Les nanorobots volent le fer du sang : Hydrogel magnétique et phénomène magnétique COVID Vax

6
21186
Image by Pete Linforth from Pixabay

Par Makia Freeman

https://beforeitsnews.com/spirit/2021/05/nanobots-are-stealing-iron-from-the-blood-magnetic-hydrogel-2519385.html

Les progrès de l’hyrdrogel magnétique pourraient-ils être à l’origine de l’étrange phénomène de l’aimant du vax COVID ?

Cette sensation est de plus en plus documentée, avec de nombreuses personnes ayant reçu le COVID vaxx dans le monde entier qui démontrent sur vidéo qu’un aimant se colle sur leur bras au site d’injection, mais nulle part ailleurs sur leur corps.

https://odysee.com/@TimTruth:b/magnetchallenge:9

TimTruth.com a publié une autre compilation, cette fois une version de 47 minutes avec des personnes de tous âges et de toutes cultures montrant ce qui se passe. Il s’agit d’une preuve irréfutable que ce phénomène est bien réel, malgré ce que prétendent les démystificateurs désespérés et les apologues des vaccins, bien que le terme d’apologues des vaccins ne soit pas approprié pour eux, puisque cette injection de cocktail chimique n’est pas un vaccin.

Dans certaines vidéos, des personnes retirent le même aimant de leur bras et le remettent sur leur réfrigérateur où il reste. Les nanoparticules métalliques sont une bonne hypothèse pour expliquer ce qui pourrait se passer. Cet article se penche plus particulièrement sur les progrès réalisés dans le domaine des hydrogels magnétiques et sur la possibilité d’expliquer le phénomène (pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce sujet, consultez mon article précédent sur les hydrogels).

Formation d’hydrogel magnétique

Pour commencer, définissons le mot hydrogel :

“un réseau de chaînes polymères réticulées qui sont hydrophiles, que l’on trouve parfois sous forme de gel colloïdal dans lequel l’eau est le milieu de dispersion. Un solide tridimensionnel résulte du fait que les chaînes polymères hydrophiles sont maintenues ensemble par des liaisons transversales.” Cet article militaire que j’ai déjà cité indique que l’hydrogel en cours de développement (par Profusa avec l’aide de la DARPA) serait composé de 2 parties – “des chaînes polymères” et “un composant électronique.” L’électronique contient presque toujours ou toujours du métal.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7068712/

Une étude de mars 2020 intitulée Recent Advances on Magnetic Sensitive Hydrogels in Tissue Engineering analyse en profondeur la manière dont les hydrogels magnétiques (fabriqués à l’aide de particules à base d’oxyde de fer et de différents types de matrices d’hydrogel) sont utilisés dans des applications biomédicales pour l’ingénierie tissulaire (médecine régénérative qui répare les tissus corporels endommagés). Ils sont apparemment une substance appropriée en raison de leur biocompatibilité, de leurs architectures contrôlées et de leur “réponse intelligente au champ magnétique à distance”, ce qui laisse supposer qu’il s’agit de biocapteurs qui peuvent être contrôlés à distance via le réseau intelligent. La technologie dans l’arène publique est déjà assez avancée, ce qui signifie que la véritable technologie cachée dans des programmes militaires compartimentés est très, très avancée.

https://www.defenseone.com/technology/2020/03/military-funded-biosensor-could-be-future-pandemic-detection/163497/

Le rapport indique :

“Les hydrogels ont été utilisés dans les applications biomédicales pour fournir un échafaudage tridimensionnel accordable pour l’adhésion, la migration et/ou la différenciation des cellules, et ils pourraient également être conçus comme une plate-forme pour la libération contrôlée de cytokines et de médicaments dans l’ingénierie tissulaire et l’administration de médicaments… Récemment, l’hydrogel magnétique, qui est un type d’hydrogel intelligent, a été introduit dans les applications biomédicales pour améliorer les activités biologiques des cellules, des tissus ou des organes. Cela est principalement dû à sa réactivité magnétique au champ magnétique externe… Les hydrogels magnétiques sont constitués de matériaux composites qui possèdent une biocompatibilité, une biodégradation et une réactivité magnétique.”

