Les mères pourraient transmettre un nouveau coronavirus à des enfants à naître, selon des médecins chinois

0
1185

SHANGHAI

Les femmes enceintes infectées par le nouveau coronavirus [1] pourraient être en mesure de le transmettre à leur enfant à naître, ont annoncé mercredi 5 février des médecins de l’hôpital pour enfants de Wuhan, selon la chaîne de télévision publique CCTV.

Les médecins ont déclaré que cela était possible après qu’une patiente infectée par un coronavirus ait donné naissance à un bébé le 2 février 2020. Le nouveau-né a été soumis à un test 30 heures plus tard et a confirmé avoir le virus, ont-ils déclaré.

La ville de Wuhan est l’épicentre de l’épidémie qui s’est depuis répandue en Chine et à l’étranger.

Le monde dispose d’une «fenêtre d’opportunité» pour arrêter la propagation du virus: le chef de l’OMS

GENÈVE

Le monde a une « fenêtre d’opportunité » pour arrêter la propagation d’un nouveau virus mortel , a déclaré mardi 4 février l’Organisation mondiale de la santé (OMS), alors que le nombre de personnes infectées en Chine est passé à 24 000 et à des millions d’autres qui ont reçu l’ordre de rester à l’intérieur de leur logement.

Mais le chef de l’agence des Nations Unies pour la santé a également appelé à une plus grande solidarité, accusant certains gouvernements de pays riches d’être « loin derrière » dans le partage des données sur les cas de virus. « Alors que 99% des cas se trouvent en Chine, dans le reste du monde, nous n’en avons que 176 », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d’un briefing technique au Conseil exécutif de l’OMS à Genève.

  • « Cela ne veut pas dire que ça ne va pas empirer. Mais il est sûr que nous avons une fenêtre d’opportunité pour agir … Ne laissons pas passer cette fenêtre d’opportunité », a-t-il déclaré.

Tedros a déclaré que l’OMS avait reçu des formulaires de rapport de cas complets pour seulement 38% des cas hors de Chine.

  • « Certains pays à revenu élevé sont loin derrière dans le partage de ces données vitales avec l’OMS. Je ne pense pas que ce soit parce qu’ils manquent de capacités », a-t-il déclaré. « Sans de meilleures données, il nous est très difficile d’évaluer l’évolution de l’épidémie, ou quel impact elle pourrait avoir, et de garantir que nous fournissons les recommandations les plus appropriées ».

Plus de 20 400 cas de virus ont été confirmés en Chine depuis la première détection du virus le 31 décembre 2019.

Le nombre de morts en Chine continentale a grimpé à 490 et plus de 20 pays ont maintenant confirmé des cas de virus, que l’OMS a déclaré une urgence sanitaire mondiale.

«PEUR ET STIGMATISATION»

Lors de la réunion de mardi, le chef de la stratégie d’urgence de l’OMS, Scott Pendergast, a souligné que la prévention d’une propagation internationale majeure du virus nécessiterait un soutien important aux pays dont les systèmes de santé sont plus faibles.

  • « Ce qui nous préoccupe le plus, c’est l’extrémité inférieure de l’échelle de capacité, où vous avez un certain nombre de pays qui présentent un risque élevé de cas importés, mais nous ne voyons potentiellement pas ces cas importés détectés. »…

Tedros a réitéré son appel aux pays à ne pas imposer de restrictions aux voyages et au commerce à cause du virus.

  • « De telles restrictions peuvent avoir pour effet d’augmenter la peur et la stigmatisation, avec peu d’avantages pour la santé publique », a-t-il déclaré, ajoutant que 22 pays avaient jusqu’à présent informé l’OMS qu’ils mettaient en œuvre de telles mesures.
  • « Lorsque de telles mesures ont été mises en œuvre, nous demandons instamment qu’elles soient de courte durée, proportionnées aux risques pour la santé publique et qu’elles soient réexaminées régulièrement à mesure que la situation évolue », a-t-il déclaré.[2]

Le virus a tué près de 500 personnes et infecté plus de 24 000 personnes dans le monde. L’Organisation mondiale de la santé a déclaré que l’épidémie de virus était une urgence mondiale. Le nombre de morts en Chine continentale a grimpé à 490 et plus de 20 pays ont maintenant confirmé des cas de virus. L’OMS de son côté, a déclaré mardi que les mesures dramatiques prises par la Chine avaient fourni une « fenêtre d’opportunité » pour arrêter la transmission, tout en appelant à une plus grande solidarité mondiale pour lutter contre le virus.

L’OMS a déclaré que l’épidémie ne constituait pas encore une « pandémie ».

Le chef de l’organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a accusé les pays riches de ne pas avoir respecté leurs obligations en matière de partage de données, déclarant que :

  • « Sur les 176 cas signalés à ce jour en dehors de la Chine, l’OMS n’a reçu des formulaires de rapport de cas complets que pour 38%. »

les dernières mises à jour sur l’épidémie de virus de Wuhan: https://cna.asia/telegram

Source: Agences / nc


[1] https://www.channelnewsasia.com/news/asia/wuhan-virus-death-toll-cases-coronavirus-china-12393418

[2] https://www.channelnewsasia.com/news/asia/wuhan-virus-who-china-data-window-of-opportunity-12392968?cid=h3_referral_inarticlelinks_24082018_cna

Laisser un commentaire