Les masques chirurgicaux nuisent aux enfants et certains sont même morts – mais le gouverneur de l’état de Californie impose à tout le monde de les porter ?

0
6461
de Maman Colibri

par Brian Shilhavy
Rédacteur, Health Impact News

Traduction pour cogiito.com : PAJ

À nouveau, les Observateurs du Monde ou de l’AFP , de FB ou de Google, ne pourront pas prétendre à de la Fake News il s’agit ici de purs études scientifiques, et ce ne sont pas des journalistes qui n’ont pas la capacité professionnelle de contrecarre des chercheurs en médecine, qui vont s’opposer à la science. Ne vous laissez pas manipuler par cette censure d’une presse sous contrôle.

Il serait impossible que les observateurs osent prétendre encore une fois, que cet article est une information partiellement vraie ou fausse, tout est vérifié, mais pas par eux. La censure bat son plein en France, la nouvelle société de techno-fascisme.

Le gouverneur de Californie Gavin Newsom et le département californien de la santé publique ont annoncé aujourd’hui que tout le monde dans l’État de Californie devrait porter un masque facial lorsqu’ils quittent leur domicile.

L’annonce a été publiée par le Bureau des affaires publiques et déclare :

Le ministère de la Santé publique de Californie a publié aujourd’hui des directives PDF mises à jour qui obligent les Californiens à porter un masque enti covid dans les environnements à haut risque

Un nombre croissant de recherches scientifiques a montré que les personnes n’ayant aucun symptôme ou peu de COVID-19 peuvent encore propager la maladie et que l’utilisation de la protection pour le visage, combinée à une distanciation physique et à un lavage fréquent des mains, réduira la propagation de COVID-19.

«La science montre que les couvre-visages et les masques fonctionnent», a déclaré le gouverneur Gavin Newsom. «Ils sont essentiels pour assurer la sécurité de ceux qui vous entourent, maintenir les entreprises ouvertes et redémarrer notre économie.»

Où est donc ce «corpus croissant de recherches scientifiques»?

J’ai lu la déclaration publique et j’ai cliqué sur le lien vers le GUIDE POUR L’UTILISATION DES REVÊTEMENTS POUR LE VISAGE pour voir quelles études soutenaient une action aussi radicale et dangereuse pour la santé publique.

Il n’y en a pas.

En fait, si nous prenons au mot l’Organisation mondiale de la santé à ce sujet, alors le gouverneur Newsom ment aux résidents de son État, car l’OMS a déclaré:

L’utilisation répandue de masques par des personnes en bonne santé dans le cadre communautaire n’est pas encore étayée par des preuves scientifiques directes ou de haute qualité et il y a des avantages et des inconvénients potentiels à considérer … l’utilisation d’un masque seul est insuffisante pour fournir un niveau de protection adéquat. ( Source .)

Voir également:

Les nouvelles directives de l’OMS pour les masques faciaux n’admettent aucun avantage médical connu – Lavage psychologique du cerveau

Apparemment, les gens en Californie sont censés simplement faire confiance à la parole du gouverneur et du ministère de la Santé à ce sujet, car il s’agit simplement d’un appel à l’autorité, autorité que certains prétendent ne pas posséder.

L’avocate des droits civiques, Leigh Dundas, ne suit pas leurs conseils à ce sujet et a pris des mesures pour mettre fin à la pratique.

Car la vraie science montre que le port d’un masque facial toute la journée nuit à sa santé, et certains sont même décédés en conséquence, dont deux écoliers en Chine.

Les médias mainstream se conforment à la désinformation sur les masques faciaux, mais parfois des histoires leur échappent montrant les effets néfastes qui peuvent résulter d’une utilisation prolongée, 

comme celle-ci où un homme s’est évanoui en conduisant sa voiture et s’est écrasé en portant un masque facial trop longtemps.

L’avocat Dundas a contesté les déclarations du Dr Nichole, directeur de la santé du comté d’Orange en Californie, et son ordonnance d’exiger des résidents du comté qu’ils portent des masques faciaux, et le contrecoup qui en a résulté était si grand que le Dr Nichole a récemment démissionné.

Leigh Dundas a agité avec colère son doigt contre les superviseurs du comté d’Orange lors de leur réunion du conseil d’administration le mois dernier, alors qu’elle cochait ce qu’elle pensait être des détails accablants sur le parcours professionnel de l’agent de santé du comté Nichole Quick. 

L’avocat anti-vaccination a nommé le petit ami de Quick et a révélé son adresse personnelle, disant qu’elle allait amener des manifestants masqués pour faire de la gymnastique sur le pas de sa porte jusqu’à ce qu’ils s’évanouissent.

« Elle doit être licenciée », a déclaré Dundas.

