Les malheurs d’AstraZeneca persistent alors que les effets secondaires des vaccins font la une des journaux

2
2544

Les malheurs d’AstraZeneca se poursuivent alors qu’un caillot sanguin fait perdre à un homme la moitié de son intestin, que l’Inde rapporte 26 cas de caillots sanguins et que l’Indonésie suspend 45 000 doses suite au décès d’un homme de 22 ans.

Par Megan Redshaw

Le vaccin COVID d’AstraZeneca, qui n’est pas encore autorisé aux États-Unis, continue de faire l’objet d’une presse négative dans d’autres pays en raison de rapports faisant état d’effets secondaires indésirables.

Comme le rapporte The Defender aujourd’hui, le musicien Eric Clapton a déclaré avoir souffert d’effets secondaires « désastreux » après avoir reçu le vaccin.

Parmi les autres nouvelles récentes, citons les rapports en Inde de 26 cas de caillots sanguins liés à AstraZeneca, et en Colombie-Britannique, le rapport d’un homme de 43 ans qui se remet de complications dues à un caillot sanguin qu’il a développé après avoir pris le vaccin.

En Indonésie, les autorités sanitaires ont déclaré avoir suspendu un lot d’AstraZeneca à la suite du décès d’un homme de 22 ans.

Un homme « en bonne santé » perd la moitié de son intestin

Selon CBC News, un homme de 43 ans de la Colombie-Britannique, auparavant en bonne santé, est à l’hôpital pour se remettre des complications d’un caillot sanguin rare survenu après une vaccination par AstraZeneca.

Shaun Mulldoon a reçu le vaccin le 22 avril. Il a ensuite développé des symptômes, notamment des nausées, des maux de tête, de la fièvre et des vomissements. Le 8 mai, M. Mulldoon a observé la présence de sang dans ses vomissures et ses selles, ce qui l’a incité à consulter un médecin en urgence.

Les médecins ont découvert un caillot de sang dans l’abdomen de Mulldoon et ont pratiqué une intervention chirurgicale d’urgence au cours de laquelle ils ont retiré deux mètres de son intestin grêle.

Selon les médecins, M. Mulldoon a été victime d’un syndrome inhabituel et grave lié au vaccin d’AstraZeneca, appelé thrombocytopénie immunitaire thrombotique induite par le vaccin (TITV).

Les symptômes comprennent de graves maux de tête, des douleurs, des membres enflés, des nausées, des vomissements et un essoufflement.

M. Mulldoon estime qu’il n’a pas été suffisamment averti des risques du vaccin ni protégé contre eux. Il a posté sur les médias sociaux qu’il aurait souhaité avoir plus d’informations sur le « pire des scénarios ».

« Dix-sept jours après mon vaccin, j’ai dû subir une intervention chirurgicale d’urgence pour retirer plus de six pieds de mon intestin grêle. J’avais un caillot de sang massif. Deuxième opération deux jours plus tard pour en retirer davantage. Mon chirurgien m’a dit que c’était très proche. »

  • « J’aurais vraiment aimé qu’ils nous fassent savoir à quoi pouvait ressembler le « pire des scénarios »…
    Si vous, ou si l’un de vos amis ou membres de votre famille a reçu un vaccin Astrazeneca….
    J’ai eu des douleurs à l’estomac 10 jours plus tard (lundi).
    Ils ont continué pendant 5 jours de plus
    J’ai parlé à mon médecin de famille deux fois, le lundi, et à nouveau 4 jours plus tard, le vendredi.
    J’ai eu un test covid négatif le mercredi
    17 jours après mon vaccin, j’ai dû subir une intervention chirurgicale d’urgence pour retirer plus d’un mètre de mon intestin grêle. J’avais un caillot de sang massif.
    Deuxième opération deux jours plus tard pour en retirer davantage. Mon chirurgien m’a dit que c’était très proche.
    Si vous recevez Atsra et que vous ne vous sentez pas à 100 %, rendez-vous immédiatement aux urgences !Toujours à l’hôpital une semaine plus tard« 

La femme de M. Muldoon a déclaré que l’épreuve a été difficile pour la famille, qui compte deux enfants d’âge scolaire.

