Les nazis n’ont pas été vaincus… ils sont entrés dans la clandestinité et dirigent maintenant le CANADA et le MONDE, poussant des programmes d’eugénisme et de dépopulation alignés sur les principes d’Adolf Hitler

10
6253

Vendredi 18 février 2022 par : Mike Adams

https://citizens.news/595603.html

Le Troisième Reich n’a jamais vraiment pris fin.

Bien qu’Hitler lui-même ait été détruit, le régime nazi des années 1920 / 30 / 40 est simplement devenu souterrain et s’est transformé en un mouvement mondial d’infiltration et d’influence qui émerge aujourd’hui sous le nom de “mondialisme.”

Le Forum économique mondial est le terrain d’entraînement des nazis des temps modernes, qui comprend les dirigeants nationaux

Macron (France),

Merkel (Allemagne) et

Trudeau (Canada). Notamment,

la vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, est la petite-fille d’un collaborateur et propagandiste nazi du nom de Michael Chomiak.

https://www.thegatewaypundit.com/2022/02/exclusive-canadas-deputy-prime-minister-chrystia-freelands-grandfather-nazi-admires-george-soros-no-surprise-labeling-freedom-loving-canadians-terrorists/

Comme l’a rapporté The Gateway Pundit, Chomiak était la cible d’une recherche de collaborateurs nazis par les services de renseignement polonais après la guerre.

“Les services de renseignement polonais soupçonnent Chomiak d’être arrivé à Cracovie peu après que Hans Frank (qui a été exécuté pour crimes contre l’humanité) soit devenu gouverneur, se proposant comme agent d’influence pour informer les nazis sur ce que pensaient et projetaient les compatriotes ukrainiens et les nationalistes anti-russes alors actifs à Lviv et dans ses environs. Son travail de journaliste était probablement une couverture pour l’espionnage au nom des Allemands.”

La fille de Chomiak était Halyna Chomiak, qui est la mère de Chrystia Freeland, aujourd’hui vice-premier ministre du Canada (juste après Trudeau). Photo de compilation via TGP :

Voici une photo de Christia Freeland, Justin Trudeau et George Soros, réunis lors d’un événement du Forum économique mondial à Davos en janvier 2016.

En dessous, vous verrez une image historique de femmes enceintes alignées pour être exécutées par les nazis, réalisée en Ukraine par des collaborateurs nazis.

Lors d’un massacre représenté ci-dessous, 33 771 Juifs ont été exécutés les 29 et 30 septembre 1941. (Compilation d’images avec l’aimable autorisation de The Gateway Pundit / XR Vision)

Les nazis actuels (mondialistes) appliquent le programme d’eugénisme et de dépopulation d’Adolf Hitler.

Il faut comprendre que le projet de dépeuplement par ARNm du “vaccin” que l’on impose actuellement au monde n’a rien de nouveau.

Il s’agit simplement de la poursuite du programme eugénique nazi des années 1930/40 qui visait à exterminer certains groupes ethniques au nom du “progrès” de l’humanité.

N’oubliez pas de vous procurer LA VÉRITÉ VOUS AFFRANCHIRA II sur cogiito.com et Amazon, qui évoque également ces problématiques.

Aujourd’hui, le même effort est en cours dans un contexte élargi où les cibles sont désormais les nations à dominante caucasienne de la planète.

Il convient de noter que l’Afrique a connu très peu d’adoption de vaccins et que les Africains ne meurent pas en grand nombre à cause des vaccins.

Les décès massifs dus aux vaccins ont lieu dans les pays dits “blancs” d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Australie, etc.,

tandis que de nombreux pays, comme l’Inde, proposent à leur population de l’ivermectine à titre préventif (ce qui réduit considérablement le nombre de décès).

Notez également qu’aux États-Unis,

le même Joe Biden qui exigeait que tous les citoyens américains soient vaccinés pour pouvoir occuper un emploi a simultanément déclaré que les immigrants illégaux n’avaient besoin d’aucun vaccin. (même chose en France)

Même en ce moment au Canada, il a été révélé que le décret de Justin Trudeau interdisant les protestations contre le gouvernement exempte spécifiquement les réfugiés, les immigrants et les minorités ethniques, comme le rapporte Summit.news.

En d’autres termes, il vous est interdit de manifester dans les rues si vous êtes blanc.

Telle est la réalité raciste du régime fasciste canadien qui s’aligne à presque 100% sur le Troisième Reich d’Adolf Hitler.

L’Ivermectine est interdit dans les pays de type caucasien.

Tous les citoyens de ces nations sont condamnés à mourir par les fascistes médicaux tels que la FDA, qui retiennent délibérément l’Ivermectine et d’autres interventions vitales pour le peuple américain.

L’Ivermectine est facilement disponible en Afrique, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, en Asie et en Inde, mais pas en Amérique du Nord ni en Europe occidentale.

Tout est restreint par les gouvernements fascistes qui fonctionnent maintenant comme des terroristes biologiques et médicaux ciblant le peuple.

Une grande partie du gouvernement américain moderne est dirigée par de véritables fascistes qui tirent leurs philosophies des nazis.