Il s’agissait d’une attaque étonnamment personnelle contre Quick, qui avait contrarié de nombreux responsables locaux et résidents avec sa récente ordonnance exigeant que les gens portent des masques en public pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus. Le shérif du comté lui a fourni un détail de sécurité même s’il a dit qu’il n’appliquerait pas l’ordonnance obligatoire du port du masque. 

Enfin, sous la pression des superviseurs du comté et du public, Quick a démissionné la semaine dernière, c’est le troisième haut responsable de la santé du comté d’Orange à le faire pendant la pandémie, Et Orange County a inversé son ordre du port obligétoire de masque, en non obligatoire. ( Source .)

C’est une nouvelle importante, car comme nous l’avons expliqué plus tôt cette semaine dans notre article sur la nouvelle loi de Virginie , HB1090, des personnes non élues de l’industrie médicale peuplent ces conseils de santé locaux, et on suppose qu’ils ont le pouvoir d’ordonner aux citoyens de leur communauté de faire ce qui leur plaît, y compris les vaccinations obligatoires ; Voir:

La Virginie a fourni à la nation le modèle de vaccins obligatoires: la démocratie sacrifiée pour la tyrannie médicale

L’avocat Dundas a montré que ces tyrans médicaux non élus peuvent être opposés, et les citoyens n’ont vraiment aucune obligation de se conformer à leurs diktats.

L’avocat Dundas travaille avec Advocates for Citizens ‘Rights et ils ont produit une courte vidéo pour éduquer le public sur les dangers de porter un masque facial tout le temps.

Voici les ressources qu’elle utilise pour montrer les dangers du port de masques faciaux et les dommages qu’ils causent:

Extraits d’études portant sur le port de masque

Étude sur le site Web du CDC qui a examiné dix essais cliniques randomisés différents, dans le monde entier, examinant la transmission de virus respiratoires hautement infectieux qui n’a trouvé « aucune réduction significative » de la « transmission avec l’utilisation de masques faciaux ». 

https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/26/5/19-0994_article 

Mesures non pharmaceutiques contre la grippe pandémique en milieu non médicalisé – Mesures de protection individuelle et environnementales, Jingyi Xiao1, Eunice YC Shiu1, Huizhi Gao, Jessica Y. Wong, Min W.Fong, Sukhyun Ryu et Benjamin J. Cowling (Volume 26, numéro 5, Mai 2020).

L’Organisation mondiale de la santé déclare qu’il n’y a « aucune preuve que le port d’un masque par une personne en bonne santé dans un cadre communautaire peut prévenir l’infection par des virus respiratoires, y compris COVID-19 » et conclut en outre que le « masquage communautaire universel » est inefficace pour prévenir « l’infection par des virus respiratoires, y compris COVID-19.

 » L’OMS a recommandé de ne pas porter de masques médicaux car ils «peuvent créer un faux sentiment de sécurité» contre COVID-19, alors qu’elle s’est encore efforcée de répéter qu’il n’y a «aucune preuve disponible sur l’utilité d’un [masque] pour protéger les non-malades.  »  https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/331693/WHO-2019-nCov-IPC_Masks-2020.3-eng.pdf?sequence=1&isAllowed=y Conseils sur l’utilisation des masques dans le contexte de COVID -19 – Guidance, Organisation mondiale de la santé (6 avril 2020)

Le British Medical Journal note que les masques faciaux en tissu peuvent AUGMENTER la propagation du virus:

«Cette étude est le premier ECR de masques en tissu et les résultats mettent en garde contre l’utilisation de masques en tissu. Il s’agit d’une découverte importante pour informer la santé et la sécurité au travail. La rétention d’humidité, la réutilisation des masques en tissu et une mauvaise filtration peuvent entraîner un risque accru d’infection. »  

https://bmjopen.bmj.com/content/5/4/e006577 

Un essai randomisé sur les masques en tissu par rapport aux masques médicaux chez les travailleurs de la santé

C Raina MacIntyre1, Holly Seale1, Tham Chi Dung2, Nguyen Tran Hien2, Phan Thi Nga2, Abrar Ahmad Chughtai1, Bayzidur Rahman1, Dominic E Dwyer3, Quanyi Wang4

Explication de la raison pour laquelle les masques faciaux ne fonctionnent pas (examen d’autres études) https://www.oralhealthgroup.com/features/face-masks-dont-work-revealing-review/

Physicien canadien examinant pourquoi les masques faciaux ne fonctionnent pas. http://ocla.ca/wp-content/uploads/2020/04/Rancourt-Masks-dont-work-review-science-re-COVID19-policy.pdf

Le port de respirateurs s’accompagne d’une multitude de charges physiologiques et psychologiques. Ceux-ci peuvent interférer avec les performances des tâches et réduire l’efficacité du travail. Ces charges peuvent même être suffisamment graves pour causer des conditions mortelles si elles ne sont pas améliorées. Arthur Johnson, Journal of Biological Engineering (2016).

