Les médecins de Hubei, en Chine, mettent en garde contre une ré-infection encore plus mortelle du coronavirus causant des crises cardiaques soudaines

3
4640

ZeroHeddge, dimanche 16 février 2020, par Tyler Durden

Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://www.zerohedge.com/health/hubei-doctors-warn-even-deadlier-coronavirus-reinfection-causing-sudden-heart-attacks

Les médecins travaillant sur la ligne de front du coronavirus (Covid-19) ont déclaré que l’épidémie au Taiwan Times, qu’il est possible d’être réinfectés par le virus, et de mourir suite à une soudaine insuffisance cardiaque dans certains cas.

https://zh-prod-1cc738ca-7d3b-4a72-b792-20bd8d8fa069.storage.googleapis.com/s3fs-public/inline-images/corona%20virus.jpg

« Il est très possible d’être infecté une seconde fois...

Quelques personnes qui auraient récupérées d’une première attaque du Covid-19, grâce à des médicaments qu’ils leur ont été prescrits ou à un système immunitaire solide, ont peut-être eu leur tissu cardiaque endommagé, et lorsqu’ils développent pour la seconde fois le Covid-19, leurs anticorps ne fonctionnent pas mais aggrave la situation, et les patients meurent d’une mort subite par insuffisance cardiaque », déclare le Taiwan News dans une interview d’un parent d’un des médecins vivant au Royaume-Uni.

La source a également déclaré que le virus « nous avait tous surpassés », 

car il pouvait masquer les symptômes pendant 24 jours. Cette affirmation a été faite indépendamment ailleurs, de la part d’un pneumologue chinois Zhong Nanshan (鍾南山) disant que la période d’incubation moyenne serait de trois jours, mais qu’elle peut prendre jusqu’à 24 jours pour se développer. [1]

En outre, la source a déclaré que les tests négatifs pour le virus induisent en erreur et qu’ils sont assez courants. 

« Le kit de test peut-être trompeur — il y a eu des cas qu’ils ont trouvés neutres alors que l’image du scanner montre que les deux poumons sont complètement infectés, pourtant le test est négatif à quatre reprises. Le cinquième test est enfin positif. » 

 Taiwan Times

Notamment, l’un des moyens par lesquels les coronavirus paralysent le système immunitaire est via une fixation de type VIH aux globules blancs, ce qui déclenche une « tempête de cytokines » — un terme popularisé pendant l’épidémie de grippe aviaire H5N1 — dans laquelle une libération incontrôlée de cytokines inflammatoires « cytokines ciblent divers organes, entraînant souvent l’échec et, dans de nombreux cas, la mort. »

La tempête de cytokines est mieux illustrée par des infections pulmonaires sévères, dans lesquelles une inflammation locale déborde dans la circulation systémique, produisant une septicémie systémique, telle que définie par une hypotension persistante, une hyper ou une hypothermie, une leucocytose ou une leucopénie, et souvent une thrombocytopénie…

En plus des infections pulmonaires, la tempête de cytokines est une conséquence d’infections graves dans le tractus gastro-intestinal, les voies urinaires, le système nerveux central, la peau, les espaces articulaires et d’autres sites. (Tisoncik et al., Into the Eye of the Cytokine Storm) (2012)

Selon l’étude de 2012, « les tempêtes de cytokines sont associées à une grande variété de maladies infectieuses et non infectieuses et ont même été la conséquence malheureuse de tentatives d’intervention thérapeutique ».

Comment les coronavirus pénètrent-ils dans le corps ?

Avec le SRAS (syndrome respiratoire aigu soudain), un autre coronavirus, les chercheurs ont découvert que l’une des façons dont la maladie s’attache est par le biais d’une enzyme appelée ACE2, un « récepteur fonctionnel » produit dans plusieurs organes (muqueuse buccale et nasale, nasopharynx, poumon, estomac, intestin grêle, colon, peau, ganglions lymphatiques, thymus, moelle osseuse, rate, foie, rein et cerveau).

L’ACE2 est également « abondamment présent chez l’homme dans les épithéliums du poumon et de l’intestin grêle, ce qui pourrait fournir des voies d’entrée possibles pour le SRAS-CoV », alors qu’il a également été observé « dans les cellules endothéliales artérielles et veineuses et les cellules musculaires lisses artérielles » — qui comprendrait le cœur.

Cela a conduit certains à spéculer sur les Asiatiques qui ont des concentrations plus élevées d’ACE2 (par le projet de génome de 1000)

Asiatiques qui pourraient être affectés à un degré plus élevé que ceux de l’ascendance européenne, qui en produisent le moins — et ont été en grande partie le super- épandeurs asymptomatique [2]. Pourtant Steve Walsh en Thaïlande ou Rébecca Frasure, victime du coronavirus sur la bateau de croisière Diamond Princess, actuellement à quai sur le port de Yokohama au Japon, ne sont pas asiatique mais ont contracté la maladie en Asie.

Et donc, alors qu’il est urgent de poursuivre les recherches sur COVID-19 — nous savons que le coronavirus peut cibler les récepteurs ACE2, qui se trouvent dans le système cardiovasculaire.

Et nous avons vu des preuves d’effondrements soudains (vidéo retirée par YouTube) et de dommages neurologiques causés par des images provenant de Wuhan, en Chine.

Si le virus peut réinfecter les patients et provoquer des tempêtes de cytokines et une mort subite — c’est qu’il peut-être exacerbée par une intervention thérapeutique

Le traitement du coronavirus qui, selon le directeur du CDC, le Dr Robert Redfield, se généralisera aux États-Unis [3]cette année ou l’année suivante, il est d’une importance vitale pour comprendre exactement comment COVID-19 fonctionne et comment le traiter. Cela nécessiterait la coopération de la Chine et d’une équipe du CDC sur le terrain dans l’épicentre.

Pour une raison inconnue, cependant, la Chine refuse toujours d’accorder aux scientifiques américains l’accès à Ground Zero.


[1] https://www.taiwannews.com.tw/en/news/3874223

[2] https://www.scmp.com/news/world/united-states-canada/article/3049933/how-one-man-spread-coronavirus-singapore-uk-alps

[3] https://www.zerohedge.com/health/its-coming-cdc-director-warns-coronavirus-become-widespread-throughout-united-states

3 Commentaires

  1. Est-ce que ces médecins se sont posé la question de l’impact des médicaments prescrits sur le système cardiovasculaire. Bizarrement, le ritonavir, un médicament antisida, a été fréquemment utilisé. Or on sait que ce ritonavir bloque les systèmes oxydants cellulaires. Parmi ces oxydants, le monoxyde d’azote est un vasodilatateur. Si on le bloque, il y a vasoconstriction et donc perturbation importante du sytème cardiovasculaire.

  2. Très intéressant à savoir. Cela annonce t il la vaccination en masse de la population mondiale au risque d’être confiné? La désinfection des billets de banques annonce t elle la monnaie électronique et la puce qui va avec? Comme si nous n’avions pas asse à faire avec les cancers.

Laisser un commentaire