Comme toute technologie, elle peut être utilisée pour le bien ou le mal, et cette étude se concentre exclusivement sur la façon dont elle pourrait être utilisée pour le bien, c’est-à-dire pour la régénération des tissus. Cependant, rien n’est dit sur la façon dont cela fait avancer l’agenda du transhumanisme. L’étude se termine par une mise en garde :

“En outre, il convient d’accorder plus d’attention à l’évaluation de la pharmacocinétique/toxicocinétique, du métabolisme, de la biodégradation in vivo des hydrogels magnétiques, etc. qui revêtent une grande importance dans les applications de l’ingénierie tissulaire.”

Transformateurs intelligents à base d’hydrogel magnétique

Un article publié en décembre de l’année dernière sur Phys.org et intitulé Magnetically controlled, hydrogel-based smart transformers décrit une autre étude en cours sur l’hydrogel magnétique. Dans cette étude, l’équipe de recherche chinoise a tenté de démontrer la preuve de concept d’un transformateur télécommandé (le jouet des enfants) basé sur un système d’hydrogel à mémoire de forme.

https://phys.org/news/2020-12-magnetically-hydrogel-based-smart.html

Ils ont intégré de la magnétite (Fe3O4, un type d’oxyde de fer) et des nanoparticules magnétiques dans une structure polymère à double réseau contenant de la gélatine. Ils ont utilisé le magnétisme et la lumière pour modifier à distance la forme de l’hydrogel. Le rapport indique :

“La transformation réversible bobine-triple hélice du constituant gélatine a conféré à l’hydrogel des propriétés de mémoire de forme et d’auto-réparation, tandis que les nanoparticules de magnétite ont conféré des fonctions de chauffage photothermique et de manipulation magnétique pour déformer l’hydrogel en vue de sa navigation dans un champ magnétique. L’équipe a ensuite pu rétablir la forme déformée par récupération de forme en utilisant une irradiation lumineuse. Zhang et al. ont contrôlé à distance les processus de mémoire de forme par le biais de l’actionnement magnétique et de la mémoire de forme assistée par la lumière.”

La citation suivante montre comment ils contrôlent la forme et le mouvement de l’hydrogel. Quelles sont les implications pour ceux qui ont l’hydrogel en eux – et comment ils peuvent littéralement être contrôlés à distance – étant donné qu’il s’agit de contrôler des robots ?

“Les nanoparticules magnétiques sont des additifs efficaces pour introduire un actionnement sans contact contrôlé à distance. Lorsque les hydrogels sont éclairés par une lumière proche de l’infrarouge (NIR), ces nanoparticules magnétiques convertissent continuellement la lumière en chaleur, ce qui provoque le réchauffement de l’hydrogel. L’équipe a également utilisé l’interaction entre les aimants permanents et les nanoparticules de magnétite constitutives de l’hydrogel HG-Fe3O4 pour guider la construction en vue d’une navigation directionnelle. En utilisant l’hydrogel, ils ont montré comment la navigation directionnelle induite par les aimants pouvait guider un transformateur souple dans un labyrinthe. Ces concepts expérimentaux ont un potentiel pour une série d’applications en tant que transporteurs mous pour transporter des marchandises pour l’administration et la libération de médicaments en biomédecine.”

La théorie de Jim Stone : Les nanorobots volent le fer du sang

Jim Stone a été, à ma connaissance, le premier à révéler cette histoire. Sa théorie mérite d’être examinée. Il affirme que ce qui est injecté est soit fortement métallique, soit générateur d’un champ magnétique intense – suffisant pour attirer un aimant de réfrigérateur moyen lorsque la pointe de l’aiguille du vaccin est très petite. Comment cette minuscule quantité de liquide dans le non-vaccin COVID pourrait-elle être suffisamment magnétique pour attirer un aimant à travers la peau humaine ? Il pense que l’injection contient des nanorobots qui récoltent ou volent l’hémoglobine (un type d’oxyde de fer) du sang afin de construire quelque chose. C’est tout à fait possible, étant donné que dans la première étude citée ci-dessus, il est question d’un hydrogel magnétique composé de particules à base d’oxyde de fer. Jim écrit sur son site :

http://82.221.129.208/.un4.html

“Je pense que ce qui était dans le vaccin magnétique était une sorte de nanotechnologie auto-réplicative (une puce n’a pas été injectée), mais plutôt une nanotechnologie avec un tas de nanorobots qui construisent des structures magnétiques dans le bras au point d’injection.