Lorsque le respirateur N95 a été testé lors de son utilisation en 2010, «les niveaux d’oxygène et de dioxyde de carbone dans l’espace mort ne respectaient pas les normes de milieu de travail ambiant de la Occupational Safety and Health Administration».

Dans une étude menée par le National Taiwan University Hospital il y a quinze ans, il a été constaté que l’utilisation de masques N-95 chez les travailleurs de la santé les faisait souffrir d’hypoxémie, d’un faible niveau d’oxygène dans le sang et d’hypercapnie, une élévation des niveaux de dioxyde de carbone dans le sang. Non seulement le masque a créé des niveaux d’oxygène dangereusement bas et une augmentation tout aussi dangereuse du dioxyde de carbone dans le corps humain, mais l’étude a révélé que «le personnel médical courait un risque accru de contracter le« syndrome respiratoire aigu sévère »(SRAS) Masques N95…. ” 

Enfin, les auteurs de l’étude ont en outre constaté que «les étourdissements, les maux de tête et l’essoufflement sont généralement ressentis par le personnel médical portant des masques N95» et que «la capacité de prendre des décisions correctes» était également probablement altérée.  The Physiological Impact of N95 Masks on Medical Staff, National Taiwan University Hospital (juin 2005).

Des études montrent que les maux de tête chez les professionnels de la santé résultent généralement du port de masque, ce qui est un signe d’hypoxie : un peu moins de 10% des travailleurs de la santé dans une étude ont présenté des symptômes si graves qu’ils ont été forcés de prendre, en moyenne, deux jours complets de congé de maladie de leur emploi dans les soins de santé, tandis que 60% de ces professionnels de la santé «ont dû recourir à des analgésiques avortés en raison de maux de tête»  Maux de tête et masque facial N95 chez les prestataires de soins de santé. Lim EC1, Seet RC, Lee KH, Wilder-Smith EP, Chuah BY, Ong BK, Acta Neurologica Scandinavica, 28 février 2006, 113 (3): 199-202.

Une étude plus récente portant sur 159 professionnels de la santé âgés de 21 à 35 ans a révélé que 81% avaient développé des maux de tête en portant un masque facial – ce qui est un signe de niveaux d’oxygénation dangereusement bas – et TOUS les professionnels de la santé avaient l’impression que les maux de tête affectaient leur performance au travail . Ong JJY et al. Maux de tête associés à l’équipement de protection individuelle – Une étude transversale parmi les travailleurs de la santé de première ligne pendant COVID-19. Maux de tête 2020; 60 (5): 864-877.

Il a été constaté que les femmes enceintes portant des masques N-95 avaient des difficultés respiratoires associées à l’utilisation du masque. Les masques faciaux sont-ils efficaces contre Covid-19? The Science Times (25 mai 2020).

« On sait que le masque N95, s’il est porté pendant des heures, peut réduire l’oxygénation du sang jusqu’à 20% », ce qui à son tour « peut entraîner une perte de conscience, comme cela est arrivé au malheureux conduisant seul dans sa voiture portant un Masque N95, le faisant s’évanouir, écraser sa voiture et subir des blessures. Je suis sûr que nous avons plusieurs cas de personnes âgées ou de toute personne ayant une mauvaise fonction pulmonaire qui s’évanouissent et se frappent la tête. Bien sûr, cela peut entraîner la mort. » Les masques faciaux sont-ils efficaces contre Covid-19? The Science Times (25 mai 2020).

Dans cette étude, les chercheurs ont examiné les niveaux d’oxygène dans le sang de 53 chirurgiens. Ils ont mesuré l’oxygénation du sang avant la chirurgie ainsi qu’à la fin des chirurgies. Les chercheurs ont découvert que le masque réduisait considérablement les niveaux d’oxygène dans le sang. Plus la durée du port du masque est longue, plus la baisse du taux d’oxygène dans le sang est importante.  Bader A et al. Rapport préliminaire sur la désoxygénation induite par masque chirurgical lors d’une intervention chirurgicale majeure. Neurocirugia 2008; 19: 12-126.