Dans le cadre de l’opération Paper Clip, le gouvernement américain a fait venir des scientifiques nazis aux États-Unis et leur a donné de nouvelles identités pour diriger la NASA et le programme Apollo. De véritables nazis ont infiltré la NASA dès le début, et ils se sont lentement frayé un chemin dans la communauté du renseignement et les organismes de réglementation du gouvernement, au point qu’un nombre surprenant de ceux qui ont dirigé la FDA, les NIH ou le NIAID travaillent en parfaite harmonie avec le programme nazi d’extermination massive.

Il suffit de considérer les cinq derniers commissaires de la FDA et la quantité de douleur, de souffrance et de destruction qu’ils ont infligée au monde, reflétant la philosophie fasciste et d’extermination humaine :

Stephen M Hahn
Scott Gottlieb
Robert M. Califf
Margaret Hamburg
Andrew C. von Eschenbach

Chacune de ces personnes a supervisé la suppression par la FDA de la nutrition et de la médecine naturelle, tandis que l’agence favorisait les protections monopolistiques pour les produits pharmaceutiques mortels délivrés sur ordonnance, presque toujours “approuvés” dans le cadre de fraudes flagrantes.

Le chef actuel du NIAID est Fauci, bien sûr, et le chef du CDC est Walensky.

Tous ces gens reçoivent leurs ordres des mondialistes, et les mondialistes cherchent à exterminer la majeure partie de la race humaine et à s’approprier la planète. Les globalistes considèrent désormais les êtres humains comme des “puces” à éliminer par un “bain de puces” à l’échelle planétaire.

Comme le montre ce mème schéma, chaque secteur de la société moderne a une motivation pour soutenir la dépopulation : Les mondialistes, les gouvernements, les entreprises et même Wall Street (finance et investissent).

Tout le mouvement de l’avortement faisait partie du plan d’eugénisme et de dépopulation.

L’industrie de l’avortement en Amérique – qui a été fondée par un eugéniste anti-noir qui parlait des Noirs comme de “mauvaises herbes humaines” – a longtemps ciblé les Noirs pour les exterminer par l’infanticide.

C’était le premier effort pour réduire la population mondiale par le biais d’initiatives dites de “santé des femmes”, qui, même aujourd’hui, ont été abandonnées par les progressistes en faveur du “transgenderisme” qui nie complètement l’existence des femmes biologiques.

Ce que beaucoup de gens ignorent, c’est qu’Adolf Hitler s’est inspiré du mouvement eugénique américain, qui a débuté en Californie où les législateurs de l’État ont adopté des lois visant à approuver la stérilisation forcée des handicapés mentaux par le gouvernement, entre autres initiatives.

Un article d’Edwin Black, auteur de “IBM and the Holocaust”, a rédigé en 2003 un article intitulé “The Horrifying American Roots of Nazi Eugenics”.

That article is published at HistoryNewsNetwork.org and states:

L’eugénisme était la pseudo-science raciste déterminée à faire disparaître tous les êtres humains jugés “inaptes”, ne conservant que ceux qui se conformaient à un stéréotype nordique. Des éléments de cette philosophie ont été consacrés en tant que politique nationale par des lois de stérilisation et de ségrégation forcées, ainsi que par des restrictions au mariage, promulguées dans vingt-sept États. En 1909, la Californie devient le troisième État à adopter de telles lois. En fin de compte, les praticiens de l’eugénisme ont stérilisé de force quelque 60 000 Américains, interdit le mariage de milliers d’entre eux, isolé de force des milliers d’entre eux dans des “colonies” et persécuté un nombre incalculable de personnes d’une manière que nous ne faisons que découvrir.

Avant la Seconde Guerre mondiale, près de la moitié des stérilisations forcées étaient effectuées en Californie, et même après la guerre, l’État représentait un tiers de toutes ces opérations chirurgicales… Au cours de ses vingt-cinq premières années de législation eugénique, la Californie a stérilisé 9 782 personnes, principalement des femmes. Nombre d’entre elles ont été classées comme “mauvaises filles”, diagnostiquées comme “passionnées”, “surexposées” ou “sexuellement capricieuses”.

À Sonoma, certaines femmes ont été stérilisées en raison de ce qui était considéré comme un clitoris ou des lèvres anormalement grandes.

Comme le révèle Edwin Black, le financement du mouvement eugéniste a impliqué bon nombre des suspects habituels qui s’emploient actuellement à promouvoir les vaccins et la dépopulation au XXIe siècle :

L’eugénisme n’aurait été qu’une étrange discussion de salon s’il n’avait pas été largement financé par des entreprises philanthropiques, en particulier la Carnegie Institution, la Fondation Rockefeller et la fortune des chemins de fer Harriman. Ils étaient tous de mèche avec certains des scientifiques les plus respectés d’Amérique, issus d’universités aussi prestigieuses que Stamford, Yale, Harvard et Princeton. Ces académiciens ont épousé la théorie et la science des races, puis ont truqué et déformé les données pour servir les objectifs racistes de l’eugénisme.

La Fondation Rockefeller a contribué à la création du programme eugénique allemand et a même financé le programme dans lequel Josef Mengele a travaillé avant d’être envoyé à Auschwitz.

Il est important de noter que l’eugénisme était justifié sous l’étiquette de la “science”, de la même manière que les vaccins sont justifiés aujourd’hui. Extrait de l’article :

En 1863, Sir Francis Galton, un cousin de Charles Darwin, a émis la théorie que si les personnes talentueuses n’épousaient que d’autres personnes talentueuses, il en résulterait une progéniture sensiblement meilleure. Au début du siècle dernier, les idées de Galton ont été importées aux États-Unis au moment même où les principes de l’hérédité de Gregor Mendel étaient redécouverts.

