Les États-Unis suspendent l’utilisation du vaccin de Johnson & Johnson en raison de caillots sanguins  » rares « … encore un vaccin qui pose problème…

2
1705

Encore un vaccin qui pose problème…

Les CDC et la FDA ont demandé un arrêt temporaire mais immédiat de l’utilisation du vaccin COVID de J&J pendant qu’ils enquêtent sur au moins six cas de caillots sanguins potentiellement dangereux chez des personnes ayant reçu le vaccin.

 Par la Children’s Health Defense Team

The Defender fait l’objet d’une censure sur de nombreux canaux sociaux. Assurez-vous de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant aux nouvelles du jour. C’est gratuit.

Les agences fédérales ont annoncé aujourd’hui qu’elles cesseraient d’utiliser le vaccin COVID à injection unique de Johnson & Johnson (J&J) dans les sites de vaccination de masse pendant qu’elles enquêtent sur le lien possible entre ce vaccin et des caillots sanguins potentiellement dangereux.

Les États et d’autres prestataires devraient également interrompre les vaccinations.

Dans une déclaration conjointe des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et de la Food and Drug Administration (FDA), les agences ont déclaré qu’elles enquêtaient sur six cas de caillots sanguins aux États-Unis. Tous les six sont survenus chez des femmes âgées de 18 à 48 ans, et les symptômes sont apparus six à 13 jours après la vaccination.

Une femme est décédée et une deuxième, dans le Nebraska, a été hospitalisée et se trouve dans un état critique, a rapporté le New York Times.

Les CDC vont convoquer une réunion du Comité consultatif sur les pratiques de vaccination mercredi pour examiner plus avant les cas et évaluer leur importance potentielle. La FDA examinera cette analyse, selon la déclaration commune.

Les agences ont déclaré que jusqu’à ce que « ce processus soit terminé, nous recommandons une pause dans l’utilisation de ce vaccin par excès de prudence ».

En plus de conseiller aux professionnels de la santé de signaler tout effet indésirable au Vaccine Adverse Event Reporting System, les agences ont recommandé

aux personnes qui ont reçu le vaccin J&J et qui développent de graves maux de tête, des douleurs abdominales, des douleurs dans les jambes ou un essoufflement dans les trois semaines suivant la vaccination de contacter leur prestataire de soins.

Des caillots sanguins ont également été liés au vaccin COVID d’AstraZeneca, qui n’a pas encore été approuvé aux États-Unis.

Le 7 avril, les autorités de réglementation de l’UE ont déclaré avoir identifié un « lien possible » entre le vaccin d’AstraZeneca et les caillots sanguins, mais ont affirmé que les avantages du vaccin l’emportaient sur les risques.

À l’époque, l’Agence européenne des médicaments a déclaré qu’elle enquêtait également sur plusieurs rapports de caillots sanguins chez des personnes ayant reçu le vaccin de J&J.

Lundi, la FDA a confirmé qu’elle enquêtait sur des caillots de sang chez des personnes ayant reçu le vaccin J&J.

Les vaccins AstraZeneca et J&J utilisent des technologies similaires, mais pas identiques, impliquant un vecteur adénovirus modifié, tandis que les vaccins Moderna et Pfizer utilisent la technologie ARNm.

La FDA a délivré une autorisation d’utilisation d’urgence pour le vaccin de J&J le 28 février. La société s’était engagée à livrer 20 millions de doses du vaccin au gouvernement américain avant la fin du mois de mars, mais elle a dû par la suite reporter l’échéance et réduire le nombre de doses.

Comme l’a rapporté The Defender lundi, le déploiement de J&J aux États-Unis a été tout sauf sans heurts.

La semaine dernière, les sites de vaccination de J&J dans quatre États ont dû fermer après avoir été informés de réactions indésirables. Les reportages n’ont pas révélé la nature des réactions qui, dans certains cas, ont entraîné l’hospitalisation des personnes vaccinées.

On a également signalé récemment des cas de percée du COVID chez des personnes ayant reçu le vaccin, commercialisé par sa filiale Janssen.

Au début du mois, le fabricant de vaccins a dû jeter 15 millions de doses de son vaccin après qu’elles ont été contaminées par des ingrédients du vaccin AstraZeneca dans une usine de fabrication non agréée de Baltimore.

Ce contretemps a contribué à l’annonce, la semaine dernière, que la société ne serait pas en mesure de tenir sa promesse de fournir 24 millions de doses supplémentaires de son vaccin à injection unique d’ici la fin avril.

Lundi, la société a été confrontée à la réaction des investisseurs après que son PDG a reçu une augmentation de salaire de 17 %, alors que des milliards de dédommagements sont versés pour le rôle de la société dans l’épidémie d’opioïdes du pays.

Le mois dernier, The Defender a fait état de la longue histoire de J&J en matière de poursuites civiles et pénales,

à la suite desquelles l’entreprise a dû payer des milliards d’amendes pour régler des procès, dont certains impliquant des rappels de produits.

2 Commentaires

  1. Je ne comprends pas les gens qui courent à leur perte en se faisant vacciner sans savoir ce qu’il y a dans les flacons de C19 fabriqués en quelque mois, alors qu’il y a des alternatives comme l’Hydroxychloroquine,l’Ivermectine l’artémisia,un spray nasal découvert en Turquie qui tue le virus à 99,9%!?Posez vous la question de savoir pourquoi les médecins n’ont pas le droit de les prescrire et se les faire délivrer en pharmacie, comme ce qui se faisait pour la grippe saisonnière !??

  2. les gens qui courent se vacciner que voulait vous leur dire c’est leur choix ils sont majeur puisqu’ils ne comprenne pas et que leurs mérdias corrompus leur mentent a longueur de journée et leur bourre le crane de mensonge ces gens la n’ont plus de cerveau .Un dicton de chez nous dit, un cheval de trait on n’en fait pas un cheval de course .Bonne lecture.

Laisser un commentaire