,009 % chez les patients n’ayant pas reçu de diagnostic de COVID-19.

Après ajustement des “caractéristiques des patients et des hôpitaux“, les patients âgés de 16 à 39 ans atteints de COVID-19 étaient en moyenne sept fois plus susceptibles de développer une myocardite que les autres.

Cela dit, le CDC a souligné que “dans l’ensemble, la myocardite était peu fréquente” chez tous les patients, qu’ils aient été infectés par le COVID ou non. Qui plus est, seuls 23,7 % des patients atteints de myocardite âgés de 16 à 24 ans avaient des antécédents de COVID-19, de sorte que la majorité des cas dans cette tranche d’âge n’étaient pas dus au COVID.

Nous ne parlons pas non plus de gros chiffres en termes d’infections réelles par le COVID. Le taux d’hospitalisation hebdomadaire des adolescents a atteint un pic de 2,1 pour 100 000 au début du mois de janvier 2021, a diminué à 0,6 pour 100 000 à la mi-mars, et a augmenté à 1,3 pour 100 000 en avril28.

En utilisant ce taux d’hospitalisation maximal de 2,1 pour 100 000 (ou 21 par million) dans ce groupe d’âge, et en supposant que le risque de myocardite est de 0,146 % chez les patients COVID-positifs, nous obtenons un taux de myocardite due au COVID chez les adolescents de 0,03 par million. Ce taux est très éloigné du taux de base normal de quatre cas par million, de sorte que le risque de contracter une myocardite à la suite d’une infection par le SRAS-CoV-2 est probablement assez faible.

Maintenant, en supposant que le taux d’hospitalisation pour COVID chez les adolescents est de 21 par million, et que nous avons 73,1 millions d’adolescents, nous pourrions nous attendre à ce qu’il y ait 1 535 hospitalisations pour COVID dans ce groupe d’âge en un an. Si 0,146 % de ces 1 535 adolescents développent une myocardite, on peut s’attendre à ce que 2,2 cas de myocardite surviennent chaque année dans ce groupe d’âge, parmi ceux qui ont contracté le COVID.

En résumé, d’après les statistiques du CDC, on peut s’attendre à ce qu’un peu plus de deux adolescents contractent une myocardite suite à une infection par le COVID-19.

Pendant ce temps, nous avons 1 475 cas signalés après le vaccin COVID en seulement six mois

(les injections pour les jeunes de 12 à 17 ans ont été autorisées le 30 juillet 2021)29.

Compte tenu de la sous-déclaration, le nombre réel pourrait se situer entre 7 375 et 59 000 – là encore, en six mois seulement ! Pour estimer un taux annuel, il faudrait le doubler, ce qui nous donnerait entre 14 750 et 118 000 cas de myocardite.

Alors, est-il vraiment vrai que “pour les adolescents et les jeunes adultes, le risque de myocardite causé par l’infection par le COVID est beaucoup plus élevé qu’après la vaccination par ARNm” ?

J’en doute.

Pouvez-vous atténuer les effets néfastes ?

Il n’y a absolument aucune raison médicale ou justification pour que les enfants et les adolescents se fassent vacciner contre le COVID. Il n’y a que des risques et aucun avantage. Si, pour une raison quelconque, votre fils ou votre fille a déjà reçu un ou plusieurs vaccins et que vous espérez réduire le risque de complications cardiaques et cardiovasculaires, je vous suggère de mettre en œuvre quelques stratégies de base.

Gardez à l’esprit que ces suggestions ne remplacent ni n’annulent les conseils médicaux qu’ils peuvent recevoir de leur pédiatre. Il s’agit uniquement de recommandations pour les cas où il n’y a pas de symptômes indésirables. Si votre enfant présente des symptômes d’un problème cardiaque ou cardiovasculaire, consultez immédiatement un médecin.

  1. D’abord et avant tout, ne lui faites pas d’autre injection ou rappel.
  2. Mesurez leur taux de vitamine D et assurez-vous qu’ils prennent suffisamment de vitamine D par voie orale et/ou qu’ils s’exposent judicieusement au soleil pour que leur taux se situe entre 60 ng/ml et 80 ng/ml (150 à 200 nmol/l).
  3. Éliminer toutes les huiles végétales (graines) de leur alimentation. Cela implique d’éliminer presque tous les aliments transformés et la plupart des repas au restaurant, à moins de convaincre le chef de ne cuisiner qu’avec du beurre. Évitez les sauces et les assaisonnements pour salade, car ils sont chargés d’huiles végétales.

Évitez également le poulet et le porc élevés de manière conventionnelle, car ils sont très riches en acide linoléique, une graisse oméga-6 qui est beaucoup trop présente chez presque tout le monde et qui contribue au stress oxydatif à l’origine des maladies cardiaques.

  1. Envisagez de leur donner environ 500 milligrammes par jour de NAC, car il aide à prévenir la formation de caillots sanguins et est un précurseur de l’important antioxydant glutathion.
  2. Envisagez la prise d’enzymes fibrinolytiques qui digèrent la fibrine à l’origine des caillots sanguins, des accidents vasculaires cérébraux et des embolies pulmonaires. La dose est généralement de deux à six capsules, deux fois par jour, mais doit être prise à jeun, soit une heure avant ou deux heures après un repas. Sinon, les enzymes ne feront qu’agir comme une enzyme digestive au lieu de digérer la fibrine.

Sources et References:

2 Commentaires

  1. Il faut stopper ces tueries !!! Les ASSASSINS (macron et sa bande) ne s’arrêteront pas d’eux-mêmes.
    Ils poursuivent leur oeuvre d’extermination !!!

Laisser un commentaire