Les partisans américains de l’eugénisme croyaient avec une ferveur religieuse que les mêmes concepts mendéliens déterminant la couleur et la taille des pois, du maïs et du bétail régissaient également le caractère social et intellectuel de l’homme.

Dans une Amérique démographiquement ébranlée par les bouleversements de l’immigration et déchirée par le chaos de l’après-reconstruction, les conflits raciaux étaient partout au début du vingtième siècle. Les élitistes, les utopistes et les soi-disant “progressistes” ont fusionné leurs peurs raciales latentes et leurs préjugés de classe avec leur désir de créer un monde meilleur. Ils ont réinventé l’eugénisme de Galton pour en faire une idéologie répressive et raciste.

L’objectif : peupler la terre avec beaucoup plus de personnes de leur propre espèce socio-économique et biologique, et moins ou pas du tout de toutes les autres.

Des camps de la mort ont été construits en Amérique avec des chambres à gaz fonctionnelles, tandis que des experts de l’armée américaine parlaient ouvertement de l’utilisation d’armes biologiques pour contrôler la population… en 1918.

Pour ce faire, des camps de la mort ont été construits en Amérique avec des chambres à gaz fonctionnelles. Ceux-ci ressemblent presque exactement aux camps de concentration de covidés actuellement lancés dans l’État de Washington et dans d’autres régions d’Amérique.

Un médecin de l’armée américaine a même écrit un livre intitulé “Applied Eugenics” (en 1918) dans lequel il affirmait que les armes biologiques pouvaient être utilisées pour réaliser une dépopulation sélective en 1918 :

La méthode d’eugénicide la plus couramment proposée en Amérique était une “chambre létale” ou des chambres à gaz publiques exploitées localement.

En 1918, Popenoe, spécialiste des maladies vénériennes dans l’armée pendant la Première Guerre mondiale, a co-écrit le manuel très répandu Applied Eugenics, dans lequel il affirme que

“d’un point de vue historique, la première méthode qui se présente est l’exécution…

Sa valeur pour maintenir le niveau de la race ne doit pas être sous-estimée”.

Applied Eugenics consacre également un chapitre à la “sélection létale”, qui opère “par la destruction de l’individu par une caractéristique défavorable de l’environnement, comme un froid excessif, ou des bactéries, ou par une déficience corporelle.”

N’oubliez pas, soit dit en passant, que l’épidémie de grippe dite “espagnole” de 1918 a commencé dans une base militaire du Midwest. Selon certains témoignages, il s’agissait d’une expérience d’arme biologique menée par l’armée elle-même.

La Cour suprême des États-Unis, dans une décision historique de 1927, a approuvé les programmes d’eugénisme et de dépopulation, prouvant ainsi que même la SCOTUS se range du côté du meurtre de masse lorsqu’il semble politiquement opportun de le faire :

Même la Cour suprême des États-Unis a approuvé certains aspects de l’eugénisme. Dans sa tristement célèbre décision de 1927, Oliver Wendell Holmes, juge à la Cour suprême, a écrit :

“Il est préférable pour le monde entier qu’au lieu d’attendre d’exécuter les descendants dégénérés pour crime, ou de les laisser mourir de faim pour leur imbécillité, la société puisse empêcher ceux qui sont manifestement inaptes de poursuivre leur genre….”

Trois générations d’imbéciles sont suffisantes”.

Cette décision a ouvert les vannes pour que des milliers de personnes soient stérilisées sous la contrainte ou autrement persécutées comme sous-hommes. Des années plus tard, les nazis, lors du procès de Nuremberg, ont cité les paroles de Holmes pour leur propre défense.

Enfin, Adolf Hitler a invoqué la “science” et la “médecine” (tout comme Fauci aujourd’hui) pour justifier ses programmes d’eugénisme et d’holocauste. D’après Edwin Black :

Hitler a étudié les lois eugéniques américaines.

Il a essayé de légitimer son antisémitisme en le médicalisant et en l’enveloppant dans la façade pseudo-scientifique plus acceptable de l’eugénisme. Hitler a pu recruter davantage de partisans parmi les Allemands raisonnables en prétendant que la science était de son côté.

Si la haine raciale d’Hitler est née de son propre esprit, les grandes lignes intellectuelles de l’eugénisme adopté par Hitler en 1924 ont été élaborées en Amérique.

L’eugénisme nazi allait finalement dicter qui serait persécuté dans une Europe dominée par le Reich, comment les gens vivraient et comment ils mourraient. Les médecins nazis deviendront les généraux invisibles de la guerre d’Hitler contre les Juifs et les autres Européens jugés inférieurs. Les médecins créeront la science, concevront les formules eugéniques et sélectionneront même à la main les victimes à stériliser, à euthanasier et à exterminer en masse.

Ce à quoi nous assistons tous aujourd’hui avec Fauci, Big Pharma, les “vaccins”, les homicides à l’hôpital et l’avortement n’est que la renaissance du Troisième Reich en tant que QUATRIÈME Reich avec une nouvelle étiquette de “la science”

Comprenez que Fauci n’est que la version moderne des eugénistes nazis du Troisième Reich. Il n’est rien de nouveau, juste un mal recyclé sous la bannière de la “science”.