« Nous ne sommes pas des anti-vaxx. Nous voulons simplement que les gens prennent au sérieux tout symptôme indésirable consécutif au vaccin », a-t-elle déclaré.

Le VITT a également été associé au vaccin COVID de Johnson & Johnson (J&J), qui utilise une technologie adénovirus-vecteur similaire. Le 12 mai, des responsables des Centers for Disease Control and Prevention ont identifié une « association causale plausible » entre le vaccin de J&J et des troubles de la coagulation sanguine potentiellement mortels après avoir identifié 28 cas – dont trois décès – chez des personnes ayant reçu le vaccin.

26 cas de caillots sanguins identifiés en Inde après la prise d’AstraZeneca

L’Inde a déclaré lundi avoir identifié 26 cas suspects de coagulation sanguine, un risque que le ministère de la santé du pays a qualifié de « minuscule ».

Dans un communiqué de presse, le ministère indien de la santé chargé de surveiller les effets secondaires du COVID a examiné 498 cas d’effets secondaires graves et sévères après l’injection du vaccin. Vingt-six cas étaient potentiellement « thromboemboliques », c’est-à-dire que la formation d’un caillot dans un vaisseau sanguin peut se détacher et boucher un vaisseau dans les poumons (embolie pulmonaire), le cerveau (accident vasculaire cérébral), le tractus gastro-intestinal, les reins ou la jambe.

Le ministère a déclaré que ce « risque minuscule mais définitif » – 0,61 cas d’hémorragie ou de coagulation par million de doses – est inférieur au taux britannique de quatre et au taux allemand de 10 par million de doses, rapporte Forbes.

L’étude indienne a été menée après que des inquiétudes aient été soulevées dans certains pays sur des « événements emboliques et thrombotiques » post-vaccination le 11 mars, notamment avec le vaccin AstraZeneca-Oxford.

Au 3 avril, plus de 23 000 événements indésirables, dont 700 de nature « grave et sévère », avaient été signalés par la plateforme CoWIN qui surveille les effets indésirables en Inde.

On estime que 164 millions de doses d’AstraZeneca ont été administrées à ce jour.

L’Indonésie suspend la distribution d’AstraZeneca après le décès d’un homme

L’Indonésie a suspendu la distribution d’un lot de vaccin d’AstraZeneca pour effectuer des tests de stérilité et de toxicité après la mort d’un homme de 22 ans, un jour seulement après son inoculation, a déclaré dimanche le ministère de la santé.

Le ministère de la santé a qualifié cette suspension d' »effort prudent du gouvernement pour garantir la sécurité du vaccin », mais prévoit d’utiliser d’autres lots du vaccin qu’il a reçus.

Le lot en question se compose d’environ 450 000 doses reçues par l’intermédiaire de l’installation COVAX soutenue par l’Organisation mondiale de la santé. Les résultats des tests de stérilité et de toxicité effectués par l’agence indonésienne de surveillance des médicaments et des aliments devraient être connus d’ici une à deux semaines.

2 Commentaires

  1. Le pire dans tout ça, c’est que les effets secondaires relatés viennent uniquement de la pharmaco-vigilance, connue pour être notoirement insuffisante parce que ne prenant en compte qu’environ 1 % des cas effectifs…
     
    Autant dire qu’en sus du stress soigneusement distillé par les MSM, l’empilement de tous ces effets est d’ores et déjà catastrophique pour la santé de l’Homme de la rue, dont les risques ne sont en moyenne que de 0.52 % (conclusion de l’étude épidémiologique mondiale de J.Ioannidis) et encore, car il faut qu’il dépasse les 75 ans.

  2. Tout ça participe au génocide mondial qui est en marche
    Ce sont les vaccins qui sont mortels, et non le virus
    Ils sont très forts, en même temps avec tous les médias à leur botte, ce n’est guère difficile de voir tous ces moutons aller à l’abattoir, certains étant même très heureux après la piquouse

Laisser un commentaire