Les aiguilles utilisées pour le vaccin sont trop petites pour une puce d’identification et une puce d’identification, même en taille réelle, ne serait probablement pas suffisante pour attirer un aimant.

Si des nanorobots doivent construire une structure magnétique dans le corps, ces nanorobots doivent fonctionner avec ce que le corps a à sa disposition pour le faire.

La seule source de métal magnétique facilement disponible dans le corps est l’hémoglobine dans le sang, où un dispositif nanotechnologique pourrait obtenir du fer pour construire quelque chose.

Je ne pense pas qu’une injection seule de 1CC ou moins ait pu rendre les gens aussi magnétiques. Ils sont TRES magnétiques, ce qui signifie que ce qui se trouve sous leur peau pour que cela se produise doit provenir de leur propre corps si un aimant s’y colle à travers leur peau.

Au début, j’ai pensé que ça pouvait être juste la piqûre et qu’il fallait un aimant en néodyme pour voir l’effet. Mais les aimants ordinaires en céramique et les aimants souples de réfrigérateur fonctionnent également, et ils le font avec force, souvent sur une surface de 10 cm de côté. Il ne s’agit pas d’un effet marginal. Il se passe quelque chose de sérieux, qui implique que le corps reçoit l’ordre de construire quelque chose qui soit métallique ou qui émette un champ magnétique.
ET SI tous les caillots sanguins se produisaient parce que la piqûre a libéré un tas de nanorobots qui ont attaqué le sang pour voler l’hémoglobine et construire quelque chose au point d’injection ? Je BET que ce n’est pas un “et si”.”

Réflexions finales

Dans une interview récente avec Alex Newman, le Dr Carrie Madej explique comment la nanotechnologie intégrée dans ces non-vaccins COVID pourrait être un système d’administration de médicaments à la demande.

“A la demande” signifie que quelque chose doit le déclencher pour qu’il fonctionne, la question est donc : qu’est-ce qui le déclenchera ? le pH ? Une certaine fréquence ? 5G ? UNE CEM ? Quelle que soit cette substance métallique ou magnétique sous la peau, il s’agit certainement d’une sorte de biocapteur conçu pour recevoir et transmettre des signaux. Nous vivons une époque véritablement historique et nous sommes peut-être en train d’assister à la conversion en masse de millions, voire de milliards de personnes en humains 2.0 – transhumains – dotés de technologies synthétiques. Au train où vont les choses, ce sera la première technologie intégrée de ce type, et non la dernière. *

Makia Freeman est le rédacteur en chef du site d’information alternatif / indépendant The Freedom Articles, auteur du livre Cancer : The Lies, the Truth and the Solutions et chercheur principal à ToolsForFreedom.com. Makia est sur Steemit et LBRY.

6 Commentaires

  1. Je lis que l’introduction d’une puce électronique de petite taille ne pourrait pas passer par l’aiguille d’une seringue. Voici une information qui peut vous faire comprendre que c’est bien possible, puisque Hitachi à mis au point il y a quelques années déjà avec Omron (Japon) la technologie RFID de la µ-chip qui mesure la tête d’une épingle. Entre temps, ils sont déjà passés à la nano-chip qui est encore bien plus petite.
    https://www.researchgate.net/figure/The-m-chip-mu-chip-Hitachis-response-to-resolving-some-of-the-issues-associated-with_fig2_235289627
    https://thefutureofthings.com/3221-hitachi-develops-worlds-smallest-rfid-chip/

    • C’est la marque de la bête il faut refuser les vaccins Merçi pour Cette merveilleuse. Vidéo travail magnifique pour nous Réveillez J’espère

Laisser un commentaire