“La science est depuis longtemps alignée sur l’extermination, la mort de masse, le génocide/démocide et la dépopulation. Les injections d’ARNm ont simplement donné à ces mêmes “scientifiques” anti-humains une nouvelle arme pour agresser la race humaine par le biais d’aiguilles plutôt qu’en les abattant avec des balles et en jetant leurs corps dans des fosses communes.

Ils peuvent maintenant assassiner des milliards de personnes tout en prétendant s’occuper de “santé publique”. Les hôpitaux ont été transformés en usines à meurtres, et les médecins conventionnels sont désormais complices de crimes génocidaires contre l’humanité. Mais ils continuent à aller de l’avant parce que, comme les médecins nazis de la Seconde Guerre mondiale, ils se croient des êtres humains “supérieurs” qui ont le droit de décider qui vit et qui meurt.

Je couvre tout cela et bien plus encore dans le podcast Situation Update d’aujourd’hui, qui détaille les influences nazies de dirigeants mondialistes comme Trudeau et Freeland, qui transforment rapidement le Canada en une dictature tyrannique. Est-ce une coïncidence que les camps de concentration de covidés du Canada soient prêts à fonctionner à plein régime en tant qu’installations de camps d’extermination et de mort au moment même où Trudeau et Freeland annulent tous les droits civils, les droits de l’homme et les droits à une procédure régulière du peuple canadien ?

Il n’y a pas de coïncidences. Tout cela fait partie d’un véritable plan nazi en cours de déploiement au Canada (et prévu pour le monde entier).

Vous trouverez tous les détails ici :

Brighteon.com/19458f8a-bd7e-4b18-939a-730d6f9527e0

Trouvez chaque jour plus de podcasts contenant des informations, ainsi que des rapports spéciaux et des mises à jour d’urgence, sur :

https://www.brighteon.com/channels/HRreport

Brighteon.social: Brighteon.social/@HealthRanger

Telegram: t.me/RealHealthRanger

Gettr: GETTR.com/user/healthranger

Parler: Parler.com/user/HealthRanger

Rumble: Rumble.com/c/HealthRangerReport

BitChute: Bitchute.com/channel/9EB8glubb0Ns/

Clouthub: app.clouthub.com/#/users/u/naturalnews/posts

Inscrivez-vous à la lettre d’information électronique gratuite de NaturalNews.com email newsletter pour être informé des nouveaux livres audio à venir que vous pouvez télécharger gratuitement.

Téléchargez mes livres audio actuels – dont Ghost World, Survival Nutrition, The Global Reset Survival Guide et The Contagious Mind – sur le site :

https://Audiobooks.NaturalNews.com/

10 Commentaires

  1. OUI, je suis entèrement d’accord avec cette affirmation qui est même tout à fait écrite au mémorendum d’Oradour sur Glane département 87 – Haute Vienne – à quelques kilomètre de Limoges. Je suis même persuadée à présent que ce sont ces gens là qui l’ont écrits.

  2. C’est absolument épouvantable et je ne vois pas comment on va s’en sortir. Comment on peut encore dormir en apprenant toutes ces horreurs et ces gens corrompus au plus “haut” niveau ? Mais comment peuvent-ils être aussi méchants, ce n’est plus humain ?

    • Je suis d accord! Un monde immonde! Ces gens sont dirigés par le Satan! Il n y a pas d autre mot! Je me demande si Puttin serait le seul capable de faire arrêter cette folie malade des psychopathes. En France le peuple dort et je ne vois plus la vraie Résistance . Qu est ce qu on va devenir après les élections?

      • ” Ce sont des satanistes, à l’origine ce sont des khazars, ils adorent tous les dieux comme Baal avec ses sacrifices humains et bien d’autres…. ils n’ont absolument rien d’humain !
        Et ont infiltré tous les pays du monde pour prendre le pouvoir et tuer tout ce qui vit sur terre.
        C’est ça que Trump, Poutine et même Xi sont en train de nettoyer dans leurs pays mais ils sont vraiment partout.
        Poutine et Xi ont presque éradiqué le PCC chez eux, PCC qui est l’état profond, état profond qui sont les khazars….
        Les grands banquiers, Soros, Attali et d’autres sont d’origine khazar et bien d’autres sont des descendants, comme Merkel, la reine d’Angleterre, celle de Hollande et encore bien d’autres…. j’oubliais les derniers papes….”
        D’une amie qui suit tout de très près : “

  3. Au tout début de l’internet, dans les années 90, j’étais tombée par hasard sur un site qui faisait la promotion des doctrines nazies, et en suivant les liens au bas de la page, j’ai pu constater avec effarement le nombre impressionnant de sites qu’on peut qualifier de “néo-nazis” qui existaient déjà à cette époque – et contrairement à ce qu’on pourrait penser, ces sites étaient loin d’être basés uniquement dans les pays européens ou en Amérique; on en retrouvait aussi un bon nombre en Asie et en Afrique, car le nazisme, en dehors de la réalité politico-historique qu’évoque habituellement ce terme, c’est avant tout une mentalité, une vision et une discipline de vie, en même temps qu’un ensemble de doctrines métaphysiques qui se rattachent au domaine de ce que les occultistes appellent la “Voie de la main Gauche”, et qui n’est pas toujours ou nécessairement solidaires de thèses racialistes, peu importe la nature particulière de celles-ci…

    Dans son ouvrage de 1976 intitulé “Souvenirs et réflexions d’une Aryenne”, la militante néonazie Maximiani Portas (qui écrivait sous le pseudonyme de “Savitri Devi” = Déesse du Soleil) avait déjà révélé de façon extrêmement claire tout l’arrère-plan spirituel, ésotérique et eschatologique du nazisme, conférant une toute autre portée et une toute autre signification au drame de la Seconde Guerre Mondiale que tous ces reportages télévisés plutôt somnambuliques ayant été réalisés sur le sujet à l’époque contemporaine….