Dans une étude sur des dentistes et des assistants dentaires qui ont adopté de nouveaux protocoles depuis COVID, les maux de tête sont passés de 16% avant COVID à 65%, la moitié des répondants (49%) notant qu’il était difficile de respirer «tout le temps» et 40% notant il était difficile de respirer une partie du temps. https://www.dentistryiq.com/covid-19/article/14177630/headaches-exhaustion-anxiety-the-physical-and-emotional-challenges-of-returning-to-work-during-the-pandemic?utm_source= RDH% 20eVillage% 20% 26% 20Product & utm_medium = email & utm_campaign = CPS200611069 & o_eid = 3982E9300967G0X & rdx.ident [tirer] = Omeda% 7C3982E9300967G0X & oly_enc_id = 3982E9300967G0X & fbclid = IwAR1Dr974eARlmMqMikUxsl8XBZjvzOznYcgEFxJLWUoR-n1zjxfUxih_QKY # cid-14177681

L’immunité du porteur du masque – et sa capacité subséquente à combattre le COVID-19 ou toute autre infection nuisible – est en fait affectée par le port d’un masque. 

La baisse des niveaux d’oxygène (hypoxie) constatée dans de nombreuses études est directement associée à une altération de l’immunité. En termes d’effets biologiques, ce que les études ont montré est que le taux réduit d’oxygène (hypoxie) inhibe à son tour la production du type de cellules immunitaires primaires que notre corps utilise pour lutter contre les infections virales (connues sous le nom de lymphocytes T CD4 + ). 

Fonctionnellement parlant, ce qui se passe à l’intérieur de notre corps, c’est que la diminution de l’oxygène provoque une augmentation du niveau d’un composé appelé hypoxie-facteur inductible-1 (HIF-1). Une fois que ce composé augmente, il inhibe à son tour la production de lymphocytes T dont notre corps a besoin pour combattre les envahisseurs et les infections. Encore pire, le manque d’oxygène stimule un puissant inhibiteur du système immunitaire (une cellule appelée les Tregs), ce qui à son tour rend le corps mûr pour contracter une infection COVID-19 et vivre cette maladie plus sévèrement :

« Cela prépare le terrain pour contracter toute infection , y compris COVID-19, et rendant les conséquences de cette infection beaucoup plus graves. En substance, votre masque peut très bien vous exposer à un risque accru d’infections et, dans l’affirmative, avoir un résultat bien pire. »  Russell Blaylock, Id. (citant Shehade H et al. Tranchant: Hypoxia-Inducible Factor-1 régule négativement la fonction Th1. J Immunol 2015; 195: 1372-1376. Voir aussi: Westendorf AM et al. Hypoxia améliore l’immunosuppression en inhibant la fonction des cellules T effectrices CD4 + et promouvoir l’activité Treg. Cell Physiol Biochem 2017; 41: 1271-84. Voir plus loin: Sceneay J et al. L’immunosuppression induite par l’hypoxie contribue à la niche pré-métastatique. Oncoimmunology 2013; 2: 1 e22355.

Les personnes atteintes de cancer peuvent être davantage exposées à l’hypoxie, car les cellules cancéreuses se développent mieux dans un environnement corporel pauvre en oxygène. Un faible taux d’oxygène favorise également l’inflammation systémique qui, à son tour, favorise «la croissance, l’invasion et la propagation des cancers».  Aggarwal BB. Nucler factor-kappaB: l’ennemi intérieur. Cancer Cell 2004; 6: 203-208 et Blaylock RL. Mécanismes immunoexcitateurs dans la prolifération, l’invasion et les métastases occasionnelles des gliomes. Surg Neurol Inter 2013; 4: 15.

Des épisodes répétés de faible teneur en oxygène – connus sous le nom d’hypoxie intermittente – provoquent également «l’athérosclérose» et augmentent donc «tous les événements cardiovasculaires» tels que les crises cardiaques – ainsi que les événements cérébraux indésirables comme les accidents vasculaires cérébraux. Blaylock, citant Savransky V et al. L’hypoxie intermittente chronique induit l’athérosclérose. Am J Resp Crit Care Med 2007; 175: 1290-1297.

Il semble que le virus puisse pénétrer dans le cerveau. Selon ceux qui pratiquent la neurochirurgie, dans la plupart des cas où le virus pénètre dans le cerveau, il le fait par le biais des nerfs olfactifs (sentir les nerfs)

– et en conséquence – en portant un masque «les virus exhalés ne pourront pas s’échapper, et se concentrera dans les voies nasales, pénètrera dans les nerfs olfactifs et se rendra dans le cerveau.

 »  Blaylock, examinant Baig AM et al. Preuve du virus COVID-19 ciblant le SNC: distribution tissulaire, interaction hôte-virus et mécanismes neurotropes proposés. ACS Chem Neurosci 2020; 11: 7: 995-998. Wu Y et al. Atteinte du système nerveux après une infection par COVID-19 et d’autres coronavirus. Comportement cérébral et immunité. Perlman S et al. Propagation d’un coronavirus neurotrope murin dans le SNC via les nerfs trijumeaux et olfactifs. Virology 1989; 170: 556-560.

Laisser un commentaire