    Il y a cerains passages de ce livre qui sont consacrés au sujet de l’eugénisme, et j’ai essayé de les rassembler et de les “élaguer” pour faire un texte suivi qui ne soit pas trop long ( mais qui est quand même déjà assez long, je sais je suis comme une spécialiste des commentaires trop longs! 🙂

    « Mais ce n’est pas tout. Un des traits les plus déprimants de l’Age Sombre tirant à sa fin est, certes, le pullulement désordonné de l’homme. Malthus en avait, il y a plus a de cent cinquante ans, déjà signalé les dangers, mais en se plaçant du seul point de vue économique. Or, plus que tout autre, le Führer était conscient de la catastrophe que représentait déjà, (et que représente de plus en plus), le surpeuplement de certaines régions de la terre — et pas seulement en raison de l’inévitable poussée à plus ou moins brève échéance, des “affamés” contre les “nantis”. Ce qu’il redoutait surtout, c’était la disparition graduelle des élites naturelles, des élites raciales, sous la marée montante de multitudes biologiquement inférieures même si, çà et là, quelque digue pouvait être érigée afin de les protéger. Car il est à noter que, du moins à notre époque, ce sont, en général, les races les moins belles et les moins douées et, au sein d’un même peuple, les éléments les moins purs, qui sont les plus prolifiques.

    Ce que le Défenseur de l’élite aryenne redoutait aussi, c’était l’abaissement du niveau physique, intellectuel et moral — la perte de qualité — des générations à venir. C’est là, en effet, un résultat, statistiquement fatal, de l’accroissement illimité du nombre des humains, même “de bonne race”, dès que la sélection naturelle est battue en brèche par l’application généralisée de la médecine, de la chirurgie, et surtout de l’hygiène préventive, facteurs de sélection à rebours. Aussi, son programme d’assainissement du peuple allemand, comportait-il, parallèlement à la stérilisation des incurables, capables, malgré tout, de justifier leur propre existence par quelque travail utile, la pure et simple suppression physique (sans souffrance, cela s’entend,) des êtres n’ayant d’humain que la forme — et encore ? — tels que les monstres, les idiots, les débiles mentaux, les fous, etc. Il était conçu dans le sens d’un retour définitif à la saine Nature, qui pousse l’oiselle à jeter l’oisillon mal-conformé hors du nid ; aussi, dans l’esprit de l’éleveur qui, des portées de ses chiennes ou de ses juments, retire et supprime sans hésitation les sujets difformes, ou trop faibles pour survivre sans des soins constants. Il était conçu dans l’esprit du divin Lycurgue, législateur de Sparte. Et l’on sait que les lois de Lycurgue lui avaient été dictées par l’Apollon de Delphes, — “l’Hyperboréen.”

    Malheureusement, ce programme n’a connu qu’un début d’application. L’opposition farouche des Églises chrétiennes, tant catholique que protestantes, a résulté en une “remise à plus tard” des mesures draconiennes qu’il comportait. Adolf Hitler était trop réaliste pour heurter de front, en pleine guerre, les préjugés que onze cents ans d’anthropocentrisme chrétien avaient ancrés dans le psychisme de son peuple, — et pour braver les sermons indignés de quelques évêques, tel von Galen, de Münster. Il aurait été difficile de mettre ces prélats (et, on particulier, celui-ci) en état d’arrestation, sans risquer de provoquer, chez leurs ouailles, une désaffection on ne peut plus inopportune, à l’égard du régime. C’est ainsi que (entre autres) les quelque dix-mille débiles mentaux de l’asile de Béthel, près de Bielefeld, ont survécu à la chute du Troisième Reich, — je le répète : malheureusement

    Il reste vrai que l’élimination physique des déchets humains était, avec la stérilisation des malades incurables mais encore “utilisables” à titre de “facteurs économiques”, un aspect essentiel de la lutte d’Adolf Hitler contre la décadence. La suppression pure et simple de la médecine et de l’hygiène préventive, devait, logiquement, en être un autre aspect. Et elle en aurait, sans doute, été un autre aspect, dans une Allemagne victorieuse qui aurait dominé l’Europe, et n’aurait plus rien eu à craindre de la menace de multitudes prolifiques, massées à l’Est, sous le commandement de chefs qui avaient identifié la vieille cause du Panslavisme avec celle du Marxisme-Léninisme. Mais, vue la tragique réalité de cette menace, — et de celle que représentait, à plus longue échéance, et pour de tout autres raisons, le surpeuplement de la Terre entière — c’était d’abord à cette prolifération étrangère qu’il fallait mettre un frein.

    Adolf Hitler voulait parer à ce danger, et il se doutait bien que l’interdiction des mesures d’hygiène préventive n’y suffirait pas. Aussi avait-il, si l’on en croit le reportage de Rauschning, envisagé des mesures plus radicales — toujours dans l’esprit de l’immémoriale Loi de la Jungle ; de la “lutte pour la vie”, que l’homme supérieur a à appliquer avant tout à d’autres hommes, de qualité inférieure à la sienne, car ce sont eux ses véritables rivaux sur terre : eux, et non les nobles fauves, aristocrates de la forêt, de la savane ou du désert, ses “équivalents” dans le monde privé du mot ; eux, et non les arbres, parure du sol. “La Nature est cruelle”, avait déclaré le Combattant “contre le Temps” ; “nous avons donc le droit de l’être aussi. Au moment où je vais lancer dans l’ouragan de fer et de feu la fleur du Germanisme, sans éprouver le regret du sang précieux qui va couler à flots, qui pourrait me contester le droit d’anéantir des millions d’hommes de races inférieures, qui se multiplient comme des insectes, et que je ne ferai d’ailleurs pas exterminer, mais dont j’empêcherai systématiquement l’accroissement ? — par exemple en séparant pendant des années les hommes des femmes” … Et encore : “Depuis tant de siècles qu’on parle de la protection des pauvres et des misérables, le moment est peut-être venu de préserver les forts, que menacent leurs inférieurs.”

    Enfin, il est à peine utile de rappeler que cette “économie dirigée des mouvements démographiques” , au moyen de laquelle il espérait pouvoir, en dehors du monde germanique, enrayer cette tendance au surpeuplement caractéristique de l’Age Sombre, ne représentait qu’un aspect de son activité à contre-courant des tendances de cet Age. Une action parallèle, plus visible et plus brutale, — comme celle, tant décriée et si mal comprise, des Einsatzgruppen, devait, plus tard la compléter. Tandis que toute la sagesse du Führer doit être présentée comme un retour aux Principes éternels, ses méthodes ne manquent pas de rappeler celles de l’Antiquité, par la totale absence de “cas de conscience” et partant, de remords, tarit chez lui, qui en était le responsable, que chez les hommes qui les appliquaient. La suppression des déchets humains au sein même de son propre peuple, fait penser au traitement sommaire réservé, à Sparte, aux nouveaux-nés mal-venus, que les éphores jugeaient indignes — d’être élevés. Et l’action de ses Einsatzgruppen en Pologne et en Russie, — parmi la pléthore des populations asservies et toujours prêtes à la révolte — rappelle singulièrement celle de l’impitoyable kryptéia spartiate parmi les Hilotes. L’une et l’autre furent avant tout une action de défense préventive, contre un grouillement de vaincus que la seule conscience de leur nombre incitait à relever la tête, et qu’un rien pouvait pousser à s’ériger en force contre leurs conquérants.

    Une déclaration enthousiaste du Führer montre, d’ailleurs, mieux que de longs commentaires, son attitude éminemment révolutionnaire et son mépris du monde moderne, qu’il savait, de toute façon, condamné, et qu’il rêvait de détruire : « Eh bien, oui, nous sommes des Barbares, et nous voulons être des Barbares. C’est un titre d’honneur. Nous sommes ceux qui rajeuniront le monde. Le monde actuel est près de sa fin. Notre seule tâche est de le saccager. »

    De le saccager afin de construire sur ses ruines un monde en accord avec
    les valeurs éternelles ; avec le “sens original des choses.” »

  4. tout ceci est bien plus proche du communisme et du trotskisme qui visaient une mondialisation du communisme que du nazisme qui cherchait à créer un espace vital pour la race germanique, le reste étant rejeté sur le pourtour.
    Mais nazisme ça fait mieux vendre et leurs uniformes sont mieux taillés que ceux des assassins de caves de la tcheka.. C’est marrant que ceux là bénéficient toujours d’un silence protecteur. Demandez vous donc pourquoi .

  5. Il est toujours bon d’examiner les deux faces d’une médaille, et après le texte de Savitri Devi, une hitlérienne convaincue et même fanatique, un autre texte qui provient du livre “Le Matin des Magiciens” coécrit par Louis Pauwels et Jacques Bergier (Bergier était juif et il était contemporain de Savitri Devi, laquelle avait fait allusion à lui dans son ouvrage, lui reprochant évidemment sa “juivité”):

    «« Denis de Rougemont disait d’Hitler : « Certains pensent, pour l’avoir éprouvé en sa présence, par une espèce de frisson d’horreur sacrée, qu’il est le siège d’une Domination, d’un Trône ou d’une Puissance, ainsi que saint Paul désigne les esprits de second rang, qui peuvent aussi échoir dans un corps d’homme quelconque et l’occuper comme une garnison. Je l’ai entendu prononcer un de ses grands discours. D’où lui vient le pouvoir surhumain qu’il développe ? Une énergie de cette nature, on
    sent très bien qu’elle n’est pas de l’individu, et même qu’elle ne saurait se manifester qu’autant que l’individu ne compte pas, n’est que le support d’une puissance qui échappe à notre psychologie. Ce que je dis là serait du romantisme de la plus basse espèce si l’œuvre accomplie par cet homme – et j’entends bien par cette puissance à travers lui – n’était une réalité qui provoque la stupeur du siècle. »

    Or, durant la montée au pouvoir, Hitler, qui a reçu l’enseignement d’Eckardt et de Haushoffer, semble avoir voulu user des Puissances mises à sa disposition, ou plutôt passant à travers lui, dans le sens d’une ambition politique et nationaliste somme toute assez bornée. C’est à l’origine un petit bonhomme agité par une forte passion patriotique et sociale. Il s’emploie au degré inférieur : son rêve a des frontières. Miraculeusement, le voici porté en avant, et tout lui réussit. Mais le médium à travers qui circulent des énergies n’en comprend pas nécessairement l’ampleur et la direction. Il danse sur une musique qui n’est pas de lui. Jusqu’en 1934, il croit que les pas qu’il exécute sont les bons. Or, il n’est pas tout à fait dans le rythme. Il croit qu’il n’a plus qu’à se servir des Puissances. Mais on ne se sert pas des Puissances : on les sert. Telle est la signification (ou l’une des significations) du changement fondamental qui intervient pendant et immédiatement après la purge de juin 1934.

    C’est Himmler qui est chargé de l’organisation de la S.S. non comme une compagnie policière, mais comme un véritable ordre religieux, hiérarchisé, des frères lais aux supérieurs. Dans les hautes sphères se trouvent les responsables conscients d’un Ordre Noir, dont l’existence ne fut d’ailleurs jamais officiellement reconnue par le gouvernement national-socialiste. Au sein même du parti, on parlait de ceux qui étaient dans le coup du cercle intérieur », mais jamais une désignation légale ne fut donnée. Il semble certain que la doctrine, jamais pleinement explicitée, reposait sur la croyance absolue en des pouvoirs dépassant les pouvoirs humains ordinaires.

    Ce qu’il faut bien saisir, c’est qu’à partir du moment où toute l’œuvre de rassemblement et d’excitation du parti hitlérien change de direction, ou plutôt est plus sévèrement orientée dans le sens de la doctrine secrète, nous ne sommes plus en présence d’un mouvement national et politique. Les thèmes vont, en gros, demeurer les mêmes, mais il ne s’agira plus que du langage exotérique tenu aux foules, d’une description des buts immédiats, derrière lesquels il y a d’autres buts. « Plus rien n’a compté que la poursuite inlassable d’un rêve inouï. Désormais, si Hitler avait eu à sa disposition un peuple pouvant mieux que le peuple allemand servir à l’avènement de sa suprême pensée, il n’eût pas hésité à sacrifier le peuple allemand. » Non point « sa suprême pensée », mais la suprême pensée d’un groupe magique agissant à travers lui. Brasillach reconnaît « qu’il sacrifierait tout le bonheur humain, le sien et celui de son peuple par-dessus le marché, si le mystérieux devoir auquel il obéit le lui commandait. »

    « Je vais vous livrer un secret, dit Hitler à Rauschning ; je fonde un ordre. » « C’est de la que sortira le second degré, celui de l’homme mesure et centre du monde, de l’homme-Dieu. L’homme-Dieu, la figure splendide de l’Être, sera comme une image du culte… Mais il y a encore des degrés dont il ne m’est pas permis de parler… »

    Centrale d’énergie bâtie autour de la centrale mère, l’Ordre Noir isole tous ses membres du monde, a quelque degré initiatique qu’ils appartiennent. « Bien entendu, écrit Poetel, ce n’est qu’un tout petit cercle de hauts gradés et de grands chefs S.S. qui furent au courant des théories et des revendications essentielles. Les membres des diverses formations « préparatoires » n’en furent informés que lorsqu’on leur imposa, avant de se marier, de demander le consentement de leurs chefs, ou qu’on les plaça sous une juridiction propre, extrêmement rigoureuse d’ailleurs, mais dont l’effet était de les soustraire à la compétence de l’autorité civile. Ils virent alors qu’en dehors des lois de l’Ordre ils n’avaient aucun autre devoir, et qu’il n’y avait plus pour eux d’existence privée. »

    Les moines combattants, les S.S. à tête de mort (qu’il importe de ne pas confondre avec d’autres groupements dont la Waffen S.S.), recevront la première initiation dans des Burgs. Mais ils seront d’abord passés par le séminaire, la Napola. Inaugurant une de ces Napola, ou écoles préparatoires, Himmler ramène la doctrine à son plus petit dénominateur commun : « Croire, obéir, combattre, un point c’est tout. » Ce sont des écoles où, comme le dit le Schwarze Korps du 26 novembre 1942, « on
    apprend à donner et à recevoir la mort ». Plus tard, s’ils en sont dignes, les cadets reçus dans les Burgs comprendront que « recevoir la mort » peut être interprété dans le sens « mourir à soi-même ». Mais s’ils ne sont pas dignes, c’est la mort physique qu’ils recevront sur les champs de bataille. « La tragédie de la grandeur est d’avoir à fouler des cadavres. » Et qu’importe ? Tous les hommes n’ont pas d’existence véritable, et il y a une hiérarchie d’existence, de l’homme-semblant au grand mage.

    C’est dans les Burgs que l’on prononçait les vœux, et que l’on entrait dans une « destinée surhumaine irréversible ». L’Ordre Noir traduit en actes les menaces du docteur Ley : « Celui à qui le parti retirera le droit à la chemise brune, – il faut que chacun de nous le sache bien – celui-là ne perdra pas seulement ses fonctions, mais il sera anéanti, dans sa personne, dans celles de sa famille, de sa femme et de ses enfants. Telles sont les dures lois, les lois impitoyables de notre Ordre. »

    Nous voici hors du monde. Il n’est plus question de l’Allemagne éternelle ou de l’État national-socialiste, mais de la préparation magique à la venue de l’homme-dieu, de l’homme après l’homme que les Puissances enverront sur la Terre, quand nous aurons modifié l’équilibre des forces spirituelles. La cérémonie où l’on recevait la rune S.S. devait assez ressembler à ce que décrit Reinhold Schneider quand il évoque les membres de l’Ordre Teutonique, dans la grande salle du Remter de Marienbourg, s’inclinant sous les vœux qui faisaient désormais d’eux l’Église Militante : « Ils venaient de pays aux visages divers, d’une vie agitée. Ils entraient dans l’austérité fermée de ce château et
    abandonnaient leurs boucliers personnels dont les armes avaient été portées par quatre ancêtres au moins. Maintenant, leur blason serait la croix qui ordonne de mener le combat le plus grave qui soit et qui assure la vie éternelle. »

    Destinée irréversible : des plans furent conçus pour isoler le S.S. tête de mort du monde des « hommes-semblant » durant toute sa vie. On projeta de créer des cités, des villages de vétérans répartis à travers le monde et ne relevant que de l’administration et de l’autorité de l’Ordre. Mais Himmler et ses « frères » conçurent un rêve plus vaste. Le monde aurait pour modèle un État S.S. souverain. « À la conférence de la paix, dit Himmler, en mars 1943, le monde apprendra que la vieille Bourgogne va ressusciter, ce pays qui fut autrefois la terre des sciences et des arts et que la France a ravalé au rang d’appendice conservé dans la vinasse. L’État souverain de Bourgogne, avec son
    armée, ses lois, sa monnaie, ses postes, sera l’État modèle S.S. Il comprendra la Suisse romande, la Picardie, la Champagne, la Franche-Comté, le Hainaut et le Luxembourg. La langue officielle sera l’allemand, bien entendu. Le parti national-socialiste n’y aura aucune autorité. Seule la S.S. gouvernera, et le monde sera à la fois stupéfait et émerveillé par cet État où les conceptions du monde S.S. se trouveront appliquées. »

    Le véritable S.S. de formation « initiatique » se situe, à ses propres yeux, au-delà du bien et du mal. « L’organisation de Himmler ne compte pas sur l’aide fanatique de sadiques qui recherchent la volonté du meurtre : elle compte sur des hommes nouveaux. » Hors du « cercle intérieur », qui comprend les « têtes de mort », leurs chefs, plus proches de la doctrine secrète, selon leur rang, et dont le centre est Thulé, le saint des saints, il y a le S.S. de type moyen, qui n’est qu’une machine sans âme, un robot de service. On l’obtient par fabrication standard, à partir de « qualités négatives ».

    « Il ne s’agit point de supprimer l’inégalité parmi les hommes, mais au contraire de l’amplifier et d’en faire une loi protégée par des barrières infranchissables, dit Hitler…

    Quel aspect prendra le futur ordre social ? Mes camarades, je vais vous le dire : il y aura une classe de seigneurs, il y aura la foule des divers membres du parti classés hiérarchiquement, il y aura la grande masse des anonymes, la collectivité des serviteurs, des mineurs à perpétuité, et au-dessous encore, la classe des étrangers conquis, les esclaves modernes. Et au-dessus de tout cela, une nouvelle haute noblesse dont je ne puis parler… Mais ces plans doivent être ignorés des simples militants… »

    Le monde est une matière à transformer pour qu’une énergie s’en dégage, concentrée par des mages, une énergie psychique susceptible d’attirer les Puissances du Dehors, les Supérieurs Inconnus, les Maîtres du Cosmos. L’activité de l’Ordre Noir ne répond à aucune nécessité politique ou militaire : elle répond à une nécessité magique. Les camps de concentration procèdent de la magie imitative : ils sont un acte symbolique, une maquette. Tous les peuples seront arrachés à leurs racines, changés en une immense population nomade, en une matière brute sur laquelle il sera loisible d’agir, et d’où s’élèvera la fleur : l’homme en contact avec les dieux. C’est le modèle en creux de la planète devenue le champ des labours magiques de l’Ordre Noir. »»

  6. Il est quand même étonnant étant donné que l ‘eugnisme des nazis considérait que justement la race blanche caucasienne et particulièrement la race Allemande et Nordique, constituait la race supérieur!
    Donc pourquoi auraient ils à l’ heure actuelle changer leur fusils d épaules et voudraient ils maintenent plutôt détruire les blancs des pays industrialisés?…Il y a bien une contradiction n ‘est ce pas?
    D’ autant que nous savons que les petsonnes derrières les injections tueuses :
    Pfizer = Albert Bourla .
    Propriétaire de Asrazeneca( black Rock = Leif Johansson.
    Propriétaire de Moderna =Stephane Bancel.
    Point commun de ces trois personnes : toutes les trois responsables de ces injections tueuses et Juives…

  7. Désolé mais même avec un casque le son est très bas,j ai tout essayé ce n est pas une critique les autres vidéos marchent très bien…c est une constatation cordialement

Laisser